Navigation – Plan du site

D’un corps de classe à un corps de genre

Les stars, modèles de féminité dans Marie-Claire
Alexie Geers
Traduction(s) :
Embodying class and gender

Résumés

En mars 1937, lorsque le premier numéro de Marie-Claire paraît, l’imagerie du corps féminin proposée aux lectrices issues des milieux populaires tranche avec celle des revues antérieures. Les corps féminins sont apprêtés et soignés pour séduire et remplacent les corps hiératiques utilisés pour présenter une mode synonyme d’apparence de classe. Cette étude revient sur cette mutation et montre que le répertoire visuel mobilisé est emprunté à celui de la star féminine construit par les revues de cinéma. En représentant les femmes comme des stars, ce n’est pas seulement l’imagerie du corps féminin qui évolue mais bien le paradigme de la féminité. Les codes de cette nouvelle apparence symbolisent la conquête sociale de celles qui réussissent grâce à leur beauté, mais aussi une réappropriation, par les femmes, de leur sexualité dans un contexte de reconfiguration du couple hétérosexuel basée sur l’amour.

Texte intégral

L’auteur tient à remercier chaleureusement André Gunthert pour les riches échanges qui ont donné forme à cet article, Valentina Grossi pour son aide et Grégory Divoux pour ses patientes relectures.

  • 1 Cf. Alexie Geers, « Un magazine pour se faire belle. Votre beauté et l’industrie cosmétique dans le (...)
  • 2 Edgar Morin, Les Stars, Paris, éditions du Seuil, 1972, p. 132.

1Le 5 mars 1937, en couverture du premier numéro de Marie-Claire, un visage de femme en gros plan regarde vers le haut : ses cheveux sont détachés librement, elle a les yeux et la bouche maquillés, ses sourcils ont été épilés finement, elle porte des boucles d’oreilles et esquisse un sourire (voir fig. 1). Au cœur du titre, les représentations de femmes sont apprêtées et leurs corps sont soignés pour séduire. D’ailleurs, la rédaction communique aux lectrices les éléments pour acquérir une nouvelle apparence désignée sous le terme de « beauté1 ». Cette dernière, obtenue notamment grâce à l’usage de produits cosmétiques, doit permettre d’exprimer la féminité des lectrices et a pour objectif la séduction de la gent masculine. Au cœur de ce système, la star de cinéma est un modèle à suivre, un exemple de beauté à imiter, dont Edgar Morin dira qu’« elle accélère l’érotisation du visage humain2 ».

Fig. 1. Couverture de Marie-Claire n° 1, 5 mars 1937, coll. part.

  • 3 « Le prestige de la femme, sa force, son rayonnement sur tout ce qui l’entoure est étroitement lié (...)
  • 4 Norbert Elias, La Société de cour, trad. de l’allemand par Pierre Kamnitzer, Paris, Calmann-Lévy, 1 (...)
  • 5 Daniel Roche, « Le costume nobiliaire : un signe social », chapitre viii, « Le triomphe des apparen (...)

2Cette imagerie tranche avec celle de la presse destinée aux femmes publiée jusqu’alors, dans laquelle les attitudes corporelles sont contenues et hiératiques, les traits des visages peu travaillés, non expressifs et à peine individualisés. Dans ces publications, les corps féminins sont des modèles servant la présentation d’une tenue au cœur d’une presse essentiellement dédiée à la mode et à l’actualité culturelle. Des silhouettes entières, en plan large, permettent de présenter la totalité de la tenue (voir fig. 2). L’emprunt aux conventions du portrait bourgeois – livres, éléments architecturaux ou de décor – aide le spectateur à lire le statut social du personnage. Ces revues fournissent aux lectrices des milieux aisés des repères en adéquation avec leur position sociale leur permettant d’exprimer leur « prestige3 » et de s’adapter aux différents événements sociaux que sont la sortie en ville, au théâtre, la soirée, la promenade… Les journalistes de mode décrivent dans ces pages l’apparence comme un apparat, une « étiquette » dirait Norbert Elias4, qui indique le milieu et s’apprend comme tout code culturel5.

  • 6 Naomi Wolf, The Beauty Myth. How Images of Beauty Are Used Against Women, New York, Harper Perennia (...)

3Dans le monde anglo-saxon, la presse féminine fait davantage l’objet de recherches au sein des études de genre, et plus précisément du côté des études féministes que dans le champ des études médiatiques. Ces recherches, moins dédiées à l’objet magazine qu’à la représentation des femmes dans les médias, partent régulièrement du postulat de l’aliénation du public féminin aux images proposées, à la manière des études consacrées à la publicité et à son influence6.

Fig. 2. Couverture de L’Élan de la Mode n° 1, 7 juillet 1907, coll. part.

  • 7 Évelyne Sullerot, La Presse féminine, Paris, Armand Colin, 1963.
  • 8 Marlène Coulomb-Gully (dossier coordonné par), « Médias : la fabrique du genre », Sciences et Socié (...)
  • 9 Anne-Marie Dardigna, La Presse « féminine ». Fonction idéologique, Paris, Maspero, 1978.
  • 10 Valérie Cossy, Fabienne Malbois, Lorena Parini, Silvia Ricci Lempen, « Imaginaires collectifs et re (...)
  • 11 Janice Radway, « Lectures à “l’eau de rose”. Femmes, patriarcat et littérature populaire », Politix(...)
  • 12 Sylvie Debras, « Lectrices oubliées au quotidien », Réseaux, no 120, 2003, p. 175-204 (en ligne : w (...)
  • 13 Sylvette Giet, « Nous Deux, un dispositif de médiation culturelle ? », Études de communication, 21, (...)
  • 14 Claire Blandin, Hélène Eck, « Devoirs et désirs : les ambivalences de la presse féminine », in Clai (...)

4En France, les travaux sont assez anciens et très généraux7, utilisent la presse féminine comme source, comme support pour étudier autre chose, comme la représentativité des femmes dans les médias8 ou encore reprennent le postulat critique9. En 2009, un groupe de chercheuses féministes francophones déplore les manquements et le « snobisme intellectuel » qui a empêché les féministes de s’attarder sur les objets culturels destinés aux femmes10. Pourtant, les études de réception des pionniers britanniques comme Janice Radway11 ou de chercheurs plus contemporains, comme Sylvie Debras12 pour la France, ont ouvert la voie à la nuance vis-à-vis de la consommation de biens culturels. Dans ce paysage français rapidement dressé le travail de Sylvette Giet fait exception en proposant une étude plus globale du magazine féminin sentimental Nous Deux13. Projet que revendiquent également Claire Blandin et Hélène Eck en 2010, en introduisant un des premiers colloques français consacrés à la presse féminine lorsqu’elles invitent les intervenants à « relier plusieurs caractéristiques [de la presse féminine], souvent examinées de manière distincte : la presse féminine est à la fois un support publicitaire, un guide de savoir-faire et de savoir-vivre et une pratique culturelle, définie comme propre au “genre féminin14” ».

5Aussi, considérant à leur suite que le public est un acteur de la réception et que le magazine féminin est un objet complexe, il faut poursuivre l’observation plus attentive des caractéristiques proprement médiatiques de la presse féminine, et notamment dans l’usage des images et de leur circulation. Souvent qualifiées de stéréotypées, de standardisées ou d’irréelles, les représentations du corps féminin sont observées hors de leur contexte de diffusion et sans perspective diachronique. Afin d’apporter une compréhension plus fine de ces images, il est nécessaire de reprendre les observations sur un temps long tout en multipliant et en comparant les contextes de publication. Les enjeux de représentation du corps féminin pourront être alors redéfinis à l’aune de cette nouvelle approche, au-delà du postulat de l’influence.

6Pour étudier la mutation dans la représentation du corps féminin, il s’avère essentiel de reprendre l’hypothèse d’Edgar Morin en observant la manière dont s’installe dans Marie-Claire l’usage de la figure de la star de cinéma lors de ses premières années d’existence.

La star comme modèle

  • 15 Catherine Authier, « La naissance de la star féminine sous le Second Empire », in Jean-Claude Yon ( (...)
  • 16 Paul MacDonald, The Star System. Hollywood’s Production of Popular Identities, Londres / New York, (...)
  • 17 Sur l’histoire des revues spécialisées de cinéma en France, cf. Christophe Gautier, Le Cinéma passé (...)
  • 18 P. MacDonald, The Star System. Hollywood’s production of popular identities, op. cit.

7Au xixe siècle, le monde du spectacle – musique lyrique, théâtre, music-hall – met en place sa promotion en valorisant l’actrice, la chanteuse ou la danseuse15. Dès les années 1910, cette formule est reprise par l’industrie cinématographique hollywoodienne qui accompagne les sorties en salle auprès du public grâce aux actrices. Mary Pickford est l’une des premières à être célébrée et devient un modèle quant à la valorisation de l’individualité des actrices16. Le faste de leur train de vie, leurs amours impossibles, leurs mœurs libres, leurs aventures extraordinaires, leurs caractères bien trempés sont alors décrits au sein de revues promotionnelles spécialisées17 et participent à faire rêver le public en modelant des figures de femmes idéales. Les producteurs de cinéma élaborent un univers qui popularise les actrices et déborde le simple cadre de la projection filmique, appelé « Star System18 ».

  • 19 Cf. aussi sur Gallica, Grands artistes de l’écran, Vedettes de cinéma, Visages et contes du cinéma (...)
  • 20 Vedettes de cinéma paraît pour la première fois en 1931. Elle ne comporte pas d’ourse, ni mention d (...)

8En France, à partir des années 1930, des magazines comme Cinémonde19 ou Vedettes de cinéma20 (voir fig. 3) reprennent la formule issue des revues américaines aussi bien d’un point de vue du contenu que de la forme. Ils sont composés comme des imagiers de photographies de stars féminines, belles et séduisantes. Les rares et courts articles comme les légendes des photographies n’abordent ni l’actualité ni la critique cinématographique et se concentrent sur la description de la vie et de la beauté de ces femmes. Les photographies sont fournies par les producteurs de cinéma hollywoodiens, en particulier par Paramount, et les informations sur la vie des stars semblent également venir des firmes. Les studios, qui peuvent parfois être à l’origine de la fabrication de ces revues, fournissent un contenu prêt à publier aux rédactions qui économisent de fait un travail d’investigation et d’écriture.

Fig. 3. Couverture de Vedettes de cinéma, du théâtre et du music-hall dans l’intimité à l’écran et à la scène (1931-1932), phot. Metro-Goldwyn Mayer, coll. part.

  • 21 Geoffrey Jones, Beauty Imagined, a History of the Global Industry, Oxford, Oxford University Press, (...)
  • 22 Fred E. Basten, Max Factor : The Man who Changed the Faces of the World, New York, Arcade, 2008, p. (...)
  • 23 G. Jones, Beauty Imagined, a History of the Global Industry, op. cit., p. 126.

9Profitant du succès d’Hollywood, les industriels de la cosmétique mobilisent aussi les stars pour promouvoir leur production. Max Factor est un des premiers à s’appuyer sur leur beauté. D’abord maquilleur pour l’opéra de Moscou, il s’installe aux états-Unis en 1904 et crée un maquillage adapté à l’écran pour les actrices hollywoodiennes21. À partir de 192722, il commercialise sa production auprès du grand public et utilise l’image des actrices – qu’il maquille au quotidien – dans ses publicités. En contrepartie, les actrices sont rémunérées et accroissent leur notoriété, tandis que les studios bénéficient de cette présence médiatique. Au tout début des années 1930, les studios hollywoodiens recrutent des actrices étrangères en misant sur la réception positive qu’elles recevront dans leurs pays d’origine, poussant Max Factor à ajuster ses produits à la diversité physique de ces visages. L’ouverture d’une succursale à Londres en 193523 et la diffusion mondiale des publicités de l’industriel témoignent du succès rencontré par cette entreprise.

  • 24 Votre beauté est le supplément d’une revue professionnelle appelée La Coiffure de Paris. Votre beau (...)
  • 25 « En suivant l’exemple des jolies artistes que vous admirez », publicité Dixor, La Coiffure et les (...)
  • 26 Lors de la séance du séminaire « Mythes, images, monstres », intitulée « Un sourire de star : la co (...)
  • 27 Voir Céline Meulien, « Une archéologie visuelle d’un idéal de la femme créé par le prisme de la pho (...)
  • 28 Publicité L’Oréal blanc, Beauté, coiffure, mode, no 266, avril 1932, 4e de couverture (fig. 4).
  • 29 « Nos vedettes à l’écran », Beauté, coiffure, mode, n° 263, janvier 1932, p. 16-17.

10En France, au sein de Votre beauté24 – la publication promotionnelle d’Eugène Schueller, le fondateur de L’Oréal –, la première mobilisation de la figure de l’artiste peut être repérée dans une publicité pour une lotion à la toute fin des années 192025. Louée pour sa beauté, la jeune femme affiche ce statut par son sourire26. À cette époque les comédiennes de théâtre sont parfois citées dans la presse adressée aux femmes, notamment pour montrer la mode du moment27. Mais c’est à partir de 1932, avec la campagne de promotion pour la teinture « blond platine » de L’Oréal, que les stars sont présentées comme des modèles dans Votre beauté (voir fig. 4). Faisant référence à l’actualité cinématographique, le « blond platine » est décrit comme « cette nouvelle nuance de cheveux décolorés qui fait fureur parmi les étoiles de cinéma28 ». « Le “blond platine” si délicieux à la ville s’avère comme la couleur la plus photogénique à l’écran. Nombreuses sont les vedettes qui l’ont adopté : Madeleine Renaud de la Comédie-Française et Françoise Rosay lui doivent une partie de leur charme déjà si prenant29. »

Fig. 4. Publicité pour la teinture L’Oréal blanc, quatrième de couverture de Beauté, coiffure, mode n° 266, 1er avril 1932, coll. bibliothèque Forney / Roger-Viollet, Paris.

  • 30 « Girls Paramount », Votre beauté, n° 278, avril 1933, couverture ; « Photos Paramount », Votre bea (...)
  • 31 « Les sourcils. Doit-on les épiler ? », Votre beauté, n° 277, mars 1933, p. 22-23.

11Les photographies des actrices hollywoodiennes sont principalement fournies par des studios américains comme Paramount30 confirmant que ces derniers travaillent à la promotion de leurs films grâce à la diffusion d’images sur plusieurs médias et dans plusieurs pays. Après cette première campagne, les stars occupent régulièrement les couvertures (voir fig. 5), le cœur du magazine et les publicités et sont citées comme des modèles pour de nombreux sujets. À la question : « Les sourcils. Doit-on les épiler ? », la rédactrice Claude Malays répond que Marlène Dietrich « les épile complètement ». Elle ajoute que « Ces deux photos de Carole Lombard et de Kathleen Birke sont la preuve qu’on peut donner à ses sourcils la forme et l’épaisseur qui conviennent le mieux à sa beauté et au type qu’on veut réaliser31 », lorsqu’elle commente deux des photographies fournies par Paramount utilisées pour accompagner l’article.

  • 32 « à voir les modes de l’écran, à contempler dans la salle obscure des actrices belles comme des dée (...)
  • 33 « Chevelures d’étoiles », Marie-Claire, n° 2, 12 mars 1937, p. 24-25.
  • 34 « Maintenant, pensez que la star n’est qu’une femme, comme vous, parfois à peine plus jolie que vou (...)

12Cinq ans plus tard, quand le magazine féminin Marie-Claire sort en kiosque à destination des femmes de milieux populaires, les actrices sont tout naturellement présentées comme des modèles de beauté et de séduction. Elles sont décrites comme des figures féminines séduisantes « belles comme des déesses32 » ou comme des « étoiles33 » tout en rappelant qu’elles sont des « femme(s), comme vous, parfois à peine plus jolie(s) que vous34 ».

Fig. 5. Couverture de Beauté, coiffure, mode n° 272, octobre 1932, phot. Paramount, coll. bibliothèque Forney / Roger-Viollet, Paris.

Circulation visuelle et sexualisation de la féminité

13Visuellement, au sein des premiers numéros de Marie-Claire, il est difficile de distinguer les stars des autres femmes car toutes les images de femmes semblent être des images de stars (voir fig. 6) : belles et souriantes. La comparaison entre des images de stars issues de la presse de cinéma et des industries cosmétiques avec celles des femmes de Marie-Claire met en évidence des effets de reprises et de ressemblances flagrantes.

Fig. 6. Couverture de Marie-Claire n° 27, 3 septembre 1937, phot. Saad, coll. part.

  • 35 André Gunthert, « Size matters », L’Atelier des icônes, 5 avril 2012 (en ligne : http://culturevisu (...)
  • 36 « Mettez en valeur votre visage », Marie-Claire, n° 46, 14 janvier 1938, p. 8-9 ; « Votre visage ne (...)

14Ce phénomène se manifeste d’abord dans la nouvelle importance donnée aux visages par la rédaction de Marie-Claire, reprenant une caractéristique observée dans les magazines de cinéma ou dans les publications promotionnelles des industries cosmétiques lorsqu’il s’agit de représenter les stars. Dès les premiers numéros, des portraits de femmes souriantes occupent les couvertures (voir fig. 6) mais également une grande partie des pages intérieures du titre, avec des images en gros plan ou recadrées pour valoriser leur visage35 (voir fig. 7). Celui-ci est souriant, maquillé et coiffé soigneusement et tourné dans une pose qui met en valeur ses traits (voir fig. 8). Les articles comme les publicités détaillent les soins à lui apporter et expliquent son rôle dans l’impression que les lectrices souhaitent donner d’elles-mêmes36. Le visage possède un rôle central dans les soins de l’apparence, détrônant le travail d’élégance destiné à soigner l’allure générale, comme il était d’usage dans les revues de mode du xixe siècle. Le recours au gros plan photographique permet, comme au cinéma, de se rapprocher des visages, de les individualiser et de percevoir plus précisément les émotions.

Fig. 7. Pages 38 et 39 de Marie-Claire n° 63, 13 mai 1938, article « Le secret d’une bouche jeune », coll. part.

  • 37 Beauté magazine est une publication plus confidentielle ayant pour objet la beauté au sens artistiq (...)
  • 38 Ce que la chercheuse féministe Laura Muvley définit comme le « male gaze », un point de vue érotiqu (...)

15Ces emprunts au répertoire visuel des stars s’observent également dans la manière de représenter les femmes en train de se regarder dans un miroir, signifiant la coquetterie assumée de celles qui acceptent de soigner leur apparence, de s’admirer et de se donner à voir aux regards masculins. La circulation de ces formules ne se limite pas à Marie-Claire si l’on observe d’autres publications de l’époque telles que Beauté magazine37 (voir fig. 9). Dans cette revue, lorsqu’une femme est particulièrement dénudée, la légende précise toujours qu’il s’agit d’une femme de spectacle, danseuse, chanteuse ou actrice, signifiant l’autorisation tacite que ces dernières possèdent d’exposer leur nudité. La nudité – ou la presque nudité – fait partie des caractéristiques de la star sans que cela ne soit choquant, alors que la mode féminine de l’époque est assez couvrante. L’actrice bénéficie d’une licence spéciale et implicite d’être érotique et d’être regardée et appréciée pour cela38. Son statut de femme de spectacle, vivant du commerce de son apparence, lui permet une forme d’audace, qui n’est pas sans rappeler celle accordée aux prostituées.

Fig. 8. Publicité pour Diadermine, quatrième de couverture de Marie-Claire n° 33, 15 octobre 1937, coll. part.

  • 39 Georges Vigarello, « Les Sylphides modernes », in Histoire de la beauté. Le corps et l’art d’embell (...)
  • 40 Vedettes de cinéma, du théâtre et du music-hall dans l’intimité à l’écran et à la scène, 1931/1932 (...)
  • 41 « Les hommes aiment les femmes gaies », Marie-Claire, n° 2, 12 mars 1937, p. 20-21.

16Même si, à l’époque, une partie des femmes a déjà abandonné certains carcans vestimentaires encombrants pour s’approprier une mode plus légère et plus dynamique39, la garde-robe des stars, que l’on qualifierait aujourd’hui de sexy, n’est pas le lot de la majorité des femmes et reste celle des femmes de représentation. Pour reprendre le vocabulaire de Vedettes de cinéma, la star a « tout ce qu’il faut pour séduire », « une ligne parfaite, un joli sourire, une élégance hardie40 ». Ces qualités de désirabilité sont aussi présentées par la rédaction de Marie-Claire comme les conditions de la séduction et de la réussite en amour, qui se traduit par la présence d’hommes dans les représentations et par l’énoncé de leur avis41. Les femmes sont invitées à être belles pour que les hommes soient séduits, principe très bien résumé par la couverture de Votre beauté, datée de septembre 1934 : « Soyez belle, on vous épie » (voir fig. 10).

  • 42 Ibid.
  • 43 « 1. Optimiste toujours seras, souriante mais sans rire aux éclats […] 9. Ton apparence garderas, c (...)
  • 44 « Voici quelques visages féminins dont les caractéristiques attirent particulièrement certains homm (...)

17La rédaction de Marie-Claire comme les publicitaires qui publient dans ses colonnes décrivent ces qualités comme enviables et donnent le mode d’emploi pour que chaque lectrice puisse les construire et séduire. Cet objectif d’amour est symbolisé par la reprise de la formule visuelle du « baiser » de cinéma (voir fig. 11) tout droit tirée des films et des revues. En reprenant l’happy end traditionnel du cinéma hollywoodien « Elle aime, on l’aime, elle est heureuse42 », le processus est complet. La beauté et la mise en avant d’un corps désirable sont une étape vers la séduction et donc vers l’amour et le bonheur43. Les femmes séduisent les hommes, avec les atouts de la star, en cultivant leur beauté et une apparence suggestive. L’accord des hommes pour ce nouveau rôle des femmes dans les rapports amoureux se manifeste par l’expression de leur avis44 et permet de rassurer le lectorat féminin sur la coopération masculine dans ce nouveau système.

Fig. 9. Deuxième couverture de Beauté magazine n° 40, juin 1934, phot. Schostal, coll. part.

18Au début des années 1930, sous l’impulsion des industries cosmétiques, l’idée de beauté est redéfinie autour des soins du corps et du visage. Les industriels, comme Max Factor ou Eugène Schueller, s’appuient sur l’industrie cinématographique en pleine croissance et mobilisent les stars et leur répertoire visuel pour promouvoir leur production. En France, la rédaction de Marie-Claire accompagne cette évolution en donnant une large place à l’enseignement de ces soins et à l’information concernant les nouveautés cosmétiques. Pour soutenir ce récit de beauté, elle choisit de représenter les femmes comme des actrices, en gommant toutefois l’origine cinématographique des modèles – puisque dans les numéros de Marie-Claire de 1937 et 1938, la star n’est mobilisée explicitement, comme exemple, qu’entre une à quatre fois par numéro (moyenne de deux). Cette déshistoricisation est renforcée par la circulation des modèles sur différents supports – journaux de cinéma, films, magazines féminins, publicités, etc. –, qui accentue la naturalisation de ces modèles pour les lectrices. Pour elles, si toutes les femmes représentées le sont avec les mêmes codes, l’objectif de beauté paraît atteignable. L’identification avec ces images est possible et encore davantage que s’il s’agissait d’images de stars.

  • 45 Alain Corbin, « La fascination de l’adultère », in Georges Duby (dir.), Amour et sexualité en Occid (...)
  • 46 Edward Shorter, Naissance de la famille moderne, Paris, éditions du Seuil, 1977.
  • 47 A. Corbin, « La fascination de l’adultère », op. cit.
  • 48 Ibid.
  • 49 Anne-Claire Rebreyend, Intimités amoureuses : France 1920-1975, Toulouse, Presses universitaires du (...)

19Au cours du xixe siècle, alors que l’aristocrate prend plaisir à se montrer accompagné d’une maîtresse à l’apparence exubérante – la mondaine – et qu’il vit une partie de sa sexualité en dehors du mariage, puisque le foyer est réservé à l’éducation des enfants et à la perpétuation du patrimoine45, le bourgeois vise à réunir amour et sexualité au sein du mariage46 pour composer un couple plus « fraternel » et plus égalitaire47. En parallèle, une partie des féministes énonce la volonté d’une réappropriation du plaisir des femmes par elles-mêmes face à une sexualité relativement décevante48. Cependant, si cette cristallisation du couple autour de l’amour conjugal trouve des racines dans le xixe siècle, elle semble s’affirmer et se diffuser dans les couches les plus modestes de la société entre les années 1920 et le début de la Seconde Guerre mondiale49. Dans ce contexte, le paradigme de la star féminine est celui d’une femme moderne, qui s’approprie sa sexualité en maîtrisant son apparence et son potentiel de séduction. Il encourage l’évolution des rapports entre maris et épouses en proposant un modèle positif de féminité.

Fig. 10. Couverture de Votre Beauté n° 295, septembre 1934, phot. Meerson, coll. bibliothèque Forney / Roger-Viollet, Paris.

  • 50 Isabelle Dhommée, Les Cinq « Empoisonneuses » : G. Garbo, J. Crawford, M. Dietrich, M. West, K. Hep (...)
  • 51 À propos du concept de « corps de classe », cf. Pierre Bourdieu, La Distinction, Paris, éditions de (...)

20Avant d’être des stars, les actrices qui ont conquis un statut social supérieur grâce à leur beauté50 incarnent des exemples d’ascension sociale qui échappent aux lois de la lignée pour les femmes des milieux populaires auxquelles est destiné le magazine. Si les femmes des milieux aisés continuent de trouver, dans les revues de mode, des repères visant la fabrication d’un corps affirmant leur appartenance de classe51, les lectrices de Marie-Claire y découvrent les codes d’une nouvelle apparence de genre, synonyme de conquête sociale.

  • 52 Éric Macé, Éric Maigret, Penser les médiacultures. Nouvelles pratiques et nouvelles approches de la (...)

21Cette étude met en évidence un des ressorts principaux des médiacultures52 : elles créent des modèles imaginaires attirants pour promouvoir leurs productions. En observant les caractéristiques médiatiques de la presse féminine, il est possible de recomposer l’émergence et l’évolution des modèles de féminité proposés aux lectrices à un moment donné. Une fois ce travail effectué, on peut s’interroger sur le caractère potentiellement aliénant de ces modèles. À condition de le compléter, en percevant que si ces images sont devenues des stéréotypes c’est parce qu’elles incarnaient les souhaits d’évolution du statut des femmes.

Fig. 11. Publicité pour des produits de beauté Tokalon, quatrième de couverture de Marie-Claire n° 295, 10 octobre 1943, coll. bibliothèque Forney / Roger-Viollet, Paris.

Notes

1 Cf. Alexie Geers, « Un magazine pour se faire belle. Votre beauté et l’industrie cosmétique dans les années 1930 », in Clio, femmes, genre, histoire, n° 40, novembre 2014, p. 249-269.

2 Edgar Morin, Les Stars, Paris, éditions du Seuil, 1972, p. 132.

3 « Le prestige de la femme, sa force, son rayonnement sur tout ce qui l’entoure est étroitement lié à son apparence extérieure », Mode et beauté, no 1, 1901.

4 Norbert Elias, La Société de cour, trad. de l’allemand par Pierre Kamnitzer, Paris, Calmann-Lévy, 1974.

5 Daniel Roche, « Le costume nobiliaire : un signe social », chapitre viii, « Le triomphe des apparences », in La Culture des apparences, Paris, Fayard, 1989, p. 178-183.

6 Naomi Wolf, The Beauty Myth. How Images of Beauty Are Used Against Women, New York, Harper Perennial, 2002 (1re éd. : New York, Morrow, 1991).

7 Évelyne Sullerot, La Presse féminine, Paris, Armand Colin, 1963.

8 Marlène Coulomb-Gully (dossier coordonné par), « Médias : la fabrique du genre », Sciences et Société, no 83, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2011.

9 Anne-Marie Dardigna, La Presse « féminine ». Fonction idéologique, Paris, Maspero, 1978.

10 Valérie Cossy, Fabienne Malbois, Lorena Parini, Silvia Ricci Lempen, « Imaginaires collectifs et reconfiguration du féminisme », Nouvelles Questions féministes « Figures du féminin dans les industries culturelles contemporaines », vol. 28, no 1, 2009, p. 4-12.

11 Janice Radway, « Lectures à “l’eau de rose”. Femmes, patriarcat et littérature populaire », Politix, vol. 13, no 51, 3e trimestre 2000, p. 163-177 (en ligne : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/polix_0295-2319_2000_num_13_51_1108).

12 Sylvie Debras, « Lectrices oubliées au quotidien », Réseaux, no 120, 2003, p. 175-204 (en ligne : www.cairn.info/revue-reseaux-2003-4-page-175.htm).

13 Sylvette Giet, « Nous Deux, un dispositif de médiation culturelle ? », Études de communication, 21, 1998 (en ligne : http://edc.revues.org/index2372.html).

14 Claire Blandin, Hélène Eck, « Devoirs et désirs : les ambivalences de la presse féminine », in Claire Blandin, Hélène Eck (dir.), « La vie des femmes ». La presse féminine au xixe et xxe siècle, Paris, éditions université Panthéon-Assas, 2010, p. 7-17.

15 Catherine Authier, « La naissance de la star féminine sous le Second Empire », in Jean-Claude Yon (dir.), Les Spectacles sous le Second Empire, Paris, Armand Colin, 2010, p. 270-281.

16 Paul MacDonald, The Star System. Hollywood’s Production of Popular Identities, Londres / New York, Wall Flower Press, 2000.

17 Sur l’histoire des revues spécialisées de cinéma en France, cf. Christophe Gautier, Le Cinéma passé en revues (1926-1927), (document d’accompagnement exposition BiFi, octobre 2002-janvier 2003), Paris, BiFi, 2002 (en ligne : http://www.bifi.fr/public/ap/article.php?id=7).

18 P. MacDonald, The Star System. Hollywood’s production of popular identities, op. cit.

19 Cf. aussi sur Gallica, Grands artistes de l’écran, Vedettes de cinéma, Visages et contes du cinéma (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32890266c/date).

20 Vedettes de cinéma paraît pour la première fois en 1931. Elle ne comporte pas d’ourse, ni mention d’éditeur, ou rédacteur, ou date. Le classement de la BnF précise que les numéros disponibles et donc consultés datent de 1931 et 1932.

21 Geoffrey Jones, Beauty Imagined, a History of the Global Industry, Oxford, Oxford University Press, 2010, p. 64.

22 Fred E. Basten, Max Factor : The Man who Changed the Faces of the World, New York, Arcade, 2008, p. 61.

23 G. Jones, Beauty Imagined, a History of the Global Industry, op. cit., p. 126.

24 Votre beauté est le supplément d’une revue professionnelle appelée La Coiffure de Paris. Votre beauté s’intitule La Coiffure et les modes de 1909 à mars 1932, puis Beauté, coiffure mode d’avril 1932 à décembre 1932, puis Votre beauté à partir de janvier 1933. Pour plus de clarté, nous emploierons le terme Votre beauté.

25 « En suivant l’exemple des jolies artistes que vous admirez », publicité Dixor, La Coiffure et les modes, 15 septembre 1927, hors-numérotation.

26 Lors de la séance du séminaire « Mythes, images, monstres », intitulée « Un sourire de star : la construction d’un stéréotype », le 5 mai 2011, André Gunthert montre que les premiers sourires photographiques sont repérables sur les stars au sein des publications spécialisées de cinéma.

27 Voir Céline Meulien, « Une archéologie visuelle d’un idéal de la femme créé par le prisme de la photographie dans les magazines féminins du début du xxsiècle », mémoire de master (dir. André Gunthert), Paris, EHESS, 2014.

28 Publicité L’Oréal blanc, Beauté, coiffure, mode, no 266, avril 1932, 4e de couverture (fig. 4).

29 « Nos vedettes à l’écran », Beauté, coiffure, mode, n° 263, janvier 1932, p. 16-17.

30 « Girls Paramount », Votre beauté, n° 278, avril 1933, couverture ; « Photos Paramount », Votre beauté, janvier 1935, couverture.

31 « Les sourcils. Doit-on les épiler ? », Votre beauté, n° 277, mars 1933, p. 22-23.

32 « à voir les modes de l’écran, à contempler dans la salle obscure des actrices belles comme des déesses et habillées hors de saison, les couturiers y ont pris plus d’idées, les femmes plus d’audaces », « Influence de l’écran sur la mode », Marie-Claire, n° 2, 12 mars 1937, p. 8-9.

33 « Chevelures d’étoiles », Marie-Claire, n° 2, 12 mars 1937, p. 24-25.

34 « Maintenant, pensez que la star n’est qu’une femme, comme vous, parfois à peine plus jolie que vous. Pour mettre ainsi en valeur son visage, pour mettre au point cette perfection, cet équilibre, il a fallu l’effort, le talent de plusieurs spécialistes, maquilleurs, coiffeurs, masseurs », « Chevelures d’étoiles », Marie-Claire, n° 2, 12 mars 1937, p. 24-25.

35 André Gunthert, « Size matters », L’Atelier des icônes, 5 avril 2012 (en ligne : http://culturevisuelle.org/icones/2347).

36 « Mettez en valeur votre visage », Marie-Claire, n° 46, 14 janvier 1938, p. 8-9 ; « Votre visage ne ment pas », Marie-Claire, n° 235, 10 février 1942, p. 12-13 ; « Vos yeux éclairent votre beauté », Marie-Claire, n° 3, 19 mars 1937, p. 18-19.

37 Beauté magazine est une publication plus confidentielle ayant pour objet la beauté au sens artistique, dont le premier numéro paraît en 1929 (collection BnF).

38 Ce que la chercheuse féministe Laura Muvley définit comme le « male gaze », un point de vue érotique masculin sur le corps féminin qui organise la manière de filmer à Hollywood : Laura Muvley, « Visual pleasure and narrative cinema », in Film Theory and Criticism : Introductory Readings, New York / Oxford UP, éditions Leo Braudy et Marshall Cohen, 1999.

39 Georges Vigarello, « Les Sylphides modernes », in Histoire de la beauté. Le corps et l’art d’embellir de la Renaissance à nos jours, Paris, éditions du Seuil, 2004, p. 191-207.

40 Vedettes de cinéma, du théâtre et du music-hall dans l’intimité à l’écran et à la scène, 1931/1932 (selon classement BnF).

41 « Les hommes aiment les femmes gaies », Marie-Claire, n° 2, 12 mars 1937, p. 20-21.

42 Ibid.

43 « 1. Optimiste toujours seras, souriante mais sans rire aux éclats […] 9. Ton apparence garderas, comme aux temps des fiançailles. Jolie, cela va de soi, avec mesure te maquilleras et les pantoufles banniras », « Les dix commandements du bonheur quotidien », Marie-Claire, n° 4, 26 mars 1937, p. 10.

44 « Voici quelques visages féminins dont les caractéristiques attirent particulièrement certains hommes », « Pour l’homme que vous aimez », Marie-Claire, n° 4, 26 mars 1937, p. 22-23 ; « Et maintenant, voici les robes qu’ils préfèrent », Marie-Claire, n° 52, 25 février 1938, p. 23.

45 Alain Corbin, « La fascination de l’adultère », in Georges Duby (dir.), Amour et sexualité en Occident, Paris, éditions du Seuil, 1991, p. 133-142.

46 Edward Shorter, Naissance de la famille moderne, Paris, éditions du Seuil, 1977.

47 A. Corbin, « La fascination de l’adultère », op. cit.

48 Ibid.

49 Anne-Claire Rebreyend, Intimités amoureuses : France 1920-1975, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, coll. « Le Temps du genre », 2009.

50 Isabelle Dhommée, Les Cinq « Empoisonneuses » : G. Garbo, J. Crawford, M. Dietrich, M. West, K. Hepburn et les états-Unis des années trente. Analyse du phénomène social de la star, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2002, p. 290.

51 À propos du concept de « corps de classe », cf. Pierre Bourdieu, La Distinction, Paris, éditions de Minuit, 1979.

52 Éric Macé, Éric Maigret, Penser les médiacultures. Nouvelles pratiques et nouvelles approches de la représentation du monde, Paris, Armand Colin, 2005.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Couverture de Marie-Claire n° 1, 5 mars 1937, coll. part.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/3500/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Fig. 2. Couverture de L’Élan de la Mode n° 1, 7 juillet 1907, coll. part.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/3500/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 3. Couverture de Vedettes de cinéma, du théâtre et du music-hall dans l’intimité à l’écran et à la scène (1931-1932), phot. Metro-Goldwyn Mayer, coll. part.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/3500/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 4. Publicité pour la teinture L’Oréal blanc, quatrième de couverture de Beauté, coiffure, mode n° 266, 1er avril 1932, coll. bibliothèque Forney / Roger-Viollet, Paris.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/3500/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 5. Couverture de Beauté, coiffure, mode n° 272, octobre 1932, phot. Paramount, coll. bibliothèque Forney / Roger-Viollet, Paris.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/3500/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 6. Couverture de Marie-Claire n° 27, 3 septembre 1937, phot. Saad, coll. part.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/3500/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 7. Pages 38 et 39 de Marie-Claire n° 63, 13 mai 1938, article « Le secret d’une bouche jeune », coll. part.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/3500/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 8. Publicité pour Diadermine, quatrième de couverture de Marie-Claire n° 33, 15 octobre 1937, coll. part.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/3500/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 9. Deuxième couverture de Beauté magazine n° 40, juin 1934, phot. Schostal, coll. part.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/3500/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 10. Couverture de Votre Beauté n° 295, septembre 1934, phot. Meerson, coll. bibliothèque Forney / Roger-Viollet, Paris.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/3500/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 11. Publicité pour des produits de beauté Tokalon, quatrième de couverture de Marie-Claire n° 295, 10 octobre 1943, coll. bibliothèque Forney / Roger-Viollet, Paris.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/3500/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 241k

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexie Geers, « D’un corps de classe à un corps de genre », Études photographiques, 32 | Printemps 2015, [En ligne], mis en ligne le 16 juillet 2015. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/3500. consulté le 30 mars 2017.

Auteur

Alexie Geers

Alexie Geers rédige une thèse de doctorat intitulée « La construction médiatique du féminin dans le magazine Marie-Claire. Le choix des apparences » au Laboratoire d’histoire visuelle contemporaine (EHESS) sous la direction de Rose-Marie Lagrave et d’André Gunthert. Après avoir été chargée de cours à l’Université Paris 10 Nanterre et à l’Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, elle est ATER à l’Université de Reims Champagne-Ardenne. Elle tient un carnet de recherche en ligne : http://culturevisuelle.org/apparences/.

Droits d’auteur

© Etudes photographiques