Navigation – Plan du site

Dominique Baqué, Pour un nouvel art politique. De l’art contemporain au documentaire, Paris, Flammarion, 2004, 315 p., bibl., ind., 28 ill. coul., 21,50 E.

Michel Poivert
p. 139-140

Texte intégral

1La thèse ouvertement proposée dans cet essai est celle de l’existence d’un déplacement de la conscience politique des acteurs artistiques: les artistes contemporains, de moins en moins à même de formuler dans leurs travaux les enjeux de la mondialisation, laissent désormais la place aux producteurs de documentaires, plus sensibles à l’élaboration de formes et de discours critiques. L’auteur démontre le phénomène en un parcours mécanique, où les pratiques artistiques – celles en tous les cas qui sont retenues – portent au plus haut point la déresponsabilisation civique (la monomanie de l’intime), les ambiguïtés de cette vieille idée d’avant-garde (équivoques post-modernistes) et enfin le flou d’une esthétique en vogue dans les années 1990, esthétique dite «relationnelle», défendue notamment par le critique Nicolas Bourriaud. Le passage de témoin, pour reprendre l’expression de l’auteur, se situe dans les limites de l’art contemporain à pouvoir traiter de sujets comme la guerre ou la misère, et se complaire au final dans une sorte de professionnalisation de l’art. C’est alors le documentaire – photographique, cinématographique – qui illustrerait la reprise en main des enjeux critiques et la force de proposition d’une nouvelle lecture du monde. À vouloir convaincre, l’auteur prend naturellement des partis radicaux, elle parle de productions artistiques autoritairement données comme historiquement admises (mais la bibliographie, en cela révélatrice, fait trop parler magazines ou journaux sans faire une place suffisante aux travaux de fond), et pousse le lecteur à s’interroger parfois vivement sur la légitimité du corpus. On trouve également un ton, celui d’une forme de désenchantement de l’auteur, qu’elle tente de dépasser en voyant dans le documentaire une sorte de rédemption des impasses artistiques. Mais le plus important réside dans la thèse inavouée de cet essai. Si le prologue, fort long, se veut essentiellement politique et franchement correct, la conclusion s’inscrit dans un débat encore mal identifié: le développement des extrêmes dans le domaine de l’iconomanie. Expliquons-nous, en rappelant le contenu de la conclusion. Dominique Baqué, après avoir proposé le documentaire (dont les prémices, rappelons-le, sont anciennes et apparaissent avec “Passage de l’image”, l’exposition du centre Georges-Pompidou en 1992) comme une rédemption du politique, insiste alors sur l’apport décisif que constitue «la parole» dans le documentaire. En substance, la parole libère des ambiguïtés de l’image. La démonstration se situe donc en fin de l’ouvrage à propos du célèbre documentaire de Claude Lanzmann, Shoah. Reprenant les thèses de Claude Lanzmann, Baqué renvoie à la seule parole la question de l’humanité testimoniale. Pulsion iconophobique? Ce qui est important dans une telle prise de position, et sur la base d’un tel exemple (Shoah), c’est bien sûr qu’elle prend place dans un débat essentiel aujourd’hui, qui a vu s’opposer violemment Georges Didi-Huberman et Gérard Wajcman ainsi qu’en surplomb Claude Lanzmann, suite à l’exposition “Mémoire des camps”. Sans revenir sur ce débat, il faut signaler que si, pour Wajcman et Lanzmann, l’histoire ne peut et ne doit bénéficier des images, au contraire, pour Didi-Huberman, les images «malgré tout» sont des opérateurs et de mémoire et d’historicisation. Iconophile contre iconophobes? Le plus singulier est de remarquer que la “thèse” de Baqué, non seulement surprend de la part d’une historienne des images, mais surtout se trouve en parfaite osmose avec le contenu – hautement moraliste – de l’essai qui a connu une réception publique importante en 2003: Devant la douleur des autres, signé Susan Sontag. Celle-ci, elle aussi historienne des images notamment, s’opposant aux théoriciens du virtuel et de la déréalisation du monde, prône désormais la seule valeur de l’expérience (l’autorité du vécu, voire de la foi, contre l’intelligence de la représentation) et affirme en conclusion que «nous ne pouvons ni comprendre, ni imaginer» (terme symétriquement opposé à la première phrase de Images malgré tout de Didi-Huberman: «Pour savoir il faut s’imaginer»). La question est donc: l’essai de Dominique Baqué, en mettant le documentaire oral au-dessus de tout, la parole au lieu de l’image, ne constitue-t-il pas un nouveau témoignage de la volonté de liquider l’héritage de la pensée de notre relation indirecte au monde? Au nom d’un certain “humanisme”.

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Poivert, « Dominique Baqué, Pour un nouvel art politique. De l’art contemporain au documentaire, Paris, Flammarion, 2004, 315 p., bibl., ind., 28 ill. coul., 21,50 E. », Études photographiques, 15 | Novembre 2004, [En ligne], mis en ligne le 23 octobre 2004. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/400. consulté le 17 novembre 2017.

Auteur

Michel Poivert

Articles du même auteur

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle