Navigation – Plan du site

L’image des rayons X et la photographie

Denis Bernard
p. 86-111

Notes de la rédaction

Denis Bernard est photographe et enseigne la communication visuelle et la photographie à l’école Estienne (ESAIG), Paris.

Texte intégral

L’auteur tient à remercier pour leur écoute et leur disponibilité, les conservateurs, documentalistes et appariteurs des Archives et de la Bibliothèque de l’Académie des sciences, ainsi que M. Serge Benoît, de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale.

Fig. 1. A. Londe, volatile radiographié, aristotype, 30 x 24, v. 1897, coll. ASOAL. 

  • 1 Albert Londe, Aide-Mémoire pratique de photographie, 2e éd., Paris, Librairie J.-B. Baillière et fi (...)
  • 2 Ibid., p. 379.
  • 3 Pour exemple, Jean Clair, L’An 1895. D’une anatomie impossible, Paris, L’Échoppe, 2004 ; Monique Si (...)

1« Au point de vue pratique rien n’est plus simple que de répéter les expériences de Röntgen et c’est cette simplicité apparente qui a provoqué les innombrables recherches qui ont été faites1. » Cette « simplicité apparente » invoquée par Albert Londe à l’automne 1896 se double d’une évidence : la radiographie est avant tout une photographie. Plus, elle est « une des dernières et des plus intéressantes applications de la photographie2 ». Souvent citée comme événement, rarement commentée ou discutée comme invention, la découverte des rayons X se prête pourtant à de multiples approches3. En choisissant Londe comme guide, je voudrais proposer ici une lecture photographique de l’image radiographique. Comment une nouvelle lumière a-t-elle produit une nouvelle image ? Comment approcher la fondation d’un nouveau regard à travers celle d’un nouvel outil ? Comment lire les notions d’opacité, de transparence, de densité, dans leur transposition du domaine de la photographie vers celui de la radiographie ? Comment comprendre que cette transposition s’est opérée en retour pour étudier la matière photographique comme image ? Comment ces nouvelles textures donnent-elles un corps visible et concret à l’inobservable ? Une lecture photo­graphique des expériences de Röntgen et de Londe peut apporter des éléments de réponse à ces questions et à quelques autres.

Un « nouvel essor » de la photographie médicale

  • 4 Comptes rendus de l’Académie des sciences (ci-après CRAS), 1896, t. 122, p. 311-312. La note de Lon (...)
  • 5 CRAS, 1896, t. 122, p. 311-312.
  • 6 « Étant données des plaques photographiques de sensibilités différentes à la lumière blanche, il no (...)

2Le 10 février 1896, Arsène d’Arsonval présente devant l’Académie des sciences la note préparée par Albert Londe, intitulée : “Application de la méthode de Röntgen4”. Le photographe de la Salpêtrière suggère l’idée d’un comportement particulier des supports photographiques à ces rayons : « Je désire signaler également la parfaite transparence pour les rayons X de l’image photographique, telle qu’elle est obtenue habituellement dans les négatifs et les épreuves positives. Les grands noirs qui, dans les procédés employés couramment, ne se laissent traverser par la lumière que d’une façon rudimentaire, paraissent aussi transparents pour les rayons X que les grands blancs5. » Toutes conditions expérimentales identiques, les pellicules de celluloïd semblent moins absorber les rayons. Il poursuit : « Nous avons exposé, d’autre part, des plaques de sensibilités différentes, et ceci pendant un même temps et à la même distance. Nous avons constaté que l’impression était beaucoup plus énergique sur les plaques rapides, et que la vigueur de l’image était directement en rapport avec la sensibilité de la préparation. » La conclusion de la note est à son tour évidente : « Les plaques photographiques se comportent donc vis-à-vis des rayons X exactement comme vis-à-vis de la lumière, et pour répéter ces expériences il paraît avantageux d’employer les plaques extra-rapides. » Les frères Lumière, fournisseurs, entre autres, des supports requis pour les expériences, interviennent à leur tour6.

Fig. 2. « Radioscope explorateur pour la détermination de la position des corps étrangers », gravure extraite du livre Notice sur les travaux scientifiques d’Albert Londe, p. 33 (1911), coll. SFP.

  • 7 Auguste et Louis Lumière, “Recherches photographiques sur les rayons de Röntgen”, note présentée pa (...)

3La question de la sensibilité des plaques est cruciale. Elle contourne la difficulté créée par le manque d’outil normatif de cette sensibilité. La réponse des plaques à la lumière visible reste “visuellement” comparable, du moins pour l’instant, dans la durée d’exposition, à celle des rayons X. « Une autre série d’essais a eu pour but d’étudier l’absorption de ces rayons par les couches sensibles et de la comparer à celle des rayons lumineux, dans des conditions analogues. À cet effet, on a exposé, sous un écran constitué par des lettres découpées dans une lame de cuivre mince, un paquet de 250 feuilles de papier au gélatino-bromure d’argent, superposées et mises à l’abri des rayons lumineux par les procédés connus ; on a fait agir les rayons X pendant dix minutes et l’on a pu constater, au développement, que la cent cinquantième feuille présentait encore une impression. (En augmentant le temps de pose, il est d’ailleurs facile d’obtenir une impression sur la totalité des papiers sensibles)7. » Les images photographiques sont donc elles-mêmes traversées par les rayons qu’elles enregistrent. De quoi alors l’image radiographique est-elle constituée ? Photographie aux rayons X, la radiographie est envisagée comme une photographie des rayons X. Comment une lecture essentiellement photographique va-t-elle faire de la plaque un support d’enregistrement mesurable ? L’idée d’une méthode photographique est-elle ici envisageable et applicable ? La mise en place de la technique radiographique va tour à tour soulever les questions de la lecture des détails de l’image, de la netteté, de la réduction du temps de pose, mais aussi de l’orientation des plaques par rapport aux sources d’émission des rayons (fig. 2).

  • 8 A. Londe, Traité pratique de radiographie et de radioscopie. Technique et applications médicales, P (...)
  • 9 « Sur des cas d’érythème radiographique des mains », CRAS, séance du lundi 31 mai 1897, t. 124, p. (...)
  • 10 La place de la plaque photographique dans les laboratoires sera de nouveau l’enjeu des recherches e (...)
  • 11 Dans les deux techniques (radioscopie et radiographie), le contrôle visuel de la lueur émise par le (...)
  • 12 Gariel, conférence faite à Paris le 3 mars 1897, Association française pour l’avancement des scienc (...)

4Début 1898, Londe résume, après deux années de recherches sa conception de la technique radiographique, les enjeux respectifs de l’examen direct et ceux de l’image enregistrée. « On nous objectera que, grâce à la radioscopie qui permet de voir les sujets étudiés sur un écran fluorescent, la radiographie, qui consiste précisément dans la reproduction sur la plaque photographique de ces mêmes images, devient inutile et n’est qu’une complication nouvelle pour le praticien. Ce n’est pas notre avis. La radioscopie, telle que nous pouvons la réaliser avec nos connaissances actuelles, laisse beaucoup à désirer ; à peu près satisfaisante pour l’examen des parties minces du corps humain, elle devient insuffisante lorsqu’il s’agit des parties épaisses : l’effet sur l’œil est immédiat, mais l’intensité de l’image ne croît pas avec la durée d’examen. Au contraire, sur une plaque photographique les impressions s’ajoutent les unes aux autres et, par une pose suffisante, on arrive à percevoir des détails qui échappaient précédemment, à traverser des épaisseurs qui étaient un obstacle presque absolu pour l’examen direct8. » Rien d’étonnant alors à ce que Londe conclue à la complémentarité des protocoles. Le 31 mai 1897, pour donner la mesure des limites de l’examen prolongé des patients et des praticiens aux radiations, il communiquait avec Paul Richer à l’Académie une note relative à des cas d’érythème radiographique des mains9. La question de l’examen direct ou de l’enregistrement s’inscrit dorénavant dans une perspective d’économie et de précaution face aux effets possibles, imprévus et dangereux de l’exposition aux rayons10. Un débat s’installe entre d’une part les partisans de l’observation directe et irremplaçable, et d’autre part, ceux de l’enregistrement systématique et indiscutable11. Le point de vue médical et le point de vue photographique déterminent et orientent la mise en œuvre des protocoles. Pour le Dr Gariel, membre de l’Académie de médecine, « la première qualité de la radiographie, c’est qu’elle laisse une trace matérielle à laquelle on pourra toujours se reporter soit pour une étude détaillée, soit pour des comparaisons, tandis que les images fournies par la radioscopie sont fugitives et disparaissent aussitôt que l’expérience est terminée ; il n’en reste que le souvenir, ce qui peut suffire dans bien des cas, mais pas dans tous. D’autre part, on peut, dans une radiographie bien prise, voir des détails que l’on ne perçoit pas dans l’image radioscopique ; cela tient à ce que, dans une certaine mesure les impressions s’ajoutent avec le temps sur la plaque photographique, tandis qu’il n’en est pas de même pour l’œil. C’est d’ailleurs la même raison qui explique, au moins en partie, l’usage que l’on fait de la photographie en astronomie12 ». Le médecin insiste sur l’avantage, dans l’examen direct, de suivre aisément le déplacement du corps en mouvement, sur l’écran.

  • 13 Ibid., p. 83.

« Il peut arriver, lorsqu’on prend une radiographie, qu’on a donné à la plaque photographique, une position qui ne permet pas de voir la partie dont on voulait reconnaître la forme ou la position ; cette partie étant invisible à l’œil, on a souvent placé la plaque au hasard […]. Il y a là un inconvénient que l’on peut éviter par l’emploi préalable de la radioscopie13. »

Fig. 3. Capitaine Colson, tests d’opacité des corps aux rayons X, photocollographie de J. Royer d’après le négatif original, reproduit dans le Bulletin de la Société française de photographie (1896), p. 105-106, coll. SFP.

Stabiliser la technique

5Au cours de la période qui s’étend du début janvier 1896 à la fin de 1899, les techniques radiographiques et photographiques vont mutuellement s’enrichir et se stimuler. La question de la netteté des images est encore un critère photographique instable. Une nouvelle grammaire visuelle de l’image se structure avec l’enregistrement de nouveaux flous et la nécessité d’apprendre à lire des ombres projetées, qu’il s’agit de discerner des pénombres elles-mêmes enchevêtrées (fig. 4). La maîtrise de la technique radiographique est donc inséparable de la part photographique, qui, en ce sens, ne doit poser aucun problème. Gariel insiste :

  • 14 Ibid., p. 83.

« Comme nous l’avons déjà dit, la plaque, après avoir été impressionnée, est traitée d’après les procédés ordinaires ; il n’y a donc pas lieu de s’arrêter à cette partie de l’opération14. »

Fig. 4. A. Londe, radiographie, papier à noircissement direct, 24 x 18 cm, 1896, coll. bibliothèque. de l’Institut de France/RMN/Gérard Blot.

6Bien au contraire, interrogeons-nous sur ce qui s’énonce si facilement ici comme une évidence de plus dans l’aventure radiographique, sur cette part « ordinaire », qui semble connue et réglée, alors même que tout reste paradoxalement à stabiliser. Et c’est précisément à l’amélioration de cette partie « ordinaire » que Londe va s’attacher.

7En octobre 1899, Antoine Béclère, le « père de la radiologie française », distribue les rôles :

  • 15 Antoine Béclère, La Radioscopie et la Radiographie dans les hôpitaux. Extrait de la Presse médicale (...)

« C’est à celui, médecin ou chirurgien, qui soigne un malade, de pratiquer lui-même l’examen de ce malade. En effet, s’il est aisé de voir les images qui apparaissent sur l’écran fluorescent, il n’est pas aussi facile de les interpréter15. »

8Le radiologue poursuit, en distinguant les différentes phases de réalisation de l’image :

« La pose, le développement des clichés et le tirage des épreuves sont les opérations successives de la radiologie et de la photographie. Le médecin ou le chirurgien, désireux seulement d’en connaître le résultat, n’a nul besoin d’y assister ; elles peuvent donc avoir lieu à toute heure du jour. Ces opérations, minutieuses et délicates, demandent beaucoup de temps et de grands soins. »

9Cette personne, toujours selon Béclère, doit posséder « tous les secrets de l’art du photographe ». Suit l’éloge du service photographique et radiographique de la Salpêtrière.

  • 16 Nous remercions particulièrement Romain Guedj pour l’échange que nous avons eu et l’écoute attentiv (...)
  • 17 Une étude complète du développement donne une place déterminante à la vision continue de l’image qu (...)
  • 18 Ibid., p. 210-212. Nous reviendrons sur la notion de voile, car elle intervient très précisément en (...)

10Mais revenons à la pratique et à la technique photographique au moment de l’invention de la radiographie, vers la fin de l’année 1895. Les modèles théoriques de l’image latente sont à l’état d’ébauche16. Considérés, dans la phase du développement, comme des images sous-exposées, les instantanés et les radiographies se rejoignent sur un point précis. Il s’agit d’observer la quantité minimale de lumière nécessaire à la révélation des premières informations de l’image17. La préparation industrielle des plaques sèches n’exclut pas d’éventuels défauts dans les verres utilisés, des coulages d’émulsion irréguliers, des voiles, des réductions partielles, des trous et des piqûres dans l’image18.

11Côté appareillage, il faut, pour produire une radiographie, une source d’électricité (courant de ville ou accumulateur), qui alimente une bobine d’induction (bobine de Ruhmkorff), elle-même reliée à une ampoule de verre (tube de Crookes, de Geissler ou de Hittorf), dans laquelle le vide est fait (fig. 5).

Fig. 5. « Disposition d’une expérience de fluoroscopie », gravure extraite de la Revue générale des sciences (1896), p. 857, coll. part.

12La rupture du courant de la bobine d’induction produit, dans l’ampoule, une étincelle dite d’extra-courant. Si le rythme des ruptures de courant dans la bobine s’accélère, le nombre des étincelles augmente et forme un flux apparemment continu, qui cesse bientôt d’être perceptible à l’œil nu. Apparaît ensuite une fluorescence qui nappe l’extérieur de l’ampoule. Cette phase précède l’émission des rayons cathodiques et des rayons X. L’endroit précis du dispositif où se forment les rayons X est l’objet de nombreuses discussions de la part des spécialistes. Une des applications pratiques issue de ces discussions est la recherche de nouveaux matériaux et de nouveaux instruments et notamment de nouveaux tubes à vide.

  • 19 L. P. Clerc, La Technique photographique, Paris, Paul Montel, 6e éd., 1957, chapitre LII, notions s (...)

13La production et la localisation des rayons, ainsi que leur nature ne sont pas aussi évidentes que cela est souvent écrit19. « Les premiers résultats publiés laissaient beaucoup à désirer sous le rapport de la netteté ; on n’obtenait que des silhouettes très floues qui ne constituaient pas, à proprement parler, des images ; la désignation d’ombres radiographiques adoptée à cette époque indiquait bien leur nature tant soit peu indécise (fig. 6).

Fig. 6. A. Londe, radiographie, papier à noircissement direct, 24 x 18 cm, 1896, coll. bibliothèque de l’Institut de France/RMN/Gérard Blot.

  • 20 A. Londe, Traité pratique de radiographie, op. cit, p. 136.

14De plus, pour obtenir ces résultats, totalement insuffisants du reste, on devait employer des durées d’expositions considérables ; dans le début, il fallait au moins une ou deux heures, suivant le matériel employé, pour fixer l’ombre radiographique de la main20. » Les notions d’ombre et de pénombre suivent les propriétés de propagation rectiligne des rayons X. Elles sont liées à la représentation schématique en cône du faisceau des rayons émis par le tube. Question de perspective mise à part, épaisseur et distance se combinent : distance du tube au corps, épaisseur du sujet, distance du sujet à la plaque. C’est la définition même d’une projection simplifiée, au sens géométrique du terme, qui est utilisée.

  • 21 L’habitude, nous dit Londe, doublée de l’essai de plaques témoins exposées simultanément avec un ob (...)
  • 22 Traité de radiologie médicale. Sous la direction de M. Ch. Bouchard, Paris, Steinhel Éditeur, 1904, (...)

15L’appréciation et la détermination de la durée d’exposition est déduite de la traversée des corps par les rayons21. Celle-ci dépend de la structure et de l’épaisseur même de ces corps, ce que le langage scientifique nomme densité. Une densité de plus. La qualité des ampoules est essentielle. Une ampoule fiable possède une surface de fluorescence contrôlable. La fabrication de tubes en matériaux choisis et de toutes formes, sphériques ou oblongs, stimule la recherche et l’industrie, sur le nouveau comme sur l’ancien continent22.

16L’examen direct de l’écran phosphorescent et l’enregistrement d’une image photographique déterminent des protocoles distincts. Mais qu’il s’agisse de radioscopie ou de radiographie, le dosage de la lumière ambiante qui règne dans l’espace où l’expérience a lieu est essentiel. Insistons sur le fait que pour la réussite de l’examen radioscopique, les yeux du médecin doivent être protégés de cette lumière ambiante, toute autre lumière que celle émise par le tube pouvant influencer la lecture des images. Pour ce faire, le praticien observe la scène en isolant son regard, à l’aide d’une sorte de petite chambre obscure miniature (fig. 7).

Fig. 7. « La lorgnette humaine de M. Séguy », gravure extraite du livre d’A. Londe Traité pratique de radiographie et de radioscopie (1898), p. 76, coll. SFP.

  • 23 L’adaptation rétinienne fait l’objet d’un développement d’Antoine Béclère dans la troisième leçon d (...)

17Le passage brutal ou répété de la fluorescence de l’écran à la lumière environnante crée une fatigue oculaire23. La qualité de lecture des images est de fait tributaire de la qualité et du dosage de ces lumières. Un gain de temps serait logiquement attendu par un rapprochement de l’ampoule et du modèle. Mais ce rapprochement signale ses limites. En effet, en plus des accidents possibles que les durées excessives ne cessent de rappeler, une trop grande proximité de l’ampoule et du modèle perturbe les bordures de l’image projetée et génère des formes diffuses. Il faut donc placer la bonne ampoule à la bonne distance. La protection des plaques aux radiations X sera tout aussi essentielle.

Fig. 8. A. Londe, radiographie d’une main sexdigitaire, aristotype, 17 x 11 cm, 1898, coll. SFP.

  • 24 A. Londe, Traité pratique de radiographie..., op. cit., p. 130. « La fluorescence nécessaire pour f (...)
  • 25 Associé à MM Charles Bazin et Lucien Leroy, Albert Londe dépose une demande de brevet n° 258041 le (...)

18Le rendement optimal des tubes à vide dépend du nombre d’étincelles d’extra-courant et du système de régulation qui les génère. Comment alors produire le plus grand nombre d’étincelles possible dans une unité de temps donnée24 ? Londe, comme Ducretet, Radiguet ou Séguy, conçoit plusieurs modèles de ces pièces appelées interrupteurs à grande vitesse, ou trembleurs, qui seront fabriqués en série et en versions de différentes puissances25.

Fig. 9. A. Londe, radiographie d’une main sexdigitaire, aristotype, 17,5 x 11,5 cm, 1898, coll. SFP.

  • 26 Ibid., p. 97. L’ensemble du tableau est significatif de la pratique des durées excessives d’exposit (...)
  • 27 CRAS, 1896, t. 122. Note de E. Brissaud et A. Londe, présentée à la séance du lundi 8 juin 1896. “P (...)

19L’ensemble de ces pièces et de ces conditions régule la détermination du temps d’exposition aux rayons. Le temps moyen d’éclairement pour une main, en 1898, est de 1 à 2 minutes. Celui d’une tête (sens antéro-postérieur) est de 20 à 40 minutes26. Aux plaques Guilleminot, Londe préfère les plaques spéciales Graffe et Jougla, avec lesquelles, tout autre paramètre restant inchangé, l’image d’une main s’obtient en 15 à 30 secondes et celle d’une tête27, dans les mêmes conditions, en 12 à 20 secondes. En l’espace de deux années, le temps de pose est réduit et passe de quelques quarts d’heure à quelques secondes.

  • 28 A. Londe, Traité pratique de radiographie…, op. cit., p. 110-111.
  • 29 Dans cette mise en place des matériaux et des supports, la concurrence des maisons fabriquant des p (...)

20La qualité des plaques de verre, des pellicules ou du papier au gélatino-bromure d’argent, joue un rôle tout aussi essentiel dans l’obtention de la netteté des images28. Londe publie le résultat de ses essais29.

  • 30 A. Londe, Traité pratique de radiographie…, op. cit., p. 228.

 « Plusieurs fabricants de plaques photographiques, un peu sur nos conseils d’ailleurs, se sont occupés de préparer des plaques spéciales de grande rapidité, ne voilant pas et donnant de beaux noirs. Nous citerons en particulier, MM Guilleminot, Perron et Tackels (maison Monckoven) qui nous ont envoyé des plaques irréprochables et donnant toute satisfaction pour la radiographie30. »

21Au-delà des matières photosensibles, le support verre n’est pas exempt de contraintes.

  • 31 Ibid., p. 110.

« Le seul inconvénient des plaques, que nous ne pouvons passer sous silence, c’est la fragilité qui constitue un défaut sérieux lorsqu’on se sert de grands formats pour la reproduction de sujets lourds et peu faciles à remuer. […] On atténuera, dans une certaine mesure, les chances d’accident [sic] en faisant usage de châssis spéciaux présentant un fond rigide et bien dressé pour donner à la plaque une base d’appui complète31. »

22 À la fragilité des grandes plaques, pouvant aller jusqu’au format 40 x 50 cm, s’ajoute le coût de revient lié à leur surface. Le celluloïd est également envisagé, pour des raisons pratiques de manipulation et pour les performances récentes du matériau. L’alternative est proposée par l’usage du papier au gélatino-bromure d’argent.

  • 32 Ibid., p. 110 : « L’usage de préparations dont le support est complètement transparent pour les rad (...)

« Au lieu des pellicules, on peut encore faire usage des papiers rapides au gélatino-bromure d’argent, d’un emploi si courant aujourd’hui pour le tirage des négatifs à la lumière artificielle et pour les agrandissements. On devra chercher de préférence les papiers lisses et sans grain32. »

23 Suivant les résultats obtenus dans les expériences faites par les frères Lumière, plusieurs papiers superposés offriront de suite plusieurs exemplaires quasiment identiques de la même image.

  • 33 « C’est un phénomène analogue à celui qui se produit en Photographie ordinaire : plus la pose est a (...)

24L’augmentation de l’épaisseur de la couche de gélatine est essayée. Mais le gain apparent d’informations s’accompagne d’une montée d’un voile33 et donc d’un abaissement du contraste global de l’image.

  • 34 Ibid., p. 101-102. Une note précise que « MM Graffe et Jougla viennent de mettre dans le commerce d (...)

« On a essayé d’abord d’exalter la rapidité des plaques ; mais de ce côté, les résultats acquis ne sont guère appréciables : en effet, dans l’état actuel de nos connaissances, on n’arrive à augmenter la sensibilité qu’en exagérant la tendance au voile ; du reste, si l’on avait trouvé le moyen cherché, il y a longtemps que ces plaques seraient utilisées pour la photographie ordinaire dans laquelle les plaques dites les plus rapides sont encore, dans bien des cas, insuffisantes. Par contre, en modifiant légèrement la formule, mais en perdant un peu de sensibilité, on a pu obtenir des plaques qui conservent bien les blancs et donnent des contrastes plus accusés. Elles pourront donc être employées avec avantage à condition d’augmenter quelque peu la durée d’exposition34. »

  • 35 Le système d’image à couches multiples est préconisé, nous informe Londe, surtout à l’étranger. Qua (...)

25Mais cet épaississement de la couche sensible présente rapidement ses limites. Le doublage de la plaque, portant une image sur chacune de ses faces est tenté avec plus de succès. Quelques complications apparaissent dans la lecture et l’interprétation de cette image composite35, vue et lue par transmission. Finalement, les informations de chacune des faces de la plaque fusionnent. L’ensemble perd en précision. L’épaisseur et l’homogénéité du verre, situé entre les deux images, est en partie responsable de cet inconvénient.

Fig. 10. A. Londe, radiographie d’une grille de métal, aristotype, 12,6 x 16,8 cm, 1898, coll. SFP.

  • 36 W.-C. Röntgen, “Une nouvelle espèce de rayons”, Revue générale des sciences pures et appliquées, 7e(...)

26Enfin, une autre possibilité de réduire le temps de pose viendra d’une innovation recyclant les écrans de radioscopie, qui s’illuminent en présence des rayons X et forment une image composite. La phosphorescence amplifie et prolonge l’action photographique des rayons. Le voile ainsi obtenu est contrôlé. Cette image est perçue comme l’image d’une image. Ce protocole reprend très précisément l’expérience inaugurale de Röntgen36.

Fig. 11. A. Londe, deux essais de radiographie d’objet, aristotype, 12,6 x 16,4 cm, 18989, coll. SFP.

27Puisque l’image est formée de voiles entremêlés, l’étude comparée des substances qui les occasionnent permettra, une fois encore, de préciser lequel de ces voiles est photographique et lequel ne l’est pas. Albert Londe réalise une étude méthodique de ces écrans.

  • 37 A. Londe “Des causes des troubles apportés aux images radiographiques par l’emploi des écrans dits (...)

« Divers auteurs ont proposé, en radiographie, l’emploi d’écrans fluorescents ou phosphorescents appliqués sur la plaque photographique : ces écrans, dits renforçateurs, auraient pour effet, pour une exposition donnée, d’augmenter l’intensité du négatif ou inversement, pour une valeur déterminée de celui-ci, de permettre une notable réduction de la pose. […] S’ils [les auteurs] ne sont pas d’accord sur la valeur comparative de ces divers produits au point de vue de l’action renforçatrice, tous reconnaissent que l’image est altérée par le grain des cristaux de sels constituant l’écran37. »

  • 38 Ibid., p. 1643.
  • 39 Notice sur les titres et travaux scientifiques de M. Albert Londe, Paris, Gauthier-Villars, 1911, p (...)

28 Le grain des écrans vient s’ajouter à la granulation des plaques. La précision des détails est en jeu. Une appréciation visuelle doit être faite, pour distinguer un voile d’un flou de l’image. L’expérience consiste à prendre une grille métallique ouvragée comme sujet à radiographier (voir fig. 10) et d’interposer entre la grille et le châssis photographique des échantillons d’écrans renforçateurs. L’ensemble est soumis aux rayons X sous un châssis photographique. Londe remarque le fait suivant : « On constate alors que le flou de l’image, dans les parties qui ont reçu l’action renforçatrice la plus énergique, est dû non pas au grain de la couche, mais à une sorte de halo qui se produit autour de toutes les parties admettant librement les radiations. Comme conséquence, les images des ouvertures de la grille sont augmentées d’une façon très sensible et les intervalles qui les séparent sont notablement diminués. Le caractère de l’image est donc profondément changé et le trouble provient non pas du grain mais bien du phénomène que nous venons de signaler. » Cherchant alors à identifier ce halo et le comparer à sa forme “classique” déjà connue en photographie ordinaire, il l’identifie différent et toujours présent avec les pellicules, les papiers et même avec les plaques spéciales dites “anti-halo”. Si l’effet renforçateur de certains écrans est manifeste, « le trouble apporté ne permet pas leur emploi pour l’obtention d’images fines et détaillées » et d’autre part, « le trouble de l’image est d’autant moins accentué que la durée d’exposition est plus courte38 ». Londe, dans la pratique, déconseille finalement l’usage de ces écrans39.

Lecture de l’image

29Stabilisée, cette technique nous renseigne sur ce que voyaient, précisément, ceux qui l’ont inventée (fig. 11). La description des expériences, le récit des manipulations et des protocoles représente une base de lecture possible des images, lorsque celles-ci n’accompagnent pas le propos, lorsque l’illustration n’est pas disponible, lorsque l’iconographie n’est pas incorporée au texte.

Fig. 12. A. Londe, radiographie de momie (?), aristotype, 24,6 x 12,5 cm, v. 1898, coll. SFP.

30L’image radiographique n’est pas un contact, mais une projection. Au sens géométrique du terme, nous l’avons vu, mais aussi projection parce que le contact physique avec la plaque, aussi minime soit-il, n’est pas, en fin de compte, retenu dans la pratique. L’image, sur un plan morphologique, est en quelque sorte un amalgame, une combinaison, un mélange de textures traversées, auxquelles s’ajoutent des images secondaires de voile et de halo, de la diffusion (fig. 12). Parce que le corps est séparé de la plaque sensible par le châssis protecteur, cet écart, si infime soit-il, induit un agrandissement imperceptible de l’image projetée. Les dimensions du sujet sur l’image semblent confondues, tant les parties du corps les plus éloignées de la plaque se projettent à travers celles qui en sont les plus proches. C’est une autre conséquence de la propagation rectiligne des rayons X. Comme l’imaginaire immédiat associé au mot radiographie ou l’expérience du « ne respirons plus », une évidence supplémentaire fait d’une radiographie une image représentant toujours sa propre échelle. D’où la question du format des images qui s’ensuit. Si certains préfèrent l’image utilisée à sa propre dimension, d’autres optent pour sa réduction ou son agrandissement.

  • 40 Traité de radiologie médicale. Sous la direction de M. Ch. Bouchard, op. cit., p. 462, p. 659-660.

31Si la plaque et le corps, ou tout autre objet, étaient en contact direct, se rapprochant ainsi d’une idée de l’échelle un (“à tel” utilise-t-on encore en photographie), il serait indispensable de réaliser l’opération en lumière dite inactinique, pour les plaques ou les papiers dont la sensibilité chromatique serait connue. Dans le cas particulier des corps, le contact de la peau avec la plaque produit des images résiduelles par suintement ou sudation. Avec l’invention d’un châssis spécial40 (fig. 13), Albert Londe règle en partie le problème.

32Si les châssis ordinaires sont eux aussi utilisés, certains praticiens préconisent l’emploi de plaques enveloppées dans plusieurs couches de « papier noir aiguille », le papier d’emballage qui protège les plaques dans les boîtes des fabricants. Bientôt, le métal, moins perméable aux rayons, va remplacer le bois.

Fig. 13. « Châssis radiographique », gravure extraite du livre d’A. Londe Traité pratique de radiographie et de radioscopie (1898), p. 81, coll. SFP.

  • 41 W.-C. Röntgen, “Une nouvelle espèce de rayons”, art. cit., p. 60.

« La plaque photographique peut être exposée à leur action [les rayons X] sans qu’on ait à enlever le volet du châssis, ni aucune boîte protectrice, de sorte que l’opération n’a pas besoin d’être conduite dans l’obscurité. Il est clair que les plaques qui ne sont pas en expérience ne doivent pas être laissées dans leur boîte au voisinage du tube41. »

Fig. 14. « Dispositif de l’expérience de Röntgen et tube focus », gravure extraite du livre de G.-H. Niewenglowski, La Photographie et la Photochimie (1897), p. 235, coll. SFP.

  • 42 Ibid., p. 61-62.

33Pour reprendre le récit de la découverte de Röntgen (fig. 14), si parmi les objets interposés, la main s’est si bien prêtée à l’observation de la traversée des rayons, aucune ligne, en revanche, dans le texte, n’est consacrée aux conditions requises et au moment précis de la substitution de la plaque à l’écran42. Autrement dit, la rencontre de la plaque avec les rayons semble aller de soi. Comment, de fait, cette « rétine du savant » est-elle devenue l’outil ordinaire des laboratoires scientifiques ? Loin, là encore, d’être une évidence, l’étude du statut et de l’usage de ces images primitives reste à faire.

Fig. 15. « Grenouille, reproduction d’une phototype obtenu par la méthode de Röntgen », reproduit dans le livre de F. Dillaye, La Pratique en photographie (1896), p. 365, coll. SFP.

  • 43 Röntgen poursuit : « Pour la propagation rectiligne des rayons, j’ai une photographie à la chambre (...)

« L’appellation de “rayons” donnée au phénomène se justifie en partie par les silhouettes régulières qu’on obtient en interposant un corps plus ou moins perméa­­ble entre la sour­ce et une plaque photographique ou un écran fluorescent. J’ai observé un grand nombre de ces silhouettes. J’ai aussi le dessin d’une partie d’une porte peinte en blanc de plomb ; j’ai obtenu l’image en plaçant le tube à décharges d’un côté de la porte et la plaque sensible de l’autre. J’ai aussi l’ombre des os de la main, d’un fil enroulé sur une bobine, d’une série de poids dans une boîte, d’un cadran de boussole, avec l’aiguille, le tout complètement enfermé dans une boîte de métal, dont les rayons X décèlent les défauts d’homogénéité et de plusieurs autres objets43. »

34À la lecture de ces lignes et au regard des images qui les accompagnent, un fait curieux apparaît. L’iconographie qui illustre le numéro deux de la Revue générale des sciences, le 30 janvier 1896, est principalement constituée d’images de formes sombres se détachant sur fond clair. Des images positives ? Si leur légende précise qu’il s’agit de photographies, rien n’indi­que si ce sont des tirages réalisés d’après des plaques ou bien s’il s’agit de positifs directs. Rien non plus ne renseigne sur leurs dimensions. Pourquoi d’ailleurs, effectivement, faudrait-il alors parler de tirages ou d’images positives ? Est-ce pour se rapprocher des images qui se forment sur l’écran phosphorescent qu’un tirage, dans la distribution de ses valeurs, serait plus lisible, efficace ou cohérent ? Ces images seraient-elles des images photographiques directes de l’écran phosphorescent ? Quelle serait alors la nature de ces ombres et de ces silhouettes ? Et pour reprendre une terminologie photographique, de quoi, précisément ces images seraient-elles le négatif ?

Fig. 16. Radiguet, radiographie d’une main, aristotype, 38 x 28,5 cm, v. 1898, coll. musée des Arts et Métiers/ P. Faligot.

  • 44 Nous renvoyons ici à l’ensemble des paragraphes du traité de A. Londe consacré à la “lecture des né (...)

35Le point de vue de Londe aide à mieux s’orienter parmi les approches et les lectures possibles des premières radiographies. Le choix d’une image dite positive ou négative, comme celui de la précision du support utilisé, ou bien encore l’indication de ses dimensions, sera déterminant. Une question essentielle du sens de lecture et du sens de la lecture de l’image s’impose44.

  • 45 Ibid., p. 114-115.

 « Examinons tout d’abord si une radiographie doit être négative ou positive. En photographie ordinaire, le négatif (c’est du reste pour cette raison qu’il est ainsi appelé) présente des valeurs inverses à l’original, les noirs représentant les blancs et réciproquement : d’où nécessité, pour avoir une image de l’original, d’exécuter une deuxième opération qui donne le positif […]. Quant au sens de l’image, on constate qu’il est retourné sur le négatif, la droite est à la gauche et réciproquement ; par le passage au positif, l’image est remise dans son vrai sens45. »

36 C’est à partir du référent photographique que Londe tente de structurer la lecture des valeurs d’une radiographie. Mais la morphologie de ces images est complexe. Il faut en effet distinguer la densité photographique de la densité physique de la matière, au sens scientifique du terme.

  • 46 Ibid., p. 115.

« Comme nous obtenons l’image des objets par suite de leur transparence plus ou moins grande ou de leur opacité, il s’ensuit que les divers objets fonctionnent comme des écrans, arrêtant plus ou moins les radiations actives46. »

37 Reprenant le comportement comparable des rayons X et de la lumière visible, Londe poursuit.

  • 47 Ibid., p. 115.

 « S’ils sont absolument opaques [les objets], la plaque restera vierge de toute impression ; suivant leur translucidité plus ou moins grande, ils laisseront apparaître une réduction d’autant plus intense qu’ils opposeront un obstacle moins fort aux rayons X. L’interprétation de ces résultats se fera sans difficulté sur le négatif radiographique qui donnera la gamme des intensités d’après les transparences relatives du modèle47 […]. »

38Ce qui, en lumière visible, produit le plus d’action (noircissement) sur la plaque photographique est associé à ce qui, pour les radiations X, est très opaque et très dense. D’autre part, la lecture par transmission (plaques ou pellicules négatives ou positives) ou par réflexion (papiers) n’induit pas la même confrontation, voire la même frontalité, entre l’image et son spectateur.

Fig. 17. A. Londe, radiographie d’une main avec une bague à l’oriculaire, artistotype, 17,3 x 11,7 cm, v. 1898, coll. SFP.

  • 48 Seize ans plus tard, M. Chanoz et A. Lumière retiendront la définition de la densité suivante : « L (...)

39L’enjeu de ces interprétations est inséparable de la période qui attend des modèles théoriques avec la recherche de lumières étalons, et la tentative de normalisation des lois relatives au noircissement photographique, autrement dit, la sensitométrie naissante48.

  • 49 A. Londe, Traité pratique de radiographie…, op. cit., p. 115-116.

« Avec notre savant collègue de Vienne, M. le Professeur Eder, […] nous croyons que le tirage positif n’est nullement nécessaire, la reproduction du négatif devant se faire par l’exécution d’un fac-similé également négatif49. »

  • 50 Ibid., p. 116 : « Supposons maintenant que, au lieu de faire la radiographie sur papier, nous l’ayo (...)

40Pour appuyer son point de vue, Londe prend l’exemple de la radiographie d’une main, qu’il est possible de lire des deux côtés de la plaque (fig. 16), c’est-à-dire du côté apparent de la face palmaire (vue du dessous) ou du côté apparent de la face dorsale (vue du dessus), en créant ainsi la confusion possible d’une main droite avec une main gauche50.

  • 51 Ibid., p. 116.

« La conclusion de cette observation est que si la radiographie est bien dans le même sens sur le négatif sur papier sensible ou sur le verre (examiné par le côté gélatine), il n’en est plus de même lorsqu’on utilise ce dernier pour l’exécution d’un positif sur papier. Le positif sur papier tiré d’après le négatif radiographique est donc toujours inversé, et, si au lieu de faire l’examen sur le cliché directement on ne soumet au médecin ou au chirurgien que des épreuves positives, il sera nécessaire de les prévenir de cette inversion du sens de l’image qui peut dérouter singulièrement lorsqu’on n’est pas prévenu51. »

  • 52 Ibid., p. 116.

41Raymond Radiguet, le célèbre fabricant de bobines et d’ustensiles pour la radiographie, prétend au contraire que le négatif radiographique est inversé et que l’épreuve positive est dans le « vrai sens52 ». Londe conclut :

  • 53 Ibid., p. 116-117. Vient ensuite une proposition intéressante. Londe parle « d’interprétation » pou (...)

« […] nous croyons que dans un procédé qui ne donne que des silhouettes sans indication d’aucun détail extérieur permettant de savoir si la radiographie a été prise par l’une ou l’autre face, il faut représenter les objets dans la position qu’ils occupent sur la plaque (fig. 17), l’œil de l’observateur voyant naturellement la face supérieure53. »

Fig. 18. A. Londe, radiographie d’un pied sexdigitaire, aristotype, 18,5 x 13,2 cm, v. 1898, coll. SFP.

  • 54 Thierry Gervais, “Photographie de presse ? Le journal L’Illustration à l’ère de la similigravure”, (...)

42Le photographe propose une alternative possible, qui consiste à toujours mentionner, sous chaque planche, si la radiographie est négative ou positive ! Les techniques d’impression des images avec le texte dans le corps du livre poseront à leur tour les questions de dimension et d’inversion. Il semble bien que la reproduction des radiographies dans les imprimés ait bénéficié de tous les perfectionnements, et notamment, ceux des tramages mieux adaptés aux densités grises et aux détails54(fig. 19 et voir fig. 20).

  • 55 “La Lumière noire”, note de M. Gustave Le Bon, présentée par M. d’Arsonval, CRAS, t. 122, séance du (...)
  • 56 Ch.-V. Zenger, in Archives de l’Académie des sciences, pochette de la séance du 27 janvier 1896, le (...)

43D’autre part, nous pouvons ici proposer l’idée que cette lecture de la mise en place de l’imagerie X, prenant les qualités de la photographie à témoin (négatif, positif, opacité, transparence, densité, contraste, détails et densité), peut s’appliquer à d’autres images, contemporaines des radiographies primitives, et en particulier à celles qui ne semblent pas formées par des lumières visibles ou connues. La découverte de Röntgen a suscité des remarques liées à son antériorité, quand il ne s’agissait pas de la discussion des hypothèses et des résultats du savant allemand. Le cas de Gustave Le Bon est exemplaire. Il présente devant l’Académie des sciences le 27 janvier 1896 les premières images55 de « lumière noire ». Une polémique de spécialistes va interpeller la méthode et la valeur scientifique de ses hypothèses, remise en cause qui s’exprime à partir d’arguments photographiques. Le Bon date ses premières recherches de 1894. Ch.-V. Zenger, quant à lui, mettra en cause la qualité même des images obtenues par Röntgen56.

Fig. 19. « Boîte en bois contenant une montre et sa chaîne », frontispice du livre de Ch.-Ed/ Guillaume, Les Rayons X et la photographie à travers les corps opaques (1896), coll. SFP.

44Les bouleversements visuels introduits avec les premières radiographies dépassent le domaine médical, scientifique et photographique. Ils produisent une nouvelle vision du corps. Une densité optique photographique “grise” devient l’image d’une épaisseur traversée.

  • 57 La parole du secrétaire du Congrès international de photographie de 1900 est à ce sujet éloquente : (...)

45L’expérience radiographique a sollicité la technique photographique dans ce qu’elle avait de plus stable, de plus normalisé et de plus normalisable. Le protocole radiographique a instauré de nouvelles pratiques, de nouveaux usages et de nouvelles lectures de l’image photographique. Une nouvelle technique s’est peu à peu élaborée. La mise en perspective de ce petit pan d’histoire française de la photographie avec la réception internationale des rayons X reste à faire. Mais une chose demeure certaine : au-delà du diagnostic médical, la radiographie aura offert à la photographie l’occasion de se structurer en outil scientifique57.

46Enfin, la condition d’obscurité mise en œuvre par Röntgen pour observer les rayons a profondément modifié l’environnement et la structure du laboratoire. Ce nouveau théâtre des opérations photographiques s’est organisé comme une véritable machine de prise de vue, une nouvelle chambre noire, à taille humaine cette fois. Cette métamorphose de la boîte en pièce a finalement introduit l’idée d’un nouveau lieu d’images en déplaçant le fonctionnement de chaque élément du système. Dès lors, l’idée d’une radiographie pensée comme une photographie sans appareil serait incongrue. La nouvelle image du corps aura induit l’étude d’un nouveau corps de l’image.

Fig. 20. « Radiographie d’un rat par les rayons Röntgen » et « Image d’un rat obtenue à la lumière ordinaire », planche IV et V du livre de Ch.-Ed. Guillaume, Les Rayons X et la photographie à travers les corps opaques (1896), coll. SFP.

Notes

1 Albert Londe, Aide-Mémoire pratique de photographie, 2e éd., Paris, Librairie J.-B. Baillière et fils éditeurs, 1897. p. 380.

2 Ibid., p. 379.

3 Pour exemple, Jean Clair, L’An 1895. D’une anatomie impossible, Paris, L’Échoppe, 2004 ; Monique Sicard, L’Année 1895. L’image écartelée en voir et savoir, Paris, Les Empêcheurs de penser en rond, janvier 1995 ; id., Éclats d’histoires, Paris, Actes Sud, 2003, p. 39-46 ; Denis Canguilhem, Le Merveilleux scientifique, Paris, Gallimard, 2004 ; avec la contribution de Clément Chéroux, “À la recherche d’images susceptibles de nous extasier”, p. 145-163. Il s’agit de nommer le plus justement possible le champ scientifique au tournant du siècle, avec ses enjeux, ses fonctionnements, ses exigences. Gardons bien présent à l’esprit que ce champ scientifique peut être contextualisé pour mesurer les différences existantes avec la pensée scientifique d’aujourd’hui. Voir notamment Georges Didi-Huberman, avec “L’image scientifique et pseudo-scientifique”, in Histoire de la photographie, Paris, Bordas, 1986, p. 71-75, et C. Chéroux, avec “La photographie des fluides ou les lapsus du révélateur”, in Fautographie, Petite histoire de l’erreur photographique, Yellow Now, 2003, p. 133-169, pour les origines, et enfin Michel Poivert, “Le rayogramme au service de la révolution”, Études photographiques, n° 16, mai 2005, p. 74-87.

4 Comptes rendus de l’Académie des sciences (ci-après CRAS), 1896, t. 122, p. 311-312. La note de Londe est la première du genre dans l’enceinte de l’Académie. Le nombre des communications faites à l’Académie des sciences en rapport direct avec le phénomène est significatif : il y en a 132 le premier semestre et 31 le second.

5 CRAS, 1896, t. 122, p. 311-312.

6 « Étant données des plaques photographiques de sensibilités différentes à la lumière blanche, il nous est apparu intéressant d’examiner si le rapport des sensibilités est le même pour les rayons X. Nous avons opéré sur des préparations dans lesquelles les temps nécessaires pour obtenir la même impression, avec une source lumineuse constante, étaient entre eux comme les nombres 1, 8, 30 et nous avons remarqué que, dans les limites de notre expérience, ces rapports se sont exactement conservés pour les rayons de Röntgen. », CRAS, 1896, séance du lundi 17 février 1896, t. 122, p. 382. Ce passage cite en note la communication du 10 février faite par Londe.

7 Auguste et Louis Lumière, “Recherches photographiques sur les rayons de Röntgen”, note présentée par Gabriel Lippmann, à la séance du 17 février 1896, CRAS, t. 122, p. 382. L’expérience se conclut par : « La couche de gélatino-bromure d’argent employée absorbe donc les rayons X de la même façon que le papier qui lui sert de support. L’absorption des rayons X par les papiers sensibles est, par conséquent, extrêmement faible. »

8 A. Londe, Traité pratique de radiographie et de radioscopie. Technique et applications médicales, Paris, Gauthier-Villars, 1898, préface, p. VI, datée du 31 décembre 1897.

9 « Sur des cas d’érythème radiographique des mains », CRAS, séance du lundi 31 mai 1897, t. 124, p. 1256-1 257. Patients et praticiens étaient exposés « […] durant plusieurs heures par jour et se répétant pendant plusieurs mois consécutifs. Il faut ajouter que les rayons employés étaient toujours d’une grande intensité. […] », p. 1256.

10 La place de la plaque photographique dans les laboratoires sera de nouveau l’enjeu des recherches effectuées par Henri Becquerel sur les rayons uraniques, présentées devant la même assemblée à la séance du 23 novembre 1896 (t. 123, p. 855-858) ainsi que la poursuite de ces expériences qui ont conduit à la reconnaissance des corps radioactifs, par Pierre Curie, présentée par Henri Becquerel à la séance du 27 mars 1899 (t. 128, p. 771). Voir aussi Guy Pallardy, Marie-José Pallardy et Auguste Wackenheim, Histoire illustrée de la radiologie, Paris, Les Éditions Roger Dacosta, 1989.

11 Dans les deux techniques (radioscopie et radiographie), le contrôle visuel de la lueur émise par les ampoules garantit d’abord la présence de rayons X et ensuite l’état de bon fonctionnement du système. Cette condition est déterminante car elle interviendra également dans le choix du matériel le mieux adapté à l’une ou l’autre des deux techniques. Mais, l’examen à l’œil nu de la coloration des ampoules ne peut se faire que si la lumière ambiante le permet. Le lieu dans lequel l’opération se fait, à défaut d’être dans l’obscurité, doit présenter une certaine pénombre.

12 Gariel, conférence faite à Paris le 3 mars 1897, Association française pour l’avancement des sciences, comptes rendus de la 26e session, Saint-Étienne, 1897, Paris, Masson, 1898, p. 83-84. La comparaison avec l’astronomie évoque un usage spécifique de la « rétine du savant » de Janssen, à la fois comme image et comme outil d’étude de la photométrie.

13 Ibid., p. 83.

14 Ibid., p. 83.

15 Antoine Béclère, La Radioscopie et la Radiographie dans les hôpitaux. Extrait de la Presse médicale n° 84, du 24 octobre, tiré à part publié à Paris, chez Georges Carré et C. Naud, 1900, p. 4.

16 Nous remercions particulièrement Romain Guedj pour l’échange que nous avons eu et l’écoute attentive qu’il nous a apportée sur ces questions de théorie physique et chimique, et particulièrement pour les références relatives aux premières études sur la sensitométrie et la photométrie. Voir les travaux de Hurter et Drieffield à partir de 1890 et A. De La Baume Pluvinel, La Théorie des procédés photographiques, Paris, Gauthier-Villars et Masson, 1895.

17 Une étude complète du développement donne une place déterminante à la vision continue de l’image qui apparaît dans le bain révélateur, et aux conditions qui y sont liées, à savoir le lien de la sensibilité avec la lumière autorisant le développement visible à l’œil nu. Cf. A. Londe, La Photographie moderne, 2e éd., Paris, Masson, p. 323-377.

18 Ibid., p. 210-212. Nous reviendrons sur la notion de voile, car elle intervient très précisément en sensitométrie et en radiographie.

19 L. P. Clerc, La Technique photographique, Paris, Paul Montel, 6e éd., 1957, chapitre LII, notions sommaires de radiographie, p. 713-724, et P. Glafkides, Chimie et Physique photographique, Paris, Paul Montel, 4e édition nouvelle, 1976, chapitre xxiv, “Photographie des rayons X et des particules ionisantes”, p. 484-500.

20 A. Londe, Traité pratique de radiographie, op. cit, p. 136.

21 L’habitude, nous dit Londe, doublée de l’essai de plaques témoins exposées simultanément avec un objet « présentant sensiblement la même opacité que le corps à reproduire », reste le plus sûr moyen de d’apprécier le temps de pose.

22 Traité de radiologie médicale. Sous la direction de M. Ch. Bouchard, Paris, Steinhel Éditeur, 1904, p. 11-12.

23 L’adaptation rétinienne fait l’objet d’un développement d’Antoine Béclère dans la troisième leçon de son programme d’enseignement, “Supériorité de la radiographie sur la radioscopie pour la vision des détails”, copies des notes manuscrites du docteur Antoine Béclère, hôpital Tenon, 1897, in Antoinette Béclère, Antoine Béclère, Paris, J. B. Baillère, 1973, p. 56.

24 A. Londe, Traité pratique de radiographie..., op. cit., p. 130. « La fluorescence nécessaire pour faire un examen rigoureux n’est obtenue que si l’ampoule est à son maximum de puissance ; dans tous les autres cas l’écran ne s’illuminera que d’une manière insuffisante et la perception de l’image sera difficile. »

25 Associé à MM Charles Bazin et Lucien Leroy, Albert Londe dépose une demande de brevet n° 258041 le 13 juillet 1896, délivré le 30 octobre, pour une durée de quinze ans. A. Londe, Traité pratique de radiographie…, op. cit., p. 32-35.

26 Ibid., p. 97. L’ensemble du tableau est significatif de la pratique des durées excessives d’expositions aux rayons. Rappelons que la main radiographiée par Barthélémy et Oudin le 20 janvier 1896 avait nécessité un temps de pose de 20 minutes (voir les tableaux des pages 97 et 103).

27 CRAS, 1896, t. 122. Note de E. Brissaud et A. Londe, présentée à la séance du lundi 8 juin 1896. “Photographie par les rayons de Röntgen d’une balle de 7 mm dans le cerveau”. Cette tentative, reconnue la première réalisée en France, a été obtenue avec une exposition de sept quarts d’heure, soit 1 heure et 45 minutes, p. 1363-1365.

28 A. Londe, Traité pratique de radiographie…, op. cit., p. 110-111.

29 Dans cette mise en place des matériaux et des supports, la concurrence des maisons fabriquant des produits stimule la recherche. Des papiers, pellicules et plaques dédiées à l’usage radiographique sont fabriqués.

30 A. Londe, Traité pratique de radiographie…, op. cit., p. 228.

31 Ibid., p. 110.

32 Ibid., p. 110 : « L’usage de préparations dont le support est complètement transparent pour les radiations actives, comme le celluloïd, la gélatine ou le papier, permet d’impressionner en même temps un certain nombre de couches et d’obtenir d’un seul coup plusieurs clichés radiographiques. En pratique, cette manière de procéder pourra être avantageuse pour éviter les tirages subséquents : elle permettra de disposer de suite d’une ou plusieurs radiographies que l’on pourra examiner sans retard. », id., p. 112. Marie-Sophie Corcy, “La photographie de l’invisible”, La Revue du musée des Arts et Métiers, n° 25, déc. 1998, p. 54-59.

33 « C’est un phénomène analogue à celui qui se produit en Photographie ordinaire : plus la pose est allongée, plus les contrastes s’atténuent, plus le négatif devient uniforme et sans valeur, le voile devenant inévitable au-delà d’une certaine limite. », A. Londe, Traité pratique de radiographie…, op. cit., p. 100.

34 Ibid., p. 101-102. Une note précise que « MM Graffe et Jougla viennent de mettre dans le commerce des plaques radiographiques spéciales qui sont tout à fait remarquables : elles donnent des clichés de grande vigueur, sans trace de voile et, détail très important, contrairement à ce que nous venons de dire, elles ont une exquise rapidité. Actuellement, elles sont supérieures à tout ce qui se fait pour ce genre de travail. ».

35 Le système d’image à couches multiples est préconisé, nous informe Londe, surtout à l’étranger. Quant à l’usage des couches épaisses, choisies par A. et L. Lumière, la complication du développement les rend délicates d’emploi. « C’est ainsi qu’avec des plaques à couche épaisse le développement est prolongé d’une façon inusitée, le fixage également, ce qui retarde d’autant la connaissance du résultat obtenu ; enfin le séchage lui-même a lieu dans des conditions de durée anormale, donnant la possibilité de l’apparition de certains accidents spéciaux, décollements, soulèvement, bulles, etc. On est conduit alors à effectuer un séchage rapide au moyen de l’alcool ou du formol. », A. Londe, Traité pratique de radiographie…, op. cit., p. 102.

36 W.-C. Röntgen, “Une nouvelle espèce de rayons”, Revue générale des sciences pures et appliquées, 7e année, n° 2, 30 janvier 1896, p. 59. « La décharge d’une grosse bobine d’induction traverse un tube à vide, ou un tube de Lénard ou de Crookes dont le vide a été poussé très loin. Le tube est entouré d’un écran de papier noir qui s’y adapte exactement ; on peut alors constater, dans une salle où l’obscurité est complète [nous insistons car cette précision essentielle est souvent oubliée ; or, c’est elle qui fonde la découverte], qu’un papier dont une face est recouverte de platino-cyanure de baryum, présente une fluorescence brillante quand on l’amène au voisinage du tube. La fluorescence est encore visible à deux mètres de distance. »

37 A. Londe “Des causes des troubles apportés aux images radiographiques par l’emploi des écrans dits renforçateurs”, CRAS, t. 126, 6 juin 1898, p. 1642. La note est indexée à la rubrique photographie.

38 Ibid., p. 1643.

39 Notice sur les titres et travaux scientifiques de M. Albert Londe, Paris, Gauthier-Villars, 1911, p. 34.

40 Traité de radiologie médicale. Sous la direction de M. Ch. Bouchard, op. cit., p. 462, p. 659-660.

41 W.-C. Röntgen, “Une nouvelle espèce de rayons”, art. cit., p. 60.

42 Ibid., p. 61-62.

43 Röntgen poursuit : « Pour la propagation rectiligne des rayons, j’ai une photographie à la chambre obscure, de l’appareil de décharge, recouvert de papier noir ; elle est pâle, mais très nette cependant. », Ibid., paragraphe 14 du mémoire original traduit, p. 62-63.

44 Nous renvoyons ici à l’ensemble des paragraphes du traité de A. Londe consacré à la “lecture des négatifs radiographiques”, A. Londe, Traité pratique de radiographie…, op. cit., p. 114-117.

45 Ibid., p. 114-115.

46 Ibid., p. 115.

47 Ibid., p. 115.

48 Seize ans plus tard, M. Chanoz et A. Lumière retiendront la définition de la densité suivante : « Le cliché [ou négatif] est plus ou moins opaque, plus ou moins noir, a une densité optique plus ou moins grande suivant sa richesse en argent réduit (nombre, dimensions et distribution des grains). » Une note précise que, selon la définition en photographie scientifique, l’opacité est l’inverse de la transparence et que, selon les travaux de Hurter et Driffield, la densité optique d’un cliché est le logarithme décimal de l’opacité. De l’action des rayons de Röntgen sur la plaque photographique aux halosels d’argent, Lyon, A. Rey Éditeur, 1914, p. 5.

49 A. Londe, Traité pratique de radiographie…, op. cit., p. 115-116.

50 Ibid., p. 116 : « Supposons maintenant que, au lieu de faire la radiographie sur papier, nous l’ayons faite sur plaque et que nous tirions une épreuve positive, nous constaterons que celle-ci ne représente plus une main droite mais une main gauche ; elle ne sera donc plus semblable et comparable à l’épreuve obtenue par la photographie ordinaire. »

51 Ibid., p. 116.

52 Ibid., p. 116.

53 Ibid., p. 116-117. Vient ensuite une proposition intéressante. Londe parle « d’interprétation » pour choisir le recours au négatif ou au positif.

54 Thierry Gervais, “Photographie de presse ? Le journal L’Illustration à l’ère de la similigravure”, Études photographiques, n° 16, mai 2005, actes du colloque “Photographie, les nouveaux enjeux de l’histoire”, p. 167-179.

55 “La Lumière noire”, note de M. Gustave Le Bon, présentée par M. d’Arsonval, CRAS, t. 122, séance du 22 janvier 1896, p. 189-190.

56 Ch.-V. Zenger, in Archives de l’Académie des sciences, pochette de la séance du 27 janvier 1896, lettre manuscrite, datée du 17 janvier.

57 La parole du secrétaire du Congrès international de photographie de 1900 est à ce sujet éloquente : « À côté des applications scientifiques de la photographie se place tout naturellement l’étude scientifique de la photographie. Elle se développe très heureusement depuis quelques années. Les phénomènes que nous utilisons sont encore mal connus, et dans leur nature même, et dans les lois qui les gouvernent ; leur connaissance est cependant essentielle aux progrès de notre art58. », Sostène Pector, Congrès international de photographie, Rapports et comptes rendus, Paris Gauthier-Villars, 1900, p. 77.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. A. Londe, volatile radiographié, aristotype, 30 x 24, v. 1897, coll. ASOAL. 
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/756/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 2. « Radioscope explorateur pour la détermination de la position des corps étrangers », gravure extraite du livre Notice sur les travaux scientifiques d’Albert Londe, p. 33 (1911), coll. SFP.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/756/img-2.png
Fichier image/png, 31k
Légende Fig. 3. Capitaine Colson, tests d’opacité des corps aux rayons X, photocollographie de J. Royer d’après le négatif original, reproduit dans le Bulletin de la Société française de photographie (1896), p. 105-106, coll. SFP.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/756/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 4. A. Londe, radiographie, papier à noircissement direct, 24 x 18 cm, 1896, coll. bibliothèque. de l’Institut de France/RMN/Gérard Blot.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/756/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 5. « Disposition d’une expérience de fluoroscopie », gravure extraite de la Revue générale des sciences (1896), p. 857, coll. part.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/756/img-5.png
Fichier image/png, 15k
Légende Fig. 6. A. Londe, radiographie, papier à noircissement direct, 24 x 18 cm, 1896, coll. bibliothèque de l’Institut de France/RMN/Gérard Blot.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/756/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 7. « La lorgnette humaine de M. Séguy », gravure extraite du livre d’A. Londe Traité pratique de radiographie et de radioscopie (1898), p. 76, coll. SFP.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/756/img-7.png
Fichier image/png, 16k
Légende Fig. 8. A. Londe, radiographie d’une main sexdigitaire, aristotype, 17 x 11 cm, 1898, coll. SFP.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/756/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 9. A. Londe, radiographie d’une main sexdigitaire, aristotype, 17,5 x 11,5 cm, 1898, coll. SFP.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/756/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 10. A. Londe, radiographie d’une grille de métal, aristotype, 12,6 x 16,8 cm, 1898, coll. SFP.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/756/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig. 11. A. Londe, deux essais de radiographie d’objet, aristotype, 12,6 x 16,4 cm, 18989, coll. SFP.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/756/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 12. A. Londe, radiographie de momie (?), aristotype, 24,6 x 12,5 cm, v. 1898, coll. SFP.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/756/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 13. « Châssis radiographique », gravure extraite du livre d’A. Londe Traité pratique de radiographie et de radioscopie (1898), p. 81, coll. SFP.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/756/img-13.png
Fichier image/png, 11k
Légende Fig. 14. « Dispositif de l’expérience de Röntgen et tube focus », gravure extraite du livre de G.-H. Niewenglowski, La Photographie et la Photochimie (1897), p. 235, coll. SFP.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/756/img-14.png
Fichier image/png, 26k
Légende Fig. 15. « Grenouille, reproduction d’une phototype obtenu par la méthode de Röntgen », reproduit dans le livre de F. Dillaye, La Pratique en photographie (1896), p. 365, coll. SFP.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/756/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 16. Radiguet, radiographie d’une main, aristotype, 38 x 28,5 cm, v. 1898, coll. musée des Arts et Métiers/ P. Faligot.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/756/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 17. A. Londe, radiographie d’une main avec une bague à l’oriculaire, artistotype, 17,3 x 11,7 cm, v. 1898, coll. SFP.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/756/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 18. A. Londe, radiographie d’un pied sexdigitaire, aristotype, 18,5 x 13,2 cm, v. 1898, coll. SFP.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/756/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 19. « Boîte en bois contenant une montre et sa chaîne », frontispice du livre de Ch.-Ed/ Guillaume, Les Rayons X et la photographie à travers les corps opaques (1896), coll. SFP.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/756/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 20. « Radiographie d’un rat par les rayons Röntgen » et « Image d’un rat obtenue à la lumière ordinaire », planche IV et V du livre de Ch.-Ed. Guillaume, Les Rayons X et la photographie à travers les corps opaques (1896), coll. SFP.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/756/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 233k

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis Bernard, « L’image des rayons X et la photographie », Études photographiques, 17 | Novembre 2005, [En ligne], mis en ligne le 09 septembre 2008. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/756. consulté le 26 mars 2017.

Auteur

Denis Bernard

Articles du même auteur

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle