Navigation – Plan du site

Christian MALAURIE, La Carte postale, une oeuvre. Ethnographie d’une collection, Paris, L’Harmattan, 2003, 254 p., annexes, ind., 8 ill.

François Brunet

Texte intégral

1Ce livre, issu d’une thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication, est en France l’un des premiers à aborder la carte postale, au moins depuis les études d’Eliseo Veron et le livre d’Aline Ripert et Claude Frère (La Carte postale, son histoire, sa fonction, 1983). Une telle entreprise est louable en elle-même, tant il est déconcertant de constater le peu de cas qu’ont fait jusqu’ici les critiques et les historiens de ce médium vénérable, aujourd’hui presque désuet, et cependant toujours vivant, porteur d’une culture visuelle et surtout d’une mémoire paysagère riches et instructives. Et, pour aller vite à l’essentiel, on doit reconnaître à cet ouvrage plusieurs qualités éminentes: l’excellence, sinon l’exhaustivité, de sa recherche bibliographique, qui n’est pas limitée à la France alors que le corpus choisi pour tester les hypothèses de lecture - une collection privée de vues de la baie d’Arcachon - est, lui, volontairement restreint; la justesse et la fermeté de la caractérisation des fonctions de la carte postale paysagère, «support-espace d’énonciation» et «visibilité paysagère du territoire», les deux aspects, iconographique et communicationnel, ou encore public et privé, de la carte postale étant ici justement abordés de front, ce qui est trop rarement le cas; la mise en relation bienvenue de l’économie des cartes postales illustrées, depuis la fin du XIXe siècle, avec l’avènement des loisirs décrit notamment par Alain Corbin. Reste cependant que cet ouvrage a aussi les défauts d’une thèse peu ou mal réécrite, dans la mesure surtout où cette thèse semble avoir cherché à surplomber son objet par une prolifération d’attendus théoriques dont beaucoup paraissent superflus. Après un premier chapitre qui retrace utilement l’émergence de la carte postale comme objet d’étude (dans le milieu des collectionneurs et des érudits locaux, comme on peut s’y attendre), en effet, un second chapitre d’une cinquantaine de pages propose, dans le but de définir l’objet carte postale, un balayage systématique et, il faut bien le dire, un peu fastidieux, de toutes les théories de la communication, du signe et de l’image des années 1950 à 2000. Ce type d’exposé didactique peut être utile dans la visée propédeutique d’une thèse, encore qu’on ne voie guère l’intérêt de revenir ici à la distinction pascalienne entre définitions de mots et de choses (p. 59) ; mais il n’a pas sa place dans un livre destiné au public universitaire, qu’on peut supposer averti de ces matières, et qui d’ailleurs ne manquera pas de relever dans ce panorama trop généreux un certain nombre d’approximations ou de “forçages” de lecture motivés par le désir de théoriser l’objet carte postale (par exemple, l’exploitation qui est faite p. 87-88 du livre de Jean-Marie Schaeffer, L’Image précaire, donne à penser que ce dernier a pour objet l’étude de la carte postale, ce qui n’est certes pas le cas). La rupture qui se produit avec le chapitre 3, où l’auteur en vient à traiter de la collection privée déjà mentionnée, n’en est que plus criante: si les «effets paysagers» que décline Malaurie à propos de ces cartes d’Arcachon sont bien décrits et analysés, on regrette qu’il ait fallu tant de préliminaires pour en arriver à cette analyse concrète, et que du même coup la partie plus proprement iconographique de l’ouvrage soit relativement réduite (huit illustrations pour un livre sur la carte postale, c’est peu). Quant au dernier chapitre, qui esquisse, avec l’appui de Walter Benjamin et de Michel Collot entre autres, une «anthropologie esthétique de la carte postale», le présent lecteur déplore à nouveau son ambition théorique trop générale, voire verbeuse, qui nuit en particulier à la présentation des divers aspects historiques ici effleurés, comme par exemple l’évolution des techniques d’impression, la concentration du marché de l’édition de cartes postales, ou le problème croissant, pour les éditeurs contemporains, des litiges avec les propriétaires sur le droit à l’image (problème abordé dans les dernières pages). On ajoutera enfin, au chapitre des critiques, que les notions d’«oeuvre» et d’«ethnographie d’une collection», présentes dans le titre, sont peu ou mal justifiées par le texte: la carte postale est-elle «oeuvre» du photographe, de l’éditeur, du scripteur, du collectionneur, ou tout cela à la fois, la question aurait mérité d’être posée plus nettement; quant à l’ethnographie de la collection, si l’on comprend que la collection choisie sert ici de corpus test pour une vision anthropologique de la carte postale (et comment procéder autrement?), on peut regretter que la constitution et l’histoire même de la collection choisie n’aient pas été approfondies. Ce livre, par ailleurs écrit dans un style clair et direct, est donc plutôt le compte rendu d’une recherche exigeante et intelligente que la synthèse aboutie et épurée de cette recherche. Il a cependant le mérite de lancer ou de relancer un sujet incontestablement important, auquel on espère que d’autres chercheurs voudront s’intéresser d’un point de vue plus étroitement historique, et peut-être aussi plus international.

Pour citer cet article

Référence électronique

François Brunet, « Christian MALAURIE, La Carte postale, une oeuvre. Ethnographie d’une collection, Paris, L’Harmattan, 2003, 254 p., annexes, ind., 8 ill. », Études photographiques, 17 | Novembre 2005, [En ligne], mis en ligne le 06 décembre 2005. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/773. consulté le 20 août 2017.

Auteur

François Brunet

Articles du même auteur

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle