Navigation – Plan du site

Olympe Aguado (1827-1894) photographe (cat. exp.), textes de R. Rapetti, H. Bocard, A. McCauley, M. Poivert, S. Morand, Strasbourg, musées de Strasbourg, 1997, 216 p., 134 ill. NB, 78 ill. coul., bibl., 150 F.

Bernard Marbot

Texte intégral

1Sans la photographie, Olympe, aujourd'hui, ne serait rien d'autre dans l'histoire, et seulement pour les érudits, que l'un des trois fils d'Alexandre Aguado, marquis de Las Marismas, figure connue de la Restauration et de la monarchie de Juillet. C'est à son père qu'il dut et la fortune acquise dans de vastes opérations financières (qui sauvèrent l'Espagne de la banqueroute sous le règne de Ferdinand VII), et un nom qu'une collection d'oeuvres d'art, inégale mais immense, avait rendu célèbre sous Louis-Philippe. Nanti de ce bel héritage, il mena dans la haute société du Second Empire une vie d'autant plus mondaine que sa famille était fort bien introduite à la cour impériale: il était reçu aux Tuileries, à Compiègne, suivait les souverains à Bade, les accueillait dans son château de Grossouvre (Cher).

2Existence rien moins que luxueuse, mais exempte de désordres scandaleux, réglée par un esprit instruit, curieux, que ne troublaient ni le souci d'une position sociale ni les fatigues de la politique et des affaires dont il se tint à l'écart: bref, un destin favorable à l'épanouissement d'un hobby. La photographie fut ce passe-temps qui lui procura de son vivant une notoriété de bon aloi dans les cercles et les publications suscités par le nouvel art, et dont les fruits retrouvés de nos jours l'arrachent définitivement à l'oubli, leur saveur le hissant au second rang des auteurs d'images argentiques du XIXe siècle. Certes, son activité n'avait pas totalement échappé aux spécialistes actuels (il fut un membre fondateur et dynamique de la Société française de photographie), quelques épreuves scintillaient dans les mémoires, mais qui aurait pu soutenir que, dans ce mode d'expression, Olympe avait sa cime?

3Reconnaissance dont le mérite revient à l'organisateur d'une exposition récente: Sylvain Morand, chargé des collections photographiques au musée d'Art moderne et contemporain de Strasbourg. Cette manifestation et le livre qui l'accompagne auront révélé un ensemble de quelque 200 épreuves dont les connaisseurs apprécieront la variété, l'élégance et la sûreté d'exécution. Un talent supérieur s'y découvre. Gustave Le Gray a pu donner à Aguado le goût de la photographie et l'aider à parfaire une technique dont il avait appris les rudiments auprès du vicomte Vigier. Toutefois, c'est bien à ses dons, à son éducation, qu'Olympe (et son frère Onésipe, moins présent, et dans un registre iconographique plus restreint) doit l'excellence de son oeuvre.

4Paysages amples, portraits somptueux ou dépouillés, animaux de ferme ou de compagnie aussi vrais que possible, groupes simplement posés ou composés: son travail n'est jamais banal; il n'est pas non plus d'une originalité confondante (en comparaison de séquences obtenues par d'autres virtuoses de l'époque), sauf dans les scènes combinées en intérieur, partie où il s'avère inimitable.

5Comme le remarque l'un des rédacteurs du catalogue, ces images qui restituent de façon allusive des anecdotes vécues à la cour ou dans les salons de la gentry marquent l'aboutissement de la pratique photographique d'Aguado bien qu'il ne les ait pas diffusées. Nées de l'entrelacement prémédité de l'histoire et de la fiction, les plus accomplies sont à cent lieues de ces tableaux vivants et scènes de genre débordant des cartons des photographes anciens: pastiches d'opérateurs en mal de peintures, historiettes frisant le grotesque (comme les photomontages de Flamant, non signalés en tant que tels dans le catalogue, qui en présente deux exemples), allégories lourdes d'esthétisme à la manière de Robinson ou de Rejlander. Création sans doute insurpassée, parfois surréaliste, dont "La lecture" et "L'admiration", stupéfiants d'ironie et de contention, de liberté et de distinction, sont les fleurons (heureusement bien reproduits dans cet ouvrage où les illustrations dénaturent souvent la riche tonalité des originaux).

6Les textes d'Hélène Bocard et d'Anne McCauley livrent, non sans redites, toutes les informations nécessaires à la compréhension de l'oeuvre. Entre les mains d'un lecteur soucieux d'en établir l'index et attentif à redresser les erreurs qui faussent les renvois, ce livre est appelé à devenir un bon instrument de travail.

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Marbot, « Olympe Aguado (1827-1894) photographe (cat. exp.), textes de R. Rapetti, H. Bocard, A. McCauley, M. Poivert, S. Morand, Strasbourg, musées de Strasbourg, 1997, 216 p., 134 ill. NB, 78 ill. coul., bibl., 150 F. », Études photographiques, 4 | Mai 1998, [En ligne], mis en ligne le 13 novembre 2002. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/80. consulté le 25 juillet 2017.

Droits d’auteur

© Etudes photographiques