Études photographiques http://etudesphotographiques.revues.org Études photographiques est une revue semestrielle publiée par la Société française de photographie avec le concours du CNL, du CNRS et de l'université de Ryerson. Orientalismes ? Cet article porte sur les catégories parfois utilisées pour étudier la photographie dite « orientaliste » au xixe siècle. Il vise à démontrer que les circulations nombreuses entre praticiens britanniques, français et locaux peuvent permettre de remettre en question la validité de certaines classifications. L’étude souligne que si des différences visibles permettent de distinguer une photographie française de l’Orient de son équivalent britannique, collaborations, contraintes locales et structure du marché photographique des années 1840 à 1870 contribuent à brouiller les frontières. L’article souligne pour finir l’importance d’installer un régime d’historicité critique face aux réinventions contemporaines de ces traces visuelles, en passe de devenir des enjeux de mémoire.

]]>
Daniel Foliard http://etudesphotographiques.revues.org/3605 2016-07-15
Dans l’œil du daguerréotype Le cliché de Thibault passe pour la première illustration photographique d’un reportage dans les journaux. La rue du Faubourg-du-Temple lors des sanglantes journées de juin 1848 : telle est la scène capturée par ce célèbre daguerréotype. Cet article interroge cette expérience optique. Celle-ci ne lance-t-elle pas comme une passerelle entre la perception individuelle et la chronique du monde, la petite et la grande histoire ? Qu’est-ce que l’œil peut voir sur ces images émouvantes ? Pour le savoir, il importe évidemment d’identifier ce « Thibault » que l’on imagine juché avec son lourd équipement de boîtes, de fioles et d’égouttoirs en face de la femme au bonnet blanc qui a surpris son geste. De quel lieu exact a-t-il pu prendre cette série de vues sur des barricades de juin 1848 ? Cette prise de vue permet, plus largement, d’interroger le statut acquis par ce traitement optique de l’événement. De quelle représentation du réel participe-t-il alors qu’au même moment se met en place la...

]]>
Olivier Ihl http://etudesphotographiques.revues.org/3597 2016-07-15
La photographie est-elle une « image » ? La notion générique d’image, désormais couramment employée pour définir le statut de la photographie, semble être le dernier instrument théorique en date. Pourtant, il semble opérer sans être lui-même défini, bénéficiant d’un prestige accordé depuis quelques décennies par les études culturelles et visuelles. L’analyse historique apporte quelques précisions et fait apparaître comment la photographie a joué un rôle dans la redéfinition même de l’image. Entre phénoménologie et structuralisme, prise comme exemple ou employée comme métaphore, la photographie permet de penser l’image au-delà des questions de psychologies théoriques héritées du XIXe siècle. Mais plus fondamentalement, la photographie impose ses qualités “culturelles” et déplace insensiblement les discours sur l’image vers une réfléxion sur les images. La photographie a été l’opératrice du passage de l’image pensée comme fait de conscience à l’image pensée comme fait social. On propose ici une petite histoire de la notion d...

]]>
Michel Poivert http://etudesphotographiques.revues.org/3594 2016-07-15
De l’image-trace à l’image-fiction Partant de l’effervescence des théories ontologiques des années 80 sur l’image-empreinte (l’index, le ça-a-été), ce texte retrace synthétiquement, en  dessinant quelques axes et en dégageant les enjeux, les mouvements de pensée qui ont amené les théories de la photographie, par delà les mutations technologiques (le « digital turn »), d’abord vers une pensée plus pragmatique, liée aux usages de l’image, ensuite et surtout, vers une pensée plus novatrice et prometteuse, qui se conçoit comme informée par les « théories de mondes possibles » mais appliquées au champ du visuel. La photographie peut-elle être pensée comme une fiction ontologique ? Le photo moins comme image-trace (de-ce-qui-a-été-là) que comme image-fiction (d’un-monde-possible), « a-référentiel » et « plausible ». On étudiera les conséquences de cette pensée sur la question du document et de l’archive, sur celle du stock et des flux, sur celle de l’unité spatio-temporelle de l’image et sur celle de la «(non)fixité » de l...

]]>
Philippe Dubois http://etudesphotographiques.revues.org/3593 2016-07-15
Une illusion essentielle Longtemps intuition diffuse, le réalisme indiciel attribué à la photographie prend la forme d'une théorie proprement dite avec les travaux de Susan Sontag, Roland Barthes, Rosalind Krauss (et rétrospectivement Walter Benjamin), entre 1977 et 1990. Celle-ci repose sur le postulat d’une identité de la photographie conférée par sa technique, qui détermine une esthétique de la trace. Au carrefour de l’histoire culturelle, de la sémiotique et des arts visuels, cette approche contribue à la reconnaissance de la photographie comme forme culturelle légitime. Faisant apparaître les paradoxes et les confusions de la théorie, cet article déploie deux objections majeures. Le réalisme indiciel isole la photographie des technologies d'enregistrement et méconnaît les caractères de cette catégorie archivale, limitant la démonstration de la spécificité photographique à une tautologie. C'est une argumentation à caractère psychologique qui entretient l'illusion d'un transfert de présence, alors que ce...

]]>
André Gunthert http://etudesphotographiques.revues.org/3592 2016-07-15
Montrer et/ou démontrer. Index et/ou indice? Le point de départ de mes réflexions est que la réponse aux questions sur les théories actuelles de la photographie ne résulte pas seulement du positionnement théorique et méthodique de celui qui cherche à y répondre mais aussi du contexte culturel, académique et de la discipline de ce dernier. C’est pourquoi les théories photographiques ne sont pas seulement des abstractions (nécessaires) de faits spécifiques, mais toujours des résultats de processus de traduction, linguistiques, sémantiques et culturels, de même que des transpositions de faits généraux à des contextes locaux et des glissements de sens en découlant. De même, les termes montrer et/ou démontrer, index et/ou indice qui ont marqué les débats de l’histoire de la photo à la fin des années 1970 en France ne résultent pas uniquement des traductions. Leurs transpositions dans d’autres langues donnent aujourd’hui de nouvelles possibilités. Mes réflexions sont des déclinaisons sur le potentiel animant des débats théoriques in...

]]>
Herta Wolf http://etudesphotographiques.revues.org/3590 2016-07-15
Photographie, ontologie, analogie, compulsion Notre compulsion à croire en l’identité entre les photographies et leur modèle alimente un répertoire d'analogies stéréotypées – fossile, empreinte, trace de pas, masque, relique, etc. – qui restent des ponts-aux-ânes de la réflexion théorique. L'article d'André Bazin, « Ontologie de la photographie » (1945), brillante réflexion sur l'opacité de la croyance, proposait un mythe moderne de la représentation. La répétition de ces métaphores depuis les années 1930 s'apparente en revanche à un ressassement. Le flou d'une photographie ou le dessin persistant d'un éclair fugace suffit à montrer les limites du modèle de transfert de présence. La photographie est une technologie picturale d’une remarquable plasticité, qui ne se laisse pas enfermer dans les catégories d'une pensée paresseuse.

]]>
Joel Snyder http://etudesphotographiques.revues.org/3589 2016-07-15
Que dit la théorie de la photographie ? Après avoir abondamment nourri l’intérêt pour la photographie à la fin du xxe siècle, le questionnement théorique s’était brusquement tu avec le choc du numérique. L’abstraction du pixel ne contredisait-elle pas la matérialité du grain d’argent, garant de la trace photographique ? Mais la continuité des pratiques a fini par rassurer. Le motif de la photographie comme preuve ou comme empreinte refait surface, témoignant que la croyance dans une forme d’authenticité spécifique n’a pas disparu. Héritage prestigieux, le réalisme indiciel n’en finit pas de hanter un champ en mal de considération intellectuelle. Alors que la revue Études photographiques a tenté dès ses origines de proposer une autre approche, plus attentive à la variété et à l’historicité des usages, il nous a semblé opportun de nous joindre aux efforts de mise en perspective des thèses essentialistes.

L’exposition « Qu’est-ce que la photographie ? », proposée en 2015 par Clément Chéroux et Karolina Ziebinska-Lewandowska a...

]]>
André Gunthert http://etudesphotographiques.revues.org/3588 2016-07-15
Rediscovering the lost photographs of the Exhibitions of the Royal Photographic Society This paper describes a successful attempt to link together hitherto disconnected historical photographic records owned by different institutions using just textual record information, in order to identify images that have been missing from important photographic exhibition catalogues for over 100 years. The context for this research is the UK Arts and Humanities Research Council funded FuzzyPhoto project that has developed a finding aid for researchers interested in identifying pictures in museum online collections even when the records are incomplete, imprecise and incorrect. It describes the challenges of working with historical museum records and the approach developed to deal with them. This new approach is based on semantic matching techniques and fuzzy logic based algorithms that reflect the kinds of choices made by human decision makers when carrying out such tasks. Results are presented and the significance of this research is discussed for cultural heritage institutions and...

]]>
Stephen Brown http://etudesphotographiques.revues.org/3602 2016-06-29
Séverine Graff, Le cinéma-vérité. Films et controverses L’hypothèse de départ de Le Cinéma-vérité : films et controverses, de Séverine Graff, est que si cette expression désigne aujourd’hui un moment d’innovation technologique – l’avènement d’un cinéma léger et synchrone (pour reprendre la formule de Vincent Bouchard) –, cette définition n’a rien de naturel ou d’objectif. Elle résulte, en fait, d’une construction d’ordre cinéphilique, social et politique (souvent rétrospective), dont il est possible de faire l’histoire. Sans concession, l’auteure note, « ce mythe a une histoire et une existence propres et [il] ne doit être confondu avec le matériel effectivement disponible durant la première moitié des années 1960 » (p. 241). En fait, selon la chercheuse, l’ambiguïté des premières définitions (Edgar Morin et Jean Rouch), qui reposent tout à la fois sur l’idée d’un contact plus direct avec la réalité et d’une approche métadiscursive, a conduit la notion au succès, ainsi qu’à des appropriations polysémiques rendant la signification de cell...

]]>
Rémy Besson http://etudesphotographiques.revues.org/3574 2016-01-27