Navigation – Plan du site

La photo de famille et ses usages communicationnels

Analyse d’une demi-minute décisive
Richard Chalfen
Traduction de Jean-François Allain

Résumés

Publié en 1987, Snapshot Versions of Life est rapidement devenu un classique. Rédigé par l'anthropologue Richard Chalfen, il propose une ethnographie de la "culture Kodak", autrement dit des pratiques photographiques et cinématographiques amateur dans les Etats-Unis des années 1970-1980. Prenant au sérieux le récit de l'histoire familiale mis en scène au sein des foyers, Chalfen ne se limite pas à ses apparences stéréotypées. Interrogeant aussi bien les injonctions issues des publicités que les événements absents de l'album, il montre que les images privées recèlent des informations cruciales sur la construction des individus et sur leur vision de la société. Depuis l'essor d'internet et des réseaux sociaux, les travaux de Richard Chalfen font retour, et proposent un guide précieux pour l'étude des pratiques visuelles en ligne.

Notes de la rédaction

Publié en 1987, Snapshot Versions of Life (Bowling Green State University Popular Press) est rapidement devenu un classique. Rédigé par l’anthropologue Richard Chalfen, il propose une ethnographie de la « culture Kodak », autrement dit des pratiques photographiques et cinématographiques amateurs dans les états-Unis des années 1970-1980. Pendant de l’étude sociologique dirigée par Pierre Bourdieu en France dans les années 1960 (Un art moyen, Minuit, 1965), l’ouvrage de Chalfen la contredit sur plusieurs points. Son approche anthropologique lui permet de prendre au sérieux le récit de l’histoire familiale mis en scène au sein des foyers, sans se limiter à ses apparences stéréotypées. Interrogeant aussi bien les injonctions issues des publicités que les événements absents de l’album, il montre que les images privées recèlent des informations cruciales sur la construction des individus et sur leur vision de la société. Depuis l’essor d’internet et des réseaux sociaux, les travaux de Richard Chalfen font retour et proposent un guide précieux pour l’étude des pratiques visuelles en ligne. Son œuvre n’a jamais été traduite en français. études photographiques propose ci-dessous la traduction du quatrième chapitre de Snapshot Versions of Life (« Snapshot Communication : Exploring the Decisive Half Minute », p. 70-99), publié avec l’aimable autorisation de l’auteur.

Texte intégral

Fig. 1. Photographie amateur, États-Unis, 1967, coll. part.

1Quand on étudie les photos de famille et leurs usages communicationnels de la même façon que les films amateurs, deux constats s’imposent. On remarque d’abord des similarités du point de vue du choix des participants, des décors et des sujets, ainsi que certains éléments de code, malgré les différences entre image fixe et image animée. La structure et la série des opérations (planification, édition, etc.) sont également similaires. En général, les comportements associés coïncident : les injonctions amicales à sourire ou à dire « cheese » font écho aux invitations à « bouger » ou à « faire quelque chose ».

  • 1 En anglais, « America’s Storyteller ». Certaines publicités récentes à la radio et à la télévision (...)

2Par ailleurs, les guides et les manuels donnent le même type de conseils ou de mises en garde. Les prescriptions sur le contenu des images sont peu ou prou les mêmes. Celles qui concernent les films vont naturellement privilégier le mouvement et l’action, mais, dans tous les cas, on incite photographes et cinéastes amateurs à raconter une histoire et à produire des séquences d’images. On pense immédiatement aux publicités de Kodak, qui se voulait le « conteur d’histoires de l’Amérique1 ». Or, les albums de famille révèlent la réticence des photographes à créer des récits visuels, comme si le récit lui-même restait dans la tête du photographe et ne pouvait être présenté que par voie orale lors du visionnage. Dans ce cas, le contexte réanime des détails importants ; l’histoire à proprement parler n’apparaît pas dans les albums ou à l’écran, elle n’est pas « racontée » par les images. On peut dire qu’une image « vaut mille mots », non pas parce que les photos de famille disent quelque chose, mais parce qu’elles font parler les gens.

Fig. 2. Guide Kodak, France, v. 1950, coll. Musée français de la photographie, Bièvres.

  • 2 Rappelons que ce qui est dit ici ne s’applique pas à toutes les personnes appartenant aux classes m (...)

3Le désir de Kodak de « raconter l’histoire de l’Amérique » fournit un point de départ intéressant pour repenser la notion d’histoire sous l’angle de vies individuelles ponctuées de moments importants enregistrés sous forme d’images. La question pourrait se poser en ces termes : à quel moment, dans le cours d’une vie, un Américain blanc issu des classes moyennes est-il invité à figurer sur une photo de famille ? Autrement dit, entre la naissance et la mort, quels contextes, environnements, thèmes, événements et activités provoquent le désir de figer un instant dans une photo que l’on pourra regarder plus tard en famille2 ?

Les approches de la photo de famille

4Pratiquement tous les Américains, semble-t-il, apparaissent sur des photos de famille ou prennent eux-mêmes des photos. En analysant l’immense popularité de ce moyen d’expression, Alan Coleman écrit :

  • 3 Cf. Allan D. Coleman, « Autobiography in photography », Camera 35, 19 (8), 1975, p. 34.

« Aujourd’hui, des milliards de photos sont développées commercialement chaque année dans les seuls États-Unis. La plupart de ces images finissent dans des albums et dans des boîtes à chaussures. […] On les prend, on les aime, on les examine, on vit avec et on les transmet. En tant qu’objet familial, l’album de photos est si omniprésent et tellement intégré dans la vie de notre société qu’il paraît étonnant, voire choquant, d’apprendre que quelques rares familles – les Nixon par exemple – n’ont pas d’album de famille. Rares aussi sont les personnes qui ne figurent pas sur des dizaines, voire des centaines de photographies3. »

Fig. 3. Publicité Kodak pour le Retina Reflex iv, Italie, v. 1960, coll. Musée français de la photographie, Bièvres.

5La photo amateur, souvent prise sur le vif – ce que l’on appelle snapshot en anglais –, est définie de diverses manières et appréciée pour différentes raisons. On a peu écrit sur le cinéma familial, mais il n’en est pas de même de la photographie amateur. De ce point de vue, il me paraît important de distinguer les contextes publics et les contextes privés dans lesquels apparaissent les photos amateurs et leurs variantes, et d’envisager la question sous le double angle de la technique et de l’art populaire.

La question technique

  • 4 Cf. Steven Halpern, « Souvenirs of experience : The Victorian studio portrait and the twentieth cen (...)

6L’apparition de la photo amateur présuppose naturellement l’existence de technologies appropriées. Steven Halpern note qu’en 1850 « la vie familiale ordinaire n’est pas reconnue comme un sujet légitime pour la photographie, et l’on n’est pas prêt à admettre que les premières images, réalisées avec des appareils encombrants, puissent s’écarter des conventions iconographiques acceptées. Il faudra attendre trente ans pour que les progrès techniques et l’idéalisation de la famille nucléaire permettent à la photo amateur de trouver sa place4 ». Pour autant, la photographie a servi à des fins de communication visuelle privée dès l’invention des procédés photographiques vers 1839.

  • 5 Cf. Paul Strand, « Interview », in J. Green (dir.), The Snapshot, op. cit., p. 47, 49.
  • 6 Cf. Lisette Model, sans titre, in J. Green (dir.), The Snapshot, op. cit., p. 6.

7Dans certaines définitions de la photo amateur, l’équipement est un élément pertinent. Le photographe Paul Strand explique que : « L’instantané […] est plus ou moins synonyme d’appareil que l’on tient à la main. […] Si l’on demande : “Quand une photographie est-elle un instantané ?”, on pourrait dire qu’elle l’est quand il faut arrêter le mouvement5. » Mais Lisette Model va à l’encontre de ce point de vue : « On peut, explique-t-elle, réaliser des instantanés avec n’importe quel appareil : de vieux appareils, des appareils neufs, des chambres, des Instamatic et des Nikon6. » Rappelons qu’il est possible de prendre des photos sur le vif avec une camera obscura et un Polaroïd aussi bien qu’avec un Leica ou un Hasselblad, plus sophistiqués et plus coûteux. Un appareil grand format ou un Photomaton peuvent également faire l’affaire. Disons cependant que, le plus souvent, le photographe amateur utilise des appareils peu complexes et peu coûteux.

  • 7 Pour une brève analyse de l’« organisation esthétique » de l’instantané, par opposition au portrait (...)

8La question posée par Strand concernant l’arrêt du mouvement est d’ordre esthétique et stylistique, et elle renvoie aux différences entre les capacités d’un appareil de studio et celles d’un appareil que l’on a en main7. Les études consacrées aux « instantanés » font ressortir un trait stylistique particulier : l’idée d’une image prise sur le vif, dans l’instant, à la hâte, sans réflexion préalable. En anglais, le mot snapshot est d’abord un terme de chasse :

  • 8 Cf. J. Green, « Introduction », The Snapshot, op. cit., p. 3.

« Depuis 1860, date où sir John Herschell emploie pour la première fois cette expression cynégétique pour l’appliquer à la photographie, le mot « snapshot » est un terme mal défini, équivoque, énigmatique8. »

  • 9 Cf. John Kouwenhoven, « Living in a snapshot world », in J. Green (dir.), The Snapshot, op. cit., p (...)

« […] la première utilisation connue du mot se trouve dans le journal d’un chasseur anglais […] qui, en 1808, note que presque tous les oiseaux qu’il a tués l’ont été à la suite d’un “snapshot”, c’est-à-dire d’un tir spontané, irréfléchi9. »

9Néanmoins, toute personne ayant jeté un coup d’œil à un album de famille ou observé un photographe amateur comprend que la majorité de ces images sont le fruit d’une « réflexion » considérable. Pour une photo de famille comme pour une photo touristique, le photographe met en scène son sujet ou fait en sorte d’inclure dans sa composition un élément important du contexte.

10Kouwenhoven fait toutefois une observation qui ne va pas exactement dans le sens de cette remarque :

  • 10 Ibid., p. 106.

« Les instantanés sont surtout des photographies prises rapidement, avec un minimum de mise en scène de la part des personnes représentées et de réflexion de la part du photographe dans le choix du point de vue et du cadrage10. »

11John Kouwenhoven a raison si l’on prend comme référence la réflexion menée par le photographe professionnel pour réaliser des photos de mode, des portraits en studio ou des photos commerciales, mais il convient de distinguer cette réflexion d’ordre « artistique » de celle – purement sociale – dont fait preuve l’auteur d’une photo de famille. Dans le premier cas, il s’agit de réaliser une composition esthétique, d’effectuer des cadrages et des recadrages, de mettre en place un éclairage approprié, etc. ; dans le second cas, le photographe se demande qui doit figurer (ou pas) sur la photo, qui doit être à côté de qui, dans quel décor, etc. Pour un portrait, le photographe professionnel peut vouloir faire ressortir le « meilleur côté » du sujet ; le photographe amateur – dans sa perspective plus sociale qu’artistique – attend qu’une personne arbore un sourire, fasse un signe amical ou, plus simplement, qu’elle ait « l’air bien ».

Fig. 4. Photographie amateur, États-Unis, coll. part.

Une forme d’art populaire

12Les caractéristiques esthétiques et l’immense popularité de la photo de famille en tant que genre ont conduit certains auteurs à y voir une forme d’art populaire. En 1944, Willard Morgan, directeur du département de la photographie au Museum of Modern Art à New York, organisait une exposition intitulée « The American Snapshot ». Il explique dans le catalogue :

  • 11 Cf. Willard Morgan, « Snapshot anniversary », Popular Photography, octobre 1974, p. 28. Bruce Downs (...)

« En vérité, l’instantané est devenu un art populaire, spontané, qui n’exige pratiquement aucun effort et qui est pourtant un puissant mode d’expression. C’est un art honnête, d’abord parce que le domaine naturel de l’appareil photo est le monde des choses telles qu’elles sont, ensuite parce qu’il est plus difficile de réaliser une image non fidèle qu’une image fidèle. L’art populaire de l’appareil photo est d’abord et avant tout spontané ; ce peut être une forme importante d’expression de soi-même, mais la personne qui prend la photo ne pense pas en ces termes. Elle la prend simplement parce qu’elle en a envie11. »

Fig. 5. Publicité Kodak pour le Retina i et ii, France, v. 1950, coll. Musée français de la photographie, Bièvres.

  • 12 Cf. Richard Christopherson, « From folk art to fine art », Urban Life and Culture, 3 (2), 1974, p.  (...)

13Ailleurs, Richard Christopherson tente d’établir une distinction entre les photographes qui pratiquent l’un des beaux-arts et les praticiens d’un art populaire. Il dit des seconds : « Prendre des photos, regarder des photos, participer au processus photographique sont des opérations qui touchent à pratiquement tous les domaines de notre vie privée. […] Du point de vue du nombre des participants, c’est peut-être le plus grand art populaire de tous les temps12. » Indirectement, il attire l’attention sur la participation du photographe amateur à un processus de production « artistique » et évoque la dimension communicationnelle de cet art.

Fig. 6. Manuel photo, v. 1960, États-Unis, coll. Musée français de la photographie, Bièvres.

14Pour ces auteurs, toutefois, la notion d’art populaire reste vague. D’abord, pourquoi cette « matière photographique » devrait-elle être considérée comme un art ? Ce point de vue conduirait en effet à exclure des pans importants de cette pratique photographique. Dans l’avant-propos des auteurs de American Snapshots (1977), Ken Graves et Mitchell Payne font le commentaire suivant :

  • 13 Cf. Ken Graves, Mitchell Payne, American Snapshots, Oakland, CA, The Scrimshaw Press, 1977, p. 7. O (...)

« […] quand on feuillette les albums de nos parents et de nos grands-parents, certaines images retiennent notre attention. Elles dépassent l’ordinaire et possèdent une intégrité et une vie propres ; on se dit qu’elles pourraient exister en dehors d’un album de famille. […] Nous avons recherché celles qui constituaient en soi des manifestes visuels, qui n’avaient besoin ni d’explications ni de rationalisation. En nous fondant sur notre intuition et notre sensibilité, nous avons sélectionné celles qui présentaient cette dimension extraordinaire13. »

15Mais l’étude de la culture Kodak ne porte pas uniquement sur les quelques exceptions qui dépassent les limites de l’ordinaire ; elle s’intéresse aussi à la nature de ces limites. Son propos n’est donc pas de glorifier les images exceptionnelles qui ont une valeur propre mais de mieux comprendre la majorité des photos « ordinaires » dans le contexte social des systèmes de communication humains.

16Beaucoup de gens seraient d’accord pour dire qu’un instantané ou une photo de famille a une « apparence » particulière dans son esthétique et dans sa technique de production, même si ces caractéristiques demeurent secondaires. Pour bien comprendre la culture Kodak, il faut examiner la construction sociale de cette apparence et, en second lieu, le contexte dans lequel elle est vue et interprétée. Les aspects techniques, esthétiques ou formels ne sont pas sans importance, mais ils ont déjà été bien étudiés, ce qui n’est pas le cas des aspects socioculturels.

  • 14 Cf. Henry Glassie, Pattern in the Material Folk Culture of the Eastern United States, Philadelphie, (...)

17Il serait plus pertinent pour notre propos de considérer les photographies, films et vidéos de famille comme relevant de ce que l’on appelle la culture matérielle (catégorie assez large dans laquelle entre l’art populaire), qui englobe, selon le folkloriste Henry Glassie, « les segments de l’apprentissage humain qui fournissent à une personne des plans, des méthodes et des raisons de produire des choses qui peuvent être vues et touchées14 ». Nous défendrons l’idée que les composantes matérielles tangibles de la culture Kodak sont le résultat de plans, de méthodes et de raisons qui, souvent, demeurent implicites mais qui font néanmoins partie intégrante des cycles de la vie humaine.

Les photos qui ponctuent le cycle de la vie

  • 15 On trouvera un exemple extrême de cette utilisation de la photo dans « Blacks being photographed fo (...)

18Quand on examine l’histoire d’une vie en images, on se rend vite compte que le fait d’apparaître en photo est tantôt choisi, tantôt obligatoire, voire imposé par des réglementations officielles. C’est le cas des photos d’identité sur un passeport, un permis de conduire ou une carte d’étudiant, ou sur le badge que portent les employés, les militaires ou les personnels hospitaliers15. On demande aux personnes ordinaires d’avoir en permanence sur elles jusqu’à quatre ou cinq de ces photos.

19D’autres photos répondent à une pression sociale plus que juridique, comme la plupart des photographies de groupe – à l’école (photo de classe), en colonie de vacances, dans la pratique sportive (photo de l’équipe) ou lors d’un voyage en groupe – et celles qui figurent dans les « trombinoscopes ». Dans ce cas, l’obligation est purement sociale : il serait mal vu de « ne pas jouer le jeu » ; un refus obstiné serait considéré comme une attitude asociale ou anormale.

20Notre étude de la culture Kodak porte donc sur l’apparition consentie des personnes sur des photographies, avec cette réserve des pressions qu’impose à cet apparent consentement le contexte social et culturel de la communication familiale.

21Là encore, quelques questions simples peuvent nous orienter : qu’est-ce qui figure réellement sur les photos ? Quels préjugés sociaux et culturels interviennent dans cette « documentation » relative à la vie d’une personne ? Nous examinerons par conséquent la séquence des images et leur organisation en catégories d’albums (ou boîtes de diapositives), et nous nous demanderons quel sens il faut donner au fait de figurer en photo dans le contexte de la société américaine. Une approche aussi détachée et objective que possible nous permettra d’établir une cartographie humaine des collections de photos, c’est-à-dire de mieux définir la manière dont une personne – entre le moment de sa naissance et celui de sa mort – figure sur certaines images, et comment cela va donner à sa vie une dimension iconographique et symbolique.

La prime enfance

  • 16 Dans Sur la photographie (1977), Susan Sontag fait référence sans le mentionner aux conclusions com (...)

22Commençons au début : la naissance d’un enfant. Des études de marketing ont mis en évidence que deux événements importants motivent plus particulièrement l’achat d’un appareil photo : la naissance d’un enfant et un départ en vacances. Divers auteurs, dont Augustus Wolfman, spécialiste des phénomènes de consommation, montrent que les couples mariés avec enfants sont deux fois plus nombreux à posséder et à utiliser un appareil photo que les couples sans enfant16. Mais quand, où et dans quelles circonstances le nouveau-né est-il photographié pour la première fois ?

23Les premières images d’un nouveau-né sont le plus souvent prises à travers les vitres de la pouponnière de la maternité, généralement quand le bébé dort dans son berceau. Ce cadre particulier donne le ton des images qui vont suivre : lavé et emmailloté par les infirmières, le bébé est prêt à être « exposé » en prévision des visites que feront bientôt les membres de la famille, les proches et les amis.

  • 17 Je remercie Eric Michaels, qui m’a adressé un article de journal intitulé « Camera Angles », par Ir (...)

24La plupart des hôpitaux autorisent l’utilisation d’appareils photo, mais il existe au moins un hôpital, au Texas, qui interdit les photographies amateurs, réservant les prises de vue à un photographe professionnel rémunéré17. C’est une variation sur le thème du « vendeur d’images » que l’on observe autour des sites touristiques, monuments historiques et autres lieux très fréquentés.

25Les attitudes sociales influent sur la nature des photos qui sont prises. Certains parents estiment que la maternité d’un hôpital n’est pas le lieu idéal pour célébrer dignement le commencement de la vie. Mais dans la mesure où les pères participent de plus en plus activement à la mise au monde de leur enfant (à quoi s’ajoute la généralisation des méthodes d’accouchement naturel), il est plus facile de photographier le moment même de la naissance. Un parent décrit ses sentiments dans les termes suivants :

  • 18 Cf. Lonnie Schlein, « Photographing the birth of your own velebrity », New York Times, 31 octobre 1 (...)

« J’ai trop aidé ma femme dans ses exercices de respiration pour prendre la moindre photo et, de toute façon, qui veut photographier sa femme au moment des douleurs de l’enfantement ? […] Je suis tenté de demander à l’infirmière de cacher mon appareil photo jusqu’à ce que tout soit terminé, mais je continue de penser à la naissance de mon enfant et à mon désir d’en garder une image. […] Mais l’idée même de photographier cette naissance me fait peur ! La nature ne me laissera peut-être pas le temps de faire la mise au point et de trouver la bonne ouverture ou la bonne vitesse, et je crains de manquer quelque chose si j’ose regarder à travers mon objectif […] 17 h 58. Ma fille est née ! Clic-clac. Mon Nikon réagit. […] Ma fille est maintenant toilettée et prête à vivre sa première expérience dans les bras de sa mère. Clic-clac ! Le Nikon enregistre l’événement18. »

26L’auteur de ce texte tient à ajouter que les maternités qui pratiquent la méthode Lamaze en dehors de New York n’autorisent pas que l’on photographie la naissance d’un enfant. L’administration hospitalière invoque le risque de problèmes juridiques ; les médecins estiment que la présence d’un appareil photo peut être une source de distraction ou créer une « ambiance de cirque ». Mais j’ai idée qu’à la suite de l’utilisation accrue de la vidéo dans les interventions chirurgicales, les hôpitaux mettront bientôt en place des moyens de filmer les naissances ; les parents pourront ensuite acheter une copie de la vidéo pour la visionner chez eux.

27En attendant cette éventuelle évolution, il semble que la plupart des couples choisissent comme point de départ de la vie en images le nouveau-né endormi dans la pouponnière de la maternité. On préférera toujours des enfants propres et calmes à des enfants sales et qui pleurent, et le sang est généralement exclu des photos de famille. Quoi qu’il en soit, la photographie trouve très tôt sa place dans la vie d’un individu.

Fig. 7. Photographie amateur, États-Unis, coll. part.

28Il est courant aussi de photographier la mère dans sa chambre d’hôpital au moment où on lui apporte son bébé, qu’elle va enfin pouvoir tenir dans ses bras, nourrir ou découvrir. C’est un moment intéressant, car, en temps normal, les patients hospitalisés ou les chambres d’hôpital ne donnent guère lieu à des photographies. Cet événement particulier fait exception, n’étant pas soumis à ces restrictions tacites. C’est également l’une des rares occasions où un adulte est photographié dans son lit. Bien qu’hospitalisée, la mère n’est pas triste ni malade ; elle est considérée comme heureuse et bien portante, et directement concernée par cette nouvelle relation personnelle et sociale d’une extrême importance. Autant de conditions qui encouragent la prise de vue. (La situation serait vraisemblablement différente si l’accouchement s’accompagnait de complications médicales.)

29Les premiers jours et les premières semaines de la vie d’un bébé sont marqués par des moments à haute valeur symbolique. Quand le bébé arrive à la maison, par exemple, on photographie la mère qui sort de la voiture, son bébé dans les bras, regagnant son domicile. Ce moment est d’autant plus important qu’il s’accompagne d’une série de « premières fois » : la découverte du bébé par les éventuels frères et sœurs, le premier regard porté sur lui par les membres de la famille élargie. De même, l’image du grand-père ou de la grand-mère qui porte le nourrisson présente pour les participants une énorme valeur personnelle, sentimentale et sociale.

  • 19 On trouvera plusieurs exemples de ce genre d’images dans Christopher Musello, « Family photography  (...)

30Le type de photo le plus courant dans les albums et les collections que nous avons étudiés met en scène les relations familiales. Sur le mode du portrait frontal face à l’objectif, on y voit généralement des parents (grands-parents, arrière-grands-parents et autres proches) tenant le bébé devant la maison, souvent sur fond d’arbustes ou de buissons fleuris19. La photographie est généralement de plein pied ou en plan large, et les deux participants regardent frontalement l’objectif. Ce genre d’image illustre à la fois des liens de parenté (notamment intergénérationnels), un certain rapport aux lieux et aux biens acquis, et des préférences esthétiques.

  • 20 Cf. William M. Ivins Jr, Prints and Visual Communication, Cambridge, MA, Harvard University Press, (...)

31Un facteur intéressant est le fait que ces images intergénérationnelles prennent de la valeur avec le temps. Les grands-parents et les parents décèdent, et certains enfants ne se souviennent pas d’avoir personnellement connu leurs grands-parents, tantes ou oncles. Or, la photographie apporte la preuve que cette rencontre a bien eu lieu, et que la proximité physique entre ces personnes a bien existé. Ensuite, selon plusieurs personnes interrogées, ces photographies structurent et maintiennent le souvenir d’événements oubliés. On rappellera cette remarque souvent citée de William M. Ivins, à savoir que « l’événement tel qu’il est rapporté et accepté est plus important que l’événement lui-même, car nous réagissons au récit symbolique et non à la réalité des faits20 ». En ce sens, « l’événement rapporté et accepté » (et tacitement reconnu comme tel) est, par exemple, la photographie d’un bébé et de sa grand-mère ; de plus, en l’absence de tout autre description venant compléter l’image, la photographie est la seule trace qui subsiste de l’événement.

32Durant les tout premiers mois de la vie, les bébés sont une cible de choix pour les Instamatic, Polaroïd et autres appareils photo ou vidéo. Certains parents veillent à ce que leur appareil soit toujours prêt pour le premier sourire ou le premier biberon. Parmi les autres sujets de choix, citons l’enfant dans son beau pyjama, installé pour manger dans sa chaise pour enfants, tendant la main pour attraper un jouet, tenant le doigt d’une personne, etc. Le bain est aussi un sujet apprécié, à condition que le bébé ne pleure pas trop ou ne manifeste pas d’angoisse, car on n’aime guère les expressions de tristesse ou de détresse. Et dès qu’un enfant commence à sourire, on préférera les visages souriants à tout autre.

33Les photographies de pleurs peuvent néanmoins être intéressantes car leur rareté les relie à d’autres moments de faiblesse apparaissant ailleurs dans l’album ou la collection. Une série de clichés typiques compte de nombreuses images de bébés à l’expression déformée par les pleurs, mais cette représentation semble enfreindre la norme du bonheur ambiant qui domine dans les albums. L’existence d’exceptions serait une façon de rappeler que certains moments sont plus difficiles que d’autres, et que « ce n’est pas si grave après tout », que cela ne dure pas. On ne photographie pas un nourrisson ou un enfant quand il est malade ou quand il faut l’emmener chez le pédiatre ou l’hospitaliser d’urgence. Les rares photos de bébés qui pleurent doivent donc être interprétées comme des situations occasionnelles et bénignes. Lorsque l’enfant est réellement souffrant, nous ne le voyons pas dans l’album de famille.

34La représentation de la mère qui s’occupe de son bébé donne lieu à certaines restrictions. On accepte généralement le nourrisson qui tète son biberon, mais beaucoup moins celui qui tète le sein de sa mère. Plusieurs personnes ont eu du mal à en expliquer les raisons, se contentant de dire : « Je ne mettrais pas ça dans mon album, […] l’allaitement est une affaire privée. »

35Les parents photographient activement l’enfant qui grandit et les moments importants de la vie privée de la famille, mais sur le plan « semi-public », les grands événements ont rapport avec son développement spirituel. Une grande attention est portée au bébé entre deux et six semaines lors de la cérémonie du baptême. Une documentation photographique est alors requise, quitte à engager un photographe professionnel. Le plus souvent, toutefois, ce sont les amis et les proches qui prennent les choses en main. Il arrive que l’on photographie la cérémonie à l’église, mais plus généralement, on se contente du rassemblement devant l’église ou de la fête suivant l’office religieux. Certains prêtres ou pasteurs interdisent l’usage de l’appareil photo durant la cérémonie, mais acceptent de simuler ensuite ce moment crucial.

36Des familles consacrent fièrement des albums entiers au baptême d’un enfant. Négliger cet aspect peut être mal vu, comme l’explique la mère d’un enfant récemment baptisé :

  • 21 Merci à Barbara Lankford de m’avoir indiqué ce témoignage.

« Ma cousine Lynn était contrariée […], car aucune photo n’a été prise du baptême. Nous avons eu le sentiment d’avoir raté quelque chose parce que nous n’aurons rien à montrer à son bébé plus tard comme “preuve de ce qui a eu lieu”. Les photographies n’enrichissent pas la dimension religieuse du baptême, mais tout de même, c’est important21. »

37Dès l’âge de six semaines, un enfant peut être photographié par des étrangers à la famille. La photographie de bébés devient même une institution : ainsi, certains marchands de couches attirent les futures mères en leur promettant deux tirages en couleurs gratuits (de format 13 x 18 cm) du nouveau-né. Quand on observe les photographes spécialisés à l’œuvre, on constate que la routine est bien huilée et obéit à des règles strictes. Certains vont de famille en famille pour prendre une série de douze vues correspondant à des poses prédéfinies (avec les accessoires appropriés), le tout en moins de trente minutes, ce qui leur permet de photographier au moins dix bébés par jour ouvré.

38Pour prendre un exemple personnel, notre seconde fille, Claire, a été photographiée par un professionnel travaillant pour un fabricant de couches. La mère de Claire a refusé poliment – puis moins poliment – la pose du bébé « avec la couverture sur la tête », mais le photographe a répondu qu’il risquait de se faire licencier s’il rentrait au studio sans cette image.

39Cette réponse est symptomatique de l’importance sociale de ce type de photo. La différence entre ce qui est nécessaire et ce qui est communément admis se fait sentir. Les parents et les enfants pourraient survivre sans cela, mais l’incapacité de présenter ces images symboliques du début de la vie paraîtrait socialement inappropriée, et même suspecte. Citons l’exemple révélateur de cette jeune fille de vingt ans qui a traversé une crise psychologique en apprenant que ses parents n’avaient pas de photos d’elle enfant, au point qu’elle a douté de sa relation biologique avec son père et sa mère.

  • 22 Rappelons ici les propos de l’anthropologue Edmund Carpenter : « Un portrait photographique, quand (...)

« Quand j’étais petite, mes parents n’étaient pas tellement riches et ils n’ont donc pas pris beaucoup de photos de moi ; en revanche, ils en avaient beaucoup de mon frère aîné. Sans doute la naissance d’un premier enfant apporte-t-elle plus de joie ? En tout cas, je ne voyais pas de photos de moi toute petite : ma grand-mère les avait empruntées et, sa maison ayant brûlé, elles étaient parties en fumée. J’ai vraiment pensé que j’étais une fille adoptive, car mon certificat de naissance avait disparu aussi. J’ai posé la question à mes parents, qui ont ri ; aucun de nous deux n’avait été programmé ; alors, pourquoi auraient-ils adopté un enfant ? Je ne les ai pas crus jusqu’à ce que l’on retrouve mon certificat de naissance. […] L’absence de photos donne l’impression de ne pas avoir été voulu ; quand on voit des milliers de photos des frères et aucune de soi, on commence à se poser des questions22. »

40Ce témoignage montre à quel point les premières photos peuvent prendre un caractère attendu, et même obligé, au point d’apparaître comme une preuve légitime – au même titre qu’un certificat de naissance – de son appartenance à une famille.

Les premiers pas de l’enfant

41Une variété de changements visibles intervient pendant la petite enfance. Les thèmes privilégiés restent les premiers succès, et la photographie est là pour les enregistrer : le bébé se retourne pour la première fois, marche à quatre pattes, il perce sa première dent, et, bientôt, arrive à se tenir debout. Là encore, l’accent est mis sur les changements visibles et marquants du développement de l’enfant.

42Ces moments de l’enfance se prêtent à la photographie, la vie à la maison convient tant pour le cadre que pour les thèmes, mais tous les aspects de la vie familiale sont-ils appropriés ? Les lieux dans lesquels le bébé, l’enfant ou l’adultes sont photographiés méritent attention : le jardin, l’allée devant la maison ou les marches du perron pour les scènes extérieures, et, pour les scènes intérieures, le salon, la cuisine et la chambre d’enfant sont fréquemment représentés. Les tout jeunes enfants apparaissent souvent dans une sélection plus large de lieux que les adultes. Il semblerait que le choix de lieux de prise de vue diminue à mesure que le modèle grandit.

43La salle de bains est ainsi une zone intéressante : la baignoire est utilisée pour photographier les très jeunes enfants. En revanche, les toilettes sont un cadre plus inhabituel : l’image d’un enfant faisant « sa grosse commission », le derrière à l’air sur une cuvette de toilettes est un sujet socialement limité. L’affiche intitulée « Efforts », réalisée à partir d’une photographie de 1929 représentant un bébé nu assis sur un pot de chambre, a eu un certain succès, parce qu’elle brisait les codes d’une manière acceptable. Quand des parents choisissent ce genre de sujet, c’est dans une intention humoristique, avec l’idée qu’une telle photographie ne sera plus possible quand l’enfant sera grand.

44La première année de la vie d’un enfant trouve son aboutissement dans les nombreux clichés pris pendant le « premier anniversaire ». Même si des photos ont été prises « à une semaine », « à un mois », « à six mois », le premier anniversaire prend une tout autre dimension. On photographie le gâteau, les cartes de vœux, les bougies, les nouveaux jouets, la famille et les amis, etc. On autorise l’enfant à « manger salement » et on le prendra en photo les mains pleines de gâteau, comme une célébration de comportements qui ne seront plus acceptables plus tard. C’est aussi une façon d’introduire dans l’album un intermède comique.

45Les photographies de la première année de la vie sont parfois si nombreuses que les parents peuvent y consacrer un album entier, sans compter que l’enfant est souvent photographié en outre lors d’événements concernant d’autres membres de la famille : anniversaires de proches, fêtes civiles ou religieuses, réunions de famille, etc., sont autant d’occasions offrant une parfaite excuse et des conditions idéales pour photographier le jeune enfant. À la fin de la première année, certains motifs récurrents sont établis.

Fig. 8. Photographie amateur, États-Unis, 1965, coll. part.

  • 23 Cf. Augustus Wolfman, The 1978-1979 Wolfman Report on the Photographic Industry in the United State (...)
  • 24 On trouvera une collection de cartes de Noël avec photos personnelles, couvrant une période de quar (...)

46Par la suite, le rythme se ralentit quelque peu, mais l’enfant qui grandit continue de figurer régulièrement sur les photos, spécialement à l’occasion de fêtes comme Noël et Hanoukka. Selon The Wolfman Report, les records de ventes de pellicules se situent la veille de Noël, l’avant-veille arrivant en seconde position23. Certains parents créent des cartes de Noël comportant la photo du nouveau membre de la famille : c’est une façon d’annoncer une bonne nouvelle et, en même temps, d’adresser ses vœux pour la Nouvelle Année24. Exceptionnellement, des « timbres-photos » viennent décorer l’enveloppe. Eastman Kodak et Fotomat font de la publicité pour des cartes de Noël avec photo accompagnées d’un texte du genre : « La famille Rogers vous souhaite un Joyeux Noël ». Il n’est pas rare que l’animal domestique (souvent le chien) figure sur la photo de famille, juste à côté des jeunes enfants, et, en revanche, que les parents s’excluent de l’image. Un homme explique par exemple qu’il lui paraîtrait prétentieux de figurer sur la carte avec sa femme, mais que tout le monde apprécierait de voir les enfants. C’est une façon intéressante de mettre en avant sa famille tout en restant soi-même en retrait.

47La carte de Noël photographique permet d’étendre indirectement le public d’une photo de famille. Créée par un membre de la famille, elle est reproduite professionnellement pour une diffusion auprès de la liste des destinataires habituels des vœux, soigneusement sélectionnés dans un réseau familial et affectif : elle touche les proches, mais aussi des voisins, des amis, de vieilles connaissances et, quelquefois, des collègues de travail, autrement dit des personnes qui, normalement, ne seraient pas considérées comme faisant partie de la famille au point de figurer dans un album, ou qui sont même totalement étrangères au cercle familial. Ainsi, la carte avec photo devient une invitation indirecte à participer temporairement à l’exercice de communication familiale.

Fig. 9. Photographie amateur, États-Unis, v. 1960, coll. part.

  • 25 Dans un article intitulé « Twenty Years on Santa’s Knee », le magazine Life a publié deux pages de (...)

48Parfois, les institutions pénètrent dans le foyer et le foyer pénètre dans les institutions. Un exemple d’institutionnalisation de l’image familiale consiste à faire figurer le jeune enfant à côté d’un « personnage célèbre », le Père Noël notamment. Dans les grands magasins, il est clair que les photographes professionnels ont préparé la mise en scène pour réaliser des photos standardisées et peu coûteuses de l’enfant sur les genoux de « papa Noël ». Ces images, fréquentes dans les albums de famille25, préfigurent le thème de l’enfant rencontrant diverses « célébrités », qu’il s’agisse de personnalités des médias ou de parents éloignés ayant réussi dans la vie, de clowns ou de grands noms du sport, ou encore, dans un autre registre, d’indigènes dans des lieux touristiques exotiques. Ce thème est abondamment développé dans la collection d’instantanés de la famille.

  • 26 On trouvera des exemples dans C. Musello, « Studying the home mode. An exploration of family photog (...)

49Noël se prête naturellement à de nombreux moments heureux ; les scènes d’ouverture et de présentation des cadeaux le matin de Noël en font partie26. Le but du jeu est alors de saisir le premier regard d’un enfant qui découvre un jouet, ses expressions de surprise, d’excitation et de plaisir dans l’acquisition d’un objet désiré. Les scènes d’étrennes sont intéressantes parce qu’elles rompent à plusieurs titres avec les normes habituelles. On y voit des adultes en pyjama, en robe de chambre ou en peignoir, ébouriffés ou mal réveillés. En outre, le salon, jonché de papiers déchirés et de rubans, etc., est dans un désordre indescriptible. Pour l’occasion, les codes de comportement se détendent.

  • 27 Pour un ouvrage intitulé American Dream Cowboy, les auteurs, Robert Heide et John Gilman, avaient d (...)

50Beaucoup de ces occasions se répètent tout au long de l’enfance et apparaissent dans l’album familial. C’est le cas des Noëls successifs et des anniversaires entre sept et dix ans. La part belle est faite à l’acte d’offrir et aux cadeaux reçus par l’enfant : le premier tricycle ou la dernière bicyclette, un nouveau déguisement. L’enfant est alors photographié dans son uniforme de G.I. ou de marin, d’infirmière ou de cow-boy27, de majorette, de joueur de base-ball ou de football. Ces cadeaux représentent l’acquisition d’une nouvelle richesse et permettent à l’enfant d’endosser une nouvelle identité, car on lui présente un « rôle » positif qui n’a plus rien d’enfantin : c’est une façon de le projeter dans l’avenir sur le mode ludique. Le thème de l’uniforme sera d’ailleurs repris plus tard dans le cadre de la participation à des activités de loisirs ou professionnelles : les scouts, une équipe sportive (à l’école secondaire, à l’université, dans une entreprise), un séjour en camp de vacances, le service militaire ou l’arrivée au sein d’une équipe médicale.

51D’autres fêtes populaires se prêtent à la photographie, comme Thanksgiving ou Pâques. Aux États-Unis, Thanksgiving Day – qui commémore l’arrivée des pères pèlerins sur le continent américain – est, comme Noël ou Hanoukka, l’occasion de réunions de famille et de repas festifs. Accessoirement, c’est le moment où l’on regarde et commente les vieux albums, ce qui incite à réaliser de nouvelles photos. Cette pratique régulière crée un sentiment de continuité et une répétition rassurante.

52De même, les fêtes de Pâques s’inscrivent assez naturellement dans la tradition des photos de famille. Les enfants se mettent sur leur trente et un et commencent à ressembler à de jeunes adultes. On va donc les photographier au moment où ils se rendent à l’église ou en reviennent, lors du repas de famille ou – plus rarement – à l’occasion d’une procession ou d’une parade. La photographie permet encore une fois de capturer les moments remarquables de la vie et de se montrer sous son meilleur jour.

Fig. 10. Photographie amateur, États-Unis, 1992, coll. part.

L’enfance et l’adolescence

  • 28 J’ai trouvé des indications utiles dans le document non publié d’Helen Schwartz intitulé « Our Bas (...)

53Entre les âges de huit et treize ans, certains événements religieux vont laisser des traces dans l’album de famille : c’est le cas de la confirmation ou de la première communion, ou des transitions vers l’âge adulte célébrées à l’occasion de la bar-mitsva et de la bat-mitsva28. Ce développement spirituel et cette accession à un nouveau statut s’expriment sous une forme vestimentaire solennelle et sont l’occasion de réunions familiales, deux ingrédients aptes à stimuler l’activité photographique.

  • 29 Concernant l’importance de la réciprocité et de l’échange de dons comme thèmes importants de l’anth (...)

54Celle-ci peut prendre plusieurs formes : la vidéo, qui permettra un montage de « morceaux choisis », l’album, réalisé par un photographe professionnel, ou de simples photos prises par les parents et les amis et qui seront données à la famille, parfois sur-le-champ s’il s’agit d’appareils à développement instantané. Cette activité photographique joue un rôle relationnel important, car elle réaffirme l’existence d’une structure sociale et participe des échanges de « bons procédés » : l’invitation sera « remboursée » sous forme d’échanges d’invitations et de dons, parmi lesquels le don de photographies29 qui transmettent des messages d’approbation, de félicitations, de reconnaissance, d’appartenance à un groupe. L’idée générale implicite est que « cette famille fait bien les choses ».

55Les photos d’anniversaire occupent une place particulière lors du 16e anniversaire d’une jeune fille, comme le montre l’exemple suivant :

« Quand j’ai eu seize ans, j’ai eu droit à une fête – ce que l’on appelle « Sweet Sixteen » – dans un restaurant italien. Après avoir passé beaucoup de temps à préparer l’événement, ma famille a pensé qu’il serait important de marquer l’événement en prenant des photos. Cet anniversaire avait pour moi un sens particulier : à seize ans, je pouvais apprendre à conduire, j’avais enfin le droit de fumer, j’étais autorisée à rentrer tard le soir le week-end.

  • 30 Repris avec mes remerciements d’un document non publié de Debbie Friedenberg intitulé « A study of (...)

Ma tante Bobbie, qui est la grande photographe de la famille, a bien voulu « couvrir l’événement » ; elle m’a prise en photo avec mes copines, ou avec des membres de ma famille, et elle a mis en scène des photos de groupe ; on me voit en train d’ouvrir mes cadeaux, de lire les cartes de vœux, de découper le gâteau et d’embrasser mes amis. J’apparais dans au moins les deux tiers des cinquante photos prises ce jour-là30. »

56Là encore, on voit comment la photographie accompagne la célébration d’un tournant dans la vie, un moment pendant lequel le jeune est autorisé à se rapprocher de l’âge adulte, et, corollairement, comment le fait de fêter un événement encourage la prise de photographies qui en fixeront le souvenir.

Fig. 11. Photographie amateur, États-Unis, coll. part.

57Les examens sont aussi des événements photographiques importants. Durant l’année, les écoles font appel à des photographes professionnels pour réaliser les traditionnelles photos de classe ; il arrive que des parents viennent photographier leurs enfants avant la séance officielle. Parmi les moments forts du cursus scolaire ou universitaire, citons – dans certains établissements – le passage de la maternelle à l’école primaire ou les remises de prix, qui, dans les pays anglo-saxons notamment, prennent l’allure de véritables cérémonies. La tradition de documentation continue tout au long des étapes universitaires : des photographes de rue, qui vendent leurs images Polaroid près des lieux photogéniques, attendent de pouvoir photographier les jeunes diplômés en robe traditionnelle pour ceux qui auraient oublié leur appareil photo. On voit, là encore, comment le thème du « passage » et de la réussite (auquel les uniformes contribuent à donner une dimension spectaculaire) occupe une place majeure dans les photographies de famille.

58Il en est de même des manifestations sociales qui accompagnent les fins d’année, telles que des bals auxquels le fils ou la fille se rendent en grande pompe. Dans l’exemple qui suit, l’importance de l’occasion est amplifiée par le triste événement qui lui succède :

  • 31 Mentionné dans un document non publié de Joan Kling intitulé « The ethnographic study of the Kling (...)

« Naturellement, quand l’un de nous allait à un bal de fin d’année, on sortait l’appareil photo. On nous prenait successivement à côté de chaque membre de la famille ; jusqu’au moment de partir, ce n’était qu’une suite de flashs. C’est généralement ma mère qui confectionnait nos tenues de bal. Celle que j’ai portée pour la fin de ma scolarité est la dernière qu’elle ait faite : elle est morte cette nuit-là. Depuis, j’ai toujours gardé cette photo dans mon portefeuille31. »

59Les « tenues » et uniformes jouent un rôle important : le smoking loué pour le fils ou la coûteuse robe confectionnée pour la fille se conforment à des conventions bien établies. Sur les images figure généralement le ou la partenaire de bal, et le fils ou la fille adoptent vis-à-vis de leurs parents une attitude très adulte, à la fois sérieuse et affectueuse, qui annonce le début d’une nouvelle étape dans la vie – et d’un nouvel album de photos.

Les débuts de l’âge adulte

60Les examens de fin d’études secondaires et l’entrée à l’université marquent la fin de l’enfance. C’est aussi l’époque du service militaire, ponctué par les week-ends de permission à la maison. On photographie la nouvelle recrue dans son bel uniforme (images parfois complétées par des portraits en studio), telle une réalisation de la prophétie annoncée par les uniformes de G.I. ou de marin offerts lors de Noëls précédents. Cette fois, la personne porte la version officielle du même uniforme. Dans certaines familles, un album entier est consacré à cette période passée loin de la famille, alors qualifié d’« album de guerre » ou « album de service ». Un soldat évoque ainsi les photos réalisées quand il était stationné en Allemagne, entre 1968 et 1970.

  • 32 Merci à Jeffrey Rosenberg pour son document non publié intitulé « Army life or a G.I. in Germany : (...)

« Quand j’y réfléchis, je constate que ces 179 photos ont surtout été prises pour ma famille, pour qu’elle me voie dans mon nouvel environnement. Il y a une photo intéressante où je souris pendant que je couds mes nouveaux galons de caporal sur mon uniforme lors de ma première promotion à un grade supérieur. Je m’inscrivais tout à fait dans la conception culturelle américaine de la réussite, tout en démontrant mon épanouissement32. »

61Cette idée de réussite et de conformité à un parcours culturellement accepté constitue le fil rouge de beaucoup de biographies en images.

  • 33 Le film Ricky and Rocky, réalisé par Jeff Krienes et Tom Palazollo, donne une idée de la manière do (...)
  • 34 Le meilleur ouvrage sur les mariages vus par l’objectif de l’appareil photo (dans une grande variét (...)

62Poursuivant cette chronologie de vie, on constate que l’étape suivante est le mariage et les événements qui l’entourent : l’enterrement de la vie de garçon, par exemple33, la réception qui suit la cérémonie ou la lune de miel34.

  • 35 Pour une comparaison intéressante entre les photos amateurs d’un mariage et les autres types d’imag (...)

63La grande majorité des mariages sont de grands moments photographiques, pour les amateurs comme pour les professionnels35. La présence d’un photographe est d’ailleurs acceptée au même titre que celle du pasteur, du prêtre ou du rabbin. La chronique de l’événement peut être racontée en images par un photographe professionnel à qui l’on confie la réalisation d’un album officiel, par un « amateur » qui travaille en free-lance, ou par un ami de la famille qui se prépare à entrer dans la profession. En outre, la famille, les amis et les invités viennent armés de leur appareil – et de leurs compétences techniques variables –, produisant diverses variantes de la représentation du mariage. Certaines de leurs photos seront données plus tard au jeune couple, ce qui est une façon de renouveler le cycle des échanges évoqué plus haut.

Fig. 12. Photographie amateur, États-Unis, 1963, coll. part.

64Un mariage réunit de multiples ingrédients propices à la prise de vue : l’importance sociale de l’événement est riche de significations, donnant lieu à des retrouvailles entre membres de la famille et entre amis à l’occasion de la création d’une nouvelle unité familiale, au renforcement des liens. Les liens générationnels sont rétablis et matérialisés, les liens affectifs sont reconnus. Les photos prises à cette occasion vont contribuer à maintenir la force symbolique de ce réseau relationnel. Les mariages mobilisent aussi un grand nombre de codes sociaux : on s’habille d’une certaine façon, on fait des cadeaux, les enfants sont censés « bien se comporter ». Les multiples rituels sociaux s’ajoutent au rituel religieux pour créer des conditions particulièrement favorables à la pratique de la photographie amateur et à la collecte d’images-souvenirs.

  • 36 On trouvera une série d’exemples de photos inappropriées réalisées par un adolescent précoce lors d (...)

65Certains couples adoptent une vision moins conformiste du mariage en refusant la cérémonie religieuse, en portant des vêtements moins convenus, en choisissant des morceaux de musique moins attendus, etc., mais il est très peu probable qu’ils se dispensent des services d’un photographe ou qu’ils interdisent aux invités de photographier l’événement36.

66Dans la consécration des liens du mariage, on peut se demander à quel moment doit s’arrêter la prise de vue. Il semble que les photographies privées de lunes de miel ne sont pas rares, mais on en parle peu ou on les expose plus tardivement. Les Polaroïd et autres appareils à développement instantané sont des cadeaux de mariage courants, qui peuvent servir à réaliser des images « coquines ». Les bungalows réservés aux lunes de miel dans les Catskill Mountains proposent des baignoires en forme de cœur, mais également des appareils à télécommande pour photographier les moments intimes. Au Japon, c’est la caméra vidéo qui joue ce rôle.

67Par ailleurs, les hôtels spécialisés dans les lunes de miel engagent des photographes professionnels qui vont prendre les amoureux en train de dîner ou de danser, ou pratiquant des activités de loisir. Ils proposent aussi de mettre en scène l’intimité : le couple qui remonte les draps du lit jusqu’au cou ou qui prend un bain bouillonnant dans la baignoire en cœur. Ces photographes tentent de vendre au couple un album complet sur son séjour.

  • 37 Les photos amateurs de nus trouvent parfois leur place dans des contextes de communication de masse (...)

68La lune de miel autorise donc – voire encourage – d’autres manières de figurer sur une pellicule. Réalisées avec un retardateur, déclenchées à distance ou prises par un photographe professionnel, ces images sont essentiellement à usage privé. Des adultes à demi-nus dans une baignoire ou dans un lit, ou évoquant une activité sexuelle, ne sont pas des thèmes fréquents dans les albums de famille37, et des limites subsistent : on ne voit pas de couples totalement nus en train de faire l’amour.

La vie de couple

69Dans les années qui suivent le mariage, « notre petite personne » n’est plus autant le personnage central des albums, et la documentation photographique perd en diversité. Des schémas et des habitudes de prise de vue se sont alors mis en place et l’on observe beaucoup de répétitions dans les contextes et les sujets choisis. Les adultes apparaissent lors d’événements consacrés à d’autres : anniversaires d’enfants, soirées entre amis, vacances en commun, etc. Certains événements continuent de ponctuer l’année : réunions de famille, vacances, repas liés à des occasions particulières, mais il y a beaucoup moins à dire ou à montrer sur les deux derniers tiers de la vie (approximativement entre vingt-cinq et soixante-quinze ans) que sur les vingt-cinq premières années.

  • 38 Cf. Lisl Dennis, How to Take Better Travel Photos, Tucson, AZ, Fisher Publishing Inc., 1979.
  • 39 On trouvera des exemples dans C. Musello, « Studying the home mode. An exploration of family photog (...)

70Désormais, les vacances et les voyages prennent le pas sur le reste. Selon certaines sources, 70 % environ de tous les clichés réalisés chaque année dans le monde le sont par des touristes ou des vacanciers38 : les clichés pris sur la plage, dans une station balnéaire, près d’un lac, dans une cabane en montagne, lors d’une randonnée à la campagne ou de séjours à l’étranger sont les plus communs. On y voit des adultes pratiquant des activités de loisirs comme le ski, la natation, la voile, la chasse39, l’équitation ou se tenant devant un monument historique, sur fond d’un beau paysage, d’une montagne ou d’un bord de mer.

  • 40 On aura un aperçu intéressant de la manière dont les photos prises au travail ont évolué au cours d (...)

71Contrairement aux vacances, les activités professionnelles sont peu représentées ; en revanche, il n’est pas rare d’emporter des photos de famille au travail pour les montrer à des proches collègues. Sur les quelques photos liées à une activité professionnelle, on voit souvent le mari, propriétaire ou gérant d’entreprise, posant devant son lieu de travail de façon à ce que le lien de propriété soit facilement identifiable. Les employés se prennent rarement en photo. Comme le remarque Richard Oestreicher, « dans les albums, on n’a pas l’impression que les gens travaillent. Le monde dont ils veulent se souvenir est d’abord celui de leur famille, puis de leurs biens. Leur maison était là, leur voiture était là, leurs loisirs et leurs symboles étaient là. Au mieux, ils oublient le travail40 ». Les exceptions sont fréquemment des occasions particulières : réception de fin d’année, fêtes à l’occasion des vingt-cinq années de carrière d’un employé, pots de départ…

Fig. 13. Photographie amateur, États-Unis, v. 1960, coll. part.

72Vient bientôt la naissance du premier enfant, ce qui est une façon de boucler la boucle. Comme convenu, tout ce qui entoure cet événement fait l’objet d’une large documentation photographique. Pendant une fête prénatale, par exemple, la future mère en est le sujet principal, et un album entier peut voir le jour à cette occasion.

73Naturellement, les futures mères sont plus représentées que leurs maris : la femme « change » physiquement et doit renouveler sa garde-robe, alors que le mari garde son apparence habituelle. La transformation visuelle prend une nouvelle fois un rôle important. Cependant, les premières semaines ou les premiers mois de grossesse, qui s’accompagnent quelquefois de « nausées », donnent lieu à moins de photos que les mois suivants, où la femme change très clairement de posture et d’aspect. Pour introduire une pointe d’humour, il arrive que l’on photographie la femme enceinte dans un maillot de bain qui ne lui va plus. Les images les plus appréciées sont celles réalisées la veille de l’accouchement.

74Après la naissance, le nouveau-né, devenu le personnage principal, bénéficie d’une attention toute particulière. La mère et le père figurent parfois sur ces images, mais, le plus souvent, ils restent en retrait.

Parentalité

  • 41 On trouvera plusieurs exemples dans C. Musello, « Studying the home mode. An exploration of family (...)
  • 42 La publicité insiste sur l’importance de la « nouveauté » : « Soyez originaux. Soyez personnels. En (...)

75Durant le deuxième tiers de ce parcours de vie quelque peu théorique, notre personnage sera photographié en compagnie de certains biens qu’il aura acquis : à côté ou au volant de sa nouvelle voiture, sur sa moto, à bord de son nouveau bateau à moteur, à voile ou du yacht41, mais aussi dans sa nouvelle maison, devant sa résidence secondaire, son chalet de montagne ou même avec sa nouvelle tente et tout son équipement de camping. Parmi les biens ainsi privilégiés, les vêtements ne sont pas oubliés : apparaissent en effet le nouveau manteau de fourrure ou la nouvelle combinaison de ski42, ce qui est une manière de célébrer les acquisitions matérielles et de rappeler que l’on progresse dans la vie. L’éthique de la consommation n’est pas absente de ces biographies en images, car la « réussite » n’est photographiable qu’à travers les biens qu’elle a permis d’acheter.

76Cependant, d’autres thèmes font leur apparition. Certains photographes amateurs vont rechercher le fait insolite ou l’image rare, voire comique. Les adultes sont beaucoup plus conscients que les enfants de la présence d’un appareil photo, et, restant sur leurs gardes, ils se prêtent moins aux instantanés. Une stratégie spécifique de prise de vue doit alors être établie : dans le témoignage qui suit, Bob Fanelli décrit une méthode mise en œuvre pour saisir un détail amusant.

  • 43 Cf. Robert Fanelli, « The practice of still photography : an ethnography of the home mode of visual (...)

« Mon ami Jack avait un trou à l’arrière de son pantalon. Toute la journée (c’était une réunion de famille), nous avions pris des photos, mais Patsy, la sœur de Jack, voulait en prendre une du trou dans le pantalon de son frère. Chaque fois que Jack entrait dans la pièce ou la quittait, il marchait en crabe, face à elle, pour l’empêcher de prendre la photo. Mais ce faisant, il me présentait son dos. À un moment où il était sorti de la pièce, nous nous sommes mis d’accord pour que Patsy détourne son attention avec un autre appareil pendant que moi je prendrais la photo. Le flash a provoqué un éclat de rire dans toute la famille et une exclamation embarrassée de la part de Jack, comme si on l’avait surpris “les fesses à l’air43”. »

77L’album de famille reflète aussi une tendance à célébrer le passé, comme à l’occasion de commémorations. En dehors des réunions de famille et des anniversaires de mariage, il y a les retrouvailles avec les amis de l’école, de l’université, de l’armée ou des camps de vacances. Ces photographies mettent en évidence le thème des années qui passent et, plus tard, des amis qui « partent ».

Les dernières années

78Durant le dernier tiers de la vie, la présence sur les photos se raréfie encore. Certains événements prédominent : réunions de famille en été, célébrations du 10e, 25e, 40e ou 50e anniversaire, et tous les autres anniversaires, qui permettent souvent de réunir les enfants, les petits-enfants et autres membres de la famille. Les voyages en été et, plus tard, pendant la retraite sont également des thèmes familiers.

79Les personnes âgées sont fréquemment réticentes à l’idée de figurer sur une photo, notamment si elles sont atteintes d’une infirmité ou se sentent « diminuées ». Parfois, le photographe en tient compte implicitement :

  • 44 Je remercie Karin Ohrn, de l’université de l’Iowa, de m’avoir adressé le document non publié de Lin (...)

« C’est aussi à cette époque que ma grand-mère est tombée malade, et papa a commencé à prendre moins de photos lors des réunions de famille. Il semblait ne pas vouloir garder le souvenir d’elle dans sa chaise roulante ; c’est ainsi que certaines occasions heureuses sont sous-représentées, car il semblait inapproprié d’exclure ma grand-mère et, en même temps, nous ne voulions pas la montrer invalide. Mais peu à peu, nous nous sommes habitués à son état, et l’appareil photo a refait son apparition en certaines occasions44. »

80Après un temps d’adaptation, il arrive donc que l’on finisse par accepter l’image d’un proche frappé d’une infirmité, surtout si l’on sait que son état est peut-être définitif.

  • 45 On trouvera une combinaison inhabituelle de photos anciennes et de photographies originales d’un gr (...)

81Les enfants ou les petits-enfants s’attendent quelquefois à ce qu’un anniversaire ou une fête soit la dernière pour leurs parents ou grands-parents âgés. Ils peuvent avoir envie d’en avoir une « dernière image », mais les personnes âgées n’aiment pas trop laisser voir les effets naturels de l’âge – rides, déformations posturales, sourire différent à cause du dentier, lunettes à verres épais – ou ceux, plus conjoncturels, liés à une maladie, à une hospitalisation récente ou à une invalidité physique45.

Les images de fin de vie

82Pour la plupart des gens, les derniers instants, le moment du décès, les funérailles et autres cérémonies funèbres, y compris au cimetière, ne sont pas des sujets qui se prêtent à la photographie. Les réactions habituelles sont très diverses : « Ça ne se fait pas », « C’est horrible », « C’est indécent » ou encore « La religion l’interdit ».

83Rares sont donc les photographies de parents ou de proches morts ou au seuil de la mort, mais certains témoignages rendent compte de cette pratique mortuaire et, notamment, du sentiment ambivalent qu’il provoque. Comme l’explique un fils de vingt ans :

« J’ai pris discrètement mon appareil photo pour les funérailles. Qu’en attendais-je ? Qu’allait en penser ma famille ? Avais-je besoin de me souvenir de ce maquillage hideux, de cette veste mal ajustée, de ces fleurs partout, de cette atmosphère écœurante, de cet éloge funèbre creux prononcé avec onctuosité par le crétin de service ? Certainement pas. Allais-je jouer au photojournaliste pour l’enterrement de mon père ? […] Ce sont des images indélébiles, même sans le Kodak Tri-X. Je suis retourné sur la tombe avec mon appareil. J’ai l’impression de m’autoriser à y prendre des photos, pour des raisons que je ne m’explique pas complètement.

  • 46 Je remercie Ken Persing pour son document non publié, « No photographs in the bathroom : a survey o (...)

Je regarde des photos de Noël 1976 ; elles prennent une signification nouvelle parce que ce sont les dernières images de mon père. Il me vient à l’esprit qu’elles permettent d’amplifier les souvenirs. Parfois, je regrette de ne pas avoir pris de photos durant les funérailles : c’est mon père après tout, et peu importe ce que pensent les autres46… »

  • 47 Extrait d’un document non publié de Paula Broude et Kathy Morton intitulé « Three case studies in h (...)

84À l’inverse, il y a ce témoignage sur un jeune garçon mort de leucémie. Sa mère l’a souvent pris en photo lors de ses séjours à l’hôpital, et elle accrochait les photos dans sa salle à manger. Avec un Polaroïd, elle a même photographié l’enfant sur son lit de mort, ainsi que tout au long de son enterrement : l’arrivée du cercueil sur le côté de l’église, le cercueil devant l’autel, la cérémonie au cimetière. De retour à la maison, elle a étalé les photographies sur le lit du garçon à l’intention des personnes venues présenter leurs condoléances47.

  • 48 Dell Hymes propose l’exemple suivant de photographie d’enterrement dans une réserve indienne à Warm (...)

85En dehors de toute opinion personnelle, on observe aussi des variations culturelles48. Il semble que les familles polonaises et, quelquefois, italiennes acceptent volontiers que l’on photographie le défunt ou ses funérailles et y voient un geste important :

  • 49 Je remercie James Brennen de m’avoir fait part d’un document non publié, « A sociovidistic analysis (...)

« Une veuve d’origine polonaise (probablement américaine de deuxième ou troisième génération) avait dans son portefeuille une photographie prise à l’enterrement d’un membre de sa famille. C’était un Polaroïd en couleurs de son mari défunt, étendu dans son cercueil environ cinq ans plus tôt. Un autre exemple est celui d’immigrants italiens vivant à Montgomery County (Pennsylvanie) qui avaient une photo de leur fils au moment de la mise en bière ; encadrée, elle était accrochée au-dessus de la cheminée du salon, pièce où la famille recevait parfois des invités. […] Un photographe amateur se souvient qu’on lui avait demandé de photographier un proche décédé ; il avait accepté, mais avec réticence, car personnellement, il trouvait cela “écœurant et indécent49.” »

  • 50 Je ne parle pas des personnes qui placent des photographies du défunt sur les tombes, ni de celles (...)

86La mort d’un membre de la famille est, de toute évidence, un moment difficile et douloureux dont on se souvient. Les funérailles, qui sont l’occasion de réunir la famille et les amis, sont souvent suivies d’un repas, mais il est rare que l’on sorte les appareils photo. La mort est donc un exemple d’événement familial important qui laisse peu de traces photographiques. En ce sens, la photographie ne rend pas compte de tout ce qui, dans la vie d’une famille, doit rester dans la mémoire50.

Fig. 14. Photographie amateur, États-Unis, 1965, coll. part.

  • 51 La philosophie constructiviste de Nelson Goodman trouve ici sa pertinence quand il analyse, dans la (...)
  • 52 Certains aspects économiques ou politiques de nos vies peuvent ne pas apparaître : « Il est frappan (...)

87Avant de tirer la conclusion facile que ces collections de clichés font la chronique d’une vie ou servent de biographie en images, quelques précautions et remarques s’imposent. On peut se demander quelles catastrophes personnelles, psychologiques ou sociales en sont exclues. Quels moments de faiblesse ne sont pas représentés ? Quelles forces de refoulement, de répression, d’effacement ou de modification viennent s’opposer à ces caractéristiques communes aux photographies familiales que sont l’intensification, l’élaboration, l’exagération et la répétition51 ? Comment l’album de famille sert-il, comme n’importe quelle autre forme de communication, à masquer ou à occulter des informations en ignorant systématiquement certains moments, événements, lieux ou personnes52 ? En conséquence, et avant de tenter des généralisations définitives, il convient de s’interroger sur les exemples d’exclusion aussi bien que d’inclusion. Avec un peu de recul, nous pouvons examiner les raisons des lacunes qui viennent « trouer », systématiquement ou inconsciemment, la chronique photographique d’une vie.

Les schémas d’exclusion

88Certains sujets exclus se trouvent être, assez naturellement, à l’exact opposé des sujets les plus représentés. Il en est ainsi de l’importance accordée à la naissance et du peu de place accordée à la mort. Dans le cas des animaux domestiques, les images de chatons et de chiots sont plus courantes que celles de chats et de chiens invalides ou à l’agonie. De même, nous avons déjà souligné la place qu’occupent les photos de vacances par opposition aux activités professionnelles.

89Enfin, les mariages sont beaucoup plus photographiés que les divorces. Signalons toutefois cette exception intéressante, parue dans un journal :

« Vous pouvez avoir aujourd’hui l’histoire photographique en couleurs de toutes les étapes de votre divorce.

Louis Grenier, photographe de Chicago, propose de réaliser des albums de divorce. Pour deux cents dollars par jour, ce célibataire de trente-neuf ans restera auprès du couple pour prendre des instantanés de chaque étape de la procédure.

  • 53 Cf. Edgar Williams, Philadelphia Inquirer, 27 février 1976. Dans un article voisin, Louis Grenier, (...)

Les albums de mariage occupent les photographes depuis des années, explique-t-il, mais le pays est aujourd’hui mûr pour des albums de divorce. C’est une façon de montrer comment étaient les choses avant ; c’est aussi un avertissement pour les deux parties, qui veilleront à ce que les choses se passent mieux la fois suivante53. »

90Concernant les moments et les lieux non représentés, quelques précisions méritent d’être apportées. Pour un nourrisson, on voit rarement les couches sales que l’on vient de changer, les plaques d’urticaire, les biberons en pleine nuit, les réactions aux vaccins, les problèmes de santé qui obligent à consulter le pédiatre, etc. Dans le cas des mariages, on ne nous montre pas les larmes ni les moments d’anxiété, ni les petites disputes sur les détails du protocole ou les préparatifs de la réception. On ne voit pas non plus la répétition de la cérémonie. On pourrait donner beaucoup d’autres exemples. Disons simplement que, dans ce genre de situation, la partie exclue est plus importante que la partie incluse.

91On note également une tendance à photographier les « premières fois » : les premiers pas de l’enfant, sa première séance chez le coiffeur, le premier jour à l’école ou en colonie, le premier départ en vacances, la première bicyclette, la première voiture, etc. Toutefois, deux remarques s’imposent : d’abord, il existe une longue liste de premières fois importantes qui ne sont jamais photographiées : le premier examen médical de l’enfant, sa première séance chez le dentiste ou son premier séjour à l’hôpital, les premières règles d’une fille, la première masturbation d’un garçon, les premiers jours de la grossesse d’une femme ou les premières douleurs de l’enfantement, etc. On photographiera facilement l’emménagement dans une nouvelle maison, mais plus difficilement l’admission en maison de retraite. Ensuite, comparativement aux « premières fois », les albums contiennent rarement des « dernières fois ».

Fig. 15. Photographie amateur, États-Unis, v. 1970, coll. part.

92C’est ainsi que nombre d’événements sont exclus des photographies. En examinant les cent quatre-vingt-dix-sept images qu’il avait réalisées durant son service en Allemagne, un ancien militaire se rend compte de tout ce qui n’y figure pas :

  • 54 Cf. Jeffrey Rosenberg, « Army life or a G.I. in Germany : 179 still photographs », document non pub (...)

« […] la routine quotidienne de l’armée, comme le réveil, les défilés, les inspections, le nettoyage des armes, les enlisements dans des terrains boueux, les marches forcées, les combats simulés, les rations en boîte, le harcèlement par les officiers, le nettoyage du camp (ramassage des mégots, des feuilles et des détritus), les problèmes raciaux, l’ennui, la nostalgie, l’indifférence et parfois l’hostilité des Allemands, le manque d’accès à la culture américaine, l’absence de vie sexuelle, l’usage de drogues, la paranoïa, les beuveries, etc., etc., etc… Dans ma collection de photos, il n’y a aucune de ces images négatives54. »

93Il en est de même de la vie quotidienne dans une maison. Il est rare de voir une personne en train de prendre une douche, se brosser les dents, se coiffer, se raser, utiliser les toilettes, préparer le petit-déjeuner ou le dîner, faire la vaisselle, mettre le linge dans la machine à laver (ou l’étendre après), passer l’aspirateur, épousseter, cirer les meubles, astiquer l’argenterie ou effectuer quelque autre tâche ménagère. De même, on ne voit personne en train de lire un journal ou un livre, écrire une lettre, parler au téléphone, écouter la radio ou un disque, regarder la télévision, jouer aux cartes ou à des jeux divers. Quand ces événements courants de la vie quotidienne sont photographiés, c’est généralement parce qu’on y introduit une légère variation, humoristique, ainsi :

  • 55 Je remercie Catherine Wissaesser et Ida Liberkowski pour leur document intéressant, « When poppa ge (...)

« Dans l’album d’Emma, plusieurs images semblent représenter des activités banales de la vie de tous les jours, mais en y regardant de près, on constate qu’elles sont posées. Sur une photo, par exemple, on voit le mari d’Emma assis dans son fauteuil en train de lire le journal du soir. Or, il se trouve qu’il tient son journal à l’envers55. »

  • 56 Cf. R. Fanelli, « The practice of still photography : an ethnography of the home mode of visual com (...)

94Il est intéressant aussi de se demander quels sont les critères d’inclusion-exclusion de certaines personnes sur les photos de famille, sachant que 91 à 95 % de ces photos représentent des personnes56. Souvent, on y découvre une cartographie visuelle des relations familiales sur plusieurs générations : les parents et enfants de l’auteur de l’album, auxquels s’ajoutent les tantes, oncles, cousins et parents fictifs. Pour autant, tous les membres d’une famille nucléaire ou élargie ne font pas nécessairement partie de cette représentation symbolique. Les parents que l’on déteste, par exemple, sont éliminés, comme dans ce témoignage : « Juillet, 1945 – on ne voit jamais son mari ; il n’est sur aucune photo (tout le monde le déteste y compris elle, à cause de ses manières stupides et détestables). »

95En revanche, des relations sociales sans liens de parenté peuvent être incluses : des bons amis du quartier, d’anciens camarades d’école ou de sport, des collègues de travail, les participants à des fêtes ou à des célébrations particulières.

  • 57 On trouvera de nombreux exemples de personnes qui ne figurent habituellement pas sur les photos ou (...)

96Dans certains albums de famille, toutes les personnes qui figurent sur les photos se connaissent d’une manière socialement signifiante, mais tous les réseaux sociaux ne sont pas représentés. Il est rare d’y trouver des collègues de bureau, des copains de bar ou de gym, des collègues de covoiturage, des membres de l’association des parents d’élèves ou de la communauté religieuse57.

97Les inconnus, les étrangers ou les personnes que l’on déteste occupent donc très peu de place ; en revanche, il arrive que l’on demande à un étranger « sympathique » de prendre « une photo de nous tous » pour éviter d’exclure quiconque de l’image.

98Il est possible, certes, d’éliminer après coup une persona non grata. Le plus simple consiste à jeter la photo, sauf si la « personne indésirable » se trouve à côté d’autres personnes auxquelles on tient. Dans une étude menée en 1976 sur six albums de famille, Robert Fanelli a découvert plusieurs types de manipulations ou d’altérations possibles. On peut recadrer l’image pour exclure la personne ou gratter son visage pour gommer ses traits. Le témoignage suivant est intéressant :

  • 58 Cf. R. Fanelli, « The practice of still photography : an ethnography of the home mode of visual com (...)

« Les enfants Fowler prétendaient tous haïr leur mère, cruelle et hostile à leur égard. En quittant le domicile, Kathy Fowler (la fille) s’est disputée avec sa mère pour récupérer l’album de famille. Résultat : la mère a gardé l’album (qu’elle avait acheté jadis), la fille a gardé les photos, qui lui avaient été données à la mort de son père. Après cela, la fille Fowler a entrepris de découper sa mère et tous ses parents russes qu’elle n’aimait pas, et elle les a placés dans une enveloppe à part. Le frère et les deux sœurs étaient d’accord avec cette opération symbolique ; l’une des sœurs a même dit qu’elle aurait voulu que sa mère n’ait jamais existé58. »

99La notion de changement reste importante. Une personne à qui je demandais si certains âges étaient plus représentés que d’autres m’a répondu : « Dans le développement d’un enfant, il y a des périodes où l’on observe peu de changements ; on ne prend donc pas de photo, car ce sont les changements que l’on veut enregistrer. » On peut aussi, a contrario, se demander quels changements sont ignorés ; nous en avons déjà mentionné quelques-uns. Florence W. Kaslow et Jack Friedman observent une forte corrélation négative entre le fait de prendre des photos et certains « moments critiques » :

  • 59 Cf. Florence W. Kaslow, Jack Friedman, « Utilization of family photos and movies in family therapy  (...)

« […] on note une diminution très sensible du nombre de photos prises durant les périodes de tension ou de crise familiale : maladies, décès, séparations et éclatement familial, conflits entre membres ou branches de la famille. […] De même, les périodes de déprime, de perturbation, de désorganisation et de bouleversements familiaux se caractérisent souvent par une absence d’images. Les lacunes dans la chronologie iconographique peuvent correspondre à des décès, des séparations, des déceptions ou des peines59. »

100En examinant ces exemples d’inclusion-exclusion, on comprend que ces collections d’instantanés nous offrent une vision très limitée – plus incomplète qu’exhaustive – de la vie. Nous passons le plus clair de notre vie loin de tout objectif. Si l’on estime l’espérance de vie à soixante-quinze ans, les « moments » qui se prêtent à être photographiés représentent au mieux un pour cent de ces vingt-sept mille jours.

101Dans ces conditions, l’expression de Kodak, « pour les moments de votre vie » prend une étrange signification. Le temps semble étrangement compressé ou concentré par la photographie, un pour cent représentant pour le moins un enregistrement incomplet. Si l’on estime qu’une collection complète comprend environ trois mille photos (estimation qui prend en compte le contenu des albums, tiroirs, boîtes à chaussures, portefeuilles, etc.) et que la vitesse d’obturation est en moyenne d’un centième de seconde, on arrive à trente secondes sur le total d’une vie. Nous pouvons dès lors nous interroger sur la sélection tacite qui a conduit au choix de cet « un pour cent » des jours de notre vie où l’on sort l’appareil photo, et sur la signification de cette demi-minute décisive.

  • 60 Rappelons que nous ne décrivons pas tout ce qui peut figurer dans un album de famille en dehors des (...)

102Sur le contenu, chaque album présente des caractéristiques propres60. Ces différences, considérées comme des caractéristiques superficielles, varient systématiquement selon les propriétés sociales de chaque communauté : 1) le contexte historique – qui détermine le développement technologique (plus de prises de vue en extérieur qu’en intérieur, plus de noir et blanc que de couleur) ou des conditions politiques (visibilité ou invisibilité d’un engagement militaire) ; 2) la composition de la famille (place accordée aux enfants ou à des membres de la famille élargie ; aux animaux domestiques comme substituts des enfants) ; 3) la religion (apparition à des bar-mitsva ou à des communions ; attention accordée aux membres du clergé) ; 4) l’appartenance ethnique (fêtes, traditions autorisant ou non les photos de funérailles ou de personnes défuntes) ; 5) la localisation géographique (présence ou absence relative de certaines photographies de loisirs liés à la neige ou aux activités de bord de mer).

103Il convient d’ajouter quelques mots concernant le contexte historique. Des variations contextuelles peuvent se rencontrer suivant les conventions qui concernent les pratiques ou les usages de la photographie, suivant l’institutionnalisation de la photographie professionnelle et amateur, et selon les comportements attendus ou jugés appropriés. La présente étude s’appuie sur une vision purement synchronique – et donc relativement statique – des formes visuelles permettant d’enregistrer la vie des personnes. Il reste à étudier l’évolution diachronique des paramètres que nous venons d’évoquer, et la manière dont les facteurs techniques, sociaux et culturels contribuent à l’évolution de ces comportements.

  • 61 Cf. Margaret Weiss, « Honoring the amateur », World, 27 mars 1973.
  • 62 Cf. Stanley Milgram, « The image freezing machine », Psychology Today, janvier 1977, p. 54.
  • 63 Cf. James Kaufmann, « Learning from the Fotomat », The American Scholar, 49 (2), 1980, p. 244.

104Les exemples présentés dans ce chapitre montrent les contraintes et les préjugés qui entrent dans le récit photographique d’une vie. Plusieurs auteurs ont tenté de les résumer en affirmant que, dans les photos amateurs, « le côté ensoleillé de la rue éclipse le côté sordide61 », ou qu’un album de famille « affirme constamment la vie et le plaisir, et refoule systématiquement les peines et les chagrins62 », ou encore que « l’inclusion de moments difficiles […] ou d’images ayant des associations désagréables nuirait à l’atmosphère rassurante qui doit caractériser ces albums63 ». Enfin, dans un ouvrage intitulé Family Photographs (1981), Julia Hirsh note :

  • 64 Cf. Julia Hirsch, Family Photographs – Content, Meaning and Effects, New York, Oxford University Pr (...)

« Les photos de famille, pleines de vues de chers enfants et de couples amoureux, ne montrent pas les échecs aux examens, les licenciements, les occasions manquées, et il n’est pas rare qu’un conjoint divorcé ait été découpé ou déchiré sur les photos. Le renégat, le bon à rien, le hors-la-loi ne sont tout simplement pas représentés. Les photos de famille que nous préférons sont émouvantes et optimistes64. »

105De son côté, Kouwenhoven s’interroge sur les conséquences de cette vision instantanée de la réalité :

  • 65 Cf. J. Kouwenhoven, « Living in a snapshot world », in J. Green (dir.), The Snapshot, op. cit., p.  (...)

« Sans le savoir, les photographes amateurs ont révolutionné la manière de voir de l’humanité. Nous ne comprenons pas encore, je pense, à quel point leurs photos ont fondamentalement modifié la manière dont les gens se voient et voient le monde autour d’eux, en modifiant notre conception de ce qui est réel et, par conséquent, de ce qui est important. […] Ils nous ont montré ce qu’il est important de rechercher et de regarder65. »

106Kouwenhoven nous rappelle une grande caractéristique de toutes les formes symboliques, à savoir qu’elles supposent un processus de sélection qui dicte ce qui mérite d’être regardé et, dès lors, ce qui est important. Par opposition au point de vue répandu selon lequel les photographies rendent compte objectivement, authentiquement et fidèlement de ce qui « est là », nous devons comprendre que les images ne peuvent jamais tout montrer. Au mieux, elles nous offrent des reconstructions médiées de certaines parties de l’environnement visible. Les instantanés ne nous proposent pas un point de vue documentaire sur l’apparence du monde ; ils n’offrent pas au spectateur un miroir magique reflétant la « véritable » situation du passé et du présent. Le photographe ou l’auteur d’un album de famille expose de façon sélective certaines parties du monde ; autrement dit, il sort son appareil à des moments précis, dans des lieux précis, à l’occasion d’événements précis et pour des raisons précises. D’une façon subtile et inconsciente, ces tranches de vie sont ensuite mixées et utilisées pour reconstituer une vue schématisée de ce que l’on aime ou apprécie, de ce qui est correct ou juste, de ce qui est lié à autre chose de façon signifiante et positive. La redondance que l’on observe dans cette imagerie – au niveau des personnes qui y figurent, des sujets et des décors – peut donc être interprétée comme une réaffirmation de valeurs culturellement structurées.

107L’examen de ces valeurs culturelles fait apparaître un schéma qui permet quelques généralisations. Les photos de famille servent à rendre compte d’un succès, d’un progrès personnel et d’un bonheur général. Ces collections d’instantanés manifestent un sentiment de fierté envers la vie adulte. Les enfants et les jeunes adultes y « jouent » souvent à paraître plus âgés, comme le montre la prédominance de « premières fois » ou d’événements prouvant – socialement et positivement – qu’ils ont franchi une étape. Les photos célèbrent les événements de la vie qui « font une différence » sur la voie du succès et du bonheur. De ce point de vue, le thème central de l’album de famille fait écho à cette publicité télévisée de Ronald Reagan pour la General Electric Corporation : « Le progrès est notre produit le plus important ».

108Ces images témoignent aussi d’une certaine conformité à des idéaux culturels : mener une vie confortable, être heureux en famille, avoir une vie sociale agréable. Dans cette construction – ou cette reconstitution – de la vie, il n’y a pas de place pour la maladie, la dépression, les expériences douloureuses, les conflits interpersonnels, les déceptions, les échecs sociaux et les décors lugubres. En un sens, les photos de famille proposent des réponses à des questions telles que : qu’est-ce qui est bon dans la vie et l’existence humaine ? Comment la vie doit-elle être vécue et à quoi doit-elle ressembler ? Quelles personnes et quels événements, lieux, moments méritent une attention particulière ? Les photographes amateurs s’attachent à produire une certaine vérité sur la vie, une vision biaisée de l’existence humaine. Leur usage de l’appareil photographique nous offre une version en images de la vie – une des nombreuses représentations que comprend notre environnement symbolique quotidien.

Notes

1 En anglais, « America’s Storyteller ». Certaines publicités récentes à la radio et à la télévision se terminaient ainsi : « … le grand historien de l’Amérique, c’est Kodak et vous ».

2 Rappelons que ce qui est dit ici ne s’applique pas à toutes les personnes appartenant aux classes moyennes blanches de la société américaine, mais les généralisations permettent d’esquisser les grandes caractéristiques.

3 Cf. Allan D. Coleman, « Autobiography in photography », Camera 35, 19 (8), 1975, p. 34.

4 Cf. Steven Halpern, « Souvenirs of experience : The Victorian studio portrait and the twentieth century snapshot », in Jonathan Green (dir.), The Snapshot, Millerton, New York, Aperture, 1974, p. 64. Cf. aussi Mark Silbert, The Family Album, Boston, David R. Godine Presse, 1973, p. 15-16.

5 Cf. Paul Strand, « Interview », in J. Green (dir.), The Snapshot, op. cit., p. 47, 49.

6 Cf. Lisette Model, sans titre, in J. Green (dir.), The Snapshot, op. cit., p. 6.

7 Pour une brève analyse de l’« organisation esthétique » de l’instantané, par opposition au portrait en studio, voir les commentaires de Judith Gutman dans Joan Challinor, « Familly photo interpretation », in Allan J. Lichtman, Johan Challinor (dir.), Kim and Communities – Families in America, Washington, DC, Smithsonian Institution Press, 1979, p. 240-246.

8 Cf. J. Green, « Introduction », The Snapshot, op. cit., p. 3.

9 Cf. John Kouwenhoven, « Living in a snapshot world », in J. Green (dir.), The Snapshot, op. cit., p. 106-107.

10 Ibid., p. 106.

11 Cf. Willard Morgan, « Snapshot anniversary », Popular Photography, octobre 1974, p. 28. Bruce Downs a tenté aussi de comprendre l’instantané ou la photo de famille (snapshooting) en tant que partie inséparable de la vie américaine : « En moins de soixante ans, nous sommes devenus un pays de photographes. Amateurs certes, mais photographes tout de même, qui produisent une forme d’art populaire, né d’une affection personnelle pour les gens et pour les choses. » Cf. « Human Interest – Snapshots », Popular Photography, 4 (5), 1944, p. 38.

12 Cf. Richard Christopherson, « From folk art to fine art », Urban Life and Culture, 3 (2), 1974, p. 12.

13 Cf. Ken Graves, Mitchell Payne, American Snapshots, Oakland, CA, The Scrimshaw Press, 1977, p. 7. On trouvera d’autres commentaires dans Richard Chalfen, « Exploiting the vernacular studies in snapshot photography », Studies in Visual communication, 9 (3), 1983, p. 70-84.

14 Cf. Henry Glassie, Pattern in the Material Folk Culture of the Eastern United States, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 1971, p. 2.

15 On trouvera un exemple extrême de cette utilisation de la photo dans « Blacks being photographed for ”registration books”, or passes they need to enter white areas of South Africa » [Les Noirs sont photographiés pour être enregistrés ou obtenir l’autorisation d’entrer dans les quartiers blancs d’Afrique du Sud], New York Times, 21 janvier 1973. La Polaroid Corporation a dû prendre des décisions graves concernant la vente et l’utilisation à cette fin de leurs pellicules à développement instantané. Voir « South Africa : Polaroid pulls out », Newsweek, 5 décembre 1977.

16 Dans Sur la photographie (1977), Susan Sontag fait référence sans le mentionner aux conclusions comparables de Pierre Bourdieu sur la société rurale française, selon lesquelles 64 % des foyers avec enfants ont au moins un appareil photo contre 32 % pour les foyers sans enfants. De même, le déclin de la natalité est une raison invoquée pour expliquer la réduction observée récemment dans les ventes et l’utilisation de caméras dans les familles. Cf. Ann Hughey, « Sales of Home-Movie Equipment Falling as Firms Abandon Market », Wall Street Journal, 17 mars 1982.

17 Je remercie Eric Michaels, qui m’a adressé un article de journal intitulé « Camera Angles », par Irving Desfor (AP Newsfeatures, n. d.). Desfor explique comment il a subrepticement photographié son petit-fils avec un appareil caché dans un paquet cadeau, et ajoute : « les hôpitaux devraient savoir que nos événements heureux font l’objet de déclarations officielles, et qu’ils méritent aussi une place dans les archives permanentes des albums de famille ».

18 Cf. Lonnie Schlein, « Photographing the birth of your own velebrity », New York Times, 31 octobre 1976.

19 On trouvera plusieurs exemples de ce genre d’images dans Christopher Musello, « Family photography » (Photograph 3), in Jon Wagner (dir.), Images of Information, Beverly Hills, CA, Sage, 1979, p. 107.

20 Cf. William M. Ivins Jr, Prints and Visual Communication, Cambridge, MA, Harvard University Press, 1953, p. 180.

21 Merci à Barbara Lankford de m’avoir indiqué ce témoignage.

22 Rappelons ici les propos de l’anthropologue Edmund Carpenter : « Un portrait photographique, quand il est tout récent et privé, promeut l’identité, l’individualisme : il permet de se reconnaître et de s’étudier. Il provoque en outre une sensation d’objectivation du moi, qui devient plus réel, plus spectaculaire. Pour le sujet, il ne lui suffit plus d’être. IL SAIT QU’IL EST. Il est conscient de lui-même. » Cf. « The tribal terror of self-awareness », in Paul Hockings (dir.), Principles of Visual Anthropology, La Haye, Mouton Publishers, 1975, p. 458.

23 Cf. Augustus Wolfman, The 1978-1979 Wolfman Report on the Photographic Industry in the United States, New York, Modern Photography Magazine, 1979.

24 On trouvera une collection de cartes de Noël avec photos personnelles, couvrant une période de quarante ans, dans C. Musello, « Family photography » (Photograph 6), in J. Wagner, Images of Information, op. cit., p. 114, et une page d’album de photographies de Noël dans C. Musello, « Studying the home mode. An exploration of family photography and visual communication », Studies in Visual Communication, 6 (1), 1980, fig. 2, p. 27.

25 Dans un article intitulé « Twenty Years on Santa’s Knee », le magazine Life a publié deux pages de photographies de la même jeune fille, prise chaque année sur les genoux du Père Noël.

26 On trouvera des exemples dans C. Musello, « Studying the home mode. An exploration of family photography and visual communication », art. cit., p. 26-27.

27 Pour un ouvrage intitulé American Dream Cowboy, les auteurs, Robert Heide et John Gilman, avaient demandé qu’on leur envoie « des photographies réelles d’enfants déguisés en cowboys des années 1920, 1930, 1940, 1950 ou 1960, qu’ils aient la panoplie complète ou seulement un costume fait de bric et de broc ». Cité dans Howard Smith, Lin Harris, « Six gun geegaws », Village Voice, 25 novembre-1er décembre 1981, p. 25. Merci à Glen Muschio de m’avoir indiqué cette référence.

28 J’ai trouvé des indications utiles dans le document non publié d’Helen Schwartz intitulé « Our Bas and Bar Mitzvah » (1974, archives de l’auteur).

29 Concernant l’importance de la réciprocité et de l’échange de dons comme thèmes importants de l’anthropologie sociale, voir Marcel Mauss, « Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques », L’Année Sociologique, seconde série, 1923-1924, t. i.

30 Repris avec mes remerciements d’un document non publié de Debbie Friedenberg intitulé « A study of family photography » (1976, archives de l’auteur).

31 Mentionné dans un document non publié de Joan Kling intitulé « The ethnographic study of the Kling family – A German/Irish catholic family » (1976, archives de l’auteur).

32 Merci à Jeffrey Rosenberg pour son document non publié intitulé « Army life or a G.I. in Germany : 179 Still Photographs » (1976, archives de l’auteur).

33 Le film Ricky and Rocky, réalisé par Jeff Krienes et Tom Palazollo, donne une idée de la manière dont les photographies sont prises et regardées durant les séances de cadeaux de mariage.

34 Le meilleur ouvrage sur les mariages vus par l’objectif de l’appareil photo (dans une grande variété de contextes professionnels et non professionnels) est celui de Barbara Norfleet, Wedding, New York, Simon et Schuster, 1979.

35 Pour une comparaison intéressante entre les photos amateurs d’un mariage et les autres types d’images (films amateurs ou professionnels, etc.), voir « Six Filmakers in Search of a Wedding », Pyramid Films, s. d., distribué par le National Film Center, Finksburg, MD, 21048.

36 On trouvera une série d’exemples de photos inappropriées réalisées par un adolescent précoce lors d’une réception de mariage dans le film français Cousin, Cousine, réalisé par Jean-Charles Tacchella, 1975.

37 Les photos amateurs de nus trouvent parfois leur place dans des contextes de communication de masse, par exemple pour des concours organisés par des magazines comme Gallery ou Penthouse, mais ce ne sont pas des images destinées à une communication familiale. Selon certaines compagnies de traitement des pellicules, les photos de nus gagnent en popularité ; cf. Gary Haynes, « More nudes are showing up among family snapshots », Philadelphia Inquirer, 17 septembre 1978.

38 Cf. Lisl Dennis, How to Take Better Travel Photos, Tucson, AZ, Fisher Publishing Inc., 1979.

39 On trouvera des exemples dans C. Musello, « Studying the home mode. An exploration of family photography and visual communication », art. cit., p. 28.

40 On aura un aperçu intéressant de la manière dont les photos prises au travail ont évolué au cours des époques (daguerréotypes, collodion humide, photo amateur), et comment cette évolution reflète des différences de valeurs culturelles dans Richard Oestreicher, « From artisan to consumer : images of workers 1840-1920 », Journal of American Culture, 4 (1), 1981, p. 47-64. Oestreicher note, par exemple, que « les photos prises par les amateurs ne remplacent pas les portraits au travail pris par des professionnels. Le genre du “portrait au travail” n’a pas survécu. Si le travail figure sur une photo, c’est généralement par accident : l’agriculteur devant sa nouvelle batteuse montre sa machine, et non son travail ; l’homme qui répare sa voiture se présente en fier propriétaire d’une voiture et non comme un mécanicien auto ; l’homme dans son nouvel uniforme militaire illustre un événement (une promotion ou une bar-mitsva) et non une carrière de soldat professionnel » (p. 51).

41 On trouvera plusieurs exemples dans C. Musello, « Studying the home mode. An exploration of family photography and visual communication », art. cit., p. 36, et notamment les fig. 9A et 9B.

42 La publicité insiste sur l’importance de la « nouveauté » : « Soyez originaux. Soyez personnels. Envoyez une carte de vœux avec photo. Si vous envoyez des photographies d’un nouveau bébé, d’une nouvelle maison, d’un nouveau conjoint, d’un nouveau chat – autant d’expressions de vous – votre destinataire appréciera de recevoir une photographie plutôt qu’une carte commerciale. » Gary Haynes, « Now a good time to draft your photo Christmas cards », Philadelphia Inquirer, 14 septembre 1980.

43 Cf. Robert Fanelli, « The practice of still photography : an ethnography of the home mode of visual communication », 1976, p. 78 (document non publié, archives de l’auteur). On trouvera des exemples de photos coquines dans C. Musello, « Studying the home mode. An exploration of family photography and visual communication », art. cit., fig. 9, p. 37.

44 Je remercie Karin Ohrn, de l’université de l’Iowa, de m’avoir adressé le document non publié de Linda Peterson, « The photographer in our family » (1975, archives de l’auteur).

45 On trouvera une combinaison inhabituelle de photos anciennes et de photographies originales d’un grand-père à l’article de la mort dans Mark et Dan Jury, Gramp, New York, Grossman, 1976.

46 Je remercie Ken Persing pour son document non publié, « No photographs in the bathroom : a survey of home mode imagery » (1976, archives de l’auteur).

47 Extrait d’un document non publié de Paula Broude et Kathy Morton intitulé « Three case studies in home mode visual communication » (1975, archives de l’auteur).

48 Dell Hymes propose l’exemple suivant de photographie d’enterrement dans une réserve indienne à Warm Springs, dans l’Oregon : « […] puis, les gens ont commencé à partir et les parents endeuillés se tenaient à chaque extrémité de la tombe, l’un en face de l’autre, et leurs amis les ont photographiés ainsi. Ce genre d’image, manifestation de la solidarité qui s’exprimait aussi dans les fleurs, peut être bienvenue ». « On the Origins and Foundations of Inequality among Speakers », Daedalus, 102 (3), 1973, p. 71. Des observations comme celle-ci posent des questions intéressantes sur l’usage transculturel qui est fait de la photo comme mode de communication.

49 Je remercie James Brennen de m’avoir fait part d’un document non publié, « A sociovidistic analysis of home-mode photography based on Les Rites de passage » (1974, archives de l’auteur).

50 Je ne parle pas des personnes qui placent des photographies du défunt sur les tombes, ni de celles qui se font enterrer avec des photographies : « Conformément à une coutume que l’on observe encore chez beaucoup de personnes de la campagne, qui accordent une grande place à la photographie, elle a été enterrée avec une photo de son petit-fils préféré. » Howell Raines, « Let us now revisit famous folk », New York Times Magazine, 25 mai 1980, p. 38.

51 La philosophie constructiviste de Nelson Goodman trouve ici sa pertinence quand il analyse, dans la construction du monde, les processus de composition et de décomposition, de répétition, de pondération, d’ordonnancement, de suppression, de complémentation et de déformation. Ses descriptions de la « suppression et de la complémentation » peuvent s’appliquer aux décisions relatives à l’inclusion ou à l’exclusion de certaines images. Cf. Ways of Worldmakin, Indianapolis, Hackette Publishing Co., 1978, p. 14. Les aspects conscients et inconscients de la perception sélective jouent un rôle central dans la communication des images au sein des familles.

52 Certains aspects économiques ou politiques de nos vies peuvent ne pas apparaître : « Il est frappant de voir, par exemple, que les albums de famille néerlandais des années 1940-1945 ne contiennent presque aucune référence à l’occupation allemande ou à la guerre en général ». Jaap Boerdam, Warna Ooserbaan Martinus, « Family photographs – A sociological approach », The Netherlands’ Journal of Sociology, 16 (2), 1980, p. 95-110.

53 Cf. Edgar Williams, Philadelphia Inquirer, 27 février 1976. Dans un article voisin, Louis Grenier, spécialisé dans les albums de divorce, donne des exemples du type de photo qu’il inclurait : « des vues du mari et de la femme se partageant les biens matériels ; des gros plans des visages des enfants dont les parents se disputent la garde ; des vues du mari et de la femme discutant avec leurs avocats respectifs ; des scènes au tribunal avant l’audience ; des vues du partenaire qui fait ses bagages avant de quitter le domicile ; des vues du partenaire quittant ses enfants ; des vues du partenaire seul dans une chambre d’hôtel ou installé chez des amis… » Job Green, « Divorce photo album », The Bulletin, Philadelphie, 27 février 1976.

54 Cf. Jeffrey Rosenberg, « Army life or a G.I. in Germany : 179 still photographs », document non publié (1976, archives de l’auteur).

55 Je remercie Catherine Wissaesser et Ida Liberkowski pour leur document intéressant, « When poppa gets the camera » (1974, archives de l’auteur).

56 Cf. R. Fanelli, « The practice of still photography : an ethnography of the home mode of visual communication », 1976 (document non publié, archives de l’auteur).

57 On trouvera de nombreux exemples de personnes qui ne figurent habituellement pas sur les photos ou dans les albums de famille dans Bill Owens, Our Kind of People – American Groups and Rituals, San Francisco, Straight Arrow Books, 1975, ou Neal Slavin, When Two or More Gather Together, New York, Farrar, Strauss & Giroux, 1976. Pour d’autres commentaires, voir le compte rendu de Richard Chalfen, American Anthropologist, 81, 1979, p. 475-476.

58 Cf. R. Fanelli, « The practice of still photography : an ethnography of the home mode of visual communication », 1976, p. 89.

59 Cf. Florence W. Kaslow, Jack Friedman, « Utilization of family photos and movies in family therapy », Journal of Marriage and Family Counseling, janvier 1977, p. 20, 23.

60 Rappelons que nous ne décrivons pas tout ce qui peut figurer dans un album de famille en dehors des photos elles-mêmes. On y trouve en effet de multiples objets : fleurs séchées, rubans, boucles de cheveux, coupures de journaux, invitations et annonces, badges, cartes d’identité, permis de conduire. En fait, notre analyse ne porte pas sur ces autres objets ni vraiment sur les images qui font partie de la sphère personnelle : photos de passeport, de Photomaton, portraits de mariages, vacances, etc. que l’on garde sur soi dans son portefeuille.

61 Cf. Margaret Weiss, « Honoring the amateur », World, 27 mars 1973.

62 Cf. Stanley Milgram, « The image freezing machine », Psychology Today, janvier 1977, p. 54.

63 Cf. James Kaufmann, « Learning from the Fotomat », The American Scholar, 49 (2), 1980, p. 244.

64 Cf. Julia Hirsch, Family Photographs – Content, Meaning and Effects, New York, Oxford University Press, 1981, p. 118.

65 Cf. J. Kouwenhoven, « Living in a snapshot world », in J. Green (dir.), The Snapshot, op. cit., p. 107.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Photographie amateur, États-Unis, 1967, coll. part.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/3502/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 2. Guide Kodak, France, v. 1950, coll. Musée français de la photographie, Bièvres.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/3502/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Légende Fig. 3. Publicité Kodak pour le Retina Reflex iv, Italie, v. 1960, coll. Musée français de la photographie, Bièvres.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/3502/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende Fig. 4. Photographie amateur, États-Unis, coll. part.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/3502/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 5. Publicité Kodak pour le Retina i et ii, France, v. 1950, coll. Musée français de la photographie, Bièvres.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/3502/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Fig. 6. Manuel photo, v. 1960, États-Unis, coll. Musée français de la photographie, Bièvres.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/3502/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Fig. 7. Photographie amateur, États-Unis, coll. part.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/3502/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 8. Photographie amateur, États-Unis, 1965, coll. part.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/3502/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 9. Photographie amateur, États-Unis, v. 1960, coll. part.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/3502/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 10. Photographie amateur, États-Unis, 1992, coll. part.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/3502/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende Fig. 11. Photographie amateur, États-Unis, coll. part.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/3502/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 12. Photographie amateur, États-Unis, 1963, coll. part.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/3502/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 13. Photographie amateur, États-Unis, v. 1960, coll. part.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/3502/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 14. Photographie amateur, États-Unis, 1965, coll. part.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/3502/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 15. Photographie amateur, États-Unis, v. 1970, coll. part.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/3502/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 170k

Pour citer cet article

Référence électronique

Richard Chalfen, « La photo de famille et ses usages communicationnels », Études photographiques, 32 | Printemps 2015, [En ligne], mis en ligne le 24 juillet 2015. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/3502. consulté le 30 mars 2017.

Auteur

Richard Chalfen

Richard Chalfen est professeur émérite d’anthropologie à la Temple University à Philadelphie et chercheur au Center on Media and Child Health (CMCH) à l’hôpital pour enfants de Boston. Il a été président de la Society of Visual Anthropology au sein de l’American Anthropological Association, ancien président du département d’anthropologie de la Temple University, et directeur du programme de maîtrise en anthropologie visuelle. Sa recherche combine l’anthropologie culturelle, la communication visuelle, les études américaines et, ces vingt dernières années, la culture visuelle dans le Japon moderne. Au CMCH, il applique les méthodes de recherche élaborées dans l’analyse des médias participatifs pour étudier les maladies chroniques de l’enfant, ainsi que les usages des téléphones mobiles par les jeunes. Parmi ses publications : Snapshot Versions of Life (1987), Turning Leaves – The Photograph Collection of Two Japanese American Families (1997), Through Navajo Eyes (co-auteur, 2001) et, plus récemment, Photogaffes – Family Snapshots and Social Dilemmas (2012).

Droits d’auteur

© Etudes photographiques