Navigation – Plan du site

Projections, les transports de l'image (cat. exp.), textes de J. Aumont, Y. Beauvais, R. Bellour, G. Careri, H. Damisch, M. Frizot, P. de Haas, A. Minazzoli, D. Païni, Paris, Hazan-Le Fresnoy-AFAA, 1997, 235 p., ill. NB et coul., bibl., ann., 145 F.

Nathalie Boulouch

Texte intégral

1Format presque carré, léger et pourtant dense, ce livre est de ceux que l'on a envie d'emporter partout avec soi, pour s'y plonger entre deux transports. Livre plutôt que catalogue, il accompagne l'exposition inaugurale du Fresnoy-Studio des arts contemporains placé sous la houlette d'Alain Fleischer. Dominique Païni, concepteur tant de l'ouvrage que de l'exposition, a su s'entourer des meilleures contributions pour tracer "une sorte de petite histoire de la projection".

2"Phénomène lumineux du transport d'une image d'un lieu à un autre [¤] le jet de l'image, son parcours dans l'espace, sa "dématérialisation" dans la lumière et son apparition sur l'écran qui intercepte le faisceau." Définir la projection comme "transport" permet de l'appréhender dans son sens le plus ouvert: divine, amoureuse, lumineuse, onirique, hypnotique, photographique, cinématographique, vidéographique, spectaculaire. Partant, le propos avance des métaphores poétiques de la Renaissance aux expérimentations des cinéastes et vidéastes de la période contemporaine (dont certains sont présents dans l'exposition), en passant par le rêve de d'Alembert, Mesmer et mademoiselle Paradis, la photographie, ou l'art des années 1920. Hubert Damisch introduit ce projet ambitieux, situant le concept de projection autant en termes psychanalytiques qu'en tant que dispositif assorti de son corrélat: l'écran. Par le double motif de la "divine projection" et de la projection de ressemblance des amants dans la poésie héroïque du Tasse, Giovanni Careri met en lumière les deux pôles du paradigme projectif sur lesquels l'ensemble des textes revient selon des éclairages variés: une source d'émanation et un support d'inscription.

3Projection lumineuse, certes, mais avant cela projection géométrique. Michel Frizot repère "ce qu'il y a de projectif dans la photographie", et se livre à une archéologie du terme et du dispositif en retournant aux sources de la géométrie. La projection lumineuse est une modalité d'usage de la photographie quand la projection géométrique est à l'origine de la procédure visuelle qui préside à la production de l'image. Quant aux multiples explorations des potentialités du dispositif de projection par les artistes des années 1920, elles trouvent leur résonance dans le travail de la matérialité du support et de ses constituants auquel s'attaque le cinéma expérimental comme dans les installations des vidéastes et cinéastes contemporains qui interrogent et exploitent le dispositif en termes d'espace, de temporalité, de narrativité, d'implication perceptive et comportementale du spectateur face à l'image et à l'écran.

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Boulouch, « Projections, les transports de l'image (cat. exp.), textes de J. Aumont, Y. Beauvais, R. Bellour, G. Careri, H. Damisch, M. Frizot, P. de Haas, A. Minazzoli, D. Païni, Paris, Hazan-Le Fresnoy-AFAA, 1997, 235 p., ill. NB et coul., bibl., ann., 145 F. », Études photographiques, 4 | Mai 1998, [En ligne], mis en ligne le 13 novembre 2002. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/82. consulté le 22 juillet 2017.

Auteur

Nathalie Boulouch

Articles du même auteur

Droits d’auteur

© Etudes photographiques