Navigation – Plan du site

Le Panorama. Merveilles de France, Algérie, Belgique, Suisse

Périodique populaire du tourisme par la photographie
Marie-Ève Bouillon

Résumé

Hebdomadaire à succès commercialisé en 1895, Le Panorama. Merveilles de France propose aux lecteurs de journaux et de romans populaires des vues photographiques imprimées en grand format de villes et sites réputés pour leur attractivité touristique. Particulièrement bon marché grâce notamment aux progrès techniques d'impression en similigravure, il doit son élaboration à une entreprise spécialisée de l'image photographique, Neurdein frères, et à un éditeur engagé dans l'illustration, René Baschet. Pour fidéliser le public, les fascicules peuvent notamment, au terme de leur collection, former un bel ouvrage, objet valorisé d'une industrie culturelle des loisirs en pleine expansion. Le succès de cette formule est notable à travers la publication de séries de Panorama pendant plus de vingt années. Ces industriels ont compris le bénéfice de créer des démarches de loisirs, de mettre en avant des lieux et de susciter une consommation touristique par l'image, avant même une pratique plus généralisée du tourisme. Les images photographiques ont un rôle central dans ce système : omniprésentes et standardisées, elles participent à la formation d'une identité touristique des sites.

Texte intégral

1La conscience d’intérêts communs entre les éditeurs et les agences de photographies dans l’exploitation d’images pour les publications de loisirs et de tourisme a fait naître de nouvelles formes d’objets culturels à la fin du xixe siècle. Des « illustrés », à la fois périodiques, brochures touristiques et objets de presse populaire, apparaissent grâce notamment à la mise en application du procédé de similigravure, qui baisse les coûts de l’impression d’images, mais surtout grâce au zèle des éditeurs qui voient, dans la mise sur le marché de certains types de produits éditoriaux, l’occasion de toucher un plus large public et plus spécialement un public populaire.

2Les Baschet, éditeurs d’art, et en particulier René Baschet, furent novateurs en la matière, à travers leur entreprise éditoriale intitulée Le Panorama. Merveilles de France, Algérie, Belgique, Suisse (1895). Il s’agit de l’une des premières publications périodiques populaires constituées presque uniquement de photographies, celles-ci en sont d’ailleurs l’attraction principale. Vendus en kiosque, les numéros créent, au terme de leur collection, une forme encyclopédique (fig. 1), proposée à un prix très modeste.

Fig. 1. Couverture d’un exemplaire relié du Panorama [1895] contenant les vingt-cinq numéros.

3La nouveauté tient au contenu de ce périodique, du fait de la collaboration établie avec une agence de photographies, Neurdein frères, qui permet une abondante illustration, de qualité, à moindre coût, les prises de vue étant immédiatement disponibles pour l’éditeur. Tous ces numéros collectionnés sur plusieurs mois constituent l’achat échelonné d’un beau livre illustré à destination des classes populaires, un modèle économique d’achat par livraison déjà appliqué aux romans populaires depuis 1830, et encore à l’œuvre de nos jours chez certains éditeurs comme Atlas et Hachette.

4La quantité de photographies proposées et leur provenance, le choix des sites et les commentaires attenants, mais également le coût des numéros, le système de vente, de publicité et de diffusion, en font un outil efficace pour l’apprentissage des stéréotypes culturels pour de nouveaux publics ciblés par l’industrie des loisirs, particulièrement en cette période de forte croissance du tourisme à la fin du xixe siècle.

Des acteurs de l’édition et de l’industrie photographique engagés dans l’illustration populaire

  • 1 L’influence de René Baschet a été décisive pour le journal L’Illustration entre 1904 et 1944 : sous (...)
  • 2 Ludovic Baschet est particulièrement connu pour l’édition de la Galerie contemporaine, littéraire, (...)
  • 3 Le travail de René Baschet avec Neurdein frères pour Le Panorama a probablement eu une influence su (...)
  • 4 La revue n’est pas datée, ou était peut-être datée sur le dos (dos qui a disparu avec la reliure de (...)

5Avant d’être éditeur de la revue Le Panorama, puis directeur et principal rénovateur du journal L’Illustration1, René Baschet travaille au sein de l’entreprise familiale, la librairie d’art Ludovic Baschet2. Sa formation dans le contexte dynamique du livre illustré et ses expériences précédentes comme directeur de revue de divertissement, notamment du Paris Illustré en 1883 puis de la Revue illustrée en 1885, marquent ses débuts de carrière dans la presse illustrée et semblent décisives dans ses choix et orientations3 qui suivent. L’impression de photographies au sein du texte ou en pleine page dans les années 1880 est peu fréquente pour ces revues populaires, car elle rendrait le coût de production global d’un numéro excessif. La photographie est donc utilisée sporadiquement, une ou deux par numéro. En 18954, René Baschet publie avec la collaboration des frères Neurdein, Le Panorama, hebdomadaire illustré dont le principe est de montrer l’attrait des villes en France. Cette publication s’oriente en réalité vers la promotion de sites touristiques, à un moment crucial de développement d’une économie touristique sur le territoire. Ce partenariat inédit entre Neurdein frères, une agence de photographies, et un éditeur d’art, constitue une singularité à cette époque, les deux partis possédant chacun une certaine renommée dans leurs domaines respectifs.

  • 5 Marc Boyer, Histoire de l’invention du tourisme, Paris, éditions de l’Aube, 2000.
  • 6 François Caron, « L'entreprise», in Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoires, Paris, Quarto Gallim (...)
  • 7 L’illustration photographique est devenue possible techniquement dans le corps du texte depuis la f (...)

6Le tourisme n’est plus seulement l’affaire des élites au tournant du siècle5. Dès 1895, lors de la publication du Panorama, la vente de cartes postales se généralise et touche une clientèle beaucoup plus large. La collaboration entre Neurdein et Baschet traduit une quête de nouveaux marchés6 qui se mettent en place du fait des progrès techniques de l’édition de presse7 et de l’augmentation du spectre des lecteurs potentiels.

  • 8 Marie-ève Bouillon, « Le marché de l’image touristique », études photographiques, no 30, Paris, 201 (...)
  • 9 Par exemple, Le Monde illustré publie quelques images de Neurdein frères, gravées d’après photograp (...)

7La maison Neurdein est connue pour sa production de cartes postales dès 1892 et plus généralement pour son offre photomécanique pour le tourisme, ayant compris son potentiel économique8. C’est donc en s’orientant vers une diffusion plus large de ses images, notamment sur des supports moins coûteux et plus « populaires », qu’elle a acquis une renommée. Elle s’est principalement fait un nom dans le champ de la photographie pour les touristes. Jusqu’en 1895, elle collaborait peu avec les éditeurs, et seulement ponctuellement avec la presse9. L’entreprise privilégiait « l’exploitation directe », c’est-à-dire principalement par elle-même, de ses images produites et stockées à travers des photographies sur cartes (formats « carte de visite » et « carte album »), puis des cartes postales, ainsi que des livrets imprimés, qui suffisaient à rentabiliser ses activités.

8Les progrès technologiques de l’industrie photomécanique permettent aux frères Neurdein une exploitation plus systématique de leur fonds déjà produit. Revendiquée comme une publication populaire, la revue Le Panorama est un support pour le recyclage des vues, à destination d’autres publics :

  • 10 Courrier d’Antonin Neurdein concernant une demande d’attribution de la rosette d’officier d’instruc (...)

9« Entre temps pratiquant les industries photomécaniques, nous avons publié de concert avec les Baschet \Le Panorama/, les merveilles de la France et de l’Algérie, publication populaire vendue à 0.06 c [sic] l’exemplaire également les salons qui mit les éditeurs de périodiques illustrés dans la voie de l’illustration par le procédé dit de similigravure10. »

  • 11 Cela semble essentiel pour le bien être de l’entreprise à la fin du xixe siècle, période d’innovati (...)

10Les Neurdein et les Baschet sont familiers du marché de l’image et de ses évolutions tout au long du xixe siècle, de même que de celui du tourisme en pleine expansion. Ils sont par conséquent très réactifs vis-à-vis de la concurrence11 lorsqu’ils décident de publier Le Panorama. Peu de revues ou d’ouvrages utilisent déjà la similigravure à si grande échelle en 1895.

La photographie comme base de la proposition éditoriale : l’importance du visuel

11De format horizontal 20 x 25 cm, Le Panorama a été pensé dès son origine pour la publication d’images photographiques en pleine page. Alors que quelques périodiques à la même époque utilisent la photographie de manière illustrative, comme le dessin auparavant, Le Panorama propose un parcours avant tout visuel et formel. Les images et leur enchaînement constituent les numéros, les textes ne sont que leurs commentaires.

Fig. 2. Couverture du n° 1 du Panorama (1895).

12La présence d’un panorama sur les deux pages centrales du numéro est à l’origine de son titre (fig. 3). Il est la principale attraction de la revue et constitue un élément de promotion et d’appel dans les numéros suivants.

Fig. 3. Double page centrale du n° 15 du Panorama (1895), « Marseille – Le vieux port et le quai de la Fraternité », phot. Neurdein frères.

  • 12 Extrait de l’éditorial du Panorama, no 1, Paris, Baschet, 1895.

13Les quatorze photographies qui composent chaque numéro représentent des vues de France, d’Algérie , ainsi que de Belgique et de Suisse, « deux pays qui parlent la même langue que nous et que nos touristes parcourent si souvent12 ». Ces pays correspondent au champ d’action de la société Neurdein, guidée non par les frontières géographiques, mais par la notoriété touristique des sites.

  • 13 Cf. l’exemple de La Vie au grand air : les mises en pages élaborées des couvertures apparaissent ap (...)

14La nouveauté du Panorama tient à l’importance donnée à la photographie au fil des pages. La quantité de photographies publiées en rapport avec le coût minime de chaque numéro lui donne des atouts pour séduire un public plus large et populaire. Les images sont soumises au cadre imparti : une image est publiée par page. Celles-ci sont très retouchées, mais leur mise en pages, comme pour les couvertures, reste simple, contrairement aux innovations visuelles prégnantes dans l’éditorialisation des dix années qui suivent13. Il s’agit en effet des prémices de ce type d’objet culturel à mi-chemin entre la presse illustrée, la brochure touristique et le roman populaire. La nouveauté consiste à utiliser en abondance l’image photographique sans pour autant augmenter le prix du numéro. Le Panorama dans ses séries suivantes, comme celle intitulée Le Panorama Paris de nuit (1898), intègre quelques nouveautés éditoriales qui peuvent attirer le lectorat et font la différence dans le foisonnement de l’offre.

15La qualité des reproductions a fait l’objet de toute l’attention : il est fait mention d’une « publication en couleurs », c’est à dire autre que noir et blanc. Les reproductions ont ainsi des tonalités dominantes magenta, cyan, etc. (fig.4) Elles sont désignées par l’éditeur comme une innovation pour une publication populaire, dix ans avant les premiers procédés couleurs en photographie.

Fig. 4. Le Panorama, n° 4 (1895), planches « Le château des Rochers » et « Nice – La jetée-promenade », phot. Neurdein frères.

  • 14 Extrait de l’éditorial du Panorama, no 1, 1895, Paris, Baschet.
  • 15 Laureline Meizel, « Le Trésor artistique de la France. Un cas exemplaire de “livre-spécimen” » au t (...)

16« Ces gravures sont tirées en couleur, ce qui n’a jamais encore été fait dans aucune publication analogue et donne, en quelque sorte l’illusion de la nature14. » L’éditeur souligne particulièrement le tour de force. L’innovation technique est un argument de poids pour le lancement de revues d’un nouveau genre15.

  • 16 Extrait de l’éditorial du Panorama, no 1, 1895, Paris, Baschet.

17La réputation des frères Neurdein donne à la publication des atouts de qualité pour les reproductions. Leur travail, déjà connu du public, permet une sélection d’autant plus mise en valeur. « Nous sommes allés puiser dans l’admirable collection réunie par MM. Neurdein frères tout ce qu’il y a de plus beau, de plus célèbre en paysages, en palais, en châteaux historiques, en œuvres d’art16. » Les photographies de Neurdein insistent aussi sur une ambiance : vues générales de ville, monuments, mais également activités et loisirs spécifiques des sites. Pour la ville du Havre, une « Jetée à marée de nuit » est notamment publiée (fig. 5), révélant une atmosphère étrange et crépusculaire.

Fig. 5. Le Panorama, n° 1 (1895), planche « Le Havre – La jetée à marée de nuit », phot. Neurdein frères.

18L’éditorial légitime l’usage d’images hétéroclites : « Nous avons apporté dans leur groupement [des images] la plus grande diversité. En regard d’une plage connue, nous mettrons un paysage africain. À côté d’une toile, d’une statue, d’un portrait célèbre, une merveille de l’Art monumental. » Loin de la revue illustrée, du fait de l’absence de logique d’ensemble du numéro, Le Panorama s’apparente davantage à une forme d’encyclopédie, un « répertoire » de sites. La position des images, en regard, crée des associations volontaires. Certains rapprochements sont esthétiques ou thématiques, comme par exemple pour les pages représentant le pont du Gard et le viaduc de Gabarit (fig. 6).

Fig. 6. Le Panorama, n° 11 (1895), planches « Nîmes – Le pont du Gard » et « Le viaduc de Gabarit », phot. Neurdein frères.

19Le rapprochement entre le château de Chaumont et les palmiers du Sahara semble plus formel (fig. 7).

Fig. 7. Le Panorama, n° 6 (1895), planches « Les palmiers dans le Sahara » et « Château de Chaumont », phot. Neurdein frères.

20Dans la majorité des cas cependant, aucun lien direct n’est fait entre les images qui se font face, excepté une vague reprise de la perspective ou de certaines formes. Les associations fortuites de lieux occasionnent des contrastes, comme par exemple le Tréport et le Petit Trianon à Versailles (fig. 8).

Fig. 8. Le Panorama, n° 4 (1895), planches « Le petit Trianon – La chambre de Marie-Antoinette » et « Le Tréport – La jetée par un gros temps », phot. Neurdein frères.

  • 17 « Une publication à la fois si instructive et si attrayante […] » ; « […] Il [chacun de nous] voudr (...)
  • 18 Annie Renonciat, Voir-savoir : la pédagogie par l’image aux temps de l’imprimé : du xvie au xxe siè (...)
  • 19 « Les français ignorent les richesses artistiques et les beautés naturelles de leur pays […] » ; «  (...)
  • 20 « […] Si nous délaissons nos richesses, chacun de nous, au fond, désirerait les connaître […] pour (...)

21La proposition éditoriale est basée sur un choix particulier de sites et de représentations de sites. Le caractère instructif17, mentionné dans l’éditorial pour notamment une « instruction par les yeux18 » des enfants, va dans le sens d’un choix et d’un enchaînement aléatoires des images. En plus de permettre une « instruction populaire », Le Panorama apporte des connaissances relevant du patriotisme, selon l’éditorial19. Exploitant le désir de voyage20, la revue est présentée comme un outil de connaissance de la nation. Instruction et patriotisme sont deux notions récurrentes de la iiie République et les professionnels des industries culturelles s’en emparent naturellement comme éléments de promotion, en particulier pour les productions destinées aux classes populaires. Mais au-delà de ces intentions « honorables » affichées, un réel modèle économique est mis en place, pour capter le lectorat et l’inciter à collectionner ces numéros.

Un modèle de promotion, de distribution et de valorisation d’une revue imagée pour un lectorat populaire

  • 21 Un numéro de L’Illustration était vendu 75 centimes et n’utilisait pas, à la même époque, autant le (...)
  • 22 Anne-Marie Thiesse, Le Roman du quotidien, lecteurs et lectures populaires à la Belle époque, Paris (...)
  • 23 Ibid.
  • 24 Notamment le titre La Presse, en 1832, dirigé par émile de Girardin. Cf. A.-M. Thiesse, Le Roman du (...)

22Le Panorama est lancé à renfort de publicité, notamment sous forme d’encarts insérés dans les pages d’autres produits éditoriaux des Baschet. L’abondance de ses images et son prix attractif de 60 centimes par numéro à sa sortie, moins cher qu’un numéro de L’Illustration, concourent à cibler et fidéliser un public large21. Le Panorama participe en effet d’une « conquête du marché populaire22 », devenu un enjeu économique majeur entre 1880 et 1914. Le lectorat des classes populaires et classes moyennes urbaines, habitué des romans-feuilletons ou des illustrés23, y découvre une utilisation hors norme car massive d’images photographiques, reproduites avec soin, retouchées comme il se doit à l’époque et qui occupent la place du texte. Comme pour certains titres de presse auparavant24, cette stratégie de vente à bas coût se base sur l’accroissement du nombre de lecteurs et la publication d’annonces publicitaires payantes pour être rentable.

  • 25 T. Gervais, « D’après photographie », Études photographiques, 13 juillet 2003, en ligne : http://et (...)

23La vente au numéro auprès des libraires et marchands de journaux, mode de distribution déjà fréquemment employé entre autres pour les romans et la presse populaires, cible principalement les populations urbaines25. De plus, le mode de commercialisation du Panorama se base sur un système de valorisation du produit fini. Les fascicules, d’une facture soignée, gagnent en valeur symbolique au fur et à mesure qu’ils sont collectionnés. En effet, il est annoncé dès le début que les seize numéros du Panorama formeront un « bel ouvrage de vulgarisation », un ouvrage encyclopédique présenté comme un « répertoire de Merveilles ». Une reliure et une table des matières sont proposées à la vente pour compléter l’ouvrage. De simples fascicules éphémères et bon marché, ils deviennent, au terme des livraisons annoncées, un ouvrage relié à l’aspect luxueux (« impression en noir et or »), un objet culturel précieux. La série est limitée dans le temps, puisqu’elle paraît chaque semaine pendant trois mois, et la période d’achat de chaque numéro se trouve aussi restreinte alors qu’aucune actualité ne les y contraint. Pour susciter la collection, l’éditeur parie sur l’effet d’attente du public : dès le numéro deux, les sujets représentés en panorama dans les numéros suivants sont systématiquement annoncés.

  • 26 « Le Panorama formera un admirable volume de 400 pages et constituera un incomparable livre d’or de (...)

24L’accueil positif des premiers numéros par le public devient un argument de vente supplémentaire et participe de cette valorisation. Le succès commercial du Panorama26, traduit par les chiffres de vente grandiloquents mentionnés dans la revue, est censé susciter l’achat. Un million trois cent soixante mille exemplaires vendus sont annoncés jusqu’au numéro seize, puis deux millions quatre-vingt-cinq mille jusqu’au numéro vingt-cinq, ce qui fait une moyenne considérable de quatre-vingt-cinq mille exemplaires vendus par numéro.

  • 27 « Toutes les épreuves contenues dans cet album ont été obtenues par MM. Neurdein frères avec les pl (...)

25La publicité est peu présente dans les pages du Panorama et reste cantonnée au début ou à la fin du recueil. Cependant, sa nature évolue au fil des numéros. Tout d’abord spécialisée en photographie (« Plaques et papiers photographiques A. Lumière et ses fils » ; « Produits chimiques purs pour la photographie Em. Target »), elle devient généraliste et en lien avec les lieux représentés en panorama (« Brasseries de la Mause, Bières blondes et brunes extra-fines, entrepôt dans les principales villes de France» ; « Marnyhac, successeur, Literie, Tapis et ameublement »). Les publicités parues dans les premiers numéros s’appuient sur la qualité des vues pour vanter les produits photographiques utilisés27 (fig. 9).

Fig. 9. Publicité dans Le Panorama, n° 1 (1895).

26La publicité évolue progressivement en fonction des lecteurs ciblés : tout d’abord à destination des amateurs de photographies de paysages fréquentant notamment les photo-clubs et amateurs de belles images, elle est dans les derniers numéros davantage destinée aux touristes eux-mêmes. L’industrie du tourisme semble s’immiscer dans les pages du Panorama qui de recueil d’image devient aussi brochure de promotion touristique. Le Panorama fait en effet indirectement la promotion des sites représentés au fil des numéros, sur cette période d’avant l’été 1895, anticipant ainsi les envies de voyage tout en mettant en avant un intérêt « artistique » de la publication. Les pages finales du numéro 25, dernier numéro, proposent des encarts récapitulant l’ensemble des horaires des compagnies de train.

  • 28 Éditorial du Panorama à partir du no 17.

27L’éditeur adapte en fonction de la réception du public et particulièrement des ventes la mise à disposition de numéros du Panorama. Neuf numéros supplémentaires sont ajoutés à la série, ce qui la porte à vingt-cinq livraisons au lieu de seize prévues initialement. Ces ajouts sont justifiés par l’enthousiasme du public : « Il fallait s’y attendre… C’est avec un profond désappointement que l’on a vu Le Panorama prendre fin avec le numéro 16, et c’est par centaines que nous sont arrivées ces jours-ci des lettres nous demandant la prolongation de notre publication, dont le succès a vraiment dépassé toutes nos espérances. Pourquoi nous écrit-on de tous côtés, vous arrêter en si bon chemin ? Avez-vous épuisé en 16 numéros toutes les merveilles de la France ? Et chacun de nous désigner tels paysages, tels monuments qui manquent à la collection du Panorama. Nous n’avions qu’à nous incliner devant cette unanimité et c’est avec plaisir que nous annonçons aujourd’hui une suite de 9 nouveaux fascicules. Le Panorama comprendra donc en tout 25 numéros à la demande générale28. » L’éditeur annonce des numéros supplémentaires : c'est pourtant moins pour le succès du point de vue de la qualité des numéros que pour la quantité vendue. Le Panorama est une entreprise rentable. Il s’agit avant tout de tester un marché et sonder un public potentiel.

Fig. 10. Couverture du Panorama Paris la nuit, n° 1 (1898).

  • 29 Le Panorama Paris la nuit, no 10, « tirage à 6 343 000 livraisons », extrait de l’éditorial, Paris, (...)

28Le Panorama. Merveilles de France, Algérie, Belgique, Suisse devient un modèle éditorial pour d’autres produits culturels du même type. D’autres séries sont lancées, intitulées Panorama, sur le même principe dans les dix années qui suivent sous le format d’une revue hebdomadaire bon marché, aux numéros et aux tirages variables, avec des illustrations photographiques abondantes, sur des sujets traitant particulièrement des loisirs et du divertissement urbains (le cabaret, les personnalités, les beaux-arts). La durée de publication est relative au succès que rencontrent ces séries. Une adaptation rapide est réalisée selon le marché grâce à un système souple de diffusion. Les éditeurs Baschet sortiront notamment les Panorama suivants : « Paris instantanée » (1898), « Paris s’amuse » (1896), « Paris la nuit » (1898)29 (fig. 10, 11 et 12) , « Nos jolies actrices » (1896), « Les saisons » (1899), « Les Salons » (1895-1908) (fig. 13), « L’Exposition universelle de 1900 » (1900), « Les 5 journées russes » (5-9 octobre 1896), « Le Président de la République – les fêtes de l’Alliance » (1897).

Fig. 11. Le Panorama Paris la nuit, n° 5 (1898), planche « Le Jardin de Paris ».

Fig. 12. Le Panorama Paris la nuit, n° 2 (1898), planche « Le hall des Folies Bergères ».

  • 30 Encart de promotion paru dans Le Panorama. Merveilles de France depuis le no 15, concernant Le Pano (...)
  • 31 La tribune des industries graphiques, sans éditeur, Paris, mars 1937 : « Le père et le fils désorma (...)

29L’éditeur se sert d’ailleurs du succès de certaines séries pour faire la promotion des séries suivantes. Les revues deviennent elles-mêmes le canal de publicité des publications à venir du Panorama, sur d’autres sujets. Ces dernières sont présentées comme des « suites » et sont adressées aux mêmes publics : « Les souscripteurs du Panorama trouveront aujourd’hui chez tous les libraires et marchands de journaux la première livraison du Panorama Salon. Le succès du Panorama, dont un million trois cent soixante mille livraisons ont été répandues dans le monde entier, nous a montré à quel point le public s’intéresse aux publications artistiques. Nous lui offrons donc, pour faire suite au Panorama et dans le même format, un album d’œuvres d’art qui, par le luxe du papier et de l’impression, par la finesse et la perfection des gravures, méritera un succès au moins égal30. » Qualifié trente ans après la parution des numéros de « succès plus vaste et plus populaire31 » pour les Baschet que leurs productions précédentes comme la Galerie Contemporaine, Le Panorama, véritable « périodique par l’image », sera publié jusqu’en 1908 sous forme de séries aux thèmes variés. L’intérêt d’une telle publication s’amoindrit au fur et à mesure d’une diffusion plus importante des images. Devenue produit de consommation courant dans le contexte touristique après 1900, l’image photographique se démultiplie, notamment au sein des guides et brochures, et toujours plus sur les supports carte postale ou sur des objets divers. L’expérience du Panorama, produit de l’industrie culturelle du loisir, marque cette rencontre entre agence de photographies, éditeurs et industries du tourisme, déterminante dans la mise en place visuelle de stéréotypes culturels liés au tourisme.

Fig. 13. Couverture du Panorama Salon, n° 1 (1900).

épanouissement des stéréotypes touristiques grâce aux photographies d’agence : texte et imaginaire

30Constitué exclusivement de photographies d’agences, Le Panorama fut créé à l’initiative d’une entreprise de l’image qui cherche à rentabiliser ses clichés déjà produits, à un moment clé de la diffusion de la photographie sur des supports imprimés.

  • 32 On peut citer la Géographie pittoresque et monumentale de la France de Charles Brossard en six volu (...)
  • 33 Extrait du commentaire du Tréport, Le Panorama, no 1, Paris, Baschet, 1895.
  • 34 Extrait du commentaire de la mer de Glace, Le Panorama, no 6, Paris, Baschet, 1895.
  • 35 A.-M. Thiesse, Le Roman du quotidien, lecteurs et lectures populaires à la Belle époque, op. cit., (...)

31À la différence de publications imagées éditées à la même période sur le voyage en France32, les textes courts, qui accompagnent chaque image, ne sont pas signés d’illustres géographes ou d’associations reconnues comme le Touring Club de France. Les textes sont anonymes pour les lecteurs. Moins valorisés, ils ont de fait une position en second plan par rapport aux images. Les descriptions de quelques lignes insistent sur les atouts touristiques et l’imaginaire du lieu. Le commentaire de l’image du Tréport, par exemple, outre les modestes éléments historiques mentionnés, fait penser à une promotion touristique de la ville : « sa situation admirable, le pittoresque de son port et la beauté incontestable de ses environs33 ». Les superlatifs sont majoritairement employés pour certains sites connus comme pour la mer de Glace, « le plus vaste, le plus beau, le plus impressionnant et le plus connu34 ». Le vocabulaire utilisé, comme les termes « pittoresque » ou « merveilleux », est redondant et s’apparente au registre du roman populaire35.

  • 36 Extrait du commentaire du glacier des Bossons – Les pyramides de glace, Le Panorama, no 1, Paris, B (...)

32Le texte introduit cependant des éléments variés : références littéraires, proverbes, descriptions stylistiques et artistiques, informations historiques et surtout des anecdotes, qui viennent agrémenter leur lecture. Tous les ingrédients d’une promotion touristique sont ici réunis, et il est souvent fait référence à la raison pour laquelle tel ou tel site est très visité par les touristes. Susciter un intérêt en piochant dans différents registres est le propre de l’industrie culturelle du tourisme. Le rapport établi entre texte, image et légende donne un sens à cette lecture principalement visuelle. Par exemple, l’image du Mont Blanc est légendée « Son ascension présente mille dangers. Elle offre en beaucoup de passages un caractère terrifiant. [...] quelques hommes sont là, quelquefois ébranlés par la chute d’un d’entre eux, à qui le pied glisse36. » Dans les textes, les images de montagne sont très souvent associées à l’idée du danger, du gouffre, du péril. Les châteaux peuvent être associés aux rois, reines, princes qui y ont vécu, les vues de Paris à la ville du xixe siècle, la ville moderne, transformée par Georges-Eugène Haussmann vingt années auparavant, et les paysages de mer aux pêcheurs et à leur courage.

33Dans Le Panorama, le texte ancre la photographie dans l’imaginaire du site, comme un élément visuel supplémentaire par rapport aux récits proposés.

34Les photographies illustrent un patrimoine affiché comme commun et allant de soi et qui peut être partagé par tous et se transmettre. La notion de « Merveilles de France » renvoie à un imaginaire collectif, à une implicite beauté reconnue de tous, sans qu’en soient toutefois précisés les critères de sélection. En effet, le registre du merveilleux se pose ici comme indiscutable, malgré le flou que recouvre cette notion. Cet implicite dans l’intitulé et dans la conception de la série permet aux éditeurs de proposer un choix, à première vue objectif, de sites et de le présenter comme consensuel.

fig. 14. Le Panorama, n° 23 (1895), planche « Glacier des Bossons – Grotte du Mont Blanc », phot. Neurdein frères.

35Le contenu de chaque livraison comporte souvent les mêmes caractéristiques : parmi les images il y a au moins un site de montagne et un bord de mer, un château, une église ou cathédrale, une vue d’Afrique du Nord, une vue de Paris et une œuvre d’art le plus souvent. Un large éventail de vues est proposé dans chaque numéro afin de contenter un maximum de lecteurs, mais il n’y a a priori pas de règle établie pour le choix des sites représentés. Chaque numéro atteint un équilibre dans le type de sujets choisis. Il a été pensé, dans sa construction, pour être un condensé représentatif, afin de susciter l’achat chaque semaine.

36Les vues sont le plus souvent sélectionnées lorsqu’elles proposent une invitation au voyage. Dans de nombreux cas, les photographies nous mettent à la place des touristes eux-mêmes, à l’intérieur de la grotte du Mont Blanc, accueillis par des alpinistes (fig. 14), ou au sein même d’un établissement de cure (fig. 15).

Fig. 15. Le Panorama, n° 19 (1895), planche « Aix-les-Bains – Le départ pour la douche », phot. Neurdein frères.

  • 37 M.-èBouillon, Tourisme, faïence et industrialisation de l’image photographique, cat. exp. « Photo (...)

37Les images choisies par Neurdein pour Le Panorama semblent compter parmi les plus consommées dans le contexte touristique. On les observe d’ailleurs, dans des variations différentes parfois, sur d’autres supports liés à la pratique touristique comme les assiettes photographiques, plus tardives, produites par la manufacture de Sarreguemines37 (fig. 17), les cartes postales, les guides ou brochures.

Fig. 16. Le Panorama, n° 6 (1895), planche « Paris – Le parc des Buttes-Chaumont ».

Fig. 17. Assiette « Les Buttes-Chaumont », d’après un négatif de Neurdein frères, début du xxe s., coll. musées de Sarreguemines.

38De par ces images d’agences, redondantes et diffusées sur différents supports, de par la construction de chaque numéro pensé pour proposer un contenu standardisé et pour devenir un objet convoité et de collection, de par le texte qui s’appuie sur les images pour faire émerger un récit imaginaire marquant, Le Panorama est une production qui renforce les stéréotypes visuels associés au tourisme, adressés aux classes populaires. Son tirage important ne fera que consolider l’impact de ces stéréotypes.

  • 38 André Gunthert, « Pouvoirs du stéréotype », Le Génie des images, 1er février 2013, http://culturevi (...)

39Dans le contexte de l’émergence d’un tourisme bourgeois et populaire, il paraît important pour les industries culturelles de créer des « démarches de loisirs », de mettre en avant des lieux, de susciter des pratiques de consommation de masse des loisirs. Les professionnels de l’édition innovent grâce à de nouvelles structures que sont les agences de photographies, qui sont à la recherche de collaboration pour rentabiliser leur important fonds déjà produit. Leurs images deviennent des « normes38 », qui obéissent à certains critères de représentation, et leur permettent d’être utilisées dans des contextes variés, puis d’être largement diffusées.

40Ainsi, des images reviennent régulièrement, liées à un discours oscillant entre description et imaginaire, et caractérisent petit à petit les sites touristiques déjà implantés ou en devenir.

Notes

1 L’influence de René Baschet a été décisive pour le journal L’Illustration entre 1904 et 1944 : sous sa direction, la photographie est partie prenante de véritables choix éditoriaux, cf. Thierry Gervais, L’Illustration photographique. Naissance du spectacle de l’information, 1843-1914, thèse en histoire et civilisations (dir. André Gunthert, Christophe Prochasson), Paris, EHESS, 2007.

2 Ludovic Baschet est particulièrement connu pour l’édition de la Galerie contemporaine, littéraire, artistique, et pour ses nombreux tirages « inaltérables » au charbon, ce qui peut expliquer l’attention particulière de René Baschet pour une impression de qualité à partir de photographies.

3 Le travail de René Baschet avec Neurdein frères pour Le Panorama a probablement eu une influence sur son utilisation de l’image pour le journal L’Illustration à partir de 1904.

4 La revue n’est pas datée, ou était peut-être datée sur le dos (dos qui a disparu avec la reliure des exemplaires de la Bibliothèque nationale de France). Seul le dépôt légal permet de dater l’ensemble des numéros de la revue à 1895. Les mentions d’autres publications à paraître ou d’actualités permettent de dater la parution de l’ensemble des numéros entre janvier et juillet 1895.

5 Marc Boyer, Histoire de l’invention du tourisme, Paris, éditions de l’Aube, 2000.

6 François Caron, « L'entreprise», in Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoires, Paris, Quarto Gallimard, 1997, volume 3 ; F. Caron, La Dynamique de l’innovation : changement technique et changement social (xixe-xxe siècle), Paris, Gallimard, 2010.

7 L’illustration photographique est devenue possible techniquement dans le corps du texte depuis la fin du xixe siècle (1878 : mise au point du procédé de similigravure par Charles-Guillaume Petit). Appliquée plus couramment dès 1895, en fonction des perfectionnements du procédé d’impression et des politiques éditoriales, la similigravure permet une réelle boulimie d’images photographiques dans l’édition populaire à partir de 1905.

8 Marie-ève Bouillon, « Le marché de l’image touristique », études photographiques, no 30, Paris, 2012.

9 Par exemple, Le Monde illustré publie quelques images de Neurdein frères, gravées d’après photographies, dès 1878.

10 Courrier d’Antonin Neurdein concernant une demande d’attribution de la rosette d’officier d’instruction publique rédigée à l’attention de M. Roussel, conservateur du musée de sculpture comparée, 16 janvier 1909, archives de la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine.

11 Cela semble essentiel pour le bien être de l’entreprise à la fin du xixe siècle, période d’innovation technologique et d’effervescence notamment grâce aux expositions universelles, F. Caron, La Dynamique de l’innovation : changement technique et changement social (xixe-xxe siècle), op. cit.

12 Extrait de l’éditorial du Panorama, no 1, Paris, Baschet, 1895.

13 Cf. l’exemple de La Vie au grand air : les mises en pages élaborées des couvertures apparaissent après 1900, et particulièrement autour de 1903/1904, cf. T. Gervais, « L’invention du magazine », Études photographiques, 20 juin 2007, en ligne : http://etudesphotographiques.revues.org/index997.html.

14 Extrait de l’éditorial du Panorama, no 1, 1895, Paris, Baschet.

15 Laureline Meizel, « Le Trésor artistique de la France. Un cas exemplaire de “livre-spécimen” » au tournant des années 1870-1880 », Études photographiques, no 30, 2012, en ligne : http://etudesphotographiques.revues.org/3330.

16 Extrait de l’éditorial du Panorama, no 1, 1895, Paris, Baschet.

17 « Une publication à la fois si instructive et si attrayante […] » ; « […] Il [chacun de nous] voudrait avoir dans sa bibliothèque ou sur la table de famille, à portée des enfants qui s’instruisent surtout par les yeux, une sorte de répertoire des Merveilles de la France, aussi rapide à parcourir que facile à consulter », éditorial du Panorama, no 1, Paris, Baschet, 1895.

18 Annie Renonciat, Voir-savoir : la pédagogie par l’image aux temps de l’imprimé : du xvie au xxe siècle, Chasseneuil du Poitou, CNDP, 2011.

19 « Les français ignorent les richesses artistiques et les beautés naturelles de leur pays […] » ; « Beaucoup s’en vont par snobisme, par mode, visiter les lacs d’écosse, […] alors que nous avons à nos portes de splendides paysages ; beaucoup s’en vont courir les musées étrangers quand les nôtres ont tant de trésors à montrer », éditorial du Panorama, no 1, Paris, Baschet, 1895.

20 « […] Si nous délaissons nos richesses, chacun de nous, au fond, désirerait les connaître […] pour répondre à ce désir longtemps caché, mais qui se manifeste ouvertement de toutes parts aujourd’hui […] », éditorial du Panorama, no 1, Paris, Baschet, 1895. Cf. également Jean-Didier Urbain, L’Envie du monde, Paris, Bréal, 2011.

21 Un numéro de L’Illustration était vendu 75 centimes et n’utilisait pas, à la même époque, autant les images photographiques. Cf. T. Gervais, L’Illustration photographique. Naissance du spectacle de l’information, 1843-1914, op. cit.

22 Anne-Marie Thiesse, Le Roman du quotidien, lecteurs et lectures populaires à la Belle époque, Paris, Le Seuil, 2000.

23 Ibid.

24 Notamment le titre La Presse, en 1832, dirigé par émile de Girardin. Cf. A.-M. Thiesse, Le Roman du quotidien, lecteurs et lectures populaires à la Belle époque, op. cit., p. 83.

25 T. Gervais, « D’après photographie », Études photographiques, 13 juillet 2003, en ligne : http://etudesphotographiques.revues.org/347.

26 « Le Panorama formera un admirable volume de 400 pages et constituera un incomparable livre d’or des Pays de langue française. Deux millions quatre-vingt-cinq mille livraisons ont été vendues en cinq mois ; c’est dire l’engouement du public pour cette publication à la fois si instructive et si attrayante. Demander à nos dépositaires des cartons-reliures et cartons emboitages en toile de couleur impression en noir et or pouvant contenir 9, 16 ou 25 numéros. En même temps que la 25e livraison, nous mettrons en vente au prix de 30 centimes, les titres et tables formant 8 pages, impression en deux couleurs », éditorial du Panorama, no 22, Paris, Baschet, 1895.

27 « Toutes les épreuves contenues dans cet album ont été obtenues par MM. Neurdein frères avec les plaques au gélatino-bromure d’argent de Mademoiselle Kroener et Cie, dites la Daguerrienne » ou « Toutes les photographies contenues dans le présent fascicule et dans les suivants ont été obtenues avec les appareils H. Mackenstein », mention sur une publicité au sein de pages dédiées spécifiquement dans le fascicule du no 1, puis mention au-dessus de la légende d’une photographie du mont Blanc, no 11.

28 Éditorial du Panorama à partir du no 17.

29 Le Panorama Paris la nuit, no 10, « tirage à 6 343 000 livraisons », extrait de l’éditorial, Paris, Baschet, 1898.

30 Encart de promotion paru dans Le Panorama. Merveilles de France depuis le no 15, concernant Le Panorama Salons sur les œuvres d’art exposées en mai et juin 1895 aux palais des Champs-élysées et du Champ-de-Mars.

31 La tribune des industries graphiques, sans éditeur, Paris, mars 1937 : « Le père et le fils désormais associés, devaient connaître encore le succès, plus vaste et plus populaire cette fois avec Le Panorama, sorte de périodique par l’image, successivement consacré aux Merveilles de France, aux salons, aux jolies actrices, à la parisienne, à l’exposition de 1900. »

32 On peut citer la Géographie pittoresque et monumentale de la France de Charles Brossard en six volumes, publiée entre 1900 et 1903 et la série Sites et monuments du géographe Onésime Reclus, publiée par le Touring Club de France entre 1900 et 1906.

33 Extrait du commentaire du Tréport, Le Panorama, no 1, Paris, Baschet, 1895.

34 Extrait du commentaire de la mer de Glace, Le Panorama, no 6, Paris, Baschet, 1895.

35 A.-M. Thiesse, Le Roman du quotidien, lecteurs et lectures populaires à la Belle époque, op. cit., p. 141.

36 Extrait du commentaire du glacier des Bossons – Les pyramides de glace, Le Panorama, no 1, Paris, Baschet, 1895.

37 M.-èBouillon, Tourisme, faïence et industrialisation de l’image photographique, cat. exp. « Photographie et faïence », Sarreguemines, musée de Sarreguemines, 2012, p. 85-95.

38 André Gunthert, « Pouvoirs du stéréotype », Le Génie des images, 1er février 2013, http://culturevisuelle.org/genie/33.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Couverture d’un exemplaire relié du Panorama [1895] contenant les vingt-cinq numéros.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/3401/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Fig. 2. Couverture du n° 1 du Panorama (1895).
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/3401/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 880k
Légende Fig. 3. Double page centrale du n° 15 du Panorama (1895), « Marseille – Le vieux port et le quai de la Fraternité », phot. Neurdein frères.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/3401/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende Fig. 4. Le Panorama, n° 4 (1895), planches « Le château des Rochers » et « Nice – La jetée-promenade », phot. Neurdein frères.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/3401/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Fig. 5. Le Panorama, n° 1 (1895), planche « Le Havre – La jetée à marée de nuit », phot. Neurdein frères.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/3401/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Légende Fig. 6. Le Panorama, n° 11 (1895), planches « Nîmes – Le pont du Gard » et « Le viaduc de Gabarit », phot. Neurdein frères.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/3401/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 7. Le Panorama, n° 6 (1895), planches « Les palmiers dans le Sahara » et « Château de Chaumont », phot. Neurdein frères.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/3401/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 8. Le Panorama, n° 4 (1895), planches « Le petit Trianon – La chambre de Marie-Antoinette » et « Le Tréport – La jetée par un gros temps », phot. Neurdein frères.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/3401/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 9. Publicité dans Le Panorama, n° 1 (1895).
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/3401/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende Fig. 10. Couverture du Panorama Paris la nuit, n° 1 (1898).
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/3401/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 11. Le Panorama Paris la nuit, n° 5 (1898), planche « Le Jardin de Paris ».
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/3401/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Légende Fig. 12. Le Panorama Paris la nuit, n° 2 (1898), planche « Le hall des Folies Bergères ».
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/3401/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Légende Fig. 13. Couverture du Panorama Salon, n° 1 (1900).
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/3401/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende fig. 14. Le Panorama, n° 23 (1895), planche « Glacier des Bossons – Grotte du Mont Blanc », phot. Neurdein frères.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/3401/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Légende Fig. 15. Le Panorama, n° 19 (1895), planche « Aix-les-Bains – Le départ pour la douche », phot. Neurdein frères.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/3401/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Légende Fig. 16. Le Panorama, n° 6 (1895), planche « Paris – Le parc des Buttes-Chaumont ».
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/3401/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Légende Fig. 17. Assiette « Les Buttes-Chaumont », d’après un négatif de Neurdein frères, début du xxe s., coll. musées de Sarreguemines.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/3401/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 116k

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Ève Bouillon, « Le Panorama. Merveilles de France, Algérie, Belgique, Suisse », Études photographiques, 31 | Printemps 2014, [En ligne], mis en ligne le 27 mai 2014. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/3401. consulté le 22 septembre 2017.

Auteur

Marie-Ève Bouillon

Marie-Ève Bouillon prépare une thèse de doctorat sur le rôle de l’image photographique et de sa diffusion dans la création ou la persistance de modèles — ou stéréotypes — touristiques en France, 1870-1917, au Laboratoire d’histoire visuelle contemporaine, EHESS (Paris), sous la direction de Christophe Prochasson et André Gunthert. Elle a travaillé par ailleurs neuf ans à l’Atelier de Restauration et de Conservation des Photographies de la Ville de Paris (ARCP), puis fut en charge des fonds de photographies de la présidence de la République aux Archives nationales. Elle travaille actuellement à la mission de la photographie aux Archives nationales.

Articles du même auteur

Droits d’auteur

© Etudes photographiques