Navigation – Plan du site

L’Alaska comme Ultima Thulé

Identification et attribution des photographies du fonds Xavier de Monteil, musée du quai Branly
Marine Pichard

Résumé

Le fonds photographique Amérique 1889, conservé au musée du quai Branly, est constitué par Xavier de Monteil à son retour d’Alaska en 1889. Néanmoins, les photographies présentes dans ces albums ne sont pas l’oeuvre de Xavier de Monteil, mais celle de Georges de la Sablière, un de ses compagnons de voyage. Cette nouvelle attribution nous a permis de mettre en lien le fonds du musée avec des fonds institutionnels (Société de Géographie (BNF), American Museum of Natural History), personnels (archives familiales de l’auteur) et d’avoir ainsi accès à de nouvelles sources d’informations. Celles-ci nous ont permis de documenter les conditions de prise de vue des clichés et de dévoiler de manière inédite leur valeur scientifique. Elle se traduit notamment par une importante diffusion du fonds auprès de sociétés savantes et de personnalités scientifiques éminentes parmi lesquelles George Thornton Emmons.

Texte intégral

Je souhaiterais remercier Dominique de Font-Réaulx, Michel Poivert, Christine Barthe, Gwénaële Guigon et Carine Peltier pour leurs précieux conseils et leur soutien, ainsi que Christian de la Sablière sans qui mes recherches n'auraient pu aboutir.

  • 1 Paris, musée du quai Branly, Xavier de Monteil, Copie des notes prises pendant mon voyage en Amériq (...)
  • 2 Les numéros de gestion des albums sont : PA000183 et PA000184.
  • 3 Dans le premier album, la majorité des tirages a été obtenue par contact depuis des plaques de verr (...)
  • 4 Cette lettre a été signée par Marie-France Fauvet-Berthelot, alors responsable des collections amér (...)

1En septembre 1889, sur le paquebot qui le ramène en France, Xavier de Monteil (1861-1939) recopie les notes1 qu’il a prises durant son périple en Amérique du Nord. À son retour dans le Périgord, il réunit les photographies du voyage dans deux albums2 qu’il fait relier et à l’intérieur desquels il appose son ex-libris3. Le tout est accompagné d’un carnet de croquis et sera déposé au musée de l’Homme en 1984 par son neveu, Xavier-Martin du Puytison. Malgré la richesse de ce fonds, aujourd’hui conservé au musée du quai Branly, celui-ci n’a jamais été étudié et reste ainsi inédit. Le désintérêt des chercheurs à son égard peut s’expliquer par le manque d’informations qui lui sont associées. En effet, si le fonds est correctement inventorié par le musée, seul le lieu principal de prise de vue, l’Alaska, est renseigné, tandis que les archives qui lui sont rattachées se résument à une lettre attestant de son dépôt au musée de l’Homme4. Cela rend la documentation du fonds difficile et l’étude du carnet de notes de Xavier de Monteil nécessaire, puisqu’il est donc notre unique source d’information. Le défi est de taille. Si tous les éléments dont nous disposons alors sur le fonds demeurent cohérents et dignes d’intérêt, ils nous apparaissent vite insuffisants pour documenter la collection de manière approfondie. C’est au hasard de nos lectures que nous découvrons une information essentielle nous permettant de poursuivre nos recherches, le nom d’un des compagnons de voyage de Xavier de Monteil, qui n’est autre que le véritable auteur des photographies du fonds : Georges de la Sablière. Sa pratique personnelle est motivée par des intérêts scientifiques et une passion démesurée pour l’Alaska, qui est en cette fin xixe siècle une terra incognita difficile d’accès pour les voyageurs européens.

  • 5 Mona Huerta, Le Voyage aux Amériques et les revues savantes françaises au xixe siècle, in Michel Be (...)

2Si le manque de connaissances sur le fonds a entraîné un profond désintérêt de la part des chercheurs pour celui-ci, cette indifférence semble infondée. Le fonds a été constitué par un amateur de photographie et de voyage, et illustre ainsi les « connaissances, les aspirations et les mentalités d’une époque5 ». Les photographies de la collection Xavier de Monteil, prises par Georges de la Sablière, ont de surcroît joué un rôle majeur et insoupçonné pour l’histoire de l’ethnologie, ce que nous montrerons à travers l’exemple des photographies d’un chaman Tlingit.

Fig. 1 : Georges de la Sablière (auteur de l’album : Xavier de Monteil), « Sur la Baie de Tacoma (Washington Territory), L. du Bouexic, L. de la Brosse, myself, G. de Massol » (titre original), tirage sur papier albuminé d’après plaque de verre, monté sur carton, 12 x 17 cm, Paris, musée du quai Branly.

Un fonds isolé et peu documenté

  • 6 Acte de naissance de M. Xavier de Monteil, registres d’état civil des archives municipales d’Angoul (...)
  • 7 Bulletin de la Société d’histoire et d’archéologie du Périgord, t. XXI, Périgueux, Imprimerie de la (...)
  • 8 On découvrira qu’il s’agit de Louis de la Brosse, de Georges de Massol et de Lionel du Bouëxic.
  • 9 La péninsule de l’Alaska est prolongée au sud par une étroite bande de terre de 40 à 80 km de large (...)
  • 10 Le mont Edgecombe (976 m) est un volcan éteint qui surplombe l’île Kruzoff, gravi pour la première (...)

3Les premières recherches sur le fonds Xavier de Monteil se sont très vite avérées vaines. Bien que nous ayons retrouvé l’acte de naissance de Xavier de Monteil dans les archives municipales d’Angoulême6, ainsi qu’un article et une rubrique nécrologique dans le bulletin de la Société d’histoire et d’archéologie du Périgord7, où l’on mentionne son intérêt pour le dessin et la photographie, les traces de Xavier de Monteil dans les archives publiques sont minces. Les archives du ministère de l’Instruction publique, du Muséum national d’Histoire naturelle ou encore de la Société de géographie, malgré une dépouille systématique sur une vingtaine d’années, ne font jamais mention de Xavier de Monteil. Cela implique que la mission en Alaska n’était pas une mission officielle, financée par le gouvernement mais bien un périple organisé par des amateurs de voyage en quête d’aventure. L’aridité des archives nous force alors à nous concentrer sur les albums, qu’il est nécessaire d’analyser dans leurs moindres détails, de la mise en page au type de tirage. Il faut également retranscrire le contenu du carnet de notes de Xavier de Monteil de manière exhaustive pour documenter au mieux les photographies et leur contexte de prise de vue. Les informations fournies par de Monteil sur les circonstances de son départ pour l’Alaska sont minces : dans ses notes et ses albums (fig. 1), il ne mentionne ses compagnons de voyage que par des abréviations de leurs noms (L. de la Brosse, G. de Massol et L. du Bouexic8 et G. de la S.). Ses notes nous permettent cependant de retracer leur itinéraire : ils débarquent à New York, puis traversent le sud des états-Unis en train (de la Floride au Texas), puis l’ouest (de la Californie au Washington Territory) avant d’atteindre par bateau l’Alaska et plus précisément l’archipel Alexandre9, but de leur voyage. Ils arrivent à Fort Wrangel le 1er juin, avant de séjourner quelque temps à Juneau. De là, ils visitent la mine Treadwell et un placer du Silver Bow Basin avant de se rendre à Sitka, dans le but de chasser sur l’île Kruzoff et de gravir le mont Edgecombe10. En 1889, l’Alaska est considéré comme l’Ultima Thulé, à savoir la dernière région sauvage du globe où les voyageurs peuvent trouver des côtes vierges et des forêts inexplorées. Ce n’est qu’à partir de 1867, date de la vente de l’Alaska aux états-Unis par la Russie, que le gouvernement américain commence à financer des missions scientifiques et à envoyer des militaires sur place pour améliorer les connaissances sur la région nouvellement acquise. Il va aussi tirer profit de son achat par le biais du commerce de fourrures avec la création de la Compagnie commerciale d’Alaska en 1868. L’Alaska devient donc, à la fin du xixe siècle, le nouveau Far West, attirant scientifiques, militaires et commerçants, mais aussi une classe de voyageurs fortunés américains comme européens, à la recherche d’aventure et d’exotisme, dont font partie de Monteil et son équipée.

Fig. 2 : Georges de la Sablière (auteur de l’album : Xavier de Monteil), Planche rassemblant quatre tirages légendés « Femme indienne à Sitka », « Sorcier Indien », « Sorcier indien » et « Campement de chasse » (titre personnel), tirages sur papier albuminé d’après plaque de verre, montés sur carton, 35 x 33 cm, Paris, musée du quai Branly.

  • 11 Le premier cliché se retrouve dans les deux planches reproduites en fig. 2 et fig. 3. Le deuxième c (...)
  • 12 Le terme ethnolinguistique « inuit » est incorrect : il renvoie à un groupe de langues parlées dans (...)
  • 13 Cf. William W. Fitzhugh, Aron Crowell (dir.), Crossroads of Continents : Cultures of Siberia and Al (...)
  • 14 Les Tlingit font partie des cultures de la côte nord-ouest d’Amérique du Nord (avec les Tsimshian e (...)
  • 15 Paris, musée du quai Branly, X. de Monteil, Copie des notes prises pendant mon voyage en Amérique, (...)
  • 16 Ibid., p. 145.
  • 17 Le Manifest Destiny est une idée selon laquelle l’expansionnisme américain vers l’Ouest se justifie (...)
  • 18 Paris, musée du quai Branly, X. de Monteil, Copie des notes prises pendant mon voyage en Amérique, (...)
  • 19 Ibid., p. 151.
  • 20 Ibid.
  • 21 Ibid.
  • 22 Dans la seconde moitié du xixe siècle, le courant de pensée évolutionniste, selon lequel il existe (...)
  • 23 Paris, musée du quai Branly, X. de Monteil, Copie des notes prises pendant mon voyage en Amérique, (...)

4Les photographies les plus saisissantes du fonds Xavier de Monteil ont été prises en Alaska : au nombre de trois, elles ont été tirées en six exemplaires que l’on retrouve dans les deux albums du musée11, ce qui témoigne de leur importance pour de Monteil. Le premier cliché a été pris en portrait (fig. 2 et 3) : un chaman fait face à l’appareil photographique, il tient dans sa main gauche un hochet-corbeau, porte des bracelets avec des griffes, un bonnet à large bord, un large plastron et il est entièrement recouvert de plumes d’oiseau. Sur le deuxième cliché de la même scène (fig. 2), le chaman détourne la tête et semble ignorer le photographe, tout comme sur le troisième cliché (fig. 4) où il est assis par terre sur un linge, entouré de ses attributs. Ces trois photographies représentent un « naturel » de l’Alaska, et plus précisément, selon la légende de de Monteil : « un sorcier indien de Takou Bay » ou « sorcier indien innuit12 ». Les paraphernalia qu’il porte, notamment le hochet-corbeau et le chapeau conique posé à terre, nous confirment en effet que l’homme est un chaman13, et qu’il est, comme le note de Monteil « Thlinket » à savoir Tlingit14. Si son appartenance culturelle peut être déduite des notes du voyageur, il n’existe aucune mention précise du chaman dans les carnets de notes ou de croquis, ce qui paraît étonnant, compte tenu de la qualité des images produites. Les seules indications dont nous disposons alors sont de larges considérations sur la population du Passage intérieur, transmises au voyageur par Alfred P. Swineford et recopiées par de Monteil15. Celui-ci précise que la « population blanche n’est guère répartie que dans la partie Sud-est de l’Alaska16 », où elle ne représenterait que 6 500 habitants, contre 49 000 autochtones. Selon le principe du Manifest Destiny17, le processus de civilisation des populations autochtones est nécessaire. Xavier de Monteil est effrayé par la pratique du chamanisme, qu’il associe, tout comme les anciens colons, à une forme primitive de religion proche de la sorcellerie qu’il faut éradiquer grâce au christianisme. Les Américains presbytériens sont présents sur la côte depuis 1877 et possèdent écoles et pensionnats leur permettant de convertir les jeunes Tlingit d’une manière plutôt radicale, alors que l’église orthodoxe russe opte pour une conversion qui se veut plus souple avec les traditions indigènes, ce qui aboutit à une forme de syncrétisme dans les années 1890. De Monteil souligne cependant que les croyances animistes des Tlingit persistent, « leur véritable et unique religion primitive18 » étant encore bien présente en 1889. Le peu qu’il sait du chamanisme, de Monteil l’apprend de Swineford, qui lui explique que le « sorcier » exerce chez les Tlingit « une influence encore bien plus grande que celle des chefs19 » puisqu’ils ont notamment un « absolu pouvoir de vie et de mort20 ». De Monteil précise que « la population est tenue sous le joug de la terreur et soumise à l’obéissance la plus servile par ces sorciers21 ». Malgré une incompréhension manifeste, révélatrice des mentalités évolutionnistes de la fin du xixe siècle22, l’autochtone de la côte nord-ouest bénéficie d’une considération plus importante que celle accordée à la figure romantique de celui que l’on nomme alors Indien des plaines. Swineford précise que les Tlingit ne peuvent être rapprochés des « peaux-rouges de l’Amérique », les Tlingit offrant moins de résistance à la civilisation et étant « plus laborieux et intelligents23 ». La considération plus importante que les colons portent aux Tlingit tient en partie au fait que ces derniers ont commencé très tôt à pratiquer le commerce de fourrures avec les Russes, puis les Américains, ce qui leur a permis de s’assurer une place de choix dans un système économique en plein développement.

Fig. 3 : Franck Jay Haynes et Georges de la Sablière (auteur de l’album : Xavier de Monteil), « Les grands chefs indiens de la dernière guerre aux Montagnes Rocheuses (Montana) » (titre original), trois tirages sur papier albuminé et colorés à la main, un tirage sur papier albuminé d’après plaque de verre, montés sur carton, 29,5 x 44 cm, Paris, musée du quai Branly.

  • 24 Cf. Arlene B. Hirschfelder, Histoire des Indiens d’Amérique du Nord, Paris, Larousse, 2001.
  • 25 Les populations indigènes étasuniennes suscitent l’intérêt dès la fin du xviiie siècle, notamment c (...)
  • 26 La publication de l’anthropologue évolutionniste Lewis Henry Morgan (1818-1881), League of the Ho-d (...)
  • 27 Cf. Paula Richardson Fleming, Judith Lynn Luskey, Voleurs d’ombres : images des Indiens d’Amérique, (...)

5Le peu d’informations fournies par Xavier de Monteil sur ces photographies ne nous éclaire pas sur leurs conditions de prise de vue ou sur son opinion à leur sujet. Seuls le tirage de ces clichés en plusieurs exemplaires, ainsi que leur mise en page soignée indiquent tout l’intérêt porté par le voyageur à ces images. La planche la plus singulière est celle qu’il intitule « Les grands chefs indiens de la dernière guerre aux Montagnes Rocheuses (Montana) » (fig. 3), et qui rassemble le portrait du chaman de face et trois photographies colorisées des chefs Rain-in-the-Face, Sitting Bull et Running Deer. Dans son titre, de Monteil fait référence aux guerres indiennes des plaines qui commencent après la guerre de sécession en 1862 avec la première attaque Sioux qui fera 700 morts, et qui se terminent avec le massacre de Wounded Knee en 189024. Ces guerres indiennes ont largement alimenté la vision violente et sauvage de l’Indien, véhiculée à travers les récits de Fenimore Cooper ou de Gustave Aimard et qui donneront naissance aux Wild West Shows. L’homme des plaines est perçu comme un homme primitif, il est craint pour son animosité mais respecté pour sa bravoure, ce qui en fait un héros romantique, luttant désespérément contre sa disparition inévitable. Durant la seconde moitié du xixe siècle, l’intérêt pour ceux qualifiés d’Indiens des plaines est grandissant et l’enrichissement des savoirs doit se faire rapidement, avant leur disparition25 : les enquêtes ethnographiques26 émergent et avec elles les croquis, dessins et photographies. Les photographes professionnels demandent aux chefs indiens de poser pour eux, portant leurs habits et attributs les plus traditionnels, de manière à véhiculer l’image la plus pittoresque – et de fait, faussement authentique – possible : il leur est interdit de porter des indices de leur nouvelle vie, qui est bien trop largement influencée par le mode de vie américain et ne satisferait pas suffisamment les attentes du public. Les photographies sont ensuite colorisées pour accentuer leur dimension réaliste mais aussi artistique, la colorisation renforçant la dimension romantique du cliché27. Ces trois photographies ont été collectées par de Monteil lors de son voyage, ce sont des cabinet cards, qu’il ne choisit pas de manière anodine. Le premier cliché représente le Lakota Rain-in-the-Face, qui aurait selon la légende arraché le cœur du général Custer lors de la bataille de Little Big Horn. Le deuxième portrait montre le chef Sioux Sitting Bull, figure emblématique de la résistance amérindienne face au gouvernement américain, qui a mené les siens à la victoire en 1876. Le troisième cliché représente le Crow Running Deer, dont la communauté a connu une position délicate lors des guerres indiennes puisque certains de ses membres ont été choisis comme éclaireurs par l’armée américaine. Ces trois photographies ont été prises par Frank Jay Haynes et font partie de sa collection Colored cabinets of noted indians. Il est intéressant de noter que de Monteil a choisi de rassembler sur la même planche ces quatre photographies : il met ainsi sur un même plan quatre sociétés amérindiennes distinctes, comme pour donner un large panel des cultures présentes dans le nord du continent et place au même niveau la figure du chef et celle du chaman, soulignant l’importance et le rôle du chaman dans les sociétés de la côte nord-ouest.

  • 28 Antoine Lefébure, Explorateurs photographes : territoires inconnus 1850-1930, Paris, éditions La Dé (...)
  • 29 On trouve dans les albums de de Monteil des clichés de James Duval Phelan (1861-1930), de William H (...)
  • 30 Paris, musée du quai Branly, X. de Monteil, Copie des notes prises pendant mon voyage en Amérique, (...)
  • 31 Paris, Bibliothèque nationale de France, (SG WF-82), « 50 photographies du Colorado et surtout d’Al (...)

6Au hasard de nos recherches, la résignation laisse place à l’enthousiasme lorsque nous découvrons deux photographies préalablement rencontrées dans le fonds du musée (fig. 2 et 4), reproduites dans le livre d’Antoine Lefébure Explorateurs photographes : territoires inconnus 1850-193028, aux côtés de quatre autres clichés également présents dans les albums du musée du quai Branly. Les deux premières photographies sont attribuées à Georges de la Sablière, dont Antoine Lefébure décrit le voyage en Alaska en 1889, semblable en tout point à celui réalisé par Xavier de Monteil. Si l’itinéraire suivi est le même, les noms des membres du voyage mentionnés par Lefébure correspondent aux initiales données par Xavier de Monteil dans ses notes. Georges de la Sablière s’avère donc être non seulement le dernier compagnon de voyage de Xavier de Monteil que nous n’étions pas parvenus à identifier mais également l’auteur de la totalité des photographies du fonds lorsque celles-ci n’ont pas été achetées sur la route29. Si de Monteil ne donne aucune indication sur les conditions de prise de vue ou le matériel utilisé, il fait à plusieurs reprises mention de « notre appareil photographique30 », ce qui nous faisait jusque-là supposer qu’il était le photographe du voyage. Si de Monteil a bel et bien réalisé les albums conservés au musée du quai Branly – qui portent son ex-libris et ont été légendés de sa main –, les photographies ont en réalité été prises pas Georges de la Sablière, non pas à la suite du seul voyage de 1889 mais de deux voyages, en 1886 et en 1889. Elles ont pour la plupart été déposées à la Société de géographie, ce qui vaut pour preuve d’authenticité31. La découverte de l’auteur de ces photographies nous permet ainsi de mettre en relation le fonds inédit jusque-là isolé du musée du quai Branly avec celui de la Société de géographie, mais aussi avec les archives familiales du photographe. Nous avons pu retrouver grâce au livre d’Antoine Lefébure, l’arrière-petit-fils de Georges de la Sablière, Christian de la Sablière, qui conserve à Gouesnac’h (Finistère) trois albums et trois carnets de notes supplémentaires, ainsi que de nombreuses lettres et documents annexes, qu’il nous a permis de consulter. La découverte de ces nouvelles sources permet alors une meilleure reconstitution du contexte de prise de vue des photographies, indispensable à la valorisation du fonds.

Fig. 4 : Georges de la Sablière (auteur de l’album : Xavier de Monteil), « Alaska, Sorcier Indien Innuit » (titre original), tirage photomécanique collé sur planche, 17 x 23 cm, Paris, musée du quai Branly.

La découverte d’un nouveau photographe

  • 32 Né le 16 mai 1863 au château de Lanniron (Bretagne, France), Georges de la Sablière est issu d’un m (...)
  • 33 En 1882, de la Sablière voyage au Spitzberg (Norvège).

7Georges de la Sablière (1863-1898)32, issu de l’aristocratie bretonne, se passionne pour les voyages et notamment pour les régions septentrionales dès l’âge de dix-neuf ans33. Le voyage en Alaska qu’il entreprend en 1889 aux côtés de de Monteil est en réalité son second voyage dans l’ancienne Amérique russe. Georges de la Sablière avait déjà fréquenté l’archipel Alexandre trois ans plus tôt, après avoir été nommé membre de la Société de géographie grâce à un dépôt de photographies prises en 1884 lors d’un voyage le long des côtes de la mer Baltique. Les photographies du chaman Tlingit qui nous intéressent ici ont été prises lors de son premier voyage en Alaska, ce qui explique le silence de de Monteil à leur propos. De la Sablière quitte la France en avril 1886, accompagné de son cousin Raoul de Chéreil de la Rivière, à la recherche de régions sauvages qu’il est certain de découvrir en Alaska, considéré alors comme le nouveau Far West :

  • 34 Gouesnac’h, archives familiales de Christian de la Sablière, Georges de la Sablière, Carnet de note (...)

« Quand la légende du Far West est morte il y a dix ans, tuée par le transcontinental, les amateurs d’inconnu […] se sont jetés sur le Nord-Ouest. […] Un an après, l’Oregon avait ses chemins de fer et le roman cherchait plus au nord un lieu d’action plus solitaire. Le Canadian Pacific Railway repousse la vie sauvage encore plus près du pôle34… »

  • 35 Le mont Saint-Elie était alors considéré comme la plus haute montagne d’Amérique du Nord (5 488 m), (...)
  • 36 Georges de la Sablière souhaite le gravir à nouveau car cela n’a alors pas été fait depuis plus de (...)
  • 37 Serge Duigou, « Georges de la Sablière : un Quimpérois en Alaska en 1886 », Revue Pays de Quimper, (...)

8Si de la Sablière est un passionné d’alpinisme et de chasse et qu’il espère s’y exercer en Alaska, il part également dans l’optique d’effectuer des relevés scientifiques et de prendre des photographies qui permettront de faire avancer la connaissance en documentant les régions visitées, et serviront notamment de support aux lectures de la Société de géographie (fig. 5). Son but ultime en 1886 est de gravir le mont Saint-Élie35 et de le mesurer avec exactitude, mais faute de préparation, il se contente avec son cousin de l’ascension du mont Edgecombe36. Ils séjourneront à Sitka et à Juneau, d’où ils partiront explorer les îles Kruzoff et Baranof, la baie de Taku Inlet et la baie des Glaciers avant de repartir en septembre pour la France. Si les paysages étasuniens n’ont pas trouvé grâce aux yeux de de la Sablière, il a été enchanté de son séjour en Alaska, précisant dans ses notes : « Il n’y a décidément que l’Alaska ! Nous en raffolons de plus en plus37 ! »

Fig. 5 : Georges de la Sablière (auteur de l’album : Xavier de Monteil), « Alaska, Champs de glace chaotiques » (titre original), tirage photomécanique collé sur planche, 17 x 23 cm, Paris, musée du quai Branly.

  • 38 Gouesnac’h, archives familiales de C. de la Sablière, lettre datée du 21 août 1886 envoyée par Geor (...)
  • 39 Il mentionne dans ses notes qu’il n’a pas le temps de faire développer les prises de vue et n’évoqu (...)
  • 40 Paris, musée du quai Branly, X. de Monteil, Copie des notes prises pendant mon voyage en Amérique, (...)
  • 41 Juneau deviendra la capitale de l’état d’Alaska en 1906.

9Georges de la Sablière décide de repartir pour l’Alaska en 1889 car il regrette de ne pas être parvenu à gravir le mont Saint-Élie et parce qu’il n’a pas pris assez de photographies. Il écrit ainsi à une amie : « Je ne t’ai jamais parlé de la partie photographique. Elle est tout à fait manquée. Sauf une centaine de vues prises en Alaska, mes autres paquets de plaques sont restés un peu partout sur la route38. » Si de la Sablière est déçu de ses photographies prises dans le Colorado et l’Oregon, ses plaques de verre d’Alaska ont survécu au voyage retour. Avant son départ en avril 1886, il s’offre une chambre Mackenstein chez Paul Nadar pour laquelle il utilise des plaques de verre sèches39 de taille 13 x 18 cm. Comme il le mentionne à une amie dans une lettre, ses photographies du Colorado et de l’Oregon sont d’un maigre intérêt en regard des clichés qu’il prend en Alaska. Dans ces régions presque vierges de toute intervention humaine, il documente les paysages, la topographie et la végétation « dans leur état primitif40 ». Si de la Sablière évite les quelques attractions touristiques et recherche les immenses solitudes du Grand Nord, il n’a d’autre choix que de séjourner à Sitka et à Juneau qui sont les seules villes où se ravitailler. En 1886, Juneau n’était encore qu’une petite ville créée à la suite de la découverte d’or dans la région par Joe Juneau et Richard Harris41. Elle est un point de passage obligé pour les orpailleurs comme pour les touristes. De la Sablière y réside quelques jours. Si la ville l’intéresse peu, il est fasciné par la société Tlingit et par la place du chamanisme au sein de celle-ci.

  • 42 Gouesnac’h, archives familiales de C. de la Sablière, G. de la Sablière, Carnet de notes no 3.
  • 43 Ibid.

10Le chaman de Juneau, qualifié par Xavier de Monteil de « sorcier indien » et portant en réalité le nom d’In-to-nook, est loin d’être un inconnu pour Georges de la Sablière lorsque ce dernier le photographie. Dès leur arrivée à Juneau, de la Sablière et son cousin partent à la recherche d’un guide qui puisse les emmener chasser l’ours dans les forêts de l’île Kruzoff. Hors de la ville, ils rencontrent alors In-to-nook qui leur recommande son fils Charley. Après de longues conversations avec sa famille, Charley accepte d’accompagner les deux Français : ils partiront quelques jours dans la baie de Taku avec la famille d’In-to-nook, dont ils partageront la vie au quotidien sur le campement (fig. 6). De la Sablière précisera qu’ils devenaient « tout à fait de la famille42 ». Au retour de leur excursion, les deux Français reviennent voir In-to-nook dans l’optique de le photographier « dans son costume de sorcier, avec tous ses attributs », même s’ils restent conscients que « bien rarement un sorcier consent à exhiber son attirail devant un blanc et que jamais il ne l’endossera pour se laisser portraire43 ». Les attributs du chaman ont beaucoup de pouvoir, ils sont sa propriété exclusive et ne peuvent être vus par les non-initiés : ce serait un manquement à l’honneur. Ceci justifie la réaction de la belle-fille d’In-to-nook qui lui interdit de poser. Un soir, les deux Français profitent de l’absence de la belle-fille pour aller trouver le chaman et tenter de le convaincre de poser pour eux :

  • 44 L’auteur raye dans le texte : « Ce qu’il appréhendait un peu au début. »
  • 45 Gouesnac’h, archives familiales de C. de la Sablière, G. de la Sablière, Carnet de notes no 3.

« Nous lui faisons valoir l’intérêt pour les pays d’outremer de connaître les traits d’un si grand chef. Nous lui promettons qu’aucun sortilège ne s’échappera de l’appareil44 et sur cette assurance, le père In-to-nook est ébranlé. Pour décider la victoire, nous lui laissons pressentir un beau cadeau de couvertures s’il est d’accord et consent à mettre ses plus beaux habits. À cette promesse, toute hésitation disparaît. Le père In-to-nook se précipite dans sa cabane, bouleverse ses coffres et reparaît après 10 minutes en grande tenue de sorcier : il est superbe45. »

  • 46 Ibid.
  • 47 Gouesnac’h, archives familiales de C. de la Sablière, lettre datée de janvier 1887, envoyée par Geo (...)
  • 48 Le spruce root hat est la possession la plus précieuse d’un clan : les chapeaux peints sont réservé (...)
  • 49 Gouesnac’h, archives familiales de C. de la Sablière, G. de la Sablière, Carnet de notes no 3.
  • 50 Cf. Marie Mauzé, « Le hochet corbeau des Indiens de la côte nord-ouest : symbolique et esthétique » (...)

11Le chaman In-to-nook pose d’abord debout (fig. 7), puis assis dans ses habits cérémoniels et pourvu de ses attributs. Il porte de « grands cheveux pendant sur le dos » que Georges de la Sablière considère comme « signe de sa haute distinction46 », mais qui seraient plutôt un symbole de pouvoir, les chamans et leur femme ne devant en aucun cas se couper ou se peigner les cheveux. Les cheveux et la barbe d’In-to-nook sont couverts de plumes de corbeau, il porte un tablier de cuir et deux bracelets de griffes d’ours qui incarnent l’esprit même du « roi des forêts47 ». Il porte autour du cou une corde à laquelle il a attaché des os de phoque pour en faire un pectoral, ainsi que la dépouille d’un oiseau rare. Les pouvoirs du chaman Tlingit lui viennent d’objets sacrés qu’il possède, qui lui permettent de communiquer et de contrôler les esprits, rencontrés sous forme animale lors de plusieurs quêtes dans les bois. Pour communiquer avec ces esprits et s’emparer de leurs pouvoirs, le chaman ramène de ses quêtes des attributs des différentes formes animales rencontrées (serres, plumes, mâchoires, peau, poils) et les porte lors de cérémonies, pour que les esprits s’expriment à travers lui, en s’emparant de son corps et en provoquant des transes. Sur le linge blanc étalé au sol pour la prise de vue, on retrouve une dépouille d’aigle, et de l’autre côté du chaman, un chapeau cylindrique en racines de sapin tressées48, objet de prestige et de pouvoir dans les sociétés de la côte nord-ouest. Sur les trois clichés, In-to-nook tient dans sa main droite un hochet-corbeau sur lequel de la Sablière avoue n’avoir trouvé aucune « explication satisfaisante49 ». Originaire de la région Tsimshian, le raven rattle est pourtant un objet caractéristique de la côte nord-ouest représentant sur la face bombée une grenouille dont la langue se termine dans la bouche d’un homme, métaphore de la transmission chamanique, et de l’autre côté, une figure de corbeau sculptée. Ce type de hochet était utilisé par les chamans lors de danses et de cérémonies rituelles, le son permettant d’ouvrir un passage avec le monde des esprits, alors qu’il servait aux chefs de regalia50.

Fig. 6 : Georges de la Sablière (auteur de l’album : Xavier de Monteil), « Alaska. Campement de chasse, Baie de Takou » (titre original), tirage photomécanique collé sur planche, 17 x 23 cm, Paris, musée du quai Branly.

  • 51 Le chaman est également appelé medecine man : il est investi d’un important pouvoir de guérison, ce (...)

12Si Georges de la Sablière parvient à photographier In-to-nook en tenue cérémonielle, il n’est pas autorisé à le photographier lors d’une « séance de médecine ». Il ajoute : « je le regrette la scène doit être fort curieuse. Le sorcier recouvert de ses seuls ornements, entame devant le malade une cantilène monotone à laquelle répondent en chœur tous les membres de la famille51 ».

Un rayonnement inattendu

13Au vu du peu de documentation disponible sur le fonds Xavier de Monteil, l’idée d’une possible diffusion contemporaine du fonds nous paraît peu probable. La nouvelle attribution des clichés à Georges de la Sablière nous a pourtant permis de prendre conscience de leur diffusion certaine dans une sphère intime comme scientifique, leur offrant ainsi une postérité jusqu’ici insoupçonnée.

  • 52 Ces listes sont aujourd’hui conservées dans les archives familiales de Christian de la Sablière, à (...)

14À son retour de voyage, Georges de la Sablière envoie ses plaques photographiques à un certain M. Flamant, installé à Paris, qui lui renvoie les tirages par courrier, le tout à plusieurs reprises entre 1886 et 1890. Les plaques ont été classées par ordre chronologique de prise de vue, puis numérotées en conséquence. De la Sablière a pu ensuite, selon ses besoins, établir des listes52 récapitulant quels tirages il souhaitait envoyer, à qui et en quelle quantité. Les listes les plus élaborées comportent des notes écrites par le photographe, qui sont pour la plupart des indications pour le tirage : il note ainsi que « le ciel est à retoucher » ou qu’il faut « corriger une différence de teinte ». On constate en étudiant les six listes qui nous sont parvenues que les photographies les plus envoyées par le voyageur sont celles qu’il a déposées à la Société de géographie, jugées de meilleure qualité. Les plus caractéristiques de la région semblent être les clichés du chaman In-to-nook et les photographies de la baie des Glaciers. De la Sablière commande à M. Flamant des tirages pour sa collection personnelle (fig. 7), qu’il met en valeur à travers la réalisation d’albums, dont trois sont conservés dans les archives familiales de Gouesnac’h. Pour ses camarades du voyage de 1889, de la Sablière fait tirer des clichés pris indifféremment en 1886 et en 1889, ce qui explique la présence de ceux-ci dans les albums de de Monteil. C’est à ce dernier que de la Sablière envoie le plus de tirages, lui faisant parvenir jusqu’à trois exemplaires de chaque photographie contre un seul pour ses autres compagnons, ce qui témoigne de l’intérêt particulier manifesté par de Monteil pour ces clichés.

  • 53 Cf. note 31.
  • 54 A. Lefébure, Explorateurs photographes : territoires inconnus 1850-1930, op. cit., p. 19.
  • 55 Gouesnac’h, archives familiales de C. de la Sablière, lettre datée du 15 août 1890, envoyée par l’A (...)
  • 56 Ibid.

15Au retour de ses deux voyages, Georges de la Sablière correspond avec des sociétés savantes à qui il fait parvenir les données qu’il a collectées en Alaska et les photographies qu’il estime les plus réussies. Il réalise deux dépôts à la Société de géographie de Paris, un en 1887 à la suite de son voyage de 1886 qui comprend cinquante clichés et un second en 1890 à la suite de son second voyage, qui comprend quarante-neuf clichés53. Les tirages déposés à la Société de géographie étaient utilisés comme supports visuels lors des lectures et comptes rendus donnés par ses membres, à condition qu’ils apportent des informations supplémentaires aux connaissances déjà acquises : pendant longtemps, « ces images restent sur le monde les plus précises et les plus précieuses54 ». De la Sablière choisit ainsi les clichés qui lui paraissent les plus pertinents face aux intérêts de la Société de géographie : il écarte les photographies souvenirs représentant ses camarades de voyage (fig. 1) et privilégie les clichés faisant état de l’environnement, de la population, de l’économie ou des pratiques religieuses de l’Alaska. De la Sablière correspond également avec l’Alaska Historical Society, dont il reçoit une lettre quelques mois après son arrivée en France en 1889. Celle-ci l’informe de son élection en tant que membre honoraire de la société, faisant de lui un référent au sujet de l’Alaska en France. Cette nomination l’enjoint aussi à communiquer à la société « tout renseignement documentaire » relatif à l’histoire de l’Alaska et à participer à « l’instruction future » des personnes intéressées. De la Sablière accepte cette offre et en profite pour faire parvenir à la société un album des photographies prises sur le terrain, parmi lesquelles les photographies d’In-to-nook qui se retrouvent après réception « informellement à vue dans le magasin de monsieur Ed. de Groff55 » et au sujet desquelles plusieurs membres expriment « leur gratitude pour cette intéressante donation56 ».

Fig. 7 : Georges de la Sablière (auteur de l’album : Xavier de Monteil), « In-to-nook, Sorcier de Juneau » (titre original), tirage sur papier albuminé, d’après plaque de verre, monté sur carton, 12 x 17 cm, Archives familiales de Christian de la Sablière, Domaine de Boutiguéry, Gouesnac’h.

  • 57 Le capitaine John M. Vanderbilt entreprend son premier voyage en Alaska en 1874, puis s’installe à (...)
  • 58 « Elles sont sans aucun doute superbes. J’étais très intéressé. […] J’en ferai encadrer certaines e (...)

16Georges de la Sablière entretient dès 1889 une correspondance avec le capitaine John Vanderbilt (?-1890)57 et Edward de Groff (1860-1910), qui travaillent entre 1886 et 1890 dans le magasin de la Northwest Trading Company à Sitka. De Groff, que de la Sablière rencontre en 1889, commence à prendre des photographies de la région en 1886 et les vend dans son magasin jusque dans les années 1890. En décembre 1889, de la Sablière envoie ses dernières photographies à de Groff, qui le remercie vivement et encourage le Français à accompagner Heywood Seton-Karr durant son prochain voyage en Alaska, en 1890. Seton-Karr, ancien lieutenant de l’armée britannique passionné de chasse et d’alpinisme, est une des premières personnes avec qui correspond de la Sablière avant son premier départ pour l’Alaska en 1886, lui demandant des conseils et des références d’ouvrages pour préparer son itinéraire. De la Sablière le retrouve en 1886 à bord de l’Ancon, qui les emmène à Fort Wrangel. Seton-Karr est accompagné de deux autres scientifiques, Frederick Schwatka, qui a déjà participé à de nombreuses expéditions, notamment au Groenland et dans l’Arctique canadien, et William Libbey, professeur titulaire de géologie à l’université de Princeton et amateur de photographie. Tous trois sont membres de la New York Times Exploring Expedition (1886), aux préparatifs de laquelle assistera de la Sablière puisqu’il restera aux côtés de l’équipe de Schwatka jusqu’à leur départ pour le mont Saint-Élie, dont ils devaient estimer la hauteur avec précision. Fin 1886, Seton-Karr demande à de la Sablière de lui envoyer ses photographies, ce que le voyageur français fait à trois reprises en 1887, 1889 et 1890. Seton-Karr est ravi de ces envois et précise qu’une exposition sera organisée : « They are without doubt magnificent. I was very much interested. […] I shall frame them and send them to this club for a short time on exhibition58. »

  • 59 L’importance de la collection du lieutenant avait été notée par Xavier de Monteil : « Je crois d’ai (...)
  • 60 Cf. Aldona Jonaitis, From the Land of Totem Poles : the Northwest Coast Indian Art Collection at th (...)
  • 61 L’ouvrage restera inachevé à la mort de George Thornton Emmons et ne sera publié qu’en 1991 grâce a (...)

17Georges de la Sablière a également entretenu une correspondance avec George Thornton Emmons (1852-1945), lieutenant de l’US Navy qui, grâce à de nombreuses patrouilles dans le sud-est de l’Alaska à bord de La Pinta, a développé un réel intérêt pour les populations locales Tlingit. Cet intérêt se traduit par d’importantes campagnes de collecte d’objets59 qui aboutissent en particulier à un don d’une partie de sa collection à l’American Museum of Natural History de New York en 188760. La collecte d’objets s’inscrit dans une démarche ethnographique, tout comme la collecte d’informations, que le lieutenant Emmons recueille par le biais de l’observation participante et par le biais d’entretiens. Ces années passées à documenter de manière détaillée la vie quotidienne Tlingit ont permis à George T. Emmons d’écrire un ouvrage de référence, The Tlingit Indians61.

  • 62 Gouesnac’h, archives familiales de C. de la Sablière, lettre datée du 27 janvier 1887, envoyée depu (...)
  • 63 Cf. Marine Pichard, Photographies d’un voyage en Alaska : étude du fonds Xavier de Monteil, musée d (...)
  • 64 « Shaman de Taku habillé pour la pratique, Canal de Gastineau, près de Juneau, 1888 », G. T. Emmons(...)

18Georges de la Sablière rencontre George T. Emmons en 1886, tandis qu’ils accompagnent tous deux Schwatka et son équipe avant leur départ pour le mont Saint-Élie. En 1887, de la Sablière envoie une série de photographies à Emmons, qui l’en remercie vivement et lui donne par la même lettre des nouvelles d’In-to-nook : « Je le fis immédiatement demander, je lui donnais les portraits que je reçus de vous quelques jours auparavant. Joyeux, je vous assure que si vous aviez été là avec votre appareilles [sic] le bon homme se […?] pour s’en faire faire un autre à votre loisir62. » In-to-nook aurait été très enthousiaste en voyant le résultat de la séance de pose improvisée un an plus tôt, malgré sa crainte des pouvoirs de l’appareil photographique. Dans ses deux lettres de 1887 et 1889, George T. Emmons évoque la pratique photographique de de la Sablière et le fait qu’il souhaiterait le voir en action. Le lieutenant en profite pour le remercier de ses envois de clichés, qui seront conservés dans sa collection personnelle jusqu’à sa mort en 1945, date à laquelle ils seront offerts à l’American Museum of Natural History. Si l’envoi de photographies de Georges de la Sablière à George Thornton Emmons est alors établi, leur utilisation après réception par le lieutenant est restée quant à elle incertaine jusqu’à la découverte des reproductions de ces clichés dans The Tlingit Indians, preuve de l’intérêt scientifique des photographies de Georges de la Sablière. Nos recherches nous ont en effet permis de découvrir que quatre photographies prises par de la Sablière ont été utilisées dans l’édition de 1991 revue et augmentée par Frederica de Laguna et publiée par la Washington University Press63. On retrouve une photographie d’In-to-nook (fig. 4) à la page 384, une photographie-souvenir montrant les compagnons de Georges de la Sablière poussant un canoë sur les rives de l’île Baranof, une photographie d’un pêcheur Tlingit (fig. 8), ainsi qu’une photographie des deux mâts de la maison du chef Shakes à Fort Wrangel. Ces trois dernières photographies sont mal attribuées à « De la Sablier » ou à George T. Emmons lui-même, tandis que celle d’In-to-nook ne possède en légende aucune mention d’auteur : « Taku shaman dressed for practice, Gastineau Channel, near Juneau, 188864 ». Lorsqu’il est indiqué, le lieu de conservation des photographies utilisées est l’American Museum of Natural History, ce qui nous permet aujourd’hui d’affirmer que les photographies envoyées par Georges de la Sablière en 1887 et en 1889 au lieutenant George Thornton Emmons sont désormais conservées dans les collections du prestigieux musée américain.

Fig. 8 : Georges de la Sablière (auteur de l’album : Xavier de Monteil), « pêche aux saumons (alaska) » (titre original), tirage sur papier albuminé, d’après plaque de verre, monté sur carton, 12 x 17 cm, Paris, musée du quai Branly.

  • 65 Paris, Bibliothèque nationale de France, Georges de la Sablière, lettre sur son voyage en Alaska, 2 (...)
  • 66 Cette expédition est menée en 1897 par Franz Boas (1858-1942), alors anthropologue et conservateur (...)

19Dès son retour en août 1889, de la Sablière envoie une lettre au président de la Société de géographie, l’informant de son incapacité à gravir le mont Saint-Élie : « Ce n’est, j’espère, que partie remise et pour mon compte j’ai plus que jamais l’intention, si les événements le permettent de reprendre l’année prochaine la route du Nord65. » Ses obligations familiales et professionnelles l’empêchent néanmoins de repartir en 1890, et il meurt huit ans plus tard, à l’âge de vingt-sept ans, emporté par une fièvre typhoïde. La mort prématurée de Georges de la Sablière explique en partie la faible notoriété de ses photographies et notamment celle du fonds Xavier de Monteil. Toutefois, la nouvelle attribution des photographies du fonds nous a permis de recueillir de nouvelles connaissances sur celui-ci et de reconstituer le contexte complet de prise de vue, inconnu jusqu’alors, depuis l’intention du photographe jusqu’au tirage et à l’envoi des clichés. Documenter le fonds du musée du quai Branly a permis de le valoriser, en le mettant en relation avec d’autres fonds d’archives, personnel comme les archives familiales de Christian de la Sablière à Gouesnac’h ou institutionnels comme ceux de la Société de géographie (Bibliothèque nationale de France) ou de l’American Museum of Natural History de New York. Si la qualité et l’intérêt des photographies étaient déjà perceptibles avant leur attribution à Georges de la Sablière, l’étude de ces nouveaux fonds et spécialement des archives familiales de Christian de la Sablière a permis de prendre conscience de leur valeur scientifique. Les nombreuses lettres reçues par Georges de la Sablière au retour de ses voyages témoignent en effet de la large diffusion de ses photographies auprès d’amateurs mais également auprès de personnalités scientifiques. Utilisées au sein de l’ouvrage The Tlingit Indians, dont l’écriture fut notamment motivée par les anthropologues de la Jesup North Pacific Expedition66, les photographies de Georges de la Sablière connaîtront une postérité remarquable, bien qu’anonyme.

Notes

1 Paris, musée du quai Branly, Xavier de Monteil, Copie des notes prises pendant mon voyage en Amérique, 1889, no PA000186.

2 Les numéros de gestion des albums sont : PA000183 et PA000184.

3 Dans le premier album, la majorité des tirages a été obtenue par contact depuis des plaques de verre 13 x 18 cm, sur papier albuminé, puis les photographies ont été collées : chaque planche est organisée selon l’itinéraire des voyageurs et les lieux de prise de vue, et comporte en moyenne quatre tirages. Dans le second album, les tirages sont photomécaniques et ont été collés en pleine page sur du papier blanc fin, formant un cadre et offrant une mise en page plus soignée que celle du premier album.

4 Cette lettre a été signée par Marie-France Fauvet-Berthelot, alors responsable des collections américaines du musée. Elle est aujourd’hui conservée dans les archives du musée du quai Branly (Paris) sous le no D003451/42865.

5 Mona Huerta, Le Voyage aux Amériques et les revues savantes françaises au xixe siècle, in Michel Bertrand et Laurent Vidal (dir.), à la redécouverte des Amériques : les voyageurs européens au siècle des indépendances, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2002, p. 88.

6 Acte de naissance de M. Xavier de Monteil, registres d’état civil des archives municipales d’Angoulême, 1861.

7 Bulletin de la Société d’histoire et d’archéologie du Périgord, t. XXI, Périgueux, Imprimerie de la Dordogne, 1894 et « Nécrologie », Bulletin de la Société d’histoire et d’archéologie du Périgord, t. LXVI, Périgueux, Imprimerie de la Dordogne, 1939.

8 On découvrira qu’il s’agit de Louis de la Brosse, de Georges de Massol et de Lionel du Bouëxic.

9 La péninsule de l’Alaska est prolongée au sud par une étroite bande de terre de 40 à 80 km de large, qui borde le golfe de l’Alaska au sud du mont Saint-Elie. Les îles séparées de cette bande de terre par d’innombrables canaux forment l’archipel Alexandre ou « Passage intérieur ».

10 Le mont Edgecombe (976 m) est un volcan éteint qui surplombe l’île Kruzoff, gravi pour la première fois en 1803 par Urey Lisianski.

11 Le premier cliché se retrouve dans les deux planches reproduites en fig. 2 et fig. 3. Le deuxième cliché n’est visible ici que sur la planche de la fig. 2, alors que le troisième cliché est identifiable en fig. 4.

12 Le terme ethnolinguistique « inuit » est incorrect : il renvoie à un groupe de langues parlées dans le nord de l’Alaska et du Canada, ainsi qu’au Groenland et ne concerne donc pas les sociétés de la côte nord-ouest.

13 Cf. William W. Fitzhugh, Aron Crowell (dir.), Crossroads of Continents : Cultures of Siberia and Alaska, cat. exp. New York, National Museum of Natural History, 1988.

14 Les Tlingit font partie des cultures de la côte nord-ouest d’Amérique du Nord (avec les Tsimshian et les Haida plus au sud) et occupent la bande côtière continentale du sud-est de l’Alaska, ainsi que des îles de l’archipel Alexandre.

15 Paris, musée du quai Branly, X. de Monteil, Copie des notes prises pendant mon voyage en Amérique, op. cit., « Chapitre supplémentaire sur l’Alaska, tiré de la traduction du rapport de l’Hon. A. Swineford, ex-gouverneur d’Alaska, rapport qu’il m’a donné en main à Juneau, le 6 Juin 1889 », p. 145-159.

16 Ibid., p. 145.

17 Le Manifest Destiny est une idée selon laquelle l’expansionnisme américain vers l’Ouest se justifie entièrement par la notion de providence, ce qui aboutit nécessairement à une condamnation des Amérindiens et va conditionner les esprits occidentaux durant tout le xixe siècle.

18 Paris, musée du quai Branly, X. de Monteil, Copie des notes prises pendant mon voyage en Amérique, op. cit., p. 94.

19 Ibid., p. 151.

20 Ibid.

21 Ibid.

22 Dans la seconde moitié du xixe siècle, le courant de pensée évolutionniste, selon lequel il existe une trajectoire historique unique pour l’humanité, est omniprésent. La civilisation européenne est considérée comme le stade ultime de l’évolution, atteint grâce à une évolution technique et mentale opposée à un état « de nature » premier et sauvage, qui subsisterait dans les régions non occidentalisées et non civilisées.

23 Paris, musée du quai Branly, X. de Monteil, Copie des notes prises pendant mon voyage en Amérique, op. cit., p. 151.

24 Cf. Arlene B. Hirschfelder, Histoire des Indiens d’Amérique du Nord, Paris, Larousse, 2001.

25 Les populations indigènes étasuniennes suscitent l’intérêt dès la fin du xviiie siècle, notamment celui des pères fondateurs des états-Unis tel Thomas Jefferson (1743-1809), qui confiera à Lewis et Clark la première expédition scientifique (1804-1806) ayant pour mission de rejoindre l’océan Pacifique et de documenter le mode de vie des populations autochtones : elle ouvre la voie aux études ethnographiques et linguistiques sur les états-Unis.

26 La publication de l’anthropologue évolutionniste Lewis Henry Morgan (1818-1881), League of the Ho-de-no-sau-nee or Iroquois, a été publiée en 1851 suite à son terrain chez les Seneca (membres de la Confédération iroquoise). Elle est considérée comme la première véritable enquête ethnographique sur les populations amérindiennes des états-Unis.

27 Cf. Paula Richardson Fleming, Judith Lynn Luskey, Voleurs d’ombres : images des Indiens d’Amérique, Paris, Chêne, 1993.

28 Antoine Lefébure, Explorateurs photographes : territoires inconnus 1850-1930, Paris, éditions La Découverte, 2003, p. 148-155.

29 On trouve dans les albums de de Monteil des clichés de James Duval Phelan (1861-1930), de William H. Partridge (1858-1939) et de Franck Jay Haynes (1853-1921).

30 Paris, musée du quai Branly, X. de Monteil, Copie des notes prises pendant mon voyage en Amérique, op. cit., p. 21.

31 Paris, Bibliothèque nationale de France, (SG WF-82), « 50 photographies du Colorado et surtout d’Alaska, par Georges de La Sablière », don G. de La Sablière en 1887 et (SG WF-152), « 49 photographies de Floride, Arizona, Californie et Alaska en 1889 par Georges de La Sablière », don G. de La Sablière en 1890.

32 Né le 16 mai 1863 au château de Lanniron (Bretagne, France), Georges de la Sablière est issu d’un milieu aisé. Il entreprend des études de droit à Orléans, puis à Paris où il rencontre Xavier de Monteil.

33 En 1882, de la Sablière voyage au Spitzberg (Norvège).

34 Gouesnac’h, archives familiales de Christian de la Sablière, Georges de la Sablière, Carnet de notes no 3.

35 Le mont Saint-Elie était alors considéré comme la plus haute montagne d’Amérique du Nord (5 488 m), mais son mesurage était assez ancien, d’où le désir de le préciser.

36 Georges de la Sablière souhaite le gravir à nouveau car cela n’a alors pas été fait depuis plus de vingt ans. Il estime sa taille entre 3 200 et 3 300 pieds, ce qui s’avère aujourd’hui exact puisqu’il culmine à 976 m d’altitude.

37 Serge Duigou, « Georges de la Sablière : un Quimpérois en Alaska en 1886 », Revue Pays de Quimper, no 3, Pont-l’Abbé, éditions Cap Caval, p. 14.

38 Gouesnac’h, archives familiales de C. de la Sablière, lettre datée du 21 août 1886 envoyée par Georges de la Sablière à Vette.

39 Il mentionne dans ses notes qu’il n’a pas le temps de faire développer les prises de vue et n’évoque pas les étapes de sensibilisation nécessaires pour l’utilisation du collodion humide.

40 Paris, musée du quai Branly, X. de Monteil, Copie des notes prises pendant mon voyage en Amérique, op. cit., p. 81.

41 Juneau deviendra la capitale de l’état d’Alaska en 1906.

42 Gouesnac’h, archives familiales de C. de la Sablière, G. de la Sablière, Carnet de notes no 3.

43 Ibid.

44 L’auteur raye dans le texte : « Ce qu’il appréhendait un peu au début. »

45 Gouesnac’h, archives familiales de C. de la Sablière, G. de la Sablière, Carnet de notes no 3.

46 Ibid.

47 Gouesnac’h, archives familiales de C. de la Sablière, lettre datée de janvier 1887, envoyée par George T. Emmons à G. de la Sablière depuis Juneau.

48 Le spruce root hat est la possession la plus précieuse d’un clan : les chapeaux peints sont réservés à un usage prestigieux lors de cérémonies, tandis que les chapeaux unis sont réservés à un usage quotidien.

49 Gouesnac’h, archives familiales de C. de la Sablière, G. de la Sablière, Carnet de notes no 3.

50 Cf. Marie Mauzé, « Le hochet corbeau des Indiens de la côte nord-ouest : symbolique et esthétique », Anthropologie de l’art : formes et significations, Paris, ORSTOM, 1988, p. 124-134.

51 Le chaman est également appelé medecine man : il est investi d’un important pouvoir de guérison, celle-ci se faisant notamment par l’administration de remèdes, la confection d’amulettes ou la récitation d’incantations.

52 Ces listes sont aujourd’hui conservées dans les archives familiales de Christian de la Sablière, à Gouesnac’h.

53 Cf. note 31.

54 A. Lefébure, Explorateurs photographes : territoires inconnus 1850-1930, op. cit., p. 19.

55 Gouesnac’h, archives familiales de C. de la Sablière, lettre datée du 15 août 1890, envoyée par l’Alaska Historical Society à G. de la Sablière, depuis Sitka, Alaska.

56 Ibid.

57 Le capitaine John M. Vanderbilt entreprend son premier voyage en Alaska en 1874, puis s’installe à Juneau et à Sitka. Il jouera un rôle majeur dans la création de la Northwest Trading Company.

58 « Elles sont sans aucun doute superbes. J’étais très intéressé. […] J’en ferai encadrer certaines et en enverrai à ce club pour une courte exposition », Gouesnac’h, archives familiales de C. de la Sablière, lettre datée du 11 mars 1887, envoyée par H. W. Seton-Karr à G. de la Sablière.

59 L’importance de la collection du lieutenant avait été notée par Xavier de Monteil : « Je crois d’ailleurs qu’après le lieutenant Emmons il reste peu à glaner », Paris, iconothèque du musée du quai Branly, X. de Monteil, Copie des notes prises pendant mon voyage en Amérique, op. cit., p. 100.

60 Cf. Aldona Jonaitis, From the Land of Totem Poles : the Northwest Coast Indian Art Collection at the American Museum of Natural History, New York, American Museum of Natural History, 1988.

61 L’ouvrage restera inachevé à la mort de George Thornton Emmons et ne sera publié qu’en 1991 grâce au travail méticuleux de Frederica de Laguna : Georges Thornton Emmons, The Tlingit Indians, édition revue et augmentée par Frederica de Laguna, Anthropological papers of the American Museum of Natural History, Seattle, University of Washington Press, vol. 70, 1991.

62 Gouesnac’h, archives familiales de C. de la Sablière, lettre datée du 27 janvier 1887, envoyée depuis Juneau par le lieutenant G. T. Emmons à G. de la Sablière.

63 Cf. Marine Pichard, Photographies d’un voyage en Alaska : étude du fonds Xavier de Monteil, musée du quai Branly, mémoire de recherche, Paris, école du Louvre, sous la dir. de Dominique de Font-Réaulx et Michel Poivert, 2013.

64 « Shaman de Taku habillé pour la pratique, Canal de Gastineau, près de Juneau, 1888 », G. T. Emmons, The Tlingit Indians, op. cit., p. 384. La date est erronée puisque cette photographie a été déposée en 1887 à la Société de géographie.

65 Paris, Bibliothèque nationale de France, Georges de la Sablière, lettre sur son voyage en Alaska, 23 août 1889, SG CARTON LA-LEF (645).

66 Cette expédition est menée en 1897 par Franz Boas (1858-1942), alors anthropologue et conservateur à l’American Museum of Natural History, dans le but de collecter des données scientifiques sur les populations de la côte nord-ouest, des côtes de l’Alaska et de l’est de la Sibérie afin de démontrer l’appartenance commune de ces sociétés à un groupe plus large, celui du North Pacific Rim.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Georges de la Sablière (auteur de l’album : Xavier de Monteil), « Sur la Baie de Tacoma (Washington Territory), L. du Bouexic, L. de la Brosse, myself, G. de Massol » (titre original), tirage sur papier albuminé d’après plaque de verre, monté sur carton, 12 x 17 cm, Paris, musée du quai Branly.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/3561/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Légende Fig. 2 : Georges de la Sablière (auteur de l’album : Xavier de Monteil), Planche rassemblant quatre tirages légendés « Femme indienne à Sitka », « Sorcier Indien », « Sorcier indien » et « Campement de chasse » (titre personnel), tirages sur papier albuminé d’après plaque de verre, montés sur carton, 35 x 33 cm, Paris, musée du quai Branly.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/3561/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Légende Fig. 3 : Franck Jay Haynes et Georges de la Sablière (auteur de l’album : Xavier de Monteil), « Les grands chefs indiens de la dernière guerre aux Montagnes Rocheuses (Montana) » (titre original), trois tirages sur papier albuminé et colorés à la main, un tirage sur papier albuminé d’après plaque de verre, montés sur carton, 29,5 x 44 cm, Paris, musée du quai Branly.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/3561/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Légende Fig. 4 : Georges de la Sablière (auteur de l’album : Xavier de Monteil), « Alaska, Sorcier Indien Innuit » (titre original), tirage photomécanique collé sur planche, 17 x 23 cm, Paris, musée du quai Branly.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/3561/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende Fig. 5 : Georges de la Sablière (auteur de l’album : Xavier de Monteil), « Alaska, Champs de glace chaotiques » (titre original), tirage photomécanique collé sur planche, 17 x 23 cm, Paris, musée du quai Branly.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/3561/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende Fig. 6 : Georges de la Sablière (auteur de l’album : Xavier de Monteil), « Alaska. Campement de chasse, Baie de Takou » (titre original), tirage photomécanique collé sur planche, 17 x 23 cm, Paris, musée du quai Branly.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/3561/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Légende Fig. 7 : Georges de la Sablière (auteur de l’album : Xavier de Monteil), « In-to-nook, Sorcier de Juneau » (titre original), tirage sur papier albuminé, d’après plaque de verre, monté sur carton, 12 x 17 cm, Archives familiales de Christian de la Sablière, Domaine de Boutiguéry, Gouesnac’h.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/3561/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende Fig. 8 : Georges de la Sablière (auteur de l’album : Xavier de Monteil), « pêche aux saumons (alaska) » (titre original), tirage sur papier albuminé, d’après plaque de verre, monté sur carton, 12 x 17 cm, Paris, musée du quai Branly.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/3561/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M

Pour citer cet article

Référence électronique

Marine Pichard, « L’Alaska comme Ultima Thulé », Études photographiques, 33 | Automne 2015, [En ligne], mis en ligne le 16 mars 2016. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/3561. consulté le 22 novembre 2017.

Auteur

Marine Pichard

Marine Pichard a suivi une formation à l’Ecole du Louvre, en s’intéressant particulièrement aux Civilisations amérindiennes ainsi qu’à l’Histoire de la Photographie. Elle a rédigé un mémoire d’étude sur la création du BAL avant de se consacrer en 2013, à son mémoire de recherche, Photographies d’un voyage en Alaska, étude du fonds Xavier de Monteil, Musée du Quai Branly sous la direction de Dominique de Font-Réaulx et Michel Poivert. Elle poursuit actuellement ses recherches sur les photographies de la Jesup North Pacific Expedition (1897-1902) dans le cadre de la préparation de son projet de thèse.

Droits d’auteur

© Etudes photographiques