Navigation – Plan du site

L’invention du magazine

La photographie mise en page dans ”La Vie au grand air” (1898-1914)
Thierry Gervais
p. 50-67

Texte intégral

Fig. 1. La Vie au grand air, 16 mars 1905, couverture, coll. part.

  • 1 Jean-Noël Marchandiau,L’Illustration 1843-1944. Vie et mort d’un journal, Toulouse, Privat, 1991, p (...)

1Au début de la Première Guerre mondiale, le tirage du journal L’Illustration atteint des chiffres qui ne seront plus égalés par la suite, le plaçant au premier rang mondial de la presse illustrée, avec 280 000 exemplaires vendus en 19141. Depuis l’année 1904, la photographie illustre majoritairement les pages de l’hebdomadaire dont la forme globale demeure très proche des premières livraisons du xixe siècle. Certes, le papier est désormais un couché de qualité, une illustration de grande dimension occupe l’ensemble de la première page et l’usage des images s’est légèrement accru dans l’économie générale de chaque numéro. Cependant, la couverture des exemplaires vendus à l’unité s’appuie toujours sur une construction typographique, le format grand in-quarto est encore de mise et le texte reste dense. Le passage du dessin à la photographie s’est effectué progressivement, sans intervention majeure sur la structure et l’équilibre du journal illustré. Comme objet, L’Illustration de 1914 n’est guère différente de son aïeule du xixe siècle.

2Dans la France de la Belle Époque, l’usage massif de la photographie contribue très certainement à l’apparition des magazines modernes. Cependant, cette utilisation suffit-elle à les distinguer du traditionnel journal illustré ? Un exemplaire de La Vie au grand air de 1909 n’est-il pas déjà un magazine alors qu’un numéro de L’Illustration de la même année ne s’apparente-t-il toujours pas au journal illustré ? À cette date, tous deux se construisent pourtant autour de la photographie. Le contenu diffère entre les deux périodiques, mais la distinction entre journal illustré et magazine ne se fait-elle pas avant même la lecture, en feuilletant l’hebdomadaire ?

Le rôle du directeur artistique

  • 2 Les éditeurs, “Notre programme”, La Vie au grand air, n° 21, 4 février 1899, p. 244.
  • 3 L’abonnement augmente rapidement pour atteindre le prix de 24 francs pour Paris en 1906, mais, en 1 (...)
  • 4 Pierre Lafitte, “La Vie au grand air”, La Vie au grand air, n° 1, 1er avril 1898, p. 4.

3Après un an de parution, l’hebdomadaire sportif créé par Pierre Lafitte en 1898, La Vie au grand air, publie un article intitulé “Notre programme2”. Le texte annonce que la réussite des premières livraisons permet désormais de passer à un rythme hebdomadaire pour tenir les lecteurs au fait de l’actualité sportive. À partir de cette date, La Vie au grand air paraît chaque samedi, pour un abonnement de 14 francs par an3. D’autre part, le texte n’évoque plus les « compositions piquantes de [ses] dessinateurs » comme l’avait fait Lafitte dans le premier numéro4, mais plutôt des « documents photographiques » qui sont seuls associés à « la plume » des journalistes.

  • 5 La Vie au grand air, n° 21, 4 février 1899, p. 243-254. Dans son numéro 59 du 29 octobre 1899, la d (...)
  • 6 La direction, “À nos lecteurs”, art. cit., p. 74.

4Dans ce numéro, la rédaction publie soixante illustrations relevant toutes du mode photographique5. Pour organiser et mettre en pages ces images, l’article de présentation de la nouvelle formule annonce également la nomination de Lucien Faure au poste de « directeur artistique ». Le statut et la tâche sont nouveaux et répondent à un besoin récent dans la presse illustrée. En effet, quelques mois plus tard, l’hebdomadaire signale à ses lecteurs qu’en « feuilletant » un numéro, il peut remarquer l’augmentation du nombre d’illustrations6. Le verbe « feuilleter » renvoie directement à la structure du journal générée par l’usage des images. Pour « feuilleter » un journal, il faut pouvoir s’attarder sur autre chose que le texte.

  • 7 Lorsque les éditeurs explique que « [leur] papier est identique à celui des publications vendues so (...)

5La Vie au grand air se compose de seize pages d’un format légèrement plus petit que celui de L’Illustration7. Le nombre d’illustrations varie de 42 à 84 et couvre une surface de 10 à 14 pages par numéro. Autrement dit, un exemplaire de La Vie au grand air est, en moyenne, illustré à 70 %. Les pages grises sont rares et le texte prend plus souvent la forme d’une légende que celle d’un article de fond. De la couverture à la dernière page de La Vie au grand air, les images organisent l’espace pour susciter l’attention du lecteur.

L’espace de couverture

Fig. 2. La Vie au grand air, 13 nov. 1903, couverture, coll. part.

Fig. 3. La Vie au grand air, 12 mai 1904, couverture, coll. part.

  • 8 La Vie au grand air, 13 nov. 1903, n° 270.
  • 9 La Vie au grand air, 12 mai 1904, n° 296.

6Dans les premiers numéros de La Vie au grand air, la couverture intègre une image, mais la titraille et les informations éditoriales suivent un agencement classique, en bandeau, cernées d’un liseré (fig. 2). Dans le numéro du 13 novembre 1903, une photographie représente la voiture de Rigolly venant de remporter un meeting automobile8. Le titre du périodique est pour l’occasion déployé sur deux lignes afin d’épouser les formes du véhicule. Mais, l’effet le plus marquant dans cette mise en pages repose sur la perspective avec laquelle est enregistrée la voiture. De trois quarts, l’image présente en gros plan l’avant du véhicule et son ensemble dans une perspective fuyante qui donne un effet dynamique à la page. Si le bolide de Rigolly se tient probablement à l’arrêt, la mise en pages s’appuie sur une ligne de fuite qui interpelle directement le lecteur. Quelques mois plus tard, dans le numéro du 12 mai 1904, la ligne de fuite est orientée vers la droite, mais le passage des cyclistes et le titre du périodique sont présentés avec un effet de mouvement similaire9 (fig. 3).

Fig. 4. La Vie au grand air, 30 juin 1904, couverture, coll. part.

  • 10 Voir les n°s 303, 304 et 316 de La Vie au grand air des 30 juin, 7 juil. et 29 sept. 1904.
  • 11 La Vie au grand air, n° 340, 16 mars 1905.

7La Vie au grand air peut également s’adresser “frontalement” au lecteur10 (fig. 4). Dans le numéro du 30 juin 1904, la couverture présente le cycliste Mayer courbé sur son guidon. Un plan serré autour des bras du cycliste impose la scission du titre en deux parties et, Mayer, le regard sombre, affronte l’objectif du photographe. Une semaine plus tard, le corps du sauteur à la perche Gonder est suspendu alors qu’il franchit la barre des trois mètres soixante-dix (fig. 5). Les bras en croix de l’athlète perturbent l’agencement du titre et ses jambes sont projetées en direction du lecteur. Enfin, ces astuces de mise en forme sont associées dans la construction de la couverture du numéro du 16 mars 190511 (voir fig. 1). Hoffmann, aux commandes de sa motocyclette, s’inscrit dans une perspective qui l’engage vers la droite de la page, le regard fixé sur son objectif. Le titre du périodique est déployé sur quatre lignes à l’arrière du véhicule dont la roue avant est coupée par le bord de la page, trop étroite pour contenir son sujet lancé à toute vitesse.

Fig. 5. La Vie au grand air, 7 juillet 1904, couverture, coll. part.

Fig. 6. La Vie au grand air, 3 novembre 1904, couverture, coll. part.

8Avec ces mises en pages, l’hebdomadaire s’adresse à un spectateur bien plus qu’à un lecteur : spectateur de la vitesse des motocyclistes ou de l’agilité d’un sauteur à la perche, mais spectateur également des formes d’une image exploitées pour susciter son attention. Tout est mis en œuvre pour attirer l’œil sur la couverture. l’instantanéité de l’image brise le mouvement, la frontalité du sujet précise la place du spectateur et la disposition du texte souligne les lignes de construction de la page. Ces compositions s’appuient toutes sur une image forte, disposée adroitement dans le cadre de la page, mais l’hebdomadaire se permet également des montages composés de plusieurs photographies.

  • 12 La Vie au grand air, n° 321, 3 nov. 1904.

9En couverture du 3 novembre 1904, La Vie au grand air reproduit en gros plan le cadran d’un chronomètre sur lequel se déplacent des aiguilles, mais également le cycliste et le coureur de fond ayant battu les records de l’heure12 (fig. 6). Visuellement, l’effet de ce type d’image est moins direct et les courts textes inscrits dans la composition aident à résoudre l’énigme de la page. Les formes utilisées diffèrent, mais l’objectif de ces couvertures reste le même, transformer la page en une composition où le texte et les images sont ordonnés pour capter l’œil. Pour transmettre l’information sportive, les couvertures de La Vie au grand air proposent des formes où le lisible et le visible sont associés pour créer une nouvelle image dans l’espace de la page.

Graphisme de la page

10Dans La Vie au grand air, une seule actualité est généralement agencée sur la page qui se construit autour d’un article, mais, plus souvent encore, à partir d’un ensemble d’images combinées avec un titre et des légendes. Dans cet espace, la direction artistique tient compte du cadre de la page pour que la disposition des images ménage des effets visuels qui pourront soutenir l’actualité publiée.

Fig. 7. La Vie au grand air, 1er sept. 1898, p. 131, coll. part.

  • 13 La Vie au grand air, n° 11, 1er sept. 1898, p. 131.

11Dès 1898, des pages entières sont l’objet de combinaisons d’images. Pour illustrer une course cycliste, une page du numéro du 1er septembre est illustrée de sept photographies de l’épreuve13 (fig. 7). Imprimé dans le sens horizontal de la page, l’ensemble s’offre à l’œil comme un tout. De format rectangulaire ou circulaire, les images sont disposées bord à bord et se chevauchent parfois pour offrir une composition légendée : « La course des 72 heures ».

Fig. 8. La Vie au grand air, 22 nov. 1902, p. 797, coll. part.

  • 14 La Vie au grand air, n° 219, 22 nov. 1902, p. 797.

12Cet ordonnancement des images se modifie rapidement pour récupérer le sens vertical de la page (fig. 8). Pour illustrer une partie de chasse du roi du Portugal, trois photographies rectangulaires, publiées dans le sens de la hauteur, sont liées par le chevauchement de leurs angles14. Elles laissent le texte courir à gauche, à droite, puis à nouveau à gauche, se jouant de l’effet de symétrie produit par l’ensemble de la page.

Fig. 9. La Vie au grand air, 4 avril 1903, p. 222, coll. part.

  • 15 Franc-Picard, “Le benjamin des entraîneurs : J. Count”, La Vie au grand air, n° 238, 4 avril 1903, (...)

13Au chevauchement des images s’ajoutent parfois des détourages qui permettent des constructions plus complexes (fig. 9). L’article de Franc-Picard sur les prouesses d’un entraîneur de chevaux se déploie sur une pleine page, accompagné de quatre photographies15. Chacune d’entre elles a fait l’objet d’un détourage aux formes inhabituelles, s’appuyant sur des lignes courbes. Ce travail sur les images a permis de les assembler les unes avec les autres dans le cadre de la page, disposant texte et légendes avec précision. Les trois premières photographies forment un “V”, au centre duquel est inscrit le titre de l’article et dont la pointe conduit vers la quatrième image, la plus grande, centrée dans le bas de la page.

  • 16 Fioravanti, “La ceinture d’or”, La Vie au grand air, n° 276, 24 déc. 1903, p. 963.

14L’imbrication des images sur une même page atteint un point d’orgue dans le numéro du 24 décembre 190316 (fig. 10). À quelques jours de la dernière épreuve de lutte, un article est consacré aux différents concurrents et pose la question, « À qui la ceinture d’or ? » Si l’auteur exprime clairement sa préférence pour le Français Paul Pons, la mise en pages s’organise, elle, autour d’un point d’interrogation. Les huit portraits des lutteurs ont été détourés de telle sorte qu’ils puissent être agencés pour former la double ponctuation. Centrée dans la page, cette composition disperse le texte de chaque côté de ses courbes et retient dans sa boucle le chapeau de l’article.

Fig. 10. La Vie au grand air, 24 décembre 1903, p. 963, coll. part.

  • 17 Georges Prade, “Les canots automobiles avant le meeting de Monaco”, La Vie au grand air, n° 285, 25 (...)

15Quelques mois plus tard, la même méthode permet d’illustrer “Les canots automobiles avant le meeting de Monaco” en exploitant, cette fois, la forme des hélices qui propulsent les bateaux17. Dans chacune des pales s’est glissée une photographie des principaux canots et le texte subit la dynamique des formes, dispersé dans les espaces restants. L’article s’étend sur deux pages, chacune d’entre elles exploitant une forme d’hélice différente (fig. 11 et 12).

Fig. 11 et 12. La Vie au grand air, 25 février 1904, p. 153-154, coll. part.

  • 18 “Différence et compétition. L’imitation et la reproduction des œuvres d’art dans un journal illustr (...)

16L’hebdomadaire déploie très tôt sur la double page centrale des conceptions graphiques qui profitent d’un large espace. Tom Gretton a déjà soulevé l’intérêt de la double page, à la fois au cœur du journal et indépendante du rythme de la lecture18. Dans La Vie au grand air, l’espace central s’intègre davantage à l’objet de publication par des titres forts ou encore des légendes plus longues et descriptives. Cependant, certains indices, comme la suppression des folios, incitent à vivre cet espace comme un spectacle plutôt qu’un moment de lecture.

Fig. 13. La Vie au grand air, 25 août 1905, p. 702-703, coll. part.

Fig. 14. La Vie au grand air, 22 mars 1913, p. 222-223, coll. part.

  • 19 Pour ne citer qu’un exemple, voir le numéro de L’Illustration consacré à l’affaire Dreyfus, n° 2 95 (...)
  • 20 La Vie au grand air, n° 348, 12 mai 1905, p. 380-381.
  • 21 La Vie au grand air, n° 363, 25 août 1905, p. 702-703.
  • 22 La Vie au grand air, n° 490, 15 fév.1908, p. 104-105.
  • 23 La Vie au grand air, n° 757, 22 mars 1913, p. 222-223.
  • 24 La Vie au grand air, n° 143, 9 juin 1901, p. 308-309, et La Vie au grand air, n° 149, 21 juil. 1901 (...)
  • 25 La Vie au grand air, n° 272, 26 nov. 1903, p. 884-885, et La Vie au grand air, n° 390, 2 mars 1906, (...)

17Dans L’Illustration ou Le Monde illustré de la Belle Époque, la double page montre parfois des photographies, mais elle donne plus souvent l’occasion à des dessinateurs de réaliser une grande image où leur talent artistique se conjugue avec l’actualité19. Dans La Vie au grand air, l’usage de la photographie ne laisse guère de place au dessinateur, mais de grandes images occupent néanmoins la double page du numéro. Certaines s’appuient sur le genre photographique de l’instantané qui enregistre des moments cruciaux d’une actualité et une iconographie invisible à l’œil. Dans le numéro du 12 mai 1905, une photographie représente les coureurs du 110 mètres haies au passage de leur dernier obstacle, enregistrant l’avance et le retard de chacun des participants20. Pour le Grand Prix de Deauville de la même année, c’est un instant de la course hippique qui s’étend sur la double page21 (fig. 13). Lorsque le pittoresque photographique n’est pas à la hauteur des ambitions de la direction artistique, elle s’appuie alors sur des solutions graphiques déjà évoquées. C’est le cas pour l’image d’un bobsleigh dont le point de fuite donne un effet de mouvement22 ou pour celle d’un stade de Tunis, où le mouvement synchronisé de 4 000 gymnastes surprend l’œil du lecteur par son effet de géométrie23 (fig. 14). De nombreuses doubles pages se jouent également de l’imbrication de photographies numérotées24 ou de l’emboîtement de certaines formes détourées pour associer les images entre elles et lier les espaces25. Toutes les astuces de mise en forme, évoquées précédemment, sont désormais exploitées dans le cadre de la double page, espace rectangulaire qui se déploie désormais horizontalement.

Fig. 15. La Vie au grand air, 29 février 1908, p. 135-136, coll. part.

  • 26 Jacques Mortank, “Le diabolo est-il un jeu ou un sport ?”, La Vie au grand air, n° 492, 29 fév. 190 (...)

18Dans le numéro du 29 février 1908, La Vie au grand air consacre sa double page à la pratique du diabolo : “Le diabolo est-il un jeu ou un sport26 ?” (fig. 15) Pour traiter ce sujet, texte et images sont l’objet d’un travail de maquette complexe qui exploite toutes les ressources de la page. Un double liseré cerne la composition, mais il est interrompu à plusieurs reprises par le mouvement de bras du joueur. Dans ce cadre, une large image horizontale articule les deux pages, mais elle est brisée en son centre par un joueur, cambré dans le lancement du diabolo. Autour de ce personnage s’agencent en demi-cercle les cinq autres images. Le texte n’est pas disposé selon la même rigueur symétrique, mais occupe la place restante, se glissant entre les images ou dans l’entrejambe d’un joueur. Si l’auteur de l’article peine à transformer le jeu en sport, la mise en pages souligne l’agilité et la dextérité des joueurs. Les personnages sont détourés dans des positions à la fois surprenantes et gracieuses, les formes circulaires reprennent celle du diabolo accentuant sa présence dans la composition, et la dispersion du texte confirme la rapidité des mouvements liés à l’exercice. La double page présente donc la pratique du diabolo en s’appuyant sur une composition de formes issues d’images distinctes. Cette mise en pages propose un montage d’éléments visuels disparates qui vise à un effet global où la transmission d’un savoir se mêle au spectacle des formes produit par le jeu.

Fig. 16. La Vie au grand air, 1er août 1908, p. 88-89, coll. part.

  • 27 “Les jeux Olympiques à Londres”, La Vie au grand air, n° 515, 1er août 1908, p. 88-89.

19La double page du numéro du 1er août 1908 est révélatrice de cette association entre récit et spectacle27 (fig. 16). L’actualité sportive se con­centre alors sur les jeux Olympiques qui se tiennent à Londres. Dans un montage qui distribue le titre en haut, l’ensemble des images au centre et quatre lignes de légendes en bas, sept photographies des épreuves ont été associées. Chacune d’entre elles est affublée d’un numéro, distribué dans le sens de lecture occidentale et renvoyant à une légende. Dans ce dispositif narratif, la deuxième image sort de l’agencement classique. L’Américain Iron, qui vient de battre le record du monde de saut en longueur, a été enregistré de face, à l’occasion d’une de ses tentatives. Occupant toute la hauteur de la page et détaché de son contexte par un détourage serré, le corps du sportif masque une partie des autres photographies et se projette en direction du lecteur/spectateur. L’objectif du montage dépasse le récit des jeux. Iron crée la surprise en battant le record du monde, mais également en provoquant un effet visuel spectaculaire. Le travail de mise en pages propulse Iron en direction du lecteur, exploitant ainsi l’effet de hors champ pour dynamiser le montage. Deuxième dans la numérotation des images, la photographie de Iron est l’articulation centrale à partir de laquelle s’organisent les autres illustrations. Avec ce type de montage, la double page de La Vie au grand air s’émancipe des références au modèle des beaux-arts. Désormais, le lecteur assiste au spectacle de l’actualité sportive présentée selon les formes modernes de la photographie et du cinéma qui se développent à la Belle Époque.

Références cinématographiques

  • 28 André Foucault, “Le Racing champion de Paris”, La Vie au grand air, n° 233, 28 fév.1903, p. 135-138

20La modernité des doubles pages de La Vie au grand air procède directement du choix de la photographie comme mode illustratif, mais également d’un contexte visuel dans lequel les formes cinématographiques ont pris place. Le 28 février 1903, André Foucault relate la finale de championnat de Paris de rugby28. Déployé sur quatre pages, cet article est accompagné de huit photographies et d’un dessin qui occupe la double page (voir fig. 17 à 19). Composée par Tofani d’après une photographie, l’image présente une percée du Racing club de France dans la défense du stade français, dans une composition classique dont toutes les lignes mènent au ballon. Quatre phrases de légende décrivent tant l’action sportive que les raisons qui ont prévalu au choix du dessin : « Que nos lecteurs ne voient point ici ce que, dans l’ancien journalisme illustré, on appelait une “composition”. Cette superbe planche est la fidèle reproduction d’un document photographique. Mais l’instantané, par sa rapidité même, est plus propre à fixer des gestes qu’à indiquer des mouvements. C’est pourquoi nous avons demandé à l’habile dessinateur Tofani d’aider ici la photographie, en rendant à cette scène toute l’animation que l’objectif lui avait enlevée […]. »

Fig. 17 à 19. La Vie au grand air, 28 février 1903, p. 135 à 138, coll. part.

  • 29 La Vie au grand air, n° 145, 23 juin 1901, p. 356-357.
  • 30 La Vie au grand air, n° 244, 16 mai 1903, p. 312-313.

21Choisir la photographie et s’inscrire dans la dynamique d’un journalisme moderne, c’est renoncer à ce mode illustratif où le dessin n’a cessé d’intervenir pour suppléer les manques de la photographie. Mais pour cela, La Vie au grand air doit trouver des solutions graphiques en adéquation avec son usage du médium argentique. Une des possibilités consiste à publier des séries de photographies instantanées censées raconter une épreuve hippique ou une course de vélo. Dans le numéro du 23 juin 1901, le montage central s’intitule : “Le Grand Prix raconté par la photographie” et présente en deux bandeaux cinq instantanés « des diverses péripéties de la course29 » (fig. 20). Deux ans plus tard, la double page propose « une interview photographique de 500 kilomètres » et regroupe treize photographies de la course de vélo qui relie Paris à Bordeaux30.

Fig. 20. La Vie au grand air, 23 juin 1901, p. 356-357, coll. part.

Fig. 21. La Vie au grand air, 21 juin 1902, p. 408-409, coll. part.

  • 31 La Vie au grand air, n° 197, 21 juin 1902, p. 408-409.

22Cet usage de la photographie transforme la double page en un espace de récit, construit par un enchaînement d’instantanés, enregistrés par des photographes. L’ “animation” donnée par Tofani à la photographie instantanée est désormais remplacée par un compte rendu rythmé par une succession d’images. La légende du numéro du 23 juin 1901 le rappelle : « Combien [de spectateurs], même les plus favorisés, peuvent se vanter d’avoir vu la course ? » Dans sa mise en pages, La Vie au grand air dispose une série de clichés où sont enregistrés des moments fugitifs.La succession des images publiées raconte le parcours de la course hippiqueet la variété des points de vue proposés offre une vision inédite et analytique de l’épreuve. Les formes de la photographie sont donc exploitées et assumées. Le dynamisme recherché dans les compositions ne s’exprime plus dans l’image elle-même, mais dans la page qui présente une séquence de photographies. Dans la double page du 21 juin 1902, la légende précise que ces instantanés de la course ont permis d’offrir au lecteur « un véritable cinématographe de la victoire de Kizil-Kourgan31 » (fig. 21). Le lien entre la double page et le cinématographe s’appuie sur la publication d’image argentique, sur la multiplicité et la variété des plans photographiés et sur le montage qui produit une séquence de la course. Le modèle de légitimation de l’usage des images se déplace alors clairement des beaux-arts vers le cinéma.

Fig. 22. La Vie au grand air, 27 mai 1911, p. 332-333, coll. part.

  • 32 La Vie au grand air, n° 662, 27 mai 1911, p. 332-333.
  • 33 La Vie au grand air, n° 699, 10 fév. 1912, p. 93-94.

23La mention du rapport au cinéma n’est pas anecdotique dans l’hebdomadaire sportif et se renouvelle explicitement à plusieurs reprises dans les titres des doubles pages. En mai 1911, l’espace central du numéro est réservé à “La cinématographie de la catastrophe de Paris-Madrid32” (fig. 22). Un an plus tard, c’est un montage de six clichés en double page qui est sous-titré “La cinématographie d’un vol de l’aviateur Simon33” (fig. 23). Pour se distinguer de la presse illustrée traditionnelle, La Vie au grand air se tourne résolument vers les formes modernes que prennent les actualités lorsqu’elles sont diffusées par le cinématographe.

  • 34 Pierre Lafitte, “Notre programme”, Excelsior. Journal illustré quotidien, n° 1, 16 nov. 1910, p. 2.
  • 35 Sur ces deux périodiques, voir Gaëlle Morel, “Du peuple au populisme. Les couvertures du magazine c (...)
  • 36 Jean Selz, “Le cinéma et la mise en pages”, Presse-Publicité, n° 3, 28 mars 1937, p. 8, nous soulig (...)

24Il était probablement trop tôt en 1899 quand Lafitte rédige l’article liminaire de la nouvelle formule de La Vie au grand air pour faire référence au cinéma. Mais en 1910, dans le premier numéro d’Excelsior, l’homme de presse est formel : « Les premiers, nous voulons tirer parti pour l’utilité et pour le plaisir du grand public, des progrès formidables effectués depuis une dizaine d’années dans les industries de la typographie, de l’art photographique et de la photogravure. La création d’Excelsior est l’aboutissement normal de ces progrès. […] Grâce à ces éléments inappréciables, Excelsior sera ce qu’il a l’ambition d’être : le cinématographe de l’actualité universelle34. » Il faut attendre l’entre-deux-guerres et l’avènement de magazines célèbres comme Vu ou Regards pour que mises en scène et mises en pages soient confrontées35. En 1937, le journaliste Jean Selz écrit dans l’hebdomadaire Presse-Publicité qui se consacre à l’actualité de la profession : « Le petit cinéma de papier qu’est le magazine s’est donc trouvé entraîné […] à faire, lui aussi, de la mise en scène de ses pages, une chose vivante, puis une chose parlante, c’est-à-dire apportant, par la simple réunion des événements photographiques et typographiques des significations assez “explosantes” pour que le lecteur puisse jouir du magazine à la manière d’un spectateur : sans travailler36. » L’auteur se réfère aux hebdomadaires contemporains, mais la description faite du magazine peut s’appliquer à La Vie au grand air et à son travail de mise en pages. Chaque semaine, l’hebdomadaire sportif insuffle une dynamique à chacune de ses pages pour que le lecteur puisse « feuilleter » sans contrainte de lecture un exemplaire.

Fig. 23. La Vie au grand air, 10 février 1912, p. 9 3-94, coll. part.

  • 37 Tom Gunning, “Cinéma des attractions…”, Cinémathèque, printemps 1994, p. 129-139, p. 130.
  • 38 Ibid., p. 131.

25L’historien du cinéma des premiers temps, Tom Gunning, revient avec précision sur l’importance des films d’attraction à la Belle Époque et rappelle qu’un gros plan est alors envisagé comme un effet, « un moment visuel37 », bien plus qu’un élément narratif soulignant l’expression d’un visage. Le chercheur rappelle également que « certains genres comme […] les actualités filmées restent étroitement liés à ces procédés tout au long de l’histoire du cinéma38 » et que le mode de la narration se conjugue souvent avec celui de l’attraction dans la construction filmique. Cette définition du cinéma des premiers temps suppose également que le spectateur peut se fondre dans un « univers fictionnel » et se laisser séduire par la curiosité d’un effet. Ce double rapport n’est-il pas celui auquel se prête le lecteur de La Vie au grand air lorsqu’il feuillette un exemplaire ? La double page consacrée aux jeux Olympiques de Londres ne ménage-t-elle pas une part de récit avec la publication d’images numérotées et une part de spectacle avec cette vue frontale et détourée de l’Américain Iron  ?

26L’invention du magazine repose sur un usage quasi exclusif de la photographie et de la similigravure. Dans La Vie au grand air, le dessinateur et le graveur ont cédé le pas au directeur artistique dans la transmission de l’actualité. Dès 1899, Lucien Faure modifie la structure de l’hebdomadaire en exploitant l’espace de la page. Alors que le journal illustré diffuse les images synthétiques des illustrateurs, le magazine publie des montages analytiques élaborés par le directeur artistique. À partir d’un corpus photographique, Lucien Faure organise les images sur la page de manière à créer un effet de narration et de surprise. Cette nouvelle gestion de l’information visuelle vise à produire simultanément du sens et du spectacle. Le magazine renouvelle les rythmes de lecture du journal, de la première à la dernière page, au profit d’une consultation aléatoire. Le lecteur moderne de la Belle Époque ne lit plus un journal illustré, il feuillette un magazine.

Fig. 24. La Vie au grand air, 30 juin 1905, couverture, coll. part.

Notes

1 Jean-Noël Marchandiau,L’Illustration 1843-1944. Vie et mort d’un journal, Toulouse, Privat, 1991, p. 325.

2 Les éditeurs, “Notre programme”, La Vie au grand air, n° 21, 4 février 1899, p. 244.

3 L’abonnement augmente rapidement pour atteindre le prix de 24 francs pour Paris en 1906, mais, en 1899, il est inférieur à celui de La Vie illustrée dont la qualité du papier est supérieure. De plus, La Vie au grand air publie beaucoup d’illustrations comme en témoignent les soixante images publiées dans le n° 21 du 4 février 1899.

4 Pierre Lafitte, “La Vie au grand air”, La Vie au grand air, n° 1, 1er avril 1898, p. 4.

5 La Vie au grand air, n° 21, 4 février 1899, p. 243-254. Dans son numéro 59 du 29 octobre 1899, la direction évalue à 60 le nombre de “photogravures” dans chaque numéro, cf. “À nos lecteurs”, p. 74.

6 La direction, “À nos lecteurs”, art. cit., p. 74.

7 Lorsque les éditeurs explique que « [leur] papier est identique à celui des publications vendues soixante-quinze centimes et un franc », ils font clairement référence à L’Illustration, “Notre programme”,art. cit., p. 244.

8 La Vie au grand air, 13 nov. 1903, n° 270.

9 La Vie au grand air, 12 mai 1904, n° 296.

10 Voir les n°s 303, 304 et 316 de La Vie au grand air des 30 juin, 7 juil. et 29 sept. 1904.

11 La Vie au grand air, n° 340, 16 mars 1905.

12 La Vie au grand air, n° 321, 3 nov. 1904.

13 La Vie au grand air, n° 11, 1er sept. 1898, p. 131.

14 La Vie au grand air, n° 219, 22 nov. 1902, p. 797.

15 Franc-Picard, “Le benjamin des entraîneurs : J. Count”, La Vie au grand air, n° 238, 4 avril 1903, p. 222.

16 Fioravanti, “La ceinture d’or”, La Vie au grand air, n° 276, 24 déc. 1903, p. 963.

17 Georges Prade, “Les canots automobiles avant le meeting de Monaco”, La Vie au grand air, n° 285, 25 fév. 1904, p. 153-154.

18 “Différence et compétition. L’imitation et la reproduction des œuvres d’art dans un journal illustrée du xixe siècle”, in Georges Roque (dir.), Majeur ou mineur ? Les hiérarchies en art, Nîmes, éd. Jacqueline Chambon, 2000, p. 115.

19 Pour ne citer qu’un exemple, voir le numéro de L’Illustration consacré à l’affaire Dreyfus, n° 2 951, 16 sept. 1899, p. 177-192.

20 La Vie au grand air, n° 348, 12 mai 1905, p. 380-381.

21 La Vie au grand air, n° 363, 25 août 1905, p. 702-703.

22 La Vie au grand air, n° 490, 15 fév.1908, p. 104-105.

23 La Vie au grand air, n° 757, 22 mars 1913, p. 222-223.

24 La Vie au grand air, n° 143, 9 juin 1901, p. 308-309, et La Vie au grand air, n° 149, 21 juil. 1901, p. 412-413.

25 La Vie au grand air, n° 272, 26 nov. 1903, p. 884-885, et La Vie au grand air, n° 390, 2 mars 1906, p. 164-165.

26 Jacques Mortank, “Le diabolo est-il un jeu ou un sport ?”, La Vie au grand air, n° 492, 29 fév. 1908, p. 135-136.

27 “Les jeux Olympiques à Londres”, La Vie au grand air, n° 515, 1er août 1908, p. 88-89.

28 André Foucault, “Le Racing champion de Paris”, La Vie au grand air, n° 233, 28 fév.1903, p. 135-138.

29 La Vie au grand air, n° 145, 23 juin 1901, p. 356-357.

30 La Vie au grand air, n° 244, 16 mai 1903, p. 312-313.

31 La Vie au grand air, n° 197, 21 juin 1902, p. 408-409.

32 La Vie au grand air, n° 662, 27 mai 1911, p. 332-333.

33 La Vie au grand air, n° 699, 10 fév. 1912, p. 93-94.

34 Pierre Lafitte, “Notre programme”, Excelsior. Journal illustré quotidien, n° 1, 16 nov. 1910, p. 2.

35 Sur ces deux périodiques, voir Gaëlle Morel, “Du peuple au populisme. Les couvertures du magazine communiste Regards (1932-1939)”, Études photographiques, n° 9, mai 2001, p. 44-63, et Danielle Leenaerts, Analyse historique et artistique du magazine Vu (1928-1940), hebdomadaire d’informations générales illustré par la photographie, thèse de doctorat de philosophie et lettres, université libre de Bruxelles, 2003.

36 Jean Selz, “Le cinéma et la mise en pages”, Presse-Publicité, n° 3, 28 mars 1937, p. 8, nous soulignons.

37 Tom Gunning, “Cinéma des attractions…”, Cinémathèque, printemps 1994, p. 129-139, p. 130.

38 Ibid., p. 131.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. La Vie au grand air, 16 mars 1905, couverture, coll. part.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/997/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Légende Fig. 2. La Vie au grand air, 13 nov. 1903, couverture, coll. part.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/997/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Légende Fig. 3. La Vie au grand air, 12 mai 1904, couverture, coll. part.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/997/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Légende Fig. 4. La Vie au grand air, 30 juin 1904, couverture, coll. part.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/997/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Légende Fig. 5. La Vie au grand air, 7 juillet 1904, couverture, coll. part.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/997/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Légende Fig. 6. La Vie au grand air, 3 novembre 1904, couverture, coll. part.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/997/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Légende Fig. 7. La Vie au grand air, 1er sept. 1898, p. 131, coll. part.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/997/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende Fig. 8. La Vie au grand air, 22 nov. 1902, p. 797, coll. part.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/997/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Légende Fig. 9. La Vie au grand air, 4 avril 1903, p. 222, coll. part.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/997/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Légende Fig. 10. La Vie au grand air, 24 décembre 1903, p. 963, coll. part.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/997/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/997/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Légende Fig. 11 et 12. La Vie au grand air, 25 février 1904, p. 153-154, coll. part.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/997/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Légende Fig. 13. La Vie au grand air, 25 août 1905, p. 702-703, coll. part.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/997/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Fig. 14. La Vie au grand air, 22 mars 1913, p. 222-223, coll. part.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/997/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Légende Fig. 15. La Vie au grand air, 29 février 1908, p. 135-136, coll. part.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/997/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Fig. 16. La Vie au grand air, 1er août 1908, p. 88-89, coll. part.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/997/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/997/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/997/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 17 à 19. La Vie au grand air, 28 février 1903, p. 135 à 138, coll. part.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/997/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende Fig. 20. La Vie au grand air, 23 juin 1901, p. 356-357, coll. part.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/997/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Fig. 21. La Vie au grand air, 21 juin 1902, p. 408-409, coll. part.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/997/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Fig. 22. La Vie au grand air, 27 mai 1911, p. 332-333, coll. part.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/997/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 23. La Vie au grand air, 10 février 1912, p. 9 3-94, coll. part.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/997/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 24. La Vie au grand air, 30 juin 1905, couverture, coll. part.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/997/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 434k

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Gervais, « L’invention du magazine », Études photographiques, 20 | Juin 2007, [En ligne], mis en ligne le 09 septembre 2008. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/997. consulté le 25 septembre 2017.

Auteur

Thierry Gervais

Ehess-Lhivic

Articles du même auteur

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle