Navigation – Plan du site

Serge Chaumier, Anne Krebs, Mélanie Roustan (dir.), Visiteurs photographes au musée

Paris, La Documentation française, 2013, 320 p., ill. coul., 24 €.
Compte rendu par Yannick Vernet
Référence(s) :

Serge Chaumier, Anne Krebs, Mélanie Roustan (dir.), Visiteurs photographes au musée, Paris, La Documentation française, 2013, 320 p., ill. coul., 24 €.

Texte intégral

1Publié en 2013 par La Documentation française, Visiteurs photographes au musée fait preuve d’une démarche originale. Dans un contexte tendu depuis la décision en juin 2010 du musée d’Orsay d’interdire à ses visiteurs toute photographie des œuvres exposées, cet ouvrage dirigé par Serge Chaumier, Anne Krebs et Mélanie Roustan rassemble les contributions d’une trentaine de spécialistes, juristes, sociologues, anthropologues, philosophes, chercheurs en sciences de l’information et de la communication, mais aussi de photographes pour interroger la pratique de la photographie des visiteurs au musée. Il se compose de trois grandes parties – auxquelles s’ajoute une introduction des trois responsables de cette édition –, d’une conclusion d’André Gunthert, chercheur à l’EHESS, et d’une postface de Jacqueline Eidelman, chef du département de la politique des publics au sein de la direction générale des Patrimoines au ministère de la Culture et de la Communication.

2Dans la première partie de l’ouvrage, des avocats, juristes ou professeurs de droit spécialisés en droit du patrimoine culturel s’attachent à interroger la légitimité juridique de l’interdiction faite aux visiteurs de photographier dans les musées. En effet, aux justifications techniques, sécuritaires, économiques ou communicationnelles avancées par les institutions pour interdire la prise de vue photographique lors des visites s’ajoutent de nombreux arguments juridiques destinés à encadrer à la fois les pratiques de prise de vue in situ et l’utilisation ultérieure des clichés. Texte après texte sont démontés un à un ces arguments qui mobilisent des notions variées : pour la prise de vue in situ, la conservation des œuvres, la sûreté et le confort des visiteurs ; pour l’utilisation ultérieure des clichés, la propriété intellectuelle et la protection de l’image des biens. La conclusion de ces différentes analyses est sans appel : les musées ne peuvent légitimement interdire la réalisation de photographies dans leur enceinte que dans des circonstances très spécifiques et strictement délimitées, comme le notent Géraldine Salord ou Mélanie Dulong de Rosnay. Plus fort encore, certaines décisions administratives, analysées en détail par Annie Héritier, seraient tout simplement illégales.

3Pour lutter contre ces abus, certains usagers sont rentrés en résistance comme l’explique Bernard Hasquenoph, membre du collectif OrsayCommons et auteur du dernier texte de cette première partie. Les membres de ce collectif prônent l’amour des musées et de l’art, l’intérêt pour la photographie, le désir de partager la culture, la colère contre les institutions publiques qui s’approprient les œuvres alors qu’elles n’en sont que dépositaires, le refus d’un « musée mausolée, où les visiteurs circulent comme des robots dans les allées », l’envie d’un « musée vivant, en lien avec son époque ».

4La deuxième partie de l’ouvrage est consacrée aux pratiques photographiques des visiteurs et aux usages des photographies. Six textes éclairés nous permettent d’explorer de manière approfondie la variété des pratiques photographiques au sein des musées, d’en analyser le rôle dans l’expérience de visite et d’en explorer les usages. Les photographies prises par des visiteurs de musée n’ont pas de vocation artistique à visée professionnelle. Leurs usages se déploient de plus en plus fréquemment sur Internet, sous des formes à mi-chemin entre l’appropriation et la restitution, l’expression personnelle et la prise de parole publique. Ils se situent entre critique amateur et logiques touristiques.

5En effet, ainsi que le soulignent Sylvaine Conord et Irène Jonas, la pratique de la photographie fait partie des mœurs indissociables tant de l’activité touristique que des visites de musée. Elle permet à chacun de créer sa propre expérience afin de pouvoir, par l’action, dominer son environnement. La mise en scène ou l’opération photographique en elle-même sont l’expression d’une distanciation essentielle à la pratique culturelle. Cet acte photographique, comme le rappelle André Gunthert, intervient « comme un prolongement et une confirmation du regard ». Il est question ici du souvenir et de la prolongation du plaisir de regarder.

6L’approche ethnographique de Pierre Lannoy et Valentina Marziali dans l’observation des visiteurs du musée Autowworld à Bruxelles, mais aussi celle de Chloé Roubert autour de la pierre de Rosette au British Museum à Londres nous aident à comprendre la complexité de ces moments de capture visuelle dans ces lieux de pratiques où, d’une part, se tissent des relations entre un espace, des objets, des corps et des mouvements (de visiteurs) et, d’autre part, se construisent les processus d’appropriation à l’œuvre dans ce geste photographique et dans le partage des images.

7Blogs ou médias sociaux sont au cœur de ces nouveaux lieux de diffusion. Comme le développe Séverine Giordan, dans ces plates-formes médiatiques se jouent des équilibres entre écriture de soi et écriture pour les autres. Ces prises de vue ponctuent les événements de la vie de celle ou celui qui les prend et s’offrent alors aux réactions, conseils ou encouragements. La photographie du visiteur, publiée dans ces journaux « extimes », illustre la fiction de sa propre vie et devient un des éléments de construction de son identité. Devant l’importance de ces pratiques pour les visiteurs se pose la question de leur encouragement par les institutions culturelles.

8La troisième partie de l’ouvrage est consacrée aux exemples de prise en compte et d’intégration de la pratique photographique des visiteurs à des politiques d’établissement. Elle peut s’inscrire soit dans une logique de médiation, de communication ou de participation. En effet, les quelques exemples présentés ici nous montrent que la prise en compte de ces pratiques photographiques peut faire évoluer le rapport au patrimoine et aux institutions du patrimoine. Comme le précisent Émilie Flon et Dominique Trouche dans l’article qu’elles cosignent, la pratique photographique des visiteurs au sein du musée transforme significativement leur appréhension du discours de l’exposition. Elle serait un opérateur de médiation qui intervient directement sur le rapport aux objets, aux savoirs et au musée. Surfant sur les logiques participatives inhérentes au Web 2.0, certains musées offrent à leurs usagers des concours photographiques aux caractéristiques certes différentes (objets des collections, architectures des bâtiments, thématiques…), mais dont l’objectif, théorisé par Samuel Bausson, est commun : permettre au visiteur de trouver « sa » place dans un projet culturel commun.

9Même si certains établissements proposent encore des actions opportunistes sans grand intérêt dans une logique de chiffre, d’autres mettent en place depuis quelques années des projets très intéressants. C’est le cas du Muséum de Toulouse, comme l’explique Nathalie Casemajor Loustau dans son article. L’auteure y présente le projet Phoebus – en y montrant, d’une part, l’aspect normatif et les processus de reconnaissance et d’apprentissage à l’œuvre et, d’autre part, les modes de production et de circulation des photographies créées par les participants.

10Cet ouvrage ouvre la réflexion sur les usages actuels et souhaités de la photographie amateur au musée, dans la perspective d’un renouvellement des liens entre les musées et leurs publics. À ce titre, il s’achève sur une postface de Jacqueline Eidelman qui recontextualise la mise en œuvre de la charte des bonnes pratiques photographiques dans les musées et les monuments nationaux envoyée à l’ensemble des établissements publics et services à compétence nationale. L’objectif de cette charte est de concilier les logiques des établissements avec les attentes des publics. Bien qu’un long chemin reste encore à parcourir pour une reconnaissance totale de ces pratiques par les institutions culturelles, il faut saluer l’initiative de la Documentation française qui a décidé de publier cet ouvrage. Doté de très nombreuses notes et d’utiles références bibliographiques et webographiques, il invite à poursuivre le sujet. Sans doute moins pour s’interroger sur la controverse des pour et des contre que pour reposer les fondamentaux de ce que sont le domaine public, la diffusion de la culture et les modalités d’accès à cette culture.

Pour citer cet article

Référence électronique

Yannick Vernet, « Serge Chaumier, Anne Krebs, Mélanie Roustan (dir.), Visiteurs photographes au musée », Études photographiques, Notes de lecture, Avril 2015, [En ligne], mis en ligne le 07 mai 2015. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/3520. consulté le 18 novembre 2017.

Droits d’auteur

© Etudes photographiques