Navigation – Plan du site

Chris BOOT (éd.), Lodz Ghetto Album, texte de Thomas Weber et Robert Jan van Pelt, Londres, Archive of Modern Conflict, 2004, 157 p.

Matthias Tronqual

Texte intégral

1Publié en 2004, l’ouvrage fait suite à l’acquisition par The Archive of Modern Conflict de Londres en 1997 des images d’Henryk Ross, photographe du ghetto de Lodz pendant la Seconde Guerre mondiale. Sélectionnées par Martin Parr et Timothy Prus, les photographies nous donnent un témoignage précieux sur l’histoire de ce ghetto dont 95% de la population n’a pas survécu.

2Photographe officiel à Lodz aux côtés de Mendel Grossman, Henryk Ross est parvenu à s’acheter des films pour enregistrer la vie du ghetto, risquant sa vie en produisant secrètement des documents sur la déportation, les pendaisons et la misère des habitants. Il enterra ses archives lorsque les Allemands commencèrent la liquidation du ghetto en 1944. Ayant survécu à l’extermination, il fut capable de retrouver ses archives après la guerre.

3Des 6000 photographies et négatifs de Ross, le grand public ne connaissait qu’une infime partie: des photographies devenues depuis les images emblématiques de l’horreur nazie perpétrée à Lodz. Jusqu’en 1991, date à laquelle Ross mourut, aucune autre image n’avait été publiée. Il a fallu attendre 1997 pour que des historiens - Thomas Weber et Robert Jan van Pelt, les auteurs du livre - montrent ces photographies au grand public. L’exposition s’est d’ailleurs arrêtée en France, à Valence, au centre régional d’action culturelle. Le livre constitue donc une sorte de catalogue itinérant de l’exposition.

4Sur les 120 images présentées dans le livre, la moitié d’entre elles, classées sous la rubrique “private”, montrent une iconographie différente de celle qui nous était présentée jusqu’ici sur le ghetto. Des images qui nous troublent car elles représentent des scènes de bonheur au sein même d’un endroit synonyme d’horreur. Des habitants privilégiés du ghetto qui ne semblent pas être atteints par l’atrocité nazie.

5Parce qu’elles ne viennent pas supporter la lecture conventionnelle de l’histoire du ghetto, les images de Ross nous interpellent. Pourquoi Ross n’a-t-il pas publié ce genre d’images durant sa vie? Sans doute considérait-il que le plus urgent était de montrer les conditions de vie inhumaines des juifs durant la période du ghetto. Comme on peut le voir dans son témoignage lors du procès Eichmann, publié à la fin du présent ouvrage, Ross avait à coeur de transmettre la réalité de Lodz. Il dira d’ailleurs vouloir «laisser une trace historique de notre martyre. Les négatifs que j’ai faits ont été pris dans le but de les cataloguer et d’apporter des explications».

6Il semble cependant que cette hypothèse ne soit pas suffisante pour justifier la non-publication de ces photographies. Pour Thomas Weber, le choix d’Henryk Ross s’est porté sur des images qui coïncidaient plus facilement avec la vision admise par le grand public de l’histoire du ghetto. Ross a même modifié une photographie pour que celle-ci supporte mieux la mémoire des survivants.

7L’autre explication envisagée par les auteurs du livre s’appuie sur le rôle de Ross au moment où il réalise ces images. Comment a-t-il pu photographier tant de situations et approcher si facilement les dirigeants du Junderate, sans être lui-même un privilégié? C’est sans doute parce qu’elles appellent cette question que Ross a préféré ne pas les publier. Il ne faut pas pour autant le considérer comme un collaborateur des dirigeants du ghetto, même s’il faisait partie de son administration. À travers la figure de Ross et de ses images “privées”, le spectateur accède désormais à une vision plus complexe de la réalité du ghetto. En publiant ces photographies, les auteurs montrent la capacité des images à interroger l’histoire.

Pour citer cet article

Référence électronique

Matthias Tronqual, « Chris BOOT (éd.), Lodz Ghetto Album, texte de Thomas Weber et Robert Jan van Pelt, Londres, Archive of Modern Conflict, 2004, 157 p. », Études photographiques, 17 | Novembre 2005, [En ligne], mis en ligne le 06 décembre 2005. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/767. consulté le 27 avril 2017.

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle