Navigation – Plan du site

Anne Cartier-Bresson, Monica Maffioli, Vu d’Italie 1841-1941, cat. exp., Paris, Pavillon des arts, éd. Alinari, 2004, 224 p., 200 ill.Arturo Carlo Quintavalle, Gli Alinari, Florence, éd. Alinari, 2003, 608 p., 1000 ill. C. H. Favrod, Il Mediterraneo dei fotografi, passato et presente, cat. exp., Rome, Palazzo Giustiniani, éd. Alinari, 2004, 192 p., 200 ill.

Giuliano Sergio

Texte intégral

1La maison Alinari occupe une place importante dans l’histoire de la photographie italienne. Fondé à Florence en 1852, l’atelier a su s’adapter plus que d’autres aux changements du marché de l’image. Actuellement, Alinari détient plusieurs millions d’images grâce à l’acquisition d’archives dont la plupart datent du XIXe siècle. Les éditions Alinari, nées en 1885, assurent aujourd’hui la publication des catalogues d’exposition du musée d’Histoire de la photographie Fratelli Alinari, de nombreux ouvrages d’histoire et de “beaux livres” sur la photographie.

2Le catalogue de l’exposition “Vu d’Italie 1841-1941”, présenté par Anne Cartier-Bresson, peut être un premier instrument pour découvrir la richesse des collections du musée florentin. Les 200 images du livre donnent un aperçu de la variété des pratiques et des techniques qui se sont développées en Italie. À côté des icônes de maîtres comme Giacomo Caneva, Felice Beato ou Wanda Wulz, le catalogue révèle des images moins célèbres comme un album LUCE, magnifique exemple de l’utilisation de la photographie par le régime fasciste ou les images de Occhio Quadrato (1941), tirées du livre du jeune réalisateur Alberto Lattuada, qui annonce l’esthétique néoréaliste d’après-guerre. Le texte de Monica Maffioli, responsable des collections du musée, donne tous les repères historiques pour mieux apprécier les images, en fournissant de nombreuses indications bibliographiques.

3À l’occasion des 150 ans de la maison, l’historien de l’art et de la photographie Arturo Carlo Quintavalle a produit l’imposante monographie Gli Alinari, qui analyse la production de l’atelier florentin dans le contexte européen. Pour Quintavalle, les sources du style Alinari doivent être cherchées surtout parmi les contacts que Leopoldo Alinari eut avec le milieu photographique parisien au début des années 1850. Certaines images de la Mission héliographique et, surtout, le projet iconographique que Maxime Du Camp avait réalisé avec son album sur le Moyen-Orient fournirent aux frères Alinari une iconographie et une méthodologie d’analyse du paysage urbain qui seront développées dans leur documentation des villes italiennes. Les productions moins connues des Alinari, comme les portraits, les scènes populaires ou les images des ateliers industriels, sont, dans l’analyse de Quintavalle, autant d’éléments d’un système de vision qui construit une image mythique de l’Italie au tournant du XIXe et du XXe siècle. Ce livre, en privilégiant la rigueur scientifique à la beauté de grandes reproductions, présente une sélection de mille images qui permettent de situer l’iconographie des Alinari dans un contexte national et international, et constitue une contribution importante à l’histoire de la photographie du XIXe siècle.

4Enfin, le catalogue Il Mediterraneo dei fotografi, passato e presente aurait pu être une bonne occasion pour les éditions Alinari de s’éloigner d’une politique de présentation de ses archives et de son histoire. L’idée d’interroger la mer Méditerranée comme lieu de rencontre politique, historique et anthropologique à travers l’histoire de la photographie aurait pu donner lieu à un ouvrage raffiné et d’actualité. Mais le choix iconographique ne réussit pas à contre-balancer la présence des chef-d’oeuvres du XIXe siècle et la sélection d’images contemporaines n’est pas assez courageuse. La tentative de comparaison entre l’ouverture méditerranéenne du XIXe siècle avec la complexité de la situation contemporaine demeure malheureusement dans les intentions du texte de présentation.

Pour citer cet article

Référence électronique

Giuliano Sergio, « Anne Cartier-Bresson, Monica Maffioli, Vu d’Italie 1841-1941, cat. exp., Paris, Pavillon des arts, éd. Alinari, 2004, 224 p., 200 ill.Arturo Carlo Quintavalle, Gli Alinari, Florence, éd. Alinari, 2003, 608 p., 1000 ill. C. H. Favrod, Il Mediterraneo dei fotografi, passato et presente, cat. exp., Rome, Palazzo Giustiniani, éd. Alinari, 2004, 192 p., 200 ill. », Études photographiques, 17 | Novembre 2005, [En ligne], mis en ligne le 06 décembre 2005. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/777. consulté le 22 septembre 2017.

Auteur

Giuliano Sergio

Articles du même auteur

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle