Navigation – Plan du site

Clément Chéroux, Henri Cartier-Bresson

Paris, Éditions du Centre Pompidou, 2013, 400 p., 405 pl., nombreuses ill. coul. et NB, 49,90 €.
Compte rendu par Michel Poivert
Référence(s) :

Clément Chéroux, Henri Cartier-Bresson, Paris, Éditions du Centre Pompidou, 2013, 400 p., 405 pl., nombreuses ill. coul. et NB, 49,90 €.

Texte intégral

1L’ouvrage monographique publié à l’occasion de l’exposition Henri Cartier-Bresson se propose comme la réplique éditoriale du plan de l’accrochage du Centre Pompidou, il permet ainsi d’accompagner et de revenir sur cette manifestation. Auteur unique de ce livre volumineux et commissaire de l’exposition, Clément Chéroux présente sa perception de la figure majeure de l’historiographie photographique du xxe siècle en offrant d’emblée une certaine rupture avec les ouvrages et catalogues précédents : dépasser les limites posées par le corpus orthodoxe défini par l’agence Magnum et Cartier-Bresson lui-même, traiter à parts égales toutes les périodes de production du photographe.

2Cette vision globale, nourrie de recherches en archives, s’inscrit aussi dans l’œuvre de l’historien de la photographie lui-même, et c’est en cela que l’ouvrage comme l’exposition sont particulièrement intéressants. Si Clément Chéroux avait récemment donné une monographie sur Cartier-Bresson (Gallimard découverte, 2008) sous le signe d’une esthétique et d’une pratique du « tir photographique » (notion qu’il reprend en conclusion), c’est-à-dire en qualifiant un mode opératoire qu’incarne si bien Cartier-Bresson, il s’agit ici, dans une étude plus vaste et plus biographique, d’explorer la thèse centrale réfutant une définition univoque de l’œuvre de Cartier-Bresson : il y a, selon Clément Chéroux, plusieurs Cartier-Bresson. Non seulement différentes époques, différentes sensibilités mais bel et bien un pluriel dans les enjeux de la pratique elle-même. D’un mot, pour l’historien qui se passionne depuis vingt ans au moins pour les photographes amateurs, scientifiques, le « vernaculaire » comme les avant-gardes, soit pour Clément Chéroux qui conçoit la pluralité culturelle des usages et pratiques de la photographie, Cartier-Bresson est devenu la quintessence de cette diversité qui construit la culture photographique.

3Là où la critique habituelle voit le génie de Cartier-Bresson dans l’instant décisif et toute la mythologie du photoreportage, Clément Chéroux dissèque, contextualise, examine sans état d’âme ce qui constitue l’art de Cartier-Bresson. Mais surtout on peut dire que l’auteur « ré-humanise » Cartier-Bresson. Remarque paradoxale tant ce dernier a été, parmi d’autres étiquettes, qualifié de photographe « humaniste ». Non, ce qu’il faut comprendre ici est qu’en termes de méthode Clément Chéroux a décidé de décoller le biographique des légendes et lieux communs, et ce en rapprochant les images produites des situations biographiques.

4La chose paraît frappée au coin du bon sens mais encore fallait-il pouvoir disposer du matériel : c’est la grande avancée de cet ouvrage. En disposant grâce à la fondation Henri Cartier-Bresson de sources inédites, de correspondances et de notes mais aussi de nombre d’images jusqu’alors peu ou pas mis en avant dans le corpus du photographe, on quitte une attitude trop révérencieuse (ou à l’inverse trop critique) pour se mettre à bonne distance et considérer cette œuvre qui couvre une grande partie du xxe siècle. C’est ce que l’on appelle « ré-humaniser », c’est-à-dire comprendre que Cartier-Bresson a été influençable lorsqu’il apprenait la peinture et comme tout jeune homme façonné par des rencontres qui permettent de réviser une certaine histoire des rapports transatlantiques en matière photographique (le milieu cosmopolite des Américains de la Lost Generation en France lui apprend la photographie grâce aux époux Powel à la fin des années 1920 – ce en quoi Cartier-Bresson a peut-être toujours été un photographe « américain »), comprendre que l’homme Cartier-Bresson développe un véritable univers érotique au contact du surréalisme et n’est pas que le formaliste sorti de l’atelier du peintre André Lhote, comprendre que ce fils de grand bourgeois est imprégné d’idéologie révolutionnaire et fut un ardent partisan du communisme jusque dans les choix d’organisation de son travail, comprendre aussi que l’homme mûr saisit les enjeux de son inscription dans l’histoire et peu à peu intègre l’autorité que lui confère sa notoriété, comprendre enfin à partir de tous ces éléments que l’extraordinaire talent de ce photographe a toujours été travaillé. Que rien chez lui n’est instinctif mais bien le fruit d’une réflexion en acte de ce qu’est une image de création, qu’il s’agisse de reportage, de documentaire, d’ethnographie, de militantisme ou d’érotisme.

5On le comprend, ce livre n’est pas un livre critique au sens où il s’agirait d’éroder le monument Cartier-Bresson, mais un livre qui s’affranchit à sa façon des convenances pour appliquer à cette figure en majesté un traitement que l’on doit réserver à toute figure majeure, sévère mais juste. En l’occurrence, Clément Chéroux garde ses distances, mais célèbre à sa façon ce qu’il aime dans Cartier-Bresson : la photographie tout entière, ses époques, ses pratiques si diverses, ses contradictions et une certaine idée de la création.

6La présentation chrono-biographique de l’ouvrage propose une grille explicative de cette diversité cartier-bressonnienne, de la formation et des ambitions d’être peintre à la jeunesse surréaliste, de la conscience politique à l’épreuve de la guerre, de la professionnalisation journalistique à l’ouverture vers l’anthropologie jusqu’au retour à la peinture, le parcours forme une sorte de grand récit borné par cette terrible question de l’art (de peindre notamment). Qu’en dire du reste ? L’exposition montre concrètement les tableaux d’élève peintre et se ferme par les dessins des derniers temps. Clément Chéroux me disait avec humour qu’il faudrait un jour faire une exposition de tous les grands photographes qui furent de piètres peintres (et il y en a de nombreux !) : ce projet, dont on imagine qu’il se réalisera un jour, sera peut-être la meilleure réponse à donner à cette partie de l’œuvre de Cartier-Bresson.

7Mais pour l’histoire de la photographie l’essentiel est ailleurs dans ce livre, où l’analyse des images cherche en permanence à faire ressortir l’originalité d’un point de vue, l’agencement symbolique de formes, le déplacement de la finalité d’une image vers un nouvel usage. Cartier-Bresson est ainsi présenté au fur et à mesure des portfolios qui suivent chaque chapitre dans une cohérence entre les impératifs ou les déterminations d’une époque et d’un engagement (politique ou esthétique et professionnel) et les obsessions formelles, les spéculations iconographiques. En cela, toutes les périodes et les pratiques de Cartier-Bresson se relient, à travers la sélection d’un commissaire d’exposition qui se distingue en tout d’un éditeur d’agence (qui réduit à la valeur d’usage) ou d’un directeur de galerie d’art (qui déshistoricise).

8C’est là probablement un des grands enseignements de ce livre : il est nécessaire pour écrire et réécrire l’histoire de la photographie d’en requalifier les statuts. Pris dans l’Histoire donc, Cartier-Bresson apparaît riche de ses réponses et de la permanence de ses choix formels et iconographiques, plus fragile aussi dans ses hésitations, ses rêves d’être un grand peintre, ses inquiétudes sociales (le temps du renoncement politique). On retrouvera pour finir un trait du talent historien de Clément Chéroux, le besoin de fournir pour chaque étape une définition de la photographie cartier-bressionnienne, qui peut sembler parfois bloquer une analyse dont les objets sont pourtant si riches qu’ils entraîneront dans l’avenir d’autres lectures. Il faut néanmoins être juste, Clément Chéroux s’accorde finalement sur l’adjectif « dialectique » pour tenir l’art tout entier de Cartier-Bresson : une façon de conserver sa dynamique à l’exercice même de la définition de l’œuvre du photographe

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Poivert, « Clément Chéroux, Henri Cartier-Bresson », Études photographiques, Notes de lecture, Avril 2015, [En ligne], mis en ligne le 07 mai 2015. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/3522. consulté le 19 novembre 2017.

Auteur

Michel Poivert

Articles du même auteur

Droits d’auteur

© Etudes photographiques