Navigation – Plan du site

Françoise Denoyelle, La Photographie d'actualité et de propagande sous le régime de Vichy, Paris, éd. du CNRS, 2003, 512 p., ill.NB, bibl., 39 E.

Christian Delage
p. 142-143

Texte intégral

r2r-img-404-1.gif Après le cinéma, le théâtre, la danse, la mode, la littérature, voici donc une étude portant sur la photographie en France sous l'Occupation. Le travail de première main accompli par Françoise Denoyelle est à saluer pour sa qualité documentaire: des archives peu ou pas connues, soigneusement répertoriées en fin de volume, un index des noms des photographes actifs entre juin 1940 et août 1944 et des statistiques permettent de dresser un tableau précis de la situation économique et politique de l'organisation professionnelle des photographes, qu'il appartiennent aux agences spécialisées, aux organismes mis en place par le régime de Vichy ou aux services de l'armée. En l'absence de toute étude de référence sur la période, il convenait de procéder à cette mise au point informée, à laquelle devront désormais se référer les spécialistes du domaine. L'économie du livre s'en ressent cependant, délaissant un peu trop la perspective problématique au profit d'une analyse monographique et institutionnelle. Du coup, les liens sont parfois distendus avec l'histoire générale de Vichy et les débats historiographiques récents.

r2r-img-404-1.gif Comme pour d'autres secteurs de la vie culturelle, la plupart des artistes reconnus n'ont pas travaillé pendant cette période des années noires. Entre 1940 et 1944, les acteurs les plus créatifs de l'école de Paris (Freund, Ronis, Cartier-Bresson, Capa) se cachent ou s'exilent pour échapper aux lois antisémites et xénophobes très tôt mises en place par le régime de Vichy, quand ils n'en sont pas victimes (Namuth). En revanche, souligne Denoyelle, «nombre de photographes, fondateurs ou membres du groupe le Rectangle, ont exercé pendant la guerre. Leur biographie est singulièrement muette sur cette période». Seule l'agence Keystone, dirigée par les frères Garai, juifs hongrois venus à Paris dans les années 1920, semble avoir poursuivi un travail de qualité au service de la Résistance et des alliés.

r2r-img-404-1.gif Entre la prise en main effectuée par les nazis en zone nord et le peu d'intérêt porté par Laval au monde de la photographie, Vichy se dote d'outils de propagande voués pour l'essentiel à entretenir le culte de Pétain. À la différence de la radio ou du film, la photographie était un médium propice à la confection d'une image compassée du maréchal, dans un style inspiré de la tradition des images pieuses et édifiantes: le Service central de photographie, dirigé par Georges Reynal, jouera à fond la carte du maréchalisme. Les agences, quant à elles, revenues très tôt à Paris, naviguaient entre la soumission à la propagande allemande et la servilité à l'égard de Vichy. Les contraintes de la censure, celles, bureaucratiques, des directives de la charte du travail, non moins que les difficultés économiques aboutissent à un résultat peu reluisant. Outre les avantages de l'exclusivité de la couverture des fronts de l'Est, d'Afrique et d'Extrême-Orient, les Allemands bénéficiaient d'équipes très professionnelles et de moyens de diffusion considérables. Lors des procès d'épuration, les photographies en tant que telles ne constitueront même pas l'élément déterminant dans la mise en accusation des agences publiques et privées pour fait de collaboration.

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Delage, « Françoise Denoyelle, La Photographie d'actualité et de propagande sous le régime de Vichy, Paris, éd. du CNRS, 2003, 512 p., ill.NB, bibl., 39 E. », Études photographiques, 15 | Novembre 2004, [En ligne], mis en ligne le . URL : http://etudesphotographiques.revues.org/404. consulté le 22 novembre 2017.

Auteur

Christian Delage

Articles du même auteur

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle