Navigation – Plan du site

Gilles MORA, Theodore E. STEBBINS Jr., Charles Sheeler, Une modernité radicale (textes de Th. E. Stebbins, G. Mora, Karen E. Haas, extraits de l'autobio- graphie inédite de Charles Sheeler, trad. de l'anglais par M.-F. de Paloméra, Paris, Seuil, 2002, 264 p., 172 ill. en trichromie et 8 en couleurs, chronol., liste des expositions, bibl., légendes des oeuvres, 59 E.

François Brunet
p. 147-148

Texte intégral

r2r-img-372-1.gif Publication d'une belle finition, traduction impeccable, iconographie abondante et bien reproduite, on ne peut que saluer l'édition de ce Charles Sheeler au Seuil, sauf à s'interroger sur les conditions de réception d'un tel livre ­ et de l'oeuvre de Sheeler ­ dans un contexte français où font encore défaut bien des éléments d'une compréhension du modernisme photographique new-yorkais. Comme le montre Gilles Mora, Charles Sheeler (1883-1965) fut un artiste visionnaire et le précurseur d'une "modernité radicale", mais il reste méconnu aux États-Unis mêmes, par contraste avec un Paul Strand ou a fortiori un Walker Evans. En France, il n'est guère connu que comme le peintre "précisionniste" des silos et des usines Ford et comme un acteur secondaire de la mutation photographique moderne, à travers ses célèbres images de granges de 1915-1917 et sa série de clichés des mêmes usines Ford sur la Rivière Rouge, point de rencontre entre photographie moderniste américaine et Nouvelle Objectivité européenne. Or ce livre, qui accompagne l'exposition "The Photography of Charles Sheeler: American Modernist", réalisée par Theodore E. Stebbins et Gilles Mora, met en lumière une oeuvre photographique d'une envergure rarement soupçonnée, où l'on remarque les étonnants nus resserrés de Katharine (1918-1919) rappelant la fonction de "découpe"associée aux "Equivalents" de Stieglitz plutôt que les nus plus académiques de ce dernier, les saisissantes vues plongeantes de Manhattan (1920) faisant écho au court-métrage réalisé au même moment par Strand, la série sur la cathédrale de Chartres ou encore les reproductions de masques africains. Sheeler, comme le souligne Mora, fut beaucoup plus qu'un relais ou un "passeur": l'un des grands maîtres de la photographie pure ou directe, et le point de départ de plusieurs lignées photographiques et picturales. Chez Sheeler plus encore que chez Thomas Eakins, ce lien entre photographie, peinture et art moderne est organique, et l'on pourra sans doute regretter, du point de vue français, qu'il ne soit abordé ici ­ malgré l'étude éclairante de Karen E. Haas ­ que sous un angle surtout biographique, auquel manque une véritable confrontation iconographique et critique. Mais le livre a bien été conçu comme pendant à une exposition des photographies de Sheeler, de sorte que le seul regret qui tienne est celui d'apprendre que cette exposition remarquable et remarquée, qui voyagera en 2003-2004 de Boston à Detroit en passant par New York et Francfort, n'a pas trouvé d'étape en France.

Pour citer cet article

Référence électronique

François Brunet, « Gilles MORA, Theodore E. STEBBINS Jr., Charles Sheeler, Une modernité radicale (textes de Th. E. Stebbins, G. Mora, Karen E. Haas, extraits de l'autobio- graphie inédite de Charles Sheeler, trad. de l'anglais par M.-F. de Paloméra, Paris, Seuil, 2002, 264 p., 172 ill. en trichromie et 8 en couleurs, chronol., liste des expositions, bibl., légendes des oeuvres, 59 E. », Études photographiques, 14 | janvier 2004, [En ligne], mis en ligne le 13 janvier 2004. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/372. consulté le 19 septembre 2017.

Auteur

François Brunet

Articles du même auteur

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle