Navigation – Plan du site

Monique LE PELLEY FONTENY (dir.), ADOLPHE ET GEORGES GIRAUDON. UNE BIBLIOTHEQUE PHOTOGRAPHIQUE cat. expo, Paris, Somogy, 2005, 230 p., 175 ill., bibl., ind.

Mouna Mekouar

Texte intégral

1L'histoire des agences photographiques commence à sortir de l'ombre. À ce défrichage, le catalogue consacré à l'histoire de la maison Giraudon, qui joua un rôle essentiel dans la diffusion de la photographie d'oeuvres d'art en France à partir de 1877, apporte une contribution précieuse et remarquablement documentée. Dans un essai liminaire, repris du catalogue D'après l'antique (musée du Louvre, 2000), Catherine Mathon et Hélène Pinet proposent une étude synthétique de la reproduction photographique de sculptures en France dans la seconde moitié du XIXe siècle, en dessinent habilement les problématiques, tout en soulignant le discrédit dont souffre, dès cette époque, cette documentation pourtant abondante. Ce décor une fois posé, la part majeure de l'ouvrage, composé de deux essais et d'un abondant dictionnaire des photographes et correspondants de la maison Giraudon, est dûe à Monique Le Pelley Fonteny, directrice de l'agence de 1983 à 1997, qui a réalisé un considérable travail de collecte et d'investigation pour restituer l'histoire de cette entreprise familiale. Installée face à l'École nationale des beaux-arts, au 15 rue Bonaparte, la maison Giraudon cherche dès ses débuts à constituer un fonds de photographies d'oeuvres d'art qui rassemble «tous les genres et toutes les époques». En dépit de sa dimension artisanale, l'agence réunit une collection exceptionnelle, grâce à la constitution d'un réseau de correspondants en Europe et au Moyen-Orient, dont l'illustration du catalogue permet d'avoir un aperçu détaillé. L'importance de ce réseau se dévoile à la lecture de la dernière partie de l'ouvrage où chaque intervenant, photographe ou éditeur, fait l'objet d'une notice fouillée et précise, appuyée sur un dépouillement exhaustif d'archives et de périodiques contemporains: un outil de premier ordre pour tout spécialiste de la photographie du XIXe siècle.

2La description du parcours professionnel et personnel d'Adolphe Giraudon puis de son fils Georges permettent d'apprécier les choix stratégiques adoptés pour faire face à la fois à la concurrence des grands éditeurs comme la maison Braun, mais aussi au monopole de l'État qui se fait de plus en plus tyrannique au tournant du siècle. C'est notamment pour contrecarrer ce monopole qu'Adolphe Giraudon jouera un rôle majeur au sein de la chambre syndicale de la photographie, dont il deviendra le vice-président en 1907. Monique Lepelley Fonteny rappelle l'importance de cette institution oubliée des chercheurs, qui «attend son historien».

3Précieuse pour l'histoire de l'édition photographique, la lecture du catalogue en souligne les lacunes, soulève de nombreuses questions et invite à poursuivre l'investigation. L'exigence d'une clientèle sensible à l'air du temps et aux effets de mode, l'utilisation des images par les artistes et les historiens d'art, les choix esthétiques adoptés par les Giraudon, ou encore la volonté de prédéfinir les paramètres de prise de vue sont autant d'interrogations auxquelles cet ouvrage ouvre la voie.

Pour citer cet article

Référence électronique

Mouna Mekouar, « Monique LE PELLEY FONTENY (dir.), ADOLPHE ET GEORGES GIRAUDON. UNE BIBLIOTHEQUE PHOTOGRAPHIQUE cat. expo, Paris, Somogy, 2005, 230 p., 175 ill., bibl., ind. », Études photographiques, 17 | Novembre 2005, [En ligne], mis en ligne le 05 décembre 2005. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/793. consulté le 24 octobre 2017.

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle