Navigation – Plan du site

Bertrand Lavedrine, Jean-Paul Gandolfo, L’Autochrome Lumière. Secrets d’ateliers et défis industriels

Compte rendu par Nathalie Boulouch
Référence(s) :

Paris, CTHS, 2009, 391 p., ill. NB et coul., 45 €.

Texte intégral

1Bien que l’autochrome ait bénéficié de l’attention régulière des historiens et des éditeurs depuis une quinzaine d’années, il restait encore une part importante de connaissances à révéler à propos de l’histoire industrielle du premier procédé de photographie couleur commercialisé en juin 1907 par la Société Lumière et ses fils. C’est chose faite avec cet ouvrage qui s’appuie sur les recherches menées de longue date par Bertrand Lavedrine et Jean-Paul Gandolfo. Sa qualité réside dans le tressage efficace entre l’information historique et technique, les problématiques contemporaines de conservation et l’illustration des usages.

2Quoique ponctué par des documents d’archives inédits et des témoignages, le livre serait en effet quelque peu aride si les précieuses et passionnantes informations scientifiques et techniques n’étaient illustrées par les usages qui ont été faits de ce procédé couleur. Outre de révéler une très belle petite collection inédite constituée par édouard Blanc, ingénieur chimiste aux usines Lumière, qui pratiquait l’autochromie en amateur, l’ouvrage s’appuie sur la richesse du fonds des Archives de la Planète conservées au musée départemental Albert-Kahn pour éclairer la pratique documentaire de l’autochrome. Enfin, des annexes volumineuses reproduisent en fac-similé les brevets et les cahiers de laboratoire dans lesquels sont décrits les différents composants utilisés dans la fabrication des autochromes. Une bibliographie thématique, proposant une recension de sources, complète utilement l’ensemble.

3La saga de l’entreprise familiale qui ouvre le récit permet de cerner le contexte économique et industriel du début des années 1890 dans lequella société, alors florissante, lance ses recherches sur les procédés couleur qui aboutiront à l’autochrome. Mais c’est aussi l’histoire de la concurrence internationale qui est retracée, où se révèlent les enjeux technologiques et les stratégies industrielles de la firme lyonnaise autant que ceux de Kodak qui dominera le marché des procédés couleur après-guerre. Cette histoire industrielle se double en filigrane d’une histoire sociale des ouvriers et collaborateurs travaillant dans les usines de Montplaisir. L’exposé des données sur la fabrication et la production des autochromes est nourri par les entretiens réalisés avec les enfants de certains collaborateurs des frères Lumière. Au chapitre sur la conservation des autochromes, les auteurs mentionnent l’apport de l’archéologie industrielle expérimentale dans la compréhension de la technologie des plaques Lumière. Ils reviennent de façon très concrète sur des conseils pratiques et sur un récapitulatif des principales altérations et s’appuient sur l’expertise développée par le musée Kahn dans la numérisation des autochromes pour apporter une contribution utile aux questions de reproduction de ce procédé dont les caractéristiques (grain, densité, tonalités, altérations) ne sont comparables à aucun autre.

4Ce livre vient ainsi compléter magistralement la bibliographie récente sur l’autochrome et permet de mieux comprendre le rôle majeur qu’elle a joué dans une période de transition entre les premières expérimentations du xixe siècle et l’avènement des procédés chromogènes dans la seconde moitié du xxe siècle.

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Boulouch, « Bertrand Lavedrine, Jean-Paul Gandolfo, L’Autochrome Lumière. Secrets d’ateliers et défis industriels », Études photographiques, Notes de lecture, Novembre 2009, [En ligne], mis en ligne le 09 novembre 2009. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/2888. consulté le 19 novembre 2017.

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle