Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Il y a exactement vingt ans paraissait dans la revue October l'article de Rosalind Krauss "Notes on the Index", qui, à partir d'une relecture du philosophe Charles S. Peirce, définissait la photographie par son caractère "indiciel" (" Toute photographie est le résultat d'une empreinte physique qui a été transférée sur une surface sensible par les réflexions de la lumière. La photographie est donc le type d'icône ou de représentation visuelle qui a avec son objet une relation indicielle1 "). Au prix de quelques acrobaties intellectuelles, ce modèle s'est depuis imposé comme le BA-ba de l'analyse de la photographie.

2Rien d'étonnant à cela. Outre son assise philosophico-linguistique (appui nécessaire à toute élaboration théorique dans les années 1970-1980), cette approche formait le remake moderniste d'un des plus anciens modes de description de la photographie, formulé dès l'apparition des premiers daguerréotypes, sous l'espèce d'un effacement de l'instance de représentation, au profit de la pure épiphanie du référent2. S'il est clair que cette figure, elle-même issue d'un vieux topos de la théorie de la représentation (Apelle et ses raisins), relève d'une lecture fantasmatique de l'image, le présupposé de l'indicialité de la photographie reste au contraire un outil conceptuel vivace.

3Pourtant, s'il est un trait commun à la plupart des articles publiés dans la revue Études photographiques, c'est d'abord celui d'approcher la photographie comme le théâtre de constructions imaginaires. Loin de l'idée d'une mise en relation immédiate avec "la chose même", les trucages spirites d'Anton Giulio Bragaglia (Marta Braun), le rêve avorté d'une prise de vue en mouvement (Clément Chéroux), le "supplément d'âme" apporté par la photographie aux météorologues (Luce Lebart), les ekphrasis fantastiques d'Ernest Lacan (Emmanuel Hermange), les stratégies complexes de François Arago (Anne McCauley), les envolées du prométhéisme [p. 4] photographique (Éric Michaud), les manipulations iconiques des surréalistes (Michel Poivert), et jusqu'aux lapsus de Walter Benjamin ­ pour ne citer que quelques exemples tirés des précédents numéros ­ décrivent un usage de l'image habité de chimères, traversé de fictions.

4Fruit de la rencontre hasardeuse de travaux issus de contextes divers, cette coïncidence manifeste l'émergence d'une nouvelle démarche. S'il lui manque la formule ou la figure tutélaire qui l'érigerait en paradigme3, cette approche plurielle, nourrie d'un rapport concret aux images, témoigne d'un regard bien différent de l'idéalisme indiciel. Sans remettre en cause frontalement le modèle issu de Peirce, elle le contourne ­ et démontre de facto son peu d'efficacité descriptive. Plutôt que de viser à l'élaboration d'une nouvelle "spécificité" de la photographie, ce mode de lecture la replace tout simplement dans le cadre général de l'analyse des représentations.

5Non que l'indicialité soit une catégorie fondamentalement impropre à dépeindre la photographie, ni que ces deux approches s'excluent mutuellement. Au contraire, c'est bien la perception idéaliste de l'image photographique (son effet de présence, sa "charge de vérité", etc.) qui forme le principal aliment de son emploi fantasmatique. En d'autres termes : loin de constituer l'"essence" du médium, le caractère indiciel n'est qu'une des figures de l'usage de la photographie ­ l'un de ses fantasmes majeurs. Qu'une nouvelle approche, plus attentive à la dimension imaginaire des pratiques de l'image, permette d'apercevoir ce trait, n'est assurément pas le moindre de ses bénéfices. [p. 5]

Pour citer cet article

Référence électronique

André Gunthert, « Au doigt ou à l'oeil », Études photographiques, 3 | Novembre 1997, [En ligne], mis en ligne le 13 novembre 2002. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/91. consulté le 23 novembre 2017.

Auteur

André Gunthert

Articles du même auteur

Droits d’auteur

© Etudes photographiques