Skip to navigation – Site map

Jean-François CHEVRIER, Walker Evans dans le temps et dans l’histoire

Review by Jan Baetens
Bibliographical reference

Paris, L’Arachnéen, 2010, 208 p, nombreuses ill. en noir et blanc, 25 €, EAN13 : 9782952930253

Full text

1La bibliographie sur Walker Evans est abondante, en français comme en anglais. Parmi les ouvrages qui ont le plus marqué le champ très riche des études evansiennes, on doit mentionner avant tout les livres d’Olivier Lugon, Le Style documentaire. D’August Sander à Walker Evans (Paris, Macula, 2001), d’éric de Chassey, Platitudes. Une histoire de la photographie plate (Paris, Gallimard, 2006), de Jeff Rosenheim (auteur plus controversé d’un catalogue aux PU de Princetonen 2000, mais signataire aussi d’autres livres comme Walker Evans and the Picture Postcard, Göttingen, Steidl, 2009) ou encore de James Crump, Walker Evans, Decade by Decade (Ostfildern,Hatje Cantz, 2010). Toutes ces études ont en commun de marier de façon très stimulante le point de vue historique et le point de vue théorique, le travail d’archive et le dialogue avec les mutations de la pensée photographique. Parallèlement, chacune de ces études excelle à faire d’Evans un auteur à la fois typique et seul : idiosyncratique, incomparable, unique mais représentatif d’une hésitation beaucoup plus générale entre art et document.

2Le livre que Jean-François Chevrier vient de publier sur Walker Evans ne bouleverse pas ces données fondamentales. En même temps, il est également très différent de la littérature actuelle sur cet auteur, qui se voit relu ici à la manière de Chevrier. La force de Walker Evans dans le temps et dans l’histoire tient en effet à la rencontre de deux personnalités, celle du portraituré et celle du portraiturant, et c’est surtout dans cette perspective qu’il convient d’aborder un texte non pas inhabituel, mais très libre et très écrit sur un sujet peut-être faussement connu. Le livre se présente volontairement comme un tout en morceaux, où les deux parties du syntagme, « tout » et « morceau », se tiennent en équilibre. La première étude est une microscopie d’AmericanPhotographs, que Chevrier lit image par image, en s’interrogeant à la fois sur les images même et sur leur « arrangement », la place qu’elles occupent dans la séquence, qui est narrative sans l’être tout à fait, et dans le livre, dont l’organisation en diptyque est analysée à plusieurs niveaux. La seconde est une lecture des illustrations faites par Evans pour un reportage du magazine Fortune sur le parti communiste américain, ce qui permet à Chevrier de revenir sur les multiples questions de l’engagement ou non-engagement d’Evans. L’analyse de Chevrier, se refusant à trancher sur ce point qui divise durablement la critique evansienne, met bien en lumière le côté dandy, farouchement individualiste de l’auteur, mais également son ouverture à des préoccupations sociales, voire métaphysiques (mais non religieuses). Deux autres articles sont des comparaisons, avec Henri Cartier-Bresson, puis avec Dan Graham, qui montrent elles aussi à quel point l’œuvre d’Evans se produit dans l’histoire, mais toujours un peu en marge d’elle. Enfin, une lecture très fouillée de Many Are Called, un livre « tardif » d’Evans reprenant des images faites quelque trente ans plus tôt, est l’occasion pour Chevrier de réorienter le débat sur le documentaire vers une discussion sur le visage photographique, essentiellement à travers une comparaison avec Andy Warhol. Enfin, une manière de post-scriptum photographique offre une synthèse de l’iconographie de base du livre, qui montre bien l’ancrage des photos d’Evans dans la culture visuelle du xxe siècle.La démarche de Chevrier, qui mélange les médias et les époques, les styles et les concepts, les méthodes et les sensibilités, le distingue à plusieurs égards de ce qui se publie habituellement sur Walker Evans, pour des raisons qui tiennent aussi bien à l’intelligence des lectures toujours très documentées qu’à l’esprit même dans lequel le livre a été conçu, pensé, composé, écrit et réécrit, et finalement mis en page. Car plus qu’à un livre sur Walker Evans, on a ici affaire à une nouvelle façon d’écrire sur Evans et, corollairement, à une nouvelle façon de pratiquer la critique et la théorie de l’art.

3À première vue, Walker Evans dans le temps et dans l’histoire semble être un recueil d’articles, rien de plus. Le livre, toutefois, est plus ambitieux. D’abord, parce que les diverses contributions sont bel et bien « originales », et donc faites ou refaites spécialement pour cette publication. Ensuite, parce que ce livre fait lui-même partie d’un ensemble plus vaste autantoriginal qu’ambitieux : sept livres sortis plus ou moins simultanément, où Jean-François Chevrier remet en perspective le travail accompli depuis quelque trois décennies, ce qui crée des passerelles inattendues et fort stimulantes entre époques, disciplines, œuvres, concepts, méthodologies et interrogations théoriques (il reste bien entendu à voir comment le public va réagir à cette prolifération, qui peut tout aussi bien rendre possible une nouvelle approche de ses textes qu’être une entrave à leur lecture). Enfin, parce que le mode d’organisation retenu, soit la réunion non chronologique d’articles inédits ou remis sur le chantier, n’est pas une solution de facilité pour faire livre « malgré tout », mais se révèle être la manière la plus appropriée, c’est-à-dire la plus fidèle, la plus lucide, la plus novatrice, de parler de son sujet particulier : Walker Evans.

4Ce sujet, toutefois, n’est pas seulement Walker Evans, il est Walker Evans « dans le temps » et « dans l’histoire ». Cette double précision est capitale. Pour Chevrier, la photographie d’Evans ne peut pas être réduite à une seule forme (le documentaire), ni à une seule ligne directrice qui se développerait à travers les époques ou les styles successifs d’Evans. Cette photographie est au contraire toujours liée, à chacune de ses occurrences, à un moment précis du temps, où elle fait événement. Cette absolue contemporanéité de Walker Evans, et peut-être de toute véritable photographie, est bien saisie par Chevrier. Celui-ci ne présente pas un récit continu de la carrière d’Evans mais procède en quelque sorte par sauts, sans chercher à dissimuler les cassures, les remises en question, les malentendus, les élans et les enlisements. La fatigue, l’usure, la redite, l’essoufflement sont tout autant des thèmes fondamentaux de l’analyse de Chevrier, très sensible aux problèmes de la longévité d’une carrière qui avait démarré très tôt et très fort et qui s’est vue exposée très vite à des évaluations parfois très divergentes ainsi qu’à l’obligation, plus complexe et problématique encore, de se réinventer elle-même face à des contextes changeants. Par ailleurs, cette inscription de la photographie dans le temps est aussi une inscription dans l’histoire. L’événement n’acquiert son sens que par rapport à des structures et des interprétations plus englobantes, elles aussi variables dans le temps, qui en sont faites. Le cas du « documentaire » et du « portrait », celui des hommes et celui de son environnement urbain, en fournissent ici les exemples privilégiés : Walker Evans en invente des formes simples, fondatrices malgré les emprunts et les influences que Chevrier détaille avec clarté, mais les interventions d’Evans se transforment toujours au contact, souvent non recherché, avec d’autres styles et d’autres générations de photographes : le grand reportage à la Cartier-Bresson, l’essai conceptuel d’un Dan Graham, l’interrogation mi-ironique, mi-angoissée du multiple chez Andy Warhol, par exemple. Tout aussi importante dans cette perspective est l’insistance de Jean-François Chevrier sur la place de l’anachronisme dans la vie d’une œuvre, puisque c’est à travers ce genre de décalages temporels que les notions de temps et d’histoire se heurtent de façon maximale. C’est ce qui arrive exemplairement avec la série Many Are Called, réalisée juste après la grande exposition et le livre American Photographs au Museum of Modern Art à New York en 1938, mais publiée seulement en 1966, au moment de l’apogée du conceptuel et du pop, qui représente un des cas les plus intrigants de réception biaisée de l’histoire de l’art moderne.

5C’est ici que la composition du livre de Jean-François Chevrier, qui touche à l’architecture d’ensemble aussi bien qu’à la microstylistique de la phrase, révèle toute sa puissance. L’auteur pose constamment trois types de questions : Que signifient, non pas l’œuvre de Walker Evans, mais telles et telles de ses images ? Qu’est-ce qu’elles signifiaient dans le temps, c’est-à-dire dans leur temps (et comme on l’a vu le temps de production n’est pas forcément le temps de lecture par le public) ? Quelle est enfin leur signification historique : comment ont-elles été lues par d’autres créateurs, y compris ceux d’aujourd’hui ? Jean-François Chevrier ne cherche nullement à effacer les différences entre les réponses que font naître chacune de ces questions, et le parti pris de morceler le propos général du livre en plusieurs facettes, toutes axées sur une problématique singulière et toutes revenant sans cesse sur les mêmes images, inlassablement visitées et analysées d’une pluralité de points de vue et avec une grande variété de moyens stylistiques, rend mieux compte de cette complexité que n’aurait pu le faire n’importe quelle monographie, fatalement placée sous le signe de l’unité et de la téléologie. Chevrier ne redit pas les mêmes choses d’une autre façon : en les redisant, mais autrement, il parvient à chaque fois à modifier le regard sur l’image analysée, de manière à faire sentir dans son langage comme dans son argumentationle rôle du temps et de l’histoire dans la vie des images.

6La plus grande réussite de Chevrier est de montrer comment on peut approcher un sujet par « aimantation », en réinventant dans chaque section, et à la limite dans chaque paragraphe, peut-être même dans chaque phrase, un style qui en même temps cible et dilue, qui choisit, accentue, détache, d’une part, et explique, situe, commente, d’autre part. Ce travail critique, qui est à la foistravail d’écriture, n’est pas sans rapport avec celui de Walker Evans lui-même, et tout au long de ce livre on ne peut qu’être sensible à l’homologie certaine entre le photographe et son double, entre Evans tel qu’il se place face au monde et Chevrier écrivant à petites touches comme un peintre face à son modèle. Comme celui d’Evans, le travail de Chevrier fonctionne de trois manières différentes. Les textes de ce livre valent d’abord pour eux-mêmes, ce sont des exemples d’écriture critique que l’on peut lire comme des textes autonomes, indépendamment de leur visée « transitive » (pour parler comme Roland Barthes). Ce sont aussi des textes ayant fonctionné dans le temps, dont le présent et le contexte d’énonciation sont tout sauf dissimulés par cette réédition (cette pseudo-réédition plutôt, tellement le changement de statut de chaque essai s’impose ici comme une évidence). Ce sont enfin des textes qui font sens dans l’histoire, par définition ouverte à tous ceux qui acceptent de les infléchir vers de nouvelles aventures.

References

Electronic reference

Jan Baetens, « Jean-François CHEVRIER, Walker Evans dans le temps et dans l’histoire », Études photographiques, Notes de lecture, Juillet 2011, [Online], Online since 02 December 2011. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/3192. connection on 19 November 2017.

About the author

Jan Baetens

By this author

Copyright

© Etudes photographiques