Navigation – Plan du site

Les nouveaux chemins de l’authenticité photographique

André Gunthert

Texte intégral

  • 1 Fred Ritchin, In Our Own Image. The Coming Revolution in Photography, New York, Aperture, 1990 ; Wi (...)

1Pendant la majeure partie de son histoire, la photographie a rempli la fonction jadis assurée par les icônes ou les reliques: celle de garantir l’authenticité de la représentation. De nombreuses  élaborations ont été proposées pour expliquer que ce caractère provenait de la nature technique de l’enregistrement. En remettant en question la théorie de l’empreinte, le passage aux supports numériques a paru contredire cette légende moderniste. Certains n’ont pas hésité à décréter la fin de la photographie.1

2Pourtant, une vingtaine d’années après ce virage, ni la demande d’une image porteuse de vérité ni la photographie n’ont disparu. Bien au contraire, celle-ci a envahi tous les espaces de la sociabilité, et les pratiques montrent que l’authenticité demeure un point de repère indispensable de la culture visuelle.

3Est-ce à dire que l’image numérique n’y a rien changé ? Au contraire. De nouveaux critères ont fait leur apparition : la datation ou la géolocalisation des fichiers prolongent le paradigme de l’attestation technique. Mais on a surtout observé un déplacement des formes de garantie de l’espace de la production de l’image à la sémiologie de sa réception. Désormais, ce n’est plus la technologie photographique qui assure la sincérité de l’enregistrement, mais l’inscription individuelle dans l’image de son auteur, rendue visible par divers traits repérables.

4Plutôt que le narcissisme souvent reproché à l’autoportrait au smartphone, la demande d’authenticité contribue à expliquer l’expansion du selfie, qui répond à l’affaiblissement de l’attestation photographique par la manifestation de défauts identifiables pour le destinataire – geste de manipulation de l’appareil, cadrage incertain ou déformation des perspectives forment autant de signes du caractère autoproduit de l’image, qui garantit sa fidélité. Ce n’est pas parce que le selfie fournit un portrait flatteur mais au contraire parce qu’il présente des imperfections visibles qu’il fournit un degré d’attestation supérieur.

5La crédibilité que l’on accordait autrefois à la production automatique de l’enregistrement se trouve ainsi reportée sur les carences de la maîtrise de l’outil. Il peut paraître surprenant de voir cette garantie se déplacer de la photographie professionnelle vers la pratique amateur. Mais la forte croissance de la conversation visuelle, à travers les outils connectés, met plus que jamais la photographie autoproduite au cœur des usages. Cette évolution témoigne également d’une amélioration globale de la culture visuelle des non-spécialistes, capables d’identifier et d’interpréter des caractères complexes.

  • 2 Le rôle décisif du témoignage dans l’établissement de la preuve par le document visuel a été étudié (...)

6Plusieurs contributions du présent numéro reviennent sur les différents aspects de la photographie dite « amateur ». Au-delà des apparences, qui peuvent elles aussi être contrefaites, on constate l’importance des formes d’attestation ou de contextualisation individuelles. L’auteur de l’image est devenu le témoin privilégié de sa réalisation, celui qui paraît le mieux à même de garantir son honnêteté2. Plutôt que par des critères a priori, c’est par l’interaction avec le destinataire que s’établit la vérité de l’image, qui apparaît bien comme le résultat d’un exercice d’interprétation.

7L’extension sans précédent de la production photographique à laquelle nous assistons s’accompagne en effet d’une multiplication tout aussi inédite des usages. L’alphabétisation visuelle prédite par László Moholy-Nagy concerne donc tout autant des auteurs que des lecteurs, tous simultanément et réciproquement usagers des images. Les ressorts de l’authenticité photographique ne sont plus comme autrefois la technique, la lumière ou l’empreinte, mais le témoignage, l’expérience et la conversation.

Notes

1 Fred Ritchin, In Our Own Image. The Coming Revolution in Photography, New York, Aperture, 1990 ; William J. Mitchell, The Reconfigured Eye. Visual Truth in the Post-photographic Era, Cambridge, MIT Press, 1992, p. 20.

2 Le rôle décisif du témoignage dans l’établissement de la preuve par le document visuel a été étudié par Christian Delage, La Vérité par l’image. De Nuremberg au procès Milosevic, Paris, Denoël, 2006.

Pour citer cet article

Référence électronique

André Gunthert, « Les nouveaux chemins de l’authenticité photographique », Études photographiques, 31 | Printemps 2014, [En ligne], mis en ligne le 11 mars 2014. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/3380. consulté le 28 juillet 2016.

Auteur

André Gunthert

Articles du même auteur

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle