Navigation – Plan du site

Introduction

Quentin Bajac, Dominique de Font-Réaulx, André Gunthert et Michel Poivert
p. 4-5

Texte intégral

1En 1989, la France célébrait par plusieurs manifestations d’envergure le cent cinquantième anniversaire de la divulgation de la photographie. Une quinzaine d’années nous séparent de cette commémoration, qui ont vu la connaissance historique du domaine évoluer de la façon la plus radicale, en partie à cause de cette impulsion. Stabilisés dans leurs principaux repères depuis la fin des années 1930, les savoirs spécialisés ont connu depuis lors une véritable explosion. Organisé en collaboration par le musée d’Orsay et la Société française de photographie, un colloque a tenté de mettre en lumière les tendances majeures de ce renouveau1. Le présent volume, issu de ces travaux, en présente une version augmentée et mûrie, destinée à fournir simultanément un précis et un guide des nouvelles curiosités de l’histoire du médium.

2Si plusieurs acteurs des célébrations de 1989 s’inscrivaient dans un mouvement largement initié de l’autre côté de l’Atlantique, on a pu constater dans la période récente un tournant notable: il existe désormais une spécificité marquée de la recherche française en histoire photographique. Parmi ses principaux traits, dont la plupart des textes ici réunis fournissent l’illustration, retenons le souci de la réflexivité méthodologique, le désir de produire du savoir plutôt que du commentaire, une attention soutenue à la dimension des usages, des contextes et de la réception des images. Mais la situation française ne s’explique pas que par la fermeté de la méthode historique. Elle résulte de la combinaison de quatre déterminations fondamentales, véritable carré magique des quinze dernières années. En premier lieu, une dynamique d’enrichissement des fonds. En attendant une vérification chiffrée, l’impression générale est bien celle d’un considérable accroissement des réserves iconographiques. Certains pays, comme l’Allemagne ou l’Italie, disposent probablement de grandes richesses patrimonia­les ; d’autres, comme les États-Unis, peuvent s’appuyer sur un marché structuré prêt à les accueillir - la France bénéficie des avantages d’une bonne combinaison de ces deux facteurs, qui garantit aux chercheurs de profiter d’un corpus toujours plus large et en constant renouvellement. Le deuxième aspect tient à la solidité de l’engagement des principales institutions muséales, encouragé par l’État. Ponctuant la pé­riode d’expositions ambitieuses et de catalogues majeurs, celles-ci ont su accompagner l’accroissement des ressources et de l’intérêt du public, tout en préservant une approche rigoureuse. À une époque de fuite en avant dans le marketing culturel, que la comparaison internationale illustre abondamment, ce degré d’exigence doit être apprécié à sa juste valeur. Une troisième particularité française tient à l’acceptation progressive de la spécialité photo­graphique au sein des départements ou des facultés d’histoire de l’art, dont elle devient aujourd’hui le fer de lance - quand la pente cons­tatée dans les pays anglo-saxons conduit plutôt à la diluer dans le territoire des visual studies. Cette liaison présente de nombreux avantages, comme celui de bénéficier d’outils méthodologiques éprouvés, de conserver à l’érudition toute sa légitimité, mais aussi de maintenir au centre la question de l’image. Enfin, un dernier trait remarquable tient à la pré­gnance d’une forte préoccupation théorique. Puisant à une tradition déjà ancienne, mais toujours vivace, la question du document reste une moda­lité majeure de l’inves­tigation du fait photographique, qui oriente, souvent en toute discrétion, le choix des objets comme celui des approches.

3Ne pas dissocier la rigueur méthodologique de la surprise des images, admettre de marier l’érudition avec le souci théorique, telles sont quelques-unes des qualités du style historique qui trouve ici son expression. Pour la commodité de la lecture, ont été regroupés les travaux portant sur l’historio­graphie et le contexte institutionnel, puis ceux qui proposent une approche renouvelée des sources iconographiques ou archivistiques, ponctués par la mise en exergue du problème singulier de la couleur. Le volume se poursuit par des essais venus apporter sur la photographie l’éclairage d’autres pratiques, et se clôt sur l’analyse des logiques à l’oeuvre dans la constitution de quelques collections majeures. Comme tel, cet ensemble construit une image que nous pensons représentative, autant que faire se peut, des principaux temps forts de la connaissance la plus récente. Pourtant, à peine ce dossier est-il rassemblé que le présent de la recherche, sans attendre, explore d’autres voies. Voici donc un échantillon incomplet, déjà inscrit dans l’histoire : nous n’espérons nullement qu’il apaise la faim ni qu’il étanche la soif. Au contraire, la curiosité augmentant avec la doctrine, ce que nous en attendons est qu’il aiguise l’appétit - le nôtre comme celui des lecteurs.

4Quentin Bajac, Dominique de Font-Réaulx, André Gunthert, Michel Poivert

Notes

1. "Photographie, les nouveaux enjeux de l’histoire", colloque, musée d’Orsay, Paris, 13-15 novembre 2003. On trouvera le programme complet du colloque à l’adresse : http://www.societefrancaisedephotographie.fr/manifestations/orsay

Pour citer cet article

Référence électronique

Quentin Bajac, Dominique de Font-Réaulx, André Gunthert et Michel Poivert, « Introduction », Études photographiques, 16 | Mai 2005, [En ligne], mis en ligne le 07 juin 2005. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/740. consulté le 29 avril 2017.

Auteurs

Quentin Bajac

Articles du même auteur

Dominique de Font-Réaulx

Articles du même auteur

André Gunthert

Articles du même auteur

Michel Poivert

Articles du même auteur

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle