Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Il est des corpus photographiques difficiles à appréhender pour l’historien. En 2008, dans son article sur la photographie de famille, Geoffrey Batchen rappelait combien la démesure de cette production qui, chaque jour aux États-Unis seulement s’accroît de 550 images par seconde, bousculait nos méthodes de recherche établies pour des ensembles sommaires. L’auteur expliquait également qu’il fallait ajouter à l’embarras de l’historien l’absence de qualité esthétique de ces images qu’il jugeait « répétitives et dénuées d’inspiration dans leur forme1 ». C’est sur un jugement similaire qu’Elizabeth Edwards termine la préface de son dernier livre The Camera as Historian, consacré aux 55 000 images qui résultèrent de 77 missions photographiques menées par des amateurs anglais de la fin du XIXe siècle : « Beaucoup de ces photographies ne sont pas particulièrement bonnes, tant d’un point de vue technique qu’esthétique. Certaines sont franchement affreuses. D’autres sont vraiment magnifiques2 ». Ces corpus rassemblent non seulement beaucoup – trop? – d’images, mais ils sont aussi visuellement inégaux, voire tout simplement banals ; deux caractéristiques qui peuvent expliquer le manque d’intérêt qui leur a été porté. Pourtant, ces photographies d’amateurs constituent une part essentielle de nos collections, tant publiques que privées : la Société française de photographie compte dans ses fonds 10 000 tirages et plus de 50 000 plaques négatives et positives, pour l’essentiel produites par des amateurs de photographie regroupés en associations.

2À partir d’un corpus représentatif qui intègre des photographies tant «magnifiques» qu’«affreuses», Edwards examine les ambitions et les résultats de ces missions photographiques pour comprendre «l’imagination historique3» dont elles témoignent. Suivant des méthodes ethnographiques et anthropologiques, Edwards analyse la notion de loisir utile qui anime et justifie l’activité des cercles d’amateurs photographes, les discussions qui portent sur la valeur de preuve accordée à la photographie et sur la constitution d’archives visuelles, le rôle et l’articulation des politiques locales et nationales dans ces missions, ou encore le partage public de ces images4, afin d’expliquer la conception de l’histoire qui se construit alors. Une histoire visuelle et positiviste, mais aussi une «histoire qui n’était pas nécessairement fondée sur les imposants récits étatiques ou aristocratiques, mais une histoire de tous les jours5». Il y a probablement ici, dans cette quotidienneté élevée au rang d’objet historique, une troisième raison à l’absence de ces corpus dans les analyses des historiens de la photographie.

3Ce numéro d’Études photographiques ne comblera pas un tel vide historiographique, il laisse cependant entrevoir les possibilités qui s’offrent aux chercheurs. Dans sa comparaison des deux premières grandes histoires de la photographie américaines, celles de Robert Taft et de Beaumont Newhall, François Brunet analyse comment l’esthétique photographique définie et revendiquée par Newhall oriente l’intérêt de Taft vers la valeur historique de la photographie, vers les documents photographiques, notamment ceux qui témoignent de la vie « normale ». La production photographique industrielle constitue un autre pan négligé auquel l’article de Marie-Ève Bouillon se confronte en analysant les photographies touristiques du Mont-Saint-Michel produites par la maison Neurdein à la fin du xixe siècle. Dans cette autre économie de l’image, standardisation, diversification des supports et stéréotypes contribuent à définir l’identité touristique d’un monument. La photographie est un objet multiple dont les historiens n’ont pas fini d’explorer les ressources. Charge à eux de poser les bonnes questions.

Notes

1 Geoffrey Batchen, “Les Snapshots. L’histoire de l’art et le tournant ethnographique”, Études photographiques, no 22, septembre 2008, p. 6.

2 Elizabeth Edwards, The Camera as Historian. Amateur Photographers and Historical Imagination, 1885-1918, Durham / Londres, Duke University Press, 2012, p. xii.

3 Ibid., p. 6.

4 Sur ces sujets, voir également Luce Lebart, “Archiver les photographies fixes et animées : Matuszewski et l’‘Internationale documentaire’”, in Magdalena Mazaraki (dir.), Boleslas Matuszewski. Écrits cinématographiques, Paris, Association française de recherche sur l’histoire du cinéma / Cinémathèque française, 2006, p. 57 ; Christian Joschke, “La photographie, la ville et ses notables, Hambourg, 1893”, Études photographiques, no 17, novembre 2005, p. 136-157.

5 E. Edwards, The Camera as Historian…, op. cit., p. 20.

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Gervais, « Approches de l'histoire », Études photographiques, 30 | 2012, [En ligne], mis en ligne le 30 janvier 2013. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/3341. consulté le 31 mars 2017.

Auteur

Thierry Gervais

Articles du même auteur

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle