Navigation – Plan du site

Françoise HEILBRUN, Danielle TILKIN et al., New York et l’art moderne. Alfred Stieglitz et son cercle [1905-1930], cat. exp., Paris, Réunion des musées nationaux, 2004, 334 p., 196 pl., 84 ill., chronol., biographies des artistes, bibl.

François Brunet

Texte intégral

1Ce catalogue et l’exposition qu’il accompagnait sont venus confirmer l’engagement - nouveau par l’ampleur - du musée d’Orsay en faveur de l’art américain, dont nous avons précédemment fait état dans ces colonnes à propos de l’exposition consacrée à Thomas Eakins. On a avec ce catalogue, élégamment réalisé (malgré l’absence fâcheuse d’index) et généreusement illustré (notamment grâce aux superbes épreuves issues de la donation O’Keeffe au musée d’Orsay), le premier ouvrage de référence consacré en France à Alfred Stieglitz. De ce personnage haut en couleurs, souvent considéré, outre-Atlantique, comme l’une des deux ou trois figures clés de l’art moderne, l’oeuvre de photographe et de promoteur de la photographie avait jusqu’ici éclipsé aux yeux du public français le rôle de passeur de l’avant-garde entre Paris et New York. Malgré des mentions plus ou moins conséquentes de ce rôle dans les expositions “Paris-New York” (CNAM, 1977), “L’invention d’un art” (CNAM, 1989), “Made in USA” (FRAME, 2001) et “Paris capitale de l’Amérique” (MAAG-Giverny, 2003), le public français de ces deux dernières expositions tendait à s’extasier devant les vues bien connues des rues de New York par Stieglitz en ignorant les magnifiques compositions pré-abstraites d’Arthur Dove ou Marsden Hartley. En focalisant l’attention sur le “cercle” d’Alfred Stieglitz plutôt que sur le photographe lui-même, et sur la période moderniste (1905-1930) par opposition au champ chronologique plus large de son oeuvre photographique, le musée d’Orsay s’est donc justement attaché à redresser cette perception déséquilibrée. Tout le catalogue, et notamment les textes de Sarah Greenough sur la galerie 291 (dont le nom, curieusement affublé d’un article défini dans les traductions françaises, donne lieu à des expressions improbables comme «le 291», «au 291»), de William Camfield sur le trio Stieglitz-de Zayas-Picabia, et de Wanda Corn sur les singularités du modernisme stieglitzien, s’inscrivent en faux contre la réduction traditionnelle de Stieglitz à la photographie. Même la fameuse mutation du pictorialisme en photographie «pure» ou «directe» ne saurait plus être considérée, si tant est qu’une telle vision des choses ait jamais été acceptable, comme une évolution «interne» de l’histoire de la photographie. Ce parti critique n’est, il est vrai, nullement nouveau au regard de l’historiographie et de la muséographie américaines récentes, qui ont tendu à diluer le rôle du fondateur de 291; de fait, plusieurs essais du catalogue sont des reprises ou des reformulations de publications antérieures. Ce choix nous vaut néanmoins une belle revue des artistes exposés à 291 et/ou soutenus par Stieglitz (de Cézanne, Braque, Picasso et Matisse, montrés à 291 avant l’Armory Show, à Dove, Hartley, John Marin, Max Weber, Abraham Walkowitz, entre autres). Le même parti permet aussi de donner toute sa mesure à la définition stieglitzienne de l’art moderne comme «antiphotographie», explorée ces dernières années par Sarah Greenough, et à son corollaire paradoxal, à savoir le rejet au moins virtuel de la photographie «pure» hors du domaine de l’art, rejet explicité par un de Zayas; on aurait là l’une des origines de la thèse, que reprendront Valéry et Aragon, entre autres, de la fin de la peinture figurative avec la photographie. Conformément à un consensus critique désormais bien établi, et qu’a encore illustré le colloque Stieglitz tenu à Paris en novembre 2004, Marius de Zayas apparaît ici avec Francis Picabia et Marcel Duchamp comme l’un des héros positifs du «cercle de Stieglitz». Et ce cercle tend, selon ce même consensus, à être réinterprété comme une «première école de New York», où la photographie n’a qu’une part secondaire. De ce point de vue, l’exposition d’Orsay et son catalogue participent au vigoureux processus de réévaluation de l’art américain et surtout new-yorkais d’avant Pollock, en cours outre-Atlantique depuis une vingtaine d’années, et qui ne manque pas de faire question du point de vue français. Inversement, le centre présumé de ce cercle, qui fut l’objet des caricatures de Picabia et des piques de de Zayas, est traité en demi-teintes dans le catalogue, sauf dans l’essai biographique de Françoise Heilbrun qui l’ouvre, essai empreint d’une grande tendresse pour son sujet, mais aussi d’une sobriété critique peut-être excessive, au vu du fourmillement d’interprétations qu’a suscité depuis un siècle le corpus photographique stieglitzien. On peut ainsi regretter, malgré le texte très éclairant de David Travis sur l’influence de Stieglitz sur la photographie américaine après 1920, que l’oeuvre et l’aura de Stieglitz photographe ne soient quelque peu négligées, notamment pour la période antérieure à 1900. Mais il est juste de souligner pour conclure que cet aspect-là a déjà été beaucoup traité, notamment dans les superbes publications de Sarah Greenough pour la National Gallery, alors qu’il était urgent de faire connaître le premier modernisme new-yorkais au public français.

Pour citer cet article

Référence électronique

François Brunet, « Françoise HEILBRUN, Danielle TILKIN et al., New York et l’art moderne. Alfred Stieglitz et son cercle [1905-1930], cat. exp., Paris, Réunion des musées nationaux, 2004, 334 p., 196 pl., 84 ill., chronol., biographies des artistes, bibl. », Études photographiques, 17 | Novembre 2005, [En ligne], mis en ligne le 06 décembre 2005. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/795. consulté le 27 avril 2017.

Auteur

François Brunet

Articles du même auteur

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle