Navigation – Plan du site

Entre art et culture

Politique institutionnelle et  photographie en France, 1976-1996
Gaëlle Morel
p. 32-40

Notes de la rédaction

Gaëlle Morel est l’auteur d’une thèse en histoire de l’art  intitulée La Culture de l’auteur, l’institution de la photographie en France depuis les années 1970 (2004, Université Paris I). Elle est actuellement attachée temporaire d’enseignement et de recherche à l’université Paris I/Panthéon-Sorbonne.

Texte intégral

L’auteur tient à remercier Thierry Gervais et Michel Poivert pour l’aide apportée à la relecture de cet article.

Fig. 1. Carton d’invitation de l’exposition « Jean-Luc Moulène » au Jeu de Paume, du 15 mars au 22 mai 2005 (coll. galerie Chantal Crousel).

  • 1 Dossier de presse, Jeu de Paume, inauguration, 26 mai 2004, p. 2.
  • 2 L'ouvrage dirigé par Michel Frizot propose un survol historique international des organismes photog (...)

1Situé à Paris, le Jeu de Paume – jusqu'alors galerie nationale d'art contemporain – remplace depuis le mois de juin 2004 deux institutions dont il reprend les missions : le Patrimoine photographique et le Centre national de la photographie. Le Jeu de Paume célèbre sa réouverture en envisageant une « approche résolument ouverte et transversale, sur le plan chronologique (du xixe au xxe siècle), sur celui des pratiques photographiques et des disciplines (photographie, vidéo, cinéma, installations...)1 ». À la recherche d'une initiative symbolique et économique efficace, le ministère de la Culture confirme une action généraliste inaugurée en 1976. Le développement d'une ossature institutionnelle, souvent ignorée ou à peine abordée par les historiens2, permet pourtant de révéler les éléments visibles d'une politique active. Sans préjuger des résultats qu'une analyse historique du contenu des manifestations produirait, ce dynamisme atteste les errements de la politique institutionnelle française, confrontée à un objet reconnu en partie pour ses fonctionnalités mais qui aspire en même temps à intégrer le champ des beaux-arts. L'identité floue de médium photographique mène à une institutionnalisation chaotique, que reflètent les discours critiques et les débats qui agitent le milieu photographique hésitant entre la valorisation artistique et/ou la reconnaissance culturelle du médium.

Les fondements d'une action généraliste (1976-1981)

  • 3 Musée de la Photographie de Bièvres (1964), Rencontres internationales de la photographie d'Arles ( (...)
  • 4 Cf. Emmanuelle Michaud, L'Éloge de l'ombre : étude de la place que Jean-Claude Lemagny a accordée à (...)
  • 5 Une enveloppe de 300 000 francs est dégagée. Cf. Charles-Henri Favrod, "Pierre de Fenoÿl. Un chrono (...)
  • 6 Jusqu'en 1977, date de l'élection de Jacques Chirac à la mairie de Paris, la ville bénéficiait d'un (...)

2En quête de reconnaissance, l'organisation de manifestations ou la création d'institutions photographiques reposent avant tout sur l'activisme des actions menées en région et financées en grande partie par les municipalités d'accueil3. Par des actions généralistes, mêlant patrimoine et pratique contemporaine, le dynamisme régional s'accompagne de l'initiative prise par Jean-Claude Lemagny, conservateur pour la photographie contemporaine à la Bibliothèque nationale. L'ouverture d'une galerie d'exposition au sein du prestigieux établissement offre une première impulsion, même modeste, au principe de reconnaissance institutionnelle du médium par l'État (1971)4. En 1976, et pour la première fois en France, l'État consacre un budget spécifique à la photographie. Michel Guy, alors secrétaire d'État à la Culture prélève des fonds sur les crédits du Centre national de la cinématographie5, afin de mettre en place le Service de la photographie, administré par Pierre Barbin, chargé de mission, et par Agnès de Gouvion Saint-Cyr, nommée chargée d'études. Cette cellule administrative prend notamment en charge la création de la Fondation nationale de la photographie à Lyon. Installée au Château Lumière en 1978, la Fondation est le premier organisme photographique financé en grande partie par le ministère. Il propose des expositions temporaires, l'édition de catalogues, l'octroi de bourses et la constitution d'une collection. Toutes ces actions symbolisent le fondement de la politique institutionnelle en faveur de la photographie, consistant à associer, dans un but fédérateur, patrimoine et production contemporaine, création artistique et images répondant à un usage. Cependant, en 1980, le Service de la photographie est scindé en deux cellules administratives : devenu la Mission du patrimoine photographique, il se distingue d'une nouvelle section, administrée par Agnès de Gouvion Saint-Cyr et dépendant de la Délégation à la création, aux métiers artistiques et aux manufactures, qui prend en charge les actions concernant la création photographique, l'enseignement et la situation matérielle, juridique et sociale des photographes. La scission entre le secteur de la conservation et le secteur de la création contemporaine, répondant à une forme de logique, disperse néanmoins des moyens financiers et humains encore modestes. Parallèlement à la mise en place de l'organisation administrative du ministère, l'association Paris Audiovisuel, créée en 1978 et subventionnée par la municipalité, organise la première édition du festival biennal du Mois de la photo (1980)6. Dirigée par Jean-Luc Monterosso, la manifestation a pour ambition de rassembler tout le milieu photographique et associe différentes structures publiques et privées de la capitale : musées, bibliothèques, galeries, mairies, institutions culturelles, etc. Les établissements municipaux favorisent les représentations historiques de la ville, mais dès l'édition suivante, les thèmes se généralisent et les institutions financées par l'État s'associent largement à la manifestation.

Action artistique  et action culturelle (1981-1989)

  • 7 Cf. Gaëlle Morel, "La figure de l'auteur. L'accueil du photoreporter dans le champ culturel françai (...)
  • 8 Décret n°82-394 du 10 mai 1982, article 2. Cf. Bernard Beaulieu, Michèle Dardy, Histoire administra (...)
  • 9 Jack Lang, "Photographie : les nouvelles orientations", Interphotothèque Actualités, n°18, octobre (...)
  • 10 En 1983, la Fondation voit son budget diminuer de moitié (1,2 million de francs). Cf. Olivier Perri (...)
  • 11 La donation Lartigue a été faite en 1979. Suivent Willy Ronis en 1983, André Kertész en 1984, Améli (...)

3Les changements institutionnels qui interviennent avec l'arrivée de l'union de la gauche au pouvoir en 1981 révèlent la volonté du ministère de développer les actions en faveur du médium. La politique menée par le ministre Jack Lang prône l'intégration de nouveaux objets culturels, et l'importance des moyens mis en œuvre profite à la photographie7. La Délégation à la création, aux métiers artistiques et aux manufactures devient la Délégation aux arts plastiques (DAP)8, accueillant la Section de la photographie, rebaptisée Mission pour la photographie. Poursuivant la gestion, la coordination et la mise en œuvre des actions entreprises en faveur de la photographie contemporaine, la Mission pour la photographie gère le suivi des questions professionnelles et juridiques des photo­graphes, accorde des subventions à différents organismes, assure le contrôle des achats de photographies par l'État et la tutelle des nouvelles institutions photographiques. Pour le ministère, la légitimation de la photographie passe par la création d'une institution photographique à Paris : « Puisqu'il y a un siège du pouvoir central, il est à Paris, c'est à Paris que cette Maison de la photographie sera implantée9. » Ainsi annoncé, le Centre national de la photographie (CNP), créé en 1982, devient l'organisme photographique principal de la politique du ministère. À cette date, la Fondation nationale de la photographie à Lyon dispose d'un budget trois fois inférieur à celui du CNP10. Dirigé par le galeriste et éditeur Robert Delpire, le CNP mène une politique d'expositions, d'aide à la jeune création, de production audiovisuelle et une activité éditoriale dynamique, notamment avec la collection “Photo Poche”. La nouvelle institution, ouverte à toutes les tendances de la photographie, est tournée vers le grand public et dispose d'un vaste espace d'expositions au palais de Tokyo (1984), dont profite également la Mission du patrimoine photographique (1985). Gérant la tutelle de la donation Lartigue, la Mission du patrimoine photographique accorde également des subventions aux organismes provinciaux et coordonne l'action de l'Association française pour la diffusion du patrimoine photographique (1982), qui se charge d'enrichir les collections de l'État en accueilllant les donations des photographes11. Les deux organismes principaux chargés d'assurer la visibilité de l'action du ministère sont donc réunis dans un même lieu, alors présenté comme l'édifice le plus vaste du monde consacré à la photographie et attestent une politique visant à la reconnaissance générale du médium.

  • 12 Photographies, n° 3, décembre 1983, p. 3.

4Mais la politique du ministère affirme également la légitimation artistique du médium. La Mission photographique de la Datar, lancée en 1984, et financée en partie par le ministère de la Culture, associe aménagement du territoire et reconnaissance artistique. La médiatisation de l'événement est assurée par la revue Photographies dont la rédaction en chef est confiée, depuis sa création en 1983, au critique d'art Jean-François Chevrier. Éditée par la Mission du patrimoine photographique et la Bibliothèque nationale, elle comprend dans son comité de direction des représentants des institutions nationales concernées par la photographie. Photographies se veut une « revue d'art12» et représente, jusqu'en 1986, un organe de liaison chargé d'associer les personnalités du champ photographique aux grands établissements de l'État.

  • 13 Avec la création d'une revue d'histoire de la photographie, La Recherche photographique (1986), l'o (...)
  • 14 Le Fnac est ouvert à la photographie en 1980 et dispose d'une commission spécialisée qui supervise (...)
  • 15 Cf. G. Morel, art. cit.

5Si l'organisation du Mois de la photo à Paris13 assure le soutien du marché de la photographie, la valorisation artistique du médium passe également par l'affirmation d'un marché photographique d'État, grâce à l'action décentralisée des Fonds régionaux d'art contemporain (Frac), mis en place en 1982 sur le modèle du Fonds national d'art contemporain (Fnac)14. Le ministère modifie la loi régissant le droit d'auteur et assimile officiellement la photographie à une œuvre de l'esprit, sans caractère restrictif (1985)15. La Délégation aux arts plastiques élargit aux photographes la possibilité de bénéficier des allocations d'installation pour procéder à des aménagements au sein de leur atelier et le fonds pour la commande publique est étendu à la photographie (1987). Les photographes peuvent, au même titre que les peintres, se voir attribuer une aide à la première exposition dans une galerie professionnelle (1988), et profitent par la suite de l'attribution d'ateliers d'artistes (1990). Toutes ces dispositions tendent à intégrer la photographie dans le champ des arts plastiques, aux côtés de la peinture et de la sculpture.

Équilibres précaires (1989-1996)

  • 16 Michel Poivert, La Photographie contemporaine, Paris, Flammarion, 2002, p. 94.

6En 1989, le ministère concrétise de façon manifeste son action en faveur du médium, avec la célébration du 150e anniversaire de sa naissance officielle. Le musée d'Orsay et le musée national d'Art moderne organisent deux expositions qui circulent à l'étranger par la suite et qui affirment « l'intégration de la photographie à l'histoire de l'art16 ». Le Centre photographique d'Île-de-France, consacré à la pratique artistique contemporaine et financé en partie par le Conseil régional, est créé à Pontault-Combault. Ces initiatives concernant la normalisation artistique et l'inscription du médium dans le marché aboutissent à la définition fiscale de la photographie en tant qu'œuvre d'art originale (1991).

  • 17 L'installation de l'École nationale de la photographie en Arles (1982) s'appuie sur l'infrastructur (...)

7L'État, qui doit également assumer une politique globale (décentralisation, édition, aides à la création, conservation, inventaire, enseignement, etc17.) consolide par ailleurs une action culturelle généraliste. Le ministère met en place un fonds pour la photographie, géré par une commission nationale qui administre et accorde des subventions (inventaire, étude et publication, acquisitions, conservation et restauration des collections publiques, édition d'ouvrages et organisation d'expositions). Agnès de Gouvion Saint-Cyr assure le secrétariat général de la commission et différents services du ministère y sont représentés.

  • 18 La Photographie. État et culture, Paris, La Documentation française, 1992, p. 82.
  • 19 Photofolie, une fête pour les amateurs et les professionnels, dossier de presse, 28 mai 1991, archi (...)

8Dans la même dynamique, le ministère de la Culture annonce la création de Photofolie, une fête de la photographie pour les amateurs et les professionnels (1991). Cette manifestation annuelle qui dure trois jours élargit le modèle opérant du Mois de la photo parisien devenu le premier festival de France en nombre de visiteurs18, et dont le modèle s'exporte dans différentes capitales étrangères. Avec comme référence avouée la Fête de la musique (1981), Photofolie cherche à mêler, autour d'un thème général, tous les publics sur le territoire national : amateurs et professionnels, institutions publiques et privées, etc. La conception et la coordination de Photofolie sont confiées au Centre national de la photographie, dont le caractère œcuménique correspond à la vocation de la manifestation. Malgré l'appui logistique de toutes les structures rattachées au ministère et le soutien de nombreux sponsors, l'ampleur nationale du projet, la multitude des intervenants et le programme relativement indéfini tel qu'il est révélé par les organisateurs, vont nuire à la pérennité de la manifestation19. Se voulant l'événement photographique le plus important jamais organisé en France, Photofolie se réduit, à partir de 1995, à une opération pédagogique auprès des écoles avant de connaître sa dernière édition (1997).

  • 20 Cf. Création du palais de l'Image au palais de Tokyo, 17 février 1986, archives du département d'ét (...)
  • 21 Rapport d'activités du CNAP, 1997, p. 78.
  • 22 Michel Frizot, "Politique de la photographie", in Emmanuel de Waresquiel (dir.), Dictionnaire des p (...)

9D'autre part, Jack Lang annonce le projet de transformation du palais de Tokyo en palais des Arts de l'image (1991). Ce projet, déjà évoqué en 198620, vise à réunir toutes les actions concernant le cinéma et la photographie dans un même lieu. Pour permettre les travaux, le CNP quitte le palais de Tokyo (1993) et déménage à l'hôtel Salomon de Rothschild, dans les locaux de la Fondation nationale des arts graphiques et plastiques. Ce nouvel espace d'exposition, pensé comme temporaire, révèle de multiples inconvénients, notamment un loyer onéreux et un emplacement géographique excentré et méconnu qui oblige à une communication accrue, alors que le budget du CNP ne connaît pas d'augmentation significative. La Mission du patrimoine photographique quitte également le palais de Tokyo et présente, à partir de 1994, ses expositions à l'hôtel de Sully dans le quartier du Marais. Dans le même temps, la Fondation de Lyon ferme ses portes, au profit de l'Institut Lumière consacré au cinéma (1993). L'éparpillement géographique des institutions gérées par l'État est suivi du départ de Robert Delpire et de la cession de la collection “Photo Poche” aux éditions Nathan (1996). La réorientation du projet du ministère passe par la nomination de Régis Durand, critique à la revue Art Press, inspecteur de la création artistique au ministère de la Culture et directeur artistique du festival de photographie Le Printemps de Cahors. Son projet correspond aux nouvelles attentes du ministère, qui souhaite privilégier « la création et la diffusion photographique contemporaine, et [accorder] une place particulière aux jeunes artistes21 ». Le CNP est ainsi appelé à devenir un centre d'art contemporain, plus spécifiquement consacré « aux œuvres de nature photographique22 » et qui doit pallier le désengagement des musées dans la reconnaissance artistique de la photographie. Mais la programmation et le nouvel emplacement de l'institution réduisent ses capacités d'accueil. En abandonnant une action culturelle généraliste, la nouvelle orientation strictement artistique du CNP s'adresse à un public averti et limite la visibilité du lieu.

  • 23 Jean-Luc Monterosso, propos recueillis par Vincent Lavoie, La Maison européenne de la photographie, (...)
  • 24 Mis en place en 1983, l'Atelier de restauration et de conservation des photographies de la Ville de (...)
  • 25 Michel Guerrin, "La Ville de Paris offre une maison spectaculaire à la photographie", Le Monde, 23 (...)
  • 26 Sylvain Maresca, "Puisque c'est un art désormais", in Une aventure contemporaine, la photographie 1 (...)
  • 27 Philippe Douste-Blazy, "La politique en faveur de la photographie", conférence de presse, Arles, 7 (...)
  • 28 Rik Gadella, propos recueillis par Jean-Louis Pinte, "Paris sort des clichés ", Le Figaroscope, 14- (...)
  • 29 Catalogue du Mois de la photo à Paris 2000, Paris, Paris Audiovisuel, 2000, p. 352.

10Par ailleurs, la mairie de Paris ouvre dans le quartier du Marais la Maison européenne de la photographie (1996). Jean-Luc Monterosso en assure la direction artistique et aspire à proposer une « institution culturelle de type nouveau23 ». Le nouvel établissement comprend différents niveaux de salles d'exposition consacrées à l'accueil des expositions. Les particularités de la Mep reposent sur la présence d'une bibliothèque d'ouvrages spécialisés, d'un auditorium, de l'installation du laboratoire de restauration de la ville dirigé par Anne Cartier-Bresson24, d'une librairie et d'un café, faisant de l'institution un lieu culturel dédié à la photographie, et non un simple musée. Cette institution « spectaculaire25 » bénéficie d'un budget important, supérieur à ceux des deux institutions gérées par le ministère (le CNP et la Mission du patrimoine photographique). En programmant des expositions thématiques, historiques et monographiques, la Mep souhaite réunir dans un lieu unique le patrimoine et la production contemporaine. L'organisme règle la question de l'intégration de la photographie avec les autres arts dans un lieu légitime déjà existant : « Seules les institutions spécialisées sont susceptibles de donner un aperçu assez large de [la] diversité et de l'histoire de la photographie [...] Ces structures maintiennent [...] un lien entre la photographie qui se destine à l'œuvre et celle(s) qui répondrai(en)t à de simples usages26. » La Mep constitue dès lors un modèle de structure forte, dont le ministère de la Culture tient compte en annonçant un plan en faveur de la photographie. Le projet, qui n'aboutira pas, prévoit notamment la relance du marché des œuvres photographiques par l'organisation à Paris d'un salon annuel de la photographie réunissant des galeries françaises et étrangères, salon présenté par le ministre comme « le second point fort événementiel de cette politique27 ». En novembre 1997, la première édition d'un salon international de la photographie se déroule à Paris, mais sans lien avec ce projet public. Créé et organisé par Rik Gadella, Paris Photo réunit une centaine de galeries au Carrousel du Louvre. L'installation du salon à Paris résulte du dynamisme culturel de la ville présentée par son fondateur comme « la seule capitale au monde où il y a autant d'institutions vouées à la photographie28 ». Le salon Paris Photo devient le « complément indispensable29 » du Mois de la photo à Paris, avec lequel il s'associe en 1998.

11Ainsi ébauchée, l'histoire des actions entreprises autour de la photographie permet d'éclairer en partie l'obligation pour le ministère, confronté au dynamisme de la mairie de Paris et à la nécessité de trouver un équilibre entre une action culturelle destinée au grand public et une forme de légitimation artistique, de disposer d'un nouvel établissement à la visibilité accrue. La réouverture du Jeu de Paume participe à la rationalisation de la politique de l'État, s'accompagne de mesures d'économie et reprend les principes du projet généraliste initial du Centre national de la photographie. Théoriquement consensuel, le Jeu de Paume a désormais la lourde tâche d'exposer, auprès du grand public, la politique de l'État en faveur de la photographie et de résoudre le dilemme posé par un médium défini en partie par sa valeur d'usage.

Notes

1 Dossier de presse, Jeu de Paume, inauguration, 26 mai 2004, p. 2.

2 L'ouvrage dirigé par Michel Frizot propose un survol historique international des organismes photographiques, mais il ignore des établissements majeurs. Cf. Stuart Alexander, "L'institution et les pratiques photographiques", Nouvelle Histoire de la photographie, Paris, Adam Biro/Bordas, 1994, p. 695-707. L'histoire des manifestations et des lieux d'accueil du médium se résume principalement à des témoignages et des recueils de souvenirs, à des entreprises de communication ou au récit des ambitions propres à chaque lieu évoqué par les conservateurs spécialisés des musées d'art et des musées d'histoire.

3 Musée de la Photographie de Bièvres (1964), Rencontres internationales de la photographie d'Arles (1970), musée Nicéphore-Niépce de Chalon-sur-Saône (1972) et galerie municipale du Château d'eau de Toulouse (1974).

4 Cf. Emmanuelle Michaud, L'Éloge de l'ombre : étude de la place que Jean-Claude Lemagny a accordée à la photographie créative au sein de la collection de photographies contemporaines de la Bibliothèque nationale, DEA d'histoire de l'art, Paris 1, 1999.

5 Une enveloppe de 300 000 francs est dégagée. Cf. Charles-Henri Favrod, "Pierre de Fenoÿl. Un chronophotographe", in L'Espace photographique de Paris. Journal d'une création 1986-1998, CD-Rom, Paris, Paris Audiovisuel/Mep, 1999.

6 Jusqu'en 1977, date de l'élection de Jacques Chirac à la mairie de Paris, la ville bénéficiait d'un régime particulier, sans conseil municipal ni maire. Renforçant les pouvoirs symboliques et concrets de la capitale, ce bouleversement fait de Paris un lieu stratégique où s'expriment de fortes ambitions politiques, entraînant le développement d'une politique culturelle active.

7 Cf. Gaëlle Morel, "La figure de l'auteur. L'accueil du photoreporter dans le champ culturel français (1981-1985)", Études photographiques, n°13, juillet 2003, p. 35-55.

8 Décret n°82-394 du 10 mai 1982, article 2. Cf. Bernard Beaulieu, Michèle Dardy, Histoire administrative du ministère de la Culture, Paris, La Documentation française, 2002, p. 24.

9 Jack Lang, "Photographie : les nouvelles orientations", Interphotothèque Actualités, n°18, octobre 1982, p. 2.

10 En 1983, la Fondation voit son budget diminuer de moitié (1,2 million de francs). Cf. Olivier Perrin, La Fondation nationale de la photographie, Lyon, ENTPE/Aléas, 2001, p. 81-82.

11 La donation Lartigue a été faite en 1979. Suivent Willy Ronis en 1983, André Kertész en 1984, Amélie Galup en 1986, etc. En 2004, le nombre de donations s'élève à 15.

12 Photographies, n° 3, décembre 1983, p. 3.

13 Avec la création d'une revue d'histoire de la photographie, La Recherche photographique (1986), l'ouverture d'un lieu d'exposition pour la création contemporaine aux Halles (1986-1998) et la constitution d'une collection, la Ville de Paris fait preuve d'un activisme important pour la reconnaissance du médium. Réalisée en partenariat avec l'université de Paris 8, La Recherche photographique, dirigée par André Rouillé, atteste également l'importance de l'université dans le jeu institutionnel.

14 Le Fnac est ouvert à la photographie en 1980 et dispose d'une commission spécialisée qui supervise la politique d'achat à partir de 1982.

15 Cf. G. Morel, art. cit.

16 Michel Poivert, La Photographie contemporaine, Paris, Flammarion, 2002, p. 94.

17 L'installation de l'École nationale de la photographie en Arles (1982) s'appuie sur l'infrastructure existante des Rencontres internationales de la photographie. Elle est inaugurée en 1986 par François Mitterrand et Jack Lang.

18 La Photographie. État et culture, Paris, La Documentation française, 1992, p. 82.

19 Photofolie, une fête pour les amateurs et les professionnels, dossier de presse, 28 mai 1991, archives du département d'études et de prospective du ministère de la Culture.

20 Cf. Création du palais de l'Image au palais de Tokyo, 17 février 1986, archives du département d'études et de prospective du ministère de la Culture.

21 Rapport d'activités du CNAP, 1997, p. 78.

22 Michel Frizot, "Politique de la photographie", in Emmanuel de Waresquiel (dir.), Dictionnaire des politiques culturelles de la France depuis 1959, Paris, Larousse-CNRS Éditions, 2001, p. 111.

23 Jean-Luc Monterosso, propos recueillis par Vincent Lavoie, La Maison européenne de la photographie, Paris, Paris Audiovisuel, 1996, p. 15.

24 Mis en place en 1983, l'Atelier de restauration et de conservation des photographies de la Ville de Paris a été créé en 1983 par la mairie de Paris, au sein de la direction des Affaires culturelles, et abrité dans l'ancienne orangerie du musée Carnavalet jusqu'en 2000, année de son installation à la Maison européenne de la photographie.

25 Michel Guerrin, "La Ville de Paris offre une maison spectaculaire à la photographie", Le Monde, 23 février 1996, p. 27.

26 Sylvain Maresca, "Puisque c'est un art désormais", in Une aventure contemporaine, la photographie 1955-1995, Paris, Paris Audiovisuel, 1996, p. 94-95.

27 Philippe Douste-Blazy, "La politique en faveur de la photographie", conférence de presse, Arles, 7 juillet 1996, archives du département des études et de la prospective du ministère de la Culture.

28 Rik Gadella, propos recueillis par Jean-Louis Pinte, "Paris sort des clichés ", Le Figaroscope, 14-20 novembre 2001, p. 4.

29 Catalogue du Mois de la photo à Paris 2000, Paris, Paris Audiovisuel, 2000, p. 352.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Carton d’invitation de l’exposition « Jean-Luc Moulène » au Jeu de Paume, du 15 mars au 22 mai 2005 (coll. galerie Chantal Crousel).
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/715/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 233k

Pour citer cet article

Référence électronique

Gaëlle Morel, « Entre art et culture », Études photographiques, 16 | Mai 2005, [En ligne], mis en ligne le 09 septembre 2008. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/715. consulté le 29 avril 2017.

Auteur

Gaëlle Morel

Université Paris I

Articles du même auteur

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle