Navigation – Plan du site

L’archive photographique, un document intégral

Doisneau chez les Joliot-Curie, 1942-1956
Alain P. Michel
p. 108-121

Texte intégral

  • 1 Henri Massis et Maximilien Vox (dir.), Nouveaux Destins de l’intelligence française, Ministère de l (...)
  • 2 Michel Pinault, Frédéric Joliot-Curie, Paris, Odile Jacob, 2000, 712 p. Dans le cadre de l’Année mo (...)

1En 1942, à la demande des autorités de Vichy, l’éditeur Maximilien Vox prépare un album voué à célébrer le rayonnement scientifique et culturel de la France, Les Nouveaux Destins de l'intelligence française1. Il commande à Robert Doisneau la réalisation d’une partie de l’illustration. Sur vingt-huit reproductions dues au photographe, deux sont consacrées au laboratoire de synthèse atomique d’Ivry. C’est le premier reportage de Doisneau auprès d’Irène et Frédéric Joliot-Curie, qu’il retournera voir à plusieurs reprises jusqu’en 1956 pour illustrer divers articles à caractère scientifique ou politique2.

2Parmi ces reportages, seules les “belles images” de Doisneau sont habituellement retenues parce qu’elles offrent une vision frappante de la physique nucléaire française. L’étude des pratiques de production et de réception d’une série complète de clichés permet d’aller au-delà des impressions que suscite une sélection d’images. Si beaucoup de photographies de Doisneau sont des œuvres, elles sont toutes des documents historiques. Certes, l’image par elle-même n’explique pas la réalité représentée. Mais plutôt que de l’affronter de face, je propose de l’approcher depuis la matérialité de l’archive dont elle est issue. Ici, son appréciation n’est plus d’ordre esthétique ou médiatique, mais pratique et historique. Replacée dans son contexte, confrontée aux autres sources, analysée par série, l’image photographique donne un témoignage précieux sur le travail des scientifiques et bouscule quelques idées reçues à propos du photographe.

3L’épisode “Doisneau chez les Joliot-Curie” offre une vision inédite de la physique française du milieu du siècle. Elle donne aussi l’occasion de corriger la perception d’un auteur victime de sa notoriété. L’image populaire de Doisneau – celle du photographe des rues, des bistrots, des enfants et des amoureux – est largement réductrice. C’était un travailleur toujours sur le qui-vive, jouant avec le hasard mais composant ses clichés et reconstruisant le monde tel qu’il aurait voulu qu’il soit. La succession de ses reportages montre qu’il intervenait d’abord sur commande et que ses missions photographiques répondaient à des enjeux précis.

Approche contextuelle d’un trucage

4L’ambiguïté de la représentation photographique n’est pas en contradiction avec son intérêt documentaire. Par exemple, une photographie truquée n’est pas qu’une illusion. À deux reprises, Robert Doisneau a utilisé un même cliché de 1942 pour fabriquer un arc électrique factice.

  • 3 CNRS, Laboratoire de synthèse atomique, Paris, Imprimerie Sennac, 1957, 24 p.

5Le négatif d’origine (G 152h, sans éclair) provient de la première mission de Robert Doisneau chez les Joliot-Curie à l’été 1942 (voir fig. 1). Un premier trucage (G 152h, avec étincelle ajoutée) est publié en 1957 dans la plaquette du CNRS sur le laboratoire de synthèse atomique3. Le second trucage (n° 80106) se trouve dans le fichier des négatifs du fonds photographique de Robert Doisneau. C’est une plaque de verre de 10 x 12,5 sur laquelle le négatif 6 x 6 du truquage de 1957 est fixé de biais, les contours étant encadrés de bandes de papier noir.

  • 4 Pour une première approche du système d’organisation des archives photographiques de Robert Doisnea (...)
  • 5 Il s’agit du seul cas explicite de truquage que j’ai pu retrouver dans les archives de Robert Doisn (...)

6La place et le numéro de ce dispositif photographique attestent sa réalisation en 19794. Ces deux documents sont donc de vrais-faux, reconstitués quinze et trente-sept ans plus tard par l’auteur du cliché original5. Les deux images ne sont pas rigoureusement identiques.

7Elles sont ici inversées, mais d’autres tirages les montrent dans le même sens. Surtout, on observe qu’en 1957, la fausse étincelle se prolonge malencontreusement sur la boule inférieure alors qu’un effet d’illumination la dissimule sur l’image de 1979 (fig. 2).

8Dans les deux cas, l’arc électrique sert à illustrer l’aspect fantastique des expériences scientifiques. Si le résultat obtenu est contrefait, les trucages sont doublement instructifs.

  • 6 Cf. Philippe Molinié, “Les machines atomiques : les instruments de la physique changent d’échelle”, (...)

9D’abord, ils montrent un écart entre l’imaginaire de la science et la réalité de son fonctionnement. Sur le négatif original de 1942, il n’y a pas d’arc électrique entre les boules. Néanmoins le dispositif technique inerte du cliché rappelle l’installation phare de l’Exposition universelle de 19376. Pendant les démonstrations du palais de Chaillot, ce sont surtout les étincelles qui frappent les visiteurs :

  • 8 Robert Doisneau, Doisneau-Renault, Paris, Hazan-La Villette, livret édité à l'occasion de l'exposit (...)
  • 9 Clichés G 150 à G 152h, soit 14 négatifs pris entre mai et août 1942.

10Avant guerre, Robert Doisneau est un petit employé anonyme du service photographique interne de l’entreprise Renault8. Pendant l’Occupation, devenu photographe indépendant, il a l’occasion de photographier ce type d’installation au laboratoire de synthèse atomique des Joliot-Curie à Ivry9. Dans son reportage, il restitue le caractère monumental de l’installation, mais pas l’événement de l’arc électrique.

  • 10 M. Vox, lettre à Frédéric Joliot, 13 mai 1942, Archives Curie.

11C’est avant tout parce que le travail des physiciens consiste précisément à l’éviter. L’étincelle est impressionnante, mais provoque une perte d’énergie. La réaction atomique suppose de pouvoir “bombarder” violemment la matière avec des particules. Pour cela, il faut accumuler une tension de l’ordre de cinq millions de volts dans les boules afin de propulser les particules dans un “canon” (ici un long tube à vide) au bout duquel se produit la fission nucléaire. L’immense bâtiment est désert parce que l’air est un mauvais isolant électrique. Il faut de grandes distances d’isolement donc des installations monumentales et l’absence de tout corps étranger pour éviter de provoquer des courts-circuits pendant l’accumulation. S’il ne se passe rien sur la photographie de 1942, c’est aussi pour des motifs conjoncturels. En temps de guerre, la pénurie d’énergie et de matériels techniques empêche l’installation de fonctionner. Le don de Doisneau est d’avoir su « prendre de cet appareil un cliché digne du sujet10 » et de donner « de très belles photos » d’une installation en panne.

  • 11 Id., Nouveaux Destins de l’intelligence française…, op. cit.

12Le trucage montre aussi le décalage entre le temps de l’imaginaire et celui de la science. L’image initiale résultait d’une commande de Vichy, destinée à illustrer un rayonnement scientifique et culturel dont peu de Français sont alors convaincus11. Dès la fin des années 1930, il s’avère que la maîtrise du tube à rayons X est délicate : de grande taille, il est soumis à des forces importantes du fait des champs électriques et du vide poussé qui y règne. Non seulement il nécessite de gros moyens, qui ne sont plus disponibles, mais sa capacité atteint la limite pratique. À cette époque, Frédéric Joliot détourne son attention des installations monumentales du laboratoire d’Ivry pour concentrer ses efforts sur la mise au point du cyclotron. L’objectif de cette nouvelle installation est d’obtenir la réaction en chaîne en utilisant plusieurs fois la même énergie. Pour cela, les physiciens ont imaginé d’appliquer, en plus de la haute tension, un champ magnétique, qui, sans modifier l’énergie de la particule, lui imprimerait une rotation. C’est cette idée de la « fronde atomique », à l’origine de la plupart des grands accélérateurs actuels, que Frédéric Joliot tente de réaliser, en même temps que d’autres physiciens, dans le troisième sous-sol du Collège de France. Une physique souterraine se substitue à la physique monumentale des années 1930.

  • 12 E. P. Jacobs, Un opéra de papier, Gallimard, Paris, 1981. B. Mouchart et R. Rivière, La Damnation d (...)

13Pourquoi Doisneau se sert-il d’un cliché réalisé quinze ou trente-sept ans plus tôt pour véhiculer l’image d’une science spectaculaire, que le palais de la Découverte continue aujourd’hui à mettre merveilleusement en scène ? Ce n’est pas seulement parce qu’il ne dispose pas de clichés plus modernes. En 1957 et en 1979, il reconstruit une image de la science monumentale dans la lignée de celles imaginées par Hergé (Georges Rémi, 1907-1983) ou Edgar P. Jacobs (1904-1987)12.

14Dans les années 1950, les créateurs de Tintin et de Blake et Mortimer se sont nourris des avancées de la physique nucléaire et de la fascination du public pour une science mystérieuse. Sur place, dans les laboratoires des Joliot-Curie qu’il revisite en 1955 et 1956, Robert Doisneau n’a pas pu photographier des installations conformes à cet imaginaire populaire.

  • 13 CNRS, Laboratoire de synthèse atomique, 1957, op. cit., p. 6.
  • 14 Alors qu’il a produit six titres entre 1946 et 1960, Jacobs tarde à sortir Les Trois Formules du pr (...)
  • 15 René Nouailhat, Jacobs, la marque du fantastique. Mythologie, politique et religion dans la bande d (...)
  • 16 “Blake et Mortimer. Face aux démons de la science”, éd. spéciale de Science & Vie, 2004. Je remerci (...)

15En 1957, il publie dans une plaquette du CNRS la première image grossièrement truquée13. Les scientifiques eux-mêmes n’y voient que du feu. L’imaginaire de la science se transforme dans les années 1970. Le ralentissement de la production des aventures de Blake et Mortimer témoigne d’une panne d’inspiration de Jacobs14 et de la désaffection (provisoire) du public pour cette série15. L’auteur ne peut plus s’appuyer sur les mêmes dispositifs technologiques pour rendre crédibles ses anticipations. Avec son trucage sophistiqué de 1979, Robert Doisneau reproduit une image désuète de la science. Celle qui est revenue à la mode dans les années 1990, avec le retour de Blake et Mortimer, sous la plume des successeurs de Jacobs16.

Approche archivistique d’une pratique de photographe

16Les reportages de Doisneau chez les Joliot-Curie sont d’autant plus instructifs qu’ils ont été récurrents à des époques charnières. Aucun document écrit ne permet de reconstituer la chronologie exacte des reportages de Doisneau chez les Joliot-Curie pendant l’Occupation ni au milieu des années 1950. Robert Doisneau ne conservait pas ses « paperasses ». Pas de dossiers de commandes, pas de factures, peu de correspondance professionnelle, en un mot pas d’archives papier que l’historien puisse consulter pour documenter les étapes méconnues de la carrière du photographe. Par contre, il conservait (presque) toutes ses images. Artisan photographe, il a sélectionné et classé ses négatifs au fur et à mesure de ses reportages en composant par là même une archive photographique continue, depuis le début de sa carrière jusqu’à sa “retraite”.

17En l’absence de documents écrits explicites, je commence par identifier dans le fonds d’archives du photographe les reportages de Doisneau chez les Joliot-Curie. Un “reportage” est une série continue de négatifs. Cette série correspond à un ensemble de clichés pris, à la suite, dans un même lieu. Le classement des négatifs prouve qu’une même commande est souvent réalisée par plusieurs reportages.

  • 17 Selon sa fille, Robert Doisneau faisait une «sélection directe avec des ciseaux, les chutes tombant (...)
  • 18 Chaque fiche est composée d’un collage de tirages 1/1 à partir des négatifs. Il ne s’agit pas de pl (...)

18Dans cette archive photographique, je distingue d’un côté le fonds de négatifs et de l’autre les albums d’épreuves. Au fur et à mesure de leur réalisation, Robert Doisneau sélectionnait directement (et radicalement) ses négatifs17puis les classait afin de pouvoir les retrouver et les reproduire. Ce fonds, résultat du travail de classement du photographe, a été précieusement conservé. Les "albums" quant à eux sont des outils de travail, dérivés de ce fonds. Pour Doisneau, il s’agit en fait de fiches cartonnées (de 15 x 27 cm) rassemblant plusieurs épreuves d’un même sujet18 et regroupées (dans un intercalaire d’un tiroir métallique ou par cartons) avec d’autres fiches du même thème. La fiche est comme une page mobile d’un dossier qui sert d’album photographique thématique (fig. 5 et 6).

  • 19 P. Hamilton, Robert Doisneau…, op. cit., p. 368-369.
  • 20 Par exemple, en 1990 (au moment de La Science de Doisneau et sous l’impulsion d'Alain Foucault), le (...)

19L’ensemble est organisé comme une bibliothèque (photothèque) en une centaine de thèmes essentiels sur lesquels Doisneau a travaillé aux différentes étapes de sa carrière19 ainsi que les sujets auxquels il s'est particulièrement intéressé20. Les fiches rassemblées en albums permettent de sélectionner rapidement des images et d’accéder aux négatifs correspondants. Car à coté de chaque épreuve – systématiquement – un numéro indique l’emplacement du négatif dans le fonds. Ces fiches sont la partie visible et partielle du fonds. Elles correspondent à une seconde sélection d’images par le photographe. Elles gardent – de manière aléatoire au recto et quelquefois au verso – les traces du travail de Doisneau : recadrages, commentaires, associations d’images, identification des personnes, éléments de datation, donc, une série d’informations complémentaires qui sont particulièrement précieuses. Pour rechercher une image, le plus simple est d’abord de regarder et d’analyser les fiches pour accéder ensuite aux négatifs. Mais, c’est pourtant le fonds de négatifs qui est le socle de l'archive. Robert Doisneau a utilisé successivement deux systèmes de classement de ses négatifs.

Classement alphabétique des reportages de l’Occupation

  • 21 A. P. Michel, Les Images du travail à la chaîne. Une analyse des sources visuelles des usines Renau (...)
  • 22 Série G, Travail, de G1 à G1323. Approximativement 2000 négatifs, alors que les autres séries tourn (...)

20Dans un premier temps (1932-1945), il les a organisés par séries alphabétiques. Chaque lettre de l’alphabet était associée à un thème. Les “enfants” dans la série C, le “ski” dans la série E, le “travail” dans la série G23, les “portraits de personnalités” dans la série S24. Robert Doisneau déterminait la série alphabétique correspondant au thème principal d’un reportage puis il y classait les clichés par ordre numérique. Ce mode de classement est celui qui a été mis en place en 1934 par le service photographique de Renault, précisément au moment où Robert Doisneau y est embauché21. Il adapte donc à ses propres clichés – privés puis relevant d’une production de photographe indépendant – un système conçu pour la communication d’une des plus grandes entreprises françaises de l’époque. Les clichés pris pendant la guerre chez les Joliot-Curie ont presque tous été classés dans la série G, la plus volumineuse de toutes ses séries alphabétiques22.

  • 23 M. Vox, lettre du 13 mai 1942 à Frédéric Joliot, Archives Curie. Depuis, le photographe est revenu (...)

21Chez Renault, la série G était celle qui rassemblait les images des “usines”. Pour Doisneau, il s’agit plus généralement du “travail”, thème de prédilection d’un « spécialiste de ce genre de reportage » comme l’indique Vox à Joliot23. On constate par là que, pour Doisneau, les physiciens travaillent. Le monde industriel et celui des laboratoires scientifiques entrent dans une même catégorie.

  • 24 Série S : approximativement 400 négatifs. Les clichés de Frédéric Joliot sont classés S69a/b à S71e (...)

22Grâce à ce classement (numéro-thématique) des négatifs on peut reconstituer la chronologie des reportages de Doisneau chez les Joliot-Curie et éclairer l’évolution d’une recherche nucléaire par ailleurs peu loquace sous l’Occupation. Pendant la guerre, Doisneau s’est déplacé au moins onze fois chez les Joliot-Curie. Après le reportage de l’été 1942 à Ivry déjà évoqué, le photographe n’y retourne plus car la technologie monumentale est alors dépassée. Par contre, Doisneau réalise quatre reportages à l’Institut du radium d’Irène (rue Curie) et quatre autres reportages au laboratoire de chimie nucléaire de Frédéric (au Collège de France). S’il commence par l’institut de la fille de Pierre et Marie Curie, il s’intéresse ensuite surtout au laboratoire du beau-fils. Seul le physicien est l’objet d’une série de portraits de face qui ont été classés, non dans la série G, mais dans la série S dédiée aux personnalités (masculines)24.

  • 25 Hélène Langevin et Pierre Joliot, entretien du 18 novembre 2004, musée Curie, avec Michel Pinault e (...)

23Frédéric Joliot s’affiche plus que sa femme, éphémère ministre du Front populaire au caractère plus secret et réservé que son mari25. À la fin de la guerre, et après Hiroshima et Nagasaki (6 et 9 août 1945), c’est le laboratoire de chimie nucléaire – autour de Frédéric Joliot et du cyclotron – qui prend nettement le dessus, aussi bien sur le « tube à rayons X » d’Ivry que sur l’Institut du radium et ses réserves de radio-éléments. Une technologie atomique s’est imposée.

Classement numérique des images du “retour” de l’après-guerre

  • 26 Par exemple, la série D porte d’abord sur des reportages en intérieur – à la différence des séries (...)

24 La confusion s’accroît progressivement dans les séries alphabétiques visiblement de moins en moins adaptées aux reportages d’un photographe indépendant26. Juste après la Seconde Guerre mondiale, Doisneau opte pour un système de classement numérique plus simple puisqu’il dispense du classement thématique initial. Les négatifs sont numérotés au fur et à mesure de leur traitement et correspondent globalement à l’ordre chronologique de leur réalisation. La différentiation thématique se fait alors uniquement dans le second temps des “fiches-albums”.

  • 27 Doisneau fait débuter à 2 000 la numérotation des clichés de 1946, à 3 000 ceux de 1947.

25Mais ce système de classement ne se réduit pas à une stricte suite numéro-chronologique. Doisneau y introduit quelques repères pratiques. Il effectue plusieurs sauts de numérotation, principalement pour distinguer les formats de ses négatifs27.

  • 28 Pour l’année 1947, les négatifs 13 x 18 sont numérotés de 50 000 jusqu’à 50 201. Les négatifs 6 x 6 (...)
  • 29 Dès 1948, Doisneau fait un second saut à 70 000 pour les négatifs 10 x 12,5 (= 4 x 5). Mais il prév (...)

26Trois ensembles sont alors physiquement séparés bien qu’ils participent du même système de numérotation. D’un côté, le fichier numérique de négatifs 6 x 6 (1946-1993) prend la suite du fichier alphabétique. Il en a le même aspect extérieur (tiroirs métalliques gris clair), mais à l’intérieur les négatifs n’ont plus de classement thématique. En parallèle, couvrant à peu près la même période, une boîte de grands négatifs 13 x 18 nettement moins nombreux. Dès 1946, leur numérotation commence à 50 00028. En troisième lieu, Robert Doisneau classe ses négatifs 10 x 12,5 (1947-1993)29 dans un fichier identique à celui des 6 x 6, mais qui débute à 70 000.

  • 30 Ce sont pour l’essentiel, les tirages rassemblés sous la référence « 1975 » par la photothèque des (...)

27Les grands ensembles numériques permettent d’identifier le format initial des négatifs. Ainsi les archives de Doisneau ne possèdent plus les négatifs d’une collection de tirages retrouvés dans les archives Joliot-Curie30. Grâce à leur numérotation en 70 000, on sait qu’il s’agissait de négatifs 10 x 12,5. Par perte ou par destruction, un tirage peut devenir la seule source – mais pas forcément la seule trace – d’une image photographique.

  • 31 En novembre 1952, Doisneau acquiert un Leica IIIF et bien qu’il n’ait pas réalisé tous les négatifs (...)

28Une quatrième série de négatifs 24 x 36 s’ajoute (1952-1993), mais cette fois-ci avec une numérotation à part. Les “négatifs Leica” sont conservés dans des classeurs contenant, à gauche cinquante bandes de six négatifs et, sur la feuille de droite, les légendes des reportages (date, sujet, etc.)31. Doisneau travaille donc avec quatre types d’appareils, personnels ou loués selon les conditions de la commande. Il double fréquemment les clichés de ses reportages en Rolleiflex – qui restent la base de son fonds – afin de bénéficier de différentes qualités d’image.

  • 32 Série d’agendas “Diplomate”, trimestriels, Archives de l’atelier Robert Doisneau.

29L’identification des reportages de l’après-guerre chez les Joliot-Curie demande donc toujours un dépouillement minutieux du fonds de négatifs numériques. Il est toutefois facilité par la conservation, à partir de 1950, de l’ensemble des agendas sur lesquels Doisneau indiquait ses rendez-vous professionnels32.

30Ces petits carnets confirment la diversité des commandes du photographe. Confrontés au fonds de négatifs, ils permettent surtout de dater et de suivre les reportages. Or le principal “retour” de Doisneau chez les Joliot-Curie a lieu dans les années 1955-1956 (avant la mort d’Irène Curie en mars 1956). Robert Doisneau, dont la réputation de photographe “humaniste“ est déjà bien établie, réalise encore une fois une série d’images techniques sobres et rigoureuses. C’est de cette période que datent les collections de tirages retrouvés aux Archives Curie. Pour l’essentiel, ces clichés n’ont  jamais été publiés. Quelques-uns ont servi à illustrer des ouvrages scientifiques peu diffusés. Leurs traces sont donc moins évidentes à repérer et plus difficile à documenter. Elles nécessitent l’aide des spécialistes de ces technologies, capables d’identifier les installations. Elles obligent également à une investigation plus poussée dans les archives afin d’en déterminer précisément la date.

  • 33 Cf. Agenda trimestriel, Archives de l’Atelier Robert Doisneau
  • 34 D’un côté clichés 6 x 6 du reportage 40625/26/27, et de l’autre une série de 28 négatifs en 10 x 12 (...)
  • 35 Ce second reportage en 10 x 12,5 est numéroté 72950 à 72971 (21 clichés presque continus).
  • 36 Sept clichés numérotés n° 72992 à 72998 proviennent d’un troisième reportage en 10 x 12,5.
  • 37 Cf. Agenda du premier semestre 1956, Archives de l’atelier Robert Doisneau.

31Doisneau effectue douze déplacements dans les laboratoires de Joliot entre la fin de l’année 195533 et le début de 1956. D’abord un rendez-vous au Collège de France le 3 octobre puis un autre le lendemain. Doisneau réalise alors un premier reportage avec deux appareils différents34. Un rendez-vous est pris dix jours plus tard au “labo de synthèse atomique” d’Ivry35. Doisneau effectue un autre reportage très technique (spectromètre, générateur Greinacher, chambre de Wilson) dont les images ont servi pour l’article de L’Age atomique en 1955 et pour la plaquette du CNRS de 1957. Le photographe retourne ensuite au Collège de France où il rencontre « M. Renard » à six reprises (entre le vendredi 21 octobre et le mercredi 7 décembre 1955). De cette série de rendez-vous, il ne reste qu’un petit reportage complémentaire du premier36. Finalement, Doisneau effectue trois autres reportages complémentaires au début de l’année 195637.

32Ainsi Doisneau revient chez les Joliot-Curie au moment où ces derniers tentent de sortir de l’ostracisme dont ils sont victimes depuis le début de la guerre froide. Le photographe, expert réputé, est sollicité alors que le couple de scientifiques “communistes” cherche à reprendre pied dans les sphères de décision de la recherche nucléaire. La plaquette du CNRS n’est pas destinée au grand public de Jacobs, mais aux hautes sphères du monde scientifique. En 1955, comme en 1942, la photographie technique est aussi politique.

  • 38 M. Pinault, Frédéric Joliot-Curie…, op. cit., p. 519. Deux ans plus tard, Doisneau réalise un autre (...)

33De ce retour du photographe chez les Joliot-Curie au milieu des années 1950, je retiens également la “résurrection” du laboratoire de synthèse atomique d’Ivry. Après treize ans d’effacement par rapport au laboratoire de chimie nucléaire du Collège de France, l’installation d’une nouvelle machine – le bêtatron – donne l’occasion à Frédéric Joliot de relancer l’un de ses sites. En fait, Saclay et Orsay – où Irène entreprend de transférer ses activités juste avant sa mort – auront la préférence38. Si rien n’est encore joué, il est sûr que la recherche nucléaire change d’objet et d’échelle. Il s’agit de doter la France de l’arme atomique et de la maîtrise de l’énergie nucléaire civile. Ni l’Institut du radium ni le Collège de France n’ont suffisamment d’espace pour permettre le déploiement de l’activité des laboratoires modernes. L’image est au service d’une certaine vision de la science. Encore une fois, ce n’est pas un hasard.

  • 39 Susan Sontag, “Dans la caverne de Platon”, La Photographie, trad. de l’anglais par G.-H. Durand et (...)

34Cette étude des reportages de Doisneau chez les Joliot-Curie conteste donc l’idée qu’une photographie ne puisse rien dire de fiable sur le monde qu’elle fixe dans une tranche d'espace et de temps. Lorsqu’elle est belle, comme le sont les tirages de Robert Doisneau, elle nous impressionne au-delà de ce qu’elle montre. Bien sûr, une photographie seule ne dit pas tout. Elle n’est pas une preuve historique. Juste une trace au statut mal défini, entre la pièce à conviction et la mise en scène qui, comme n’importe quel document doit être confrontée à d’autres sources. Car le cliché ne se réduit pas à la surface de l’image qu’il présente. La photographie argentique a une épaisseur matérielle et une profondeur temporelle ne serait-ce que par les travaux du photographe. Depuis la prise de vue jusqu’au développement : par la sélection, le classement et l’archivage des négatifs, leurs tirages, recadrages, reproductions multiples et diffusions. Pour être documentaire, la photographie doit être replacée dans sa série et relié à sa source. Car elle ne vient jamais ni seule ni de nulle part. À l’origine, elle fait toujours partie d’un reportage –  une série de clichés réalisés ponctuellement sur un sujet donné. Avec le recul du temps et les outils de l’histoire, la part du monde qui apparaît sur la photographie peut redevenir plus qu’une ombre dans la caverne de Platon (et de Susan Sontag39). Ainsi, pendant une séance, l’arrière-plan bouge, au cours d’une commande, les décors varient : d’une époque à l’autre la situation change.

35Les images techniques et esthétiques de Doisneau présentent les contextes différents dans lesquels les Joliot-Curie ont accompli leur travail routinier de chercheurs. Pour peu qu’on s’intéresse à ce qui apparaît sur l’image – ici les instruments, les machines et les technologies nucléaires –, les photographies permettent de suivre de près et de façon inédite, l’évolution visible et les transformations occultes de la recherche nucléaire de cette période.

Notes

1 Henri Massis et Maximilien Vox (dir.), Nouveaux Destins de l’intelligence française, Ministère de l’Information et Union bibliophile de France, Draeger Frères, Montrouge, 1942-1943.

2 Michel Pinault, Frédéric Joliot-Curie, Paris, Odile Jacob, 2000, 712 p. Dans le cadre de l’Année mondiale de la physique, la rencontre du photographe et des scientifiques est l’objet de l’exposition “Doisneau chez les Joliot-Curie. Un photographe au pays des physiciens” au musée des Arts et Métiers (mai-août 2005). Cf. Alain P. Michel, “Au début du style Doisneau. Les rencontres du reporter avec le monde de la science”, in M. Pinault (dir.), Doisneau chez les Joliot-Curie. Un photographe au pays des physiciens, Paris, Cnam-Romain Pages Éditions, à paraître en mai 2005, p. 80-93.

3 CNRS, Laboratoire de synthèse atomique, Paris, Imprimerie Sennac, 1957, 24 p.

4 Pour une première approche du système d’organisation des archives photographiques de Robert Doisneau, voir Peter Hamilton, Robert Doisneau : La vie d'un photographe, Paris, Éd. Hoëbeke, 1995, p. 368-370.

5 Il s’agit du seul cas explicite de truquage que j’ai pu retrouver dans les archives de Robert Doisneau. L’exemple montre que même pour un photographe dont ce n’était pas le style, ce genre de pratique était connu et utilisé. La polémique autour du “Baiser de l’hôtel de Ville” (1950) a rappelé le panel des techniques de la prise de vue et du développement photographique.

6 Cf. Philippe Molinié, “Les machines atomiques : les instruments de la physique changent d’échelle”, in M. Pinault (dir.), Doisneau chez les Joliot-Curie, op. cit.

7 Demain, 10 janvier 1937, cit. in Jacqueline Eidelman, La Création du palais de la Découverte – Professionnalisation de la recherche et culture scientifique dans l’entre-deux-guerres, thèse, université Paris V, 1988, p. 325-327.

8 Robert Doisneau, Doisneau-Renault, Paris, Hazan-La Villette, livret édité à l'occasion de l'exposition de photographies par Robert Doisneau (16 novembre 1988-22 janvier 1989), s. d. [1989], sans pagination. Propos recueillis par André Maisonneuve.

9 Clichés G 150 à G 152h, soit 14 négatifs pris entre mai et août 1942.

10 M. Vox, lettre à Frédéric Joliot, 13 mai 1942, Archives Curie.

11 Id., Nouveaux Destins de l’intelligence française…, op. cit.

12 E. P. Jacobs, Un opéra de papier, Gallimard, Paris, 1981. B. Mouchart et R. Rivière, La Damnation d’Edgar-Pierre Jacobs, Paris, Seuil-Archambaud, 2003.

13 CNRS, Laboratoire de synthèse atomique, 1957, op. cit., p. 6.

14 Alors qu’il a produit six titres entre 1946 et 1960, Jacobs tarde à sortir Les Trois Formules du professeur Sato (1971-1977) et ne réalisera pas la seconde partie de ce huitième titre.

15 René Nouailhat, Jacobs, la marque du fantastique. Mythologie, politique et religion dans la bande dessinée Blake et Mortimer, Besançon, CRDP Franche-Comté, 2004.

16 “Blake et Mortimer. Face aux démons de la science”, éd. spéciale de Science & Vie, 2004. Je remercie Nathalie Machetot (coordinatrice muséographique de l’exposition “Doisneau chez les Joliot-Curie…”, cf. note 2) pour ses recherches bibliographiques sur le sujet.

17 Selon sa fille, Robert Doisneau faisait une «sélection directe avec des ciseaux, les chutes tombant dans une poubelle» (Francine Deroudille, entretien du 6 juillet 2004).

18 Chaque fiche est composée d’un collage de tirages 1/1 à partir des négatifs. Il ne s’agit pas de planches “contacts”, mais bien de fiches d’épreuves. Il est donc possible de faire le “best off” des images des Joliot-Curie (selon Doisneau). Les portraits des deux scientifiques ont été utilisés sur de nombreuses fiches. Par exemple apparaissent sur trois fiches différentes – et deux fois directement associés – G391f, Frédéric Joliot au pupitre du cyclotron, G495a et G496b, Irène Joliot-Curie devant un appareil de mesure. De même pour le cliché des boules de l’éclateur d’Ivry (G152h) qui a été l’objet du truquage de 1979 et deviendra une image icône.

19 P. Hamilton, Robert Doisneau…, op. cit., p. 368-369.

20 Par exemple, en 1990 (au moment de La Science de Doisneau et sous l’impulsion d'Alain Foucault), les fiches sur la science ont été placées dans un dossier intitulé bizarrement "Sciences-Étranger", en dehors des thématiques alphabétiques habituelles.

21 A. P. Michel, Les Images du travail à la chaîne. Une analyse des sources visuelles des usines Renault : 1917-1939, Paris, Créaphis, à paraître en 2006.

22 Série G, Travail, de G1 à G1323. Approximativement 2000 négatifs, alors que les autres séries tournent entre 300 et 500 négatifs. On retrouve le reportage sur la Bibliothèque nationale de France réalisé pour Vrai en 1941 (G20), mais aussi toute une série de reportages pour Destins français en 1942 (G64-75 = étages de rayonnages/collection des médaille, etc.). J’en déduis que Doisneau avait effectué une cinquantaine de reportages sur le travail avant la fin de 1942.

23 M. Vox, lettre du 13 mai 1942 à Frédéric Joliot, Archives Curie. Depuis, le photographe est revenu sur cette “spécialité” dans Robert Doisneau, Un certain Robert Doisneau, Éditions du Chêne, Paris, 1986. « Depuis le temps, il y a prescription, mes remords s’envolent. Dans cette collection de scalps, nombreux sont ceux qui ont été capturés dans le monde du travail. La chance qui apporte les premières commandes vous classe rapidement comme spécialiste; par hasard il s’agissait de photographies industrielles. Ce que je sais faire en vrai professionnel, c’est-à-dire avec un minimum de gestes inutiles, ce sont des images des machines et ceux qui gravitent autour. Le hasard avait bien fait les choses. »

24 Série S : approximativement 400 négatifs. Les clichés de Frédéric Joliot sont classés S69a/b à S71e/f. Ils datent probablement d’après l’édition de Destins français (août 1942) et d’avant la livraison des clichés à Vox à la fin de l’année 1942. On retrouve aussi un peu plus loin des portraits de Maximilien Vox (S81-87).

25 Hélène Langevin et Pierre Joliot, entretien du 18 novembre 2004, musée Curie, avec Michel Pinault et Alain Michel.

26 Par exemple, la série D porte d’abord sur des reportages en intérieur – à la différence des séries A et B qui sont des reportages en extérieur. Mais des portraits de groupes d’architectes sont progressivement introduits dans cette série avec en D301 des images de Le Corbusier. De même la nature de la numérotation change en cours de route. Au début de la série G, un numéro correspond à une planche-contact : chaque négatif recevant une lettre d’identification. À la fin de cette même série, un numéro est attribué à chaque négatif retenu.

27 Doisneau fait débuter à 2 000 la numérotation des clichés de 1946, à 3 000 ceux de 1947.

28 Pour l’année 1947, les négatifs 13 x 18 sont numérotés de 50 000 jusqu’à 50 201. Les négatifs 6 x 6 n’arrivent à ces chiffres qu’en 1958. En 1959, les 6 x 6 commencent à 51 000. De fait, il y a nettement moins de mille grands négatifs.

29 Dès 1948, Doisneau fait un second saut à 70 000 pour les négatifs 10 x 12,5 (= 4 x 5). Mais il prévoit alors de leur réserver jusqu’à 170 000. En 1963, les 6 x 6 commencent à 171 500.

30 Ce sont pour l’essentiel, les tirages rassemblés sous la référence « 1975 » par la photothèque des archives Curie. Ils correspondent (dans le désordre) à un reportage de Robert Doisneau (72 882 à 72 909), clichés effectivement réalisés à la fin 1955 selon la logique du classement des négatifs de format 10 x 12,5.

31 En novembre 1952, Doisneau acquiert un Leica IIIF et bien qu’il n’ait pas réalisé tous les négatifs 24 x 36 avec ce type d’appareil, ils sont toujours désignés comme les «négatifs Leica» par Robert Doisneau.

32 Série d’agendas “Diplomate”, trimestriels, Archives de l’atelier Robert Doisneau.

33 Cf. Agenda trimestriel, Archives de l’Atelier Robert Doisneau

34 D’un côté clichés 6 x 6 du reportage 40625/26/27, et de l’autre une série de 28 négatifs en 10 x 12,5.

35 Ce second reportage en 10 x 12,5 est numéroté 72950 à 72971 (21 clichés presque continus).

36 Sept clichés numérotés n° 72992 à 72998 proviennent d’un troisième reportage en 10 x 12,5.

37 Cf. Agenda du premier semestre 1956, Archives de l’atelier Robert Doisneau.

38 M. Pinault, Frédéric Joliot-Curie…, op. cit., p. 519. Deux ans plus tard, Doisneau réalise un autre reportage sur le cyclotron de l’École de physique-chimie publié par Regards le 2 avril 1958. Finalement, en juillet 1970, il réalise (sans doute pour la Vie ouvrière) un reportage en 24 x 36 au CEA. Après une série de portraits de Winter en pleine conversation, les planches-contacts (numérotées 8755 et 8756) montrent des vues plongeantes et des gros plans d’un Van de Graff (de Saclay ou de Bucher-le-Châtel).

39 Susan Sontag, “Dans la caverne de Platon”, La Photographie, trad. de l’anglais par G.-H. Durand et Guy Durand, Paris, Le Seuil, 1979, p. 11-36.

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain P. Michel, « L’archive photographique, un document intégral », Études photographiques, 16 | Mai 2005, [En ligne], mis en ligne le 17 septembre 2008. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/722. consulté le 22 octobre 2017.

Auteur

Alain P. Michel

CSI de la Villette, Centre de recherche en histoire des sciences et des techniques

Articles du même auteur

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle