Navigation – Plan du site

Clément Chéroux, Fautographie. Petite histoire de l'erreur photographique, Crisnée (Belgique), Yellow Now, 2003, 192 p., ill. NB et coul.,19 E.

Sylvie Aubenas
p. 140-141

Texte intégral

r2r-img-402-1.gif Disons-le d'emblée: la modestie apparente de cette publication ­ petit format, nombre de pages très raisonnable, éditeur confidentiel ­ ne doit pas en faire sous-estimer la portée peu commune. On tient là en effet une ¤uvre clé au sens propre, qui nous permet d'organiser des connaissances jamais formulées, de saisir les enjeux d'impressions fugitives, de mesurer l'importance d'images considérées depuis toujours comme marginales et anecdotiques.

r2r-img-402-1.gif Quel est donc le propos de Clément Chéroux? Il s'attaque à l'étude d'un corpus de photographies vouées par nature à être détruites ou négligées le plus souvent par leurs auteurs mêmes. En prenant au sérieux les mille formes du raté, il en démontre l'étonnante postérité. Comme il le précise dès l'introduction, il ne s'agit pas ici de servir une iconographie paradoxale à des esthètes lassés de la belle ¤uvre, de se faire le Des Esseintes de l'histoire de la photographie, ni de présenter «un simple musée des horreurs ou des erreurs», comme l'a fait sur le mode de la plaisanterie un livre exactement contemporain, le Manuel de la photo ratée de Thomas Lélu (éditions Léo Scheer, février 2003). Cet essai au contraire «gage que c'est dans ses ombres: ses ratés, ses accidents et ses lapsus, que la photographie se livre le plus et s'analyse le mieux; il parie en somme sur l'erreur photographique comme outil cognitif».

r2r-img-402-1.gif L'auteur se situe dans cette branche très actuelle de l'histoire de la photographie qui délaisse les biographies, les études d'écoles, de techniques, etc., pour envisager certains corpus d'images anciennes à travers l'art du xxe siècle et leur influence sur celui-ci. Son travail est ainsi dans la lignée de Michel Frizot, de Philippe Néagu, de Pierre Apraxine, et sa sensibilité répond à celle de collectionneurs comme Bernard Garrett, Thomas Walter ou Gérard Lévy, également partagée par quelques galeristes et experts. La contribution apportée ici à cette tendance est décisive pour sa justification théorique.

r2r-img-402-1.gif La démonstration s'articule en quatre chapitres principaux, très bien illustrés, ce qui n'était pas simple. Elle commence par la description des différents types d'accidents possibles, mauvaise préparation du négatif, flou, intrusion d'un indésirable dans le champ de prise de vue, superposition involontaire¤ : la liste en est aussi longue que réjouissante. Les manuels techniques, dès le milieu du xixe siècle mais surtout à partir des années 1880, sont une source abondante et, comme le souligne Clément Chéroux, au-delà de la description des erreurs et des «trucs» pour les éviter, ces publications définissent par défaut ce qu'est une bonne photographie. Ce qui lui permet de s'interroger sur les critères de jugement du «ratage» qui, variant selon les époques et les points de vue, constituent un révélateur hors de pair de ce qu'on attend de la photographie et de «son rapport fluctuant à la mimésis».

r2r-img-402-1.gif Confrontant les incunables du genre à leurs avatars contemporains, l'auteur use d'une dialectique impeccable pour nous expliquer comment les résultats aléatoires des ratages sont recyclés par des artistes qui se les approprient, les provoquant ensuite pour obtenir des effets semblables. Ainsi les maudits yeux rouges, hantise des photographes du dimanche, deviennent-ils aujourd'hui l'objet d'une recherche formelle voire plus subtilement un gage d'authenticité dans une certaine illustration de presse.

r2r-img-402-1.gif Il s'attache plus longuement aux types d'erreurs dont la postérité est la plus riche. Ainsi la déformation du sujet due à la vitesse, que l'on voit dans les premières photographies de courses automobiles: ce défaut bien décrit à l'époque rencontre aussitôt les propositions des futuristes. Les chapitres consacrés à l'ombre portée ou au reflet dans une vitrine nous conduisent des ¤uvres d'amateurs maladroits à Atget et à la récupération surréaliste du hasard dans l'art, pour arriver à Man Ray, Moholy-Nagy, Kertész, Friedlander ou Denis Roche. Le va-et-vient du texte et des illustrations est parfaitement construit, entre les maladresses des premiers opérateurs, les patauderies des amateurs et la récupération de ces effets inédits par les avant-gardes dès le début du xxe siècle et jusqu'à nos jours.

r2r-img-402-1.gif Ce qui doit enfin être souligné, c'est que ce livre bien documenté, nourri d'une stimulante diversité d'images et de lectures, est aussi d'une irrésistible drôlerie, plein de malices d'écriture et même de mise en pages, soulignant avec subtilité le comique involontaire des objets dont il traite. On ne le consultera pas seulement pour en tirer une référence isolée, on ne le lira pas par obligation bibliographique, mais pour le plaisir de l'intelligence. Cela dit, il devient d'autant plus indispensable de l'avoir lu qu'il fait d'ores et déjà référence, son influence est sensible dans des expositions et publications récentes et prochaines: tant il est vrai qu'on n'attendait que lui pour révéler et cristalliser des intuitions et des tendances partout à l'¤uvre aujourd'hui. Soulignons pour finir que ceux qui craignent de voir l'histoire de la photographie peu à peu absorbée par l'histoire de l'art jusqu'à perdre de vue la nature singulière de son objet, ont ici de quoi se rassurer.

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Aubenas, « Clément Chéroux, Fautographie. Petite histoire de l'erreur photographique, Crisnée (Belgique), Yellow Now, 2003, 192 p., ill. NB et coul.,19 E. », Études photographiques, 15 | Novembre 2004, [En ligne], mis en ligne le . URL : http://etudesphotographiques.revues.org/402. consulté le 29 avril 2017.

Auteur

Sylvie Aubenas

Articles du même auteur

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle