Navigation – Plan du site

Sylvie AUBENAS (dir.), Gustave Le Gray, 1820-1884, Paris, Bnf/Gallimard, 2002, 400 p., 347 fig. coul., 270 vignettes NB, chronol., bibl., ind., 69,95 E.

Roger Taylor
p. 174-179

Texte intégral

1Gustave Le Gray fait partie de ces figures de l'histoire qui, ayant joui d'une certaine notoriété de leur vivant, tombent dans l'oubli et ne réapparaissent qu'après de nombreuses années. Reconnu comme un photographe éminent avant 1865 et après 1965, son nom disparut quasiment de la mémoire du public dans l'intervalle, et c'est seulement grâce à l'importante exposition et au catalogue de la Bibliothèque nationale que nous est révélée pour la première fois l'histoire complexe de sa vie.

2La première apparition publique de Le Gray en Angleterre eût lieu lors de l'Exposition universelle de Londres à l'été 1851, qui dénombra plus de six millions de visiteurs, ce qui représente probablement la plus large audience dont il ait jamais pu jouir de son vivant. Les photographes étaient bien représentés dans la section française, avec une large présentation croisée de praticiens et de procedés. Selon le rapport du jury, la France restait sans rival pour ses calotypes et " avait, sans rejeter le procédé de Daguerre, concentré toute son énergie dans le développement futur de celui de Talbot et de son école 1". Les plus grands honneurs allèrent à Frédérick von Martens, récompensé par la médaille du Council pour ses " nombreuses, grandes et belles épreuves photographiques " dont " la couleur, l'arrangement et le fini parfait, demandent désormais la plus grande admiration 2". En comparaison, le jury trouva que plusieurs épreuves de Le Gray étaient " lourdes et manquant de détails ".

3Le commentaire favorable du jury à propos des perfectionnements français des procédés sur papier dévoile le sentiment dominant : la photographie britannique était peu représentée à l'Exposition, et témoigne de la croyance répandue selon laquelle les brevets pesant sur le calotype en portaient la responsabilité3. Il était clair pour le jury que, " pour les portraits au daguerréotype, l'Amérique reste largement en-tête ", et que la France était " la première dans l'ordre de mérite pour les calotypes ", ce qui constituait un véritable réquisitoire contre la section britannique4. Les jurés ne mentionnèrent pas le procédé au collodion qui pouvait être aperçu au sein de l'accrochage de la maison Horne & Thornthwaite, peut-être en raison de la relative nouveauté du procédé et de son caractère encore largement expérimental. Ce fut Fallon Horne, un associé de l'entreprise qui avait travaillé avec Frederick Scott Archer en vue de perfectionner le procédé, qui en généralisa l'utilisation5. Ses revendications et celles d'Archer furent vigoureusement contestées par Le Gray. Il est inutile de revenir ici sur cette querelle de priorité, largement discutée ailleurs6. Ce qui est certain, c'est que la revendication de Le Gray, jamais véritablement acceptée outre-Manche, inscrivit solidement son nom dans le lexique de la photographie britannique.

4Il n'y eut en revanche aucune contestation relative à la proposition du papier ciré, dont le détail fut publié dans la revue The Chemist en février 18527. Malgré la difficulté de sensibiliser une feuille de papier ciré avec une solution aqueuse, le procédé devint l'une des techniques sur négatif papier parmi les plus populaires et la plus stables du XIXe siècle, après avoir été améliorée et simplifiée par d'autres mains expertes. Roger Fenton fut l'un de ses premiers maîtres, ayant décidé qu'il s'agissait du procédé idéal pour son expédition en Russie en septembre 1852. Sa description détaillée du procédé fut le premier compte rendu pratique écrit par un photographe et son commentaire clair en encouragea sans aucun doute d'autres8.

5En décembre 1852, la première exposition exclusivement consacrée à la photographie fut inaugurée à la Société des Arts de Londres. Rassemblant des épreuves du petit groupe d'amateurs qui allaient fonder la Photographic Society, elle avait été organisée en un temps record pour prouver que la photographie britannique valait mieux que ce qu'en avait montré l'Exposition universelle. Le travail des calotypistes français fut également présenté et certains ont imaginé que cette initiative était dûe à Fenton, notoirement acquis à la photographie française. Lorsque les images n'étaient pas directement disponibles auprès des photographes, elles furent empruntées aux collectionneurs et aux experts de Londres. Le fait qu'un nombre significatif d'épreuves était détenu par des collections privées, notamment celles de Claudet, de Delamotte et de l'éditeur français Hippolyte Baillière, qui avait récemment installé des locaux commerciaux à Londres, permet d'évaluer la réputation grandissante de Le Gray. Seule une poignée d'épreuves lui était spécifiquement attribuée, mais sur les vingt-cinq tirages restants prêtés par Baillière, beaucoup de titres sont proches de son travail avec Mestral pour la Mission héliographique9. L'exposition fut si bien accueillie par le public et la critique que d'autres épreuves furent ajoutées et l'accrochage prolongé jusqu'au 29 janvier 1853.

6Trois mois plus tard, la jeune Photographic Society ouvrait son exposition inaugurale composée des principaux photographes anglais et français, incluant 21 épreuves de Le Gray. Il s'agissait d'une entreprise commerciale, menée par Phillip Delamotte et Joseph Cundall, entièrement dédiée à la photographie ­ de la publication de manuels ou de portfolios aux cours particuliers et à la vente de matériel10. La présentation d'expositions régulières devint une stratégie promotionnelle caractéristique et, depuis l'origine, l'introduction d'un nombre important de photographes français révèle avec quel respect leur oeuvre était considéré. Lors du premier accrochage, les images de Le Gray furent vendues entre 5 shillings (pour son étude "Une flaque au milieu des rochers") et une guinée (pour la "Cathédrale d'Angoûlème"11) : seules les classes sociales les plus favorisées pouvaient se permettre d'acquérir une épreuve du photographe.

7Mais ce furent ses marines, publiées en Angleterre à partir de 1856, qui suscitèrent l'enthousiasme. De nombreux périodiques célébrèrent la spontanéité des ces images, louant le rendu fidèle autant que la beauté à couper le souffle, insistant pour qu'elles fussent montrées dans les vitrines de la capitale ou des cités anglaises12. Ces épreuves furent présentées au sein des principales expositions photographiques, souvent par des marchands soucieux d'obtenir une publicité gratuite ou de promouvoir les ventes13. Un critique compara la luminosité du ciel au moment où " l'échelle des anges de Jacob venait d'être retirée 14".

8Vers 1859, l'art de Le Gray déclina, reléguant progressivement sa réputation dans l'obscurité, pour disparaître après 1861 ­ si l'on excepte de rares mentions dans des histoires spécialisées où il est habituellement cité pour ses procédés, collodion et papier ciré15. Au XXe siècle, les premières éditions de l'Histoire de la photographie de Newhall ne le mentionnent qu'accolé à une référence à Disdéri, et jusqu'à la cinquième édition de 1982, son rôle de photographe n'est mentionné qu'une fois, par l'intermédiaire d'une illustration introduisant le chapitre sur la photographie d'art, à la seule fin d'évoquer la technique de superposition des clichés16. Il est traité avec la même négligence dans la première édition de l'Histoire de la photographie de Gernsheim en 1955. Même Michel Braive, dont on aurait attendu plus d'attention envers les photographes français, reste peu disert sur Le Gray, bien qu'il publie une image issue de la série de Fontainebleau, en la comparant à un tableau de Barye17.

9C'est André Jammes qui attira l'attention sur ses prouesses en publiant un important portfolio de son oeuvre dans le catalogue de l'exposition "French Primitive Photography" en 1969. La présence d'images issues de la mystérieuse série du camp de Châlon permettait de découvrir une nouvelle partie de son travail. Quatorze ans plus tard, The Art of French Calotype situait de façon appropriée Le Gray dans le contexte du négatif papier. Pour la première fois s'y trouvaient mentionnés des détails sur la vie et la carrière du photographe. Eugenia Parry Janis poursuivit ce travail dans le somptueux catalogue de l'exposition de Chicago en 1987, première monographie consacrée à Le Gray, qui devait rester la référence en la matière pendant une quinzaine d'années.

10À trois ans d'écart, deux événements placèrent spectaculairement Le Gray sur le devant de la scène de l'art photographique. En octobre 1999, Marie-Thérèse et André Jammes mettaient en vente leur collection aux enchères chez Sotheby's à Londres, rare occasion d'acquérir de très belles oeuvres appartenant à des collectionneurs privés dont l'érudition restait inégalée. Dès le début, les enchères furent féroces. Au moment où la vente arriva au lot n° 59, la première des épreuves de Le Gray, la tension dans la salle était palpable. Quand l'enchère du lot n° 64, "La Grande Vague-Sète" atteignit 460.000 £, elle établit à la fois le record mondial pour une photographie et entérinait pour le public l'importance de la réputation du photographe18.

11C'est dans ce contexte que Sylvie Aubenas commenca ses recherches et envisagea l'exposition inaugurée à Paris au printemps 2002, avant d'être présentée au Getty Museum de Los Angeles. Les monographies de photographes ont souvent tendance à adopter une approche chronologique, qui les mène des premiers travaux à la mort de l'auteur. Mais Le Gray n'est pas un conformiste et Sylvie Aubenas a au contraire choisi de diviser sa structure narrative en deux parts égales, la première traitant de sa vie, la seconde de son oeuvre. Cette sage décision permet au catalogue d'adopter une approche plus flexible à laquelle un certain nombre d'auteurs, tous spécialistes dans leur discipline, ont ajouté leur contribution.

12Celle d'Aubenas à huit essais ainsi qu'à la brève introduction qui établit le cadre intellectuel et esthétique de l'ouvrage, forme le soubassement nécessaire à l'entreprise. Dans ce cadre, les six autres auteurs ont eu la liberté d'explorer des sujets allant des panoramas de Le Gray à un compte rendu de ses négatifs au collodion sur Paris. Un appendice de soixante-dix pages complète le livre avec une variété d'informations qui apporte la gravité scientifique nécessaire sans encombrer le texte principal, parmi lesquelles des reproductions de signature ou des notes commerciales, une chronologie, une liste des expositions et une réédition d'un essai biographique de 1860 écrit par son ami et collègue Maufras. En dehors du catalogue illustré des pièces exposées, le catalogue est richement illustré de 350 planches, incluant deux panoramas sous forme de dépliants.

13La richesse des informations nouvelles rassemblées par cette publication constituent une réussite remarquable, notamment grâce à l'étude minutieuse des archives municipales, qui dévoilent maints détails biographiques, les occupations commerciales de Le Gray à Paris ou son activité dans le studio du boulevard des Capucines. De nouvelles images ont été exhumées et sont reproduites pour la première fois. Sa collaboration mystérieuse avec Le Dien et d'autres, enfin le chapitre consacré à la "fuite en Egypte" ont été approfondies 19et trouvent leur juste place dans la narration. Un des documents les plus instructifs et les plus poignants reste l'inventaire après décès du Caire, déniché dans les archives du ministère des Affaires Étrangères.

14Il convient de féliciter Sylvie Aubenas et ses collaborateurs pour le témoignage substantiel qu'ils ont produit sur cette figure centrale de l'histoire de la photographie ­ une personnalité dont l'influence ne s'est pas limitée à la France, mais dont les procédés ont voyagé jusque dans les coins les plus reculés du monde connu au XIXe siècle. Aujourd'hui encore, presque un siècle et demi après la réalisation de ces images, elles nous touchent pour avoir survécu à la négligence et au passage du temps, et nous sommes reconnaissants à la Bibliothèque nationale et au Getty Museum d'avoir permis leur redécouverte.

Notes

1 James Glaisher, "Class X", Reports by the Juries, London, Royal Commission, 1852, p. 279.
2 Ibid., p. 244.
3 Le caractère restrictif des brevets de Talbot est plus complexe et subtil que certains historiens le laissent penser. Cf. A. A. Gomm, Patents of Invention, Londres, British Council, 1946.
4 Ibid., p. 244.
5 La notice de Fallon Horne mentionnait le fait que " sous les auspices de M. Peter Fry, il fut celui qui aida M. Archer à généraliser l'utilisation du procédé au collodion ", Journal of the Photographic Society, 21 octobre 1858, p. 36.
6 Voir notamment Martin Becka, Le Gray en inventeur de la photographie, Paris, chez l'auteur, 2002, et André Gunthert, "L'institution du photographique", Études photographiques, n° 12, novembre 2002, p. 54.

Gustave Le Gray, "On a new mode of preparing negative photographic paper", The Chemist, London, vol. 3, number 29, février 1852, p. 225.8.

7 Voir également Roger Fenton, " Photography on wax paper ", A Guide to Photography, Londres, Horne, Thornthwaite and Wood, 1852, 5e édition, p. 86-92.
8 Voir également Roger Fenton, " Photography on wax paper ", A Guide to Photography, Londres, Horne, Thornthwaite and Wood, 1852, 5e édition, p. 86-92.
9 Roger Taylor, Photographs exhibited in Britain 1839-1865, Ottawa, National Gallery of Canada, 2002, et Anne de Mondenard, La Mission Héliographique, Paris, Monum, 2002.
10 Ruari McLean, Joseph Cundall, a Victorian Publisher, Pinner, Private Librairies Assocaition, 1976.
11 R. Taylor, Photographs Exhibited, op. cit., p. 20.
12 Journal of the Photographic Society, 22 décembre 1856, p. 171.
13 Deux épreuves furent exposées en 1857 à l'Exposition Art Treasures, à Manchester par Murray & Heath, de grands marchands spécialistes de photographie française, dont les locaux se situaient 43 Picadilly.
14 Journal of the Photographic Society, 21 février 1857, p. 214.
15 Alfred Brothers, Photography, its History, Processes, Apparatus and Materials, London, Griffin & Co, 1899, p. 198.
16 Beaumont Newhall, History of Photography, Londres, Secker & Warburg, 1982, p. 72.
17 Michel Braive, The Era of the Photograph, Londres, Thames & Hudson, 1966, p. 133.
18 Sotheby's, La Photographie. Collection Marie-Thérèse and André Jammes, catalogue de vente, 27 octobre 1999.
19 Voir également l'article complémentaire : Sylvie Aubenas, Mercedes Volait, "Dernières nouvelles du Caire", Études photographiques, n° 12, novembre 2002, p. 160-165.

Pour citer cet article

Référence électronique

Roger Taylor, « Sylvie AUBENAS (dir.), Gustave Le Gray, 1820-1884, Paris, Bnf/Gallimard, 2002, 400 p., 347 fig. coul., 270 vignettes NB, chronol., bibl., ind., 69,95 E. », Études photographiques, 13 | juillet 2003, [En ligne], mis en ligne le . URL : http://etudesphotographiques.revues.org/344. consulté le 23 octobre 2017.

Auteur

Roger Taylor

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle