Navigation – Plan du site

Alison Nordström, Elizabeth McCausland, Lewis Hine (1874-1940)

Compte rendu par Frédéric Perrier
Référence(s) :

Madrid, Fundación MAPFRE/TF Editores, 2011, 264 p., 201 ill.

ISBN : 978-1935202769, 39 €

Texte intégral

1L’ouvrage en français a été édité à l’occasion de l’exposition Lewis Hine à Paris (septembre-décembre 2011) coproduite par la Fondation Cartier-Bresson, la Fundaciòn Mapfre à Madrid et le Nederlands Fotomuseum à Rotterdam. Il se compose, outre le catalogue des clichés exposés, d’un essai rédigé par Alison Nordström, commissaire de l’exposition et conservatrice à la George Eastman House, du fac-similé du seul livre publié de Lewis Hine, Men At Work, Photographic Studies of Modern Men and Machines (1932) et de la traduction d’un article de 1938, “Lewis Hine : photographe social”, de l’historienne de l’art Elizabeth McCausland.

2L’essai qui introduit le catalogue est appelé à devenir une référence, car il propose une très bonne synthèse des nombreux travaux existants en même temps qu’un regard neuf sur l’œuvre de Hine et sa place dans l’histoire de la photographie.

3Alison Nordström s’interroge sur la dualité, sociale et artistique, de la photographie de Hine, et sur son caractère universel. Le début et la fin de son essai insistent sur la « redécouverte » de Lewis Hine, mais aussi sur sa reconnaissance, à la fin des années 1930, par la Photo League, « un influent collectif de photographes de gauche » (p. 18). L’impression ainsi créée est que si les photographies de Lewis Hine sont aujourd’hui si populaires, c’est grâce aux efforts de la Photo League. Cette impression est à nuancer, car la popularité du travail de Hine est également le fait des travaux d’historiens comme Judith Mara Gutman, Naomi Rosenblum ou Daile Kaplan dans les années 1970 et 1980.

4Alison Nordström évoque une « étreinte du monde de l’art » (p. 20). C’est en janvier 1938 que la photographe Berenice Abbott et la critique d’art Elizabeth McCausland organisent une rétrospective Hine au Riverside Museum de New York (aujourd’hui le Nicolas Roerich Museum), à laquelle donnent leur caution Alfred Stieglitz, Paul Strand, Beaumont Newhall, Edward Steichen, tout comme des travailleurs sociaux tels que Frances Perkins, ministre du Travail sous Franklin D. Roosevelt, et Homer Folks, président du National Child Labor Committee. Pour Nordström, « cet événement marqua le moment où Hine passa du statut de photographe sociologue à celui d’artiste » (p. 34).

5Si cette rétrospective ne remporta pas le succès escompté par Lewis Hine, elle marqua bel et bien sa reconnaissance en tant qu’artiste « documentaire ». De fait, comme le rappelle Alison Nordström, Beaumont Newhall, dans son célèbre article “A Documentary Approach to Photography” [1940], définissait les photographies « documentaires » comme « des enregistrements “factuels” » faits en vue d’« objectifs sociologiques précis » ; il voyait en Hine « un exemple précoce du style documentaire pour ses photographies sur le travail des enfants », et « poignantes par la saisie entière et directe de l’émotion qui lie le photographe à son modèle » (p. 32). Alison Nordström souligne néanmoins que la question de savoir si cette photographie « documentaire » est « sociale » ou « artistique » n’a jamais cessé de faire débat. « Dans le cas de Hine, explique-t-elle, nous en sommes encore à essayer de définir à quel domaine appartient son travail. »

6Nordström rappelle que les annonces de Lewis Hine parues dans Charities and the Commons (la plus importante publication de l’ère progressiste, où s’exprimèrent les principaux porte-parole des idées réformatrices) portaient la mention « photographie sociale ». Elle insiste sur le rôle d’éducateur de Lewis Hine, comme lorsqu’il parcourut, pour le National Child Labor Committee, entre 30 000 et 50 000 miles par an entre 1906 et 1918, photographiant, récoltant des informations, prenant des notes sur des régions et des univers professionnels variés.

7Pour Nordström, le trait le plus marquant de la photographie de Lewis Hine est la valorisation de l’individu, de l’humain : ce qu’Elizabeth McCausland appelait « l’essence de la personne humaine ». La commissaire de l’exposition prend pour exemple les clichés d’Ellis Island, où Hine aspirait à donner une image positive des immigrants. La frontalité de ces portraits vise à engager « un dialogue fondé sur le respect mutuel » (p. 20).

8Mais Alison Nordström ne souhaite pas trancher trop nettement et tend à lire la photographie de Lewis Hine comme à la fois « sociale » et « artistique ». Ainsi évoque-t-elle la connaissance qu’avait Hine de l’art classique, faisant référence à certains clichés célèbres comme “La madone et l’enfant” (1905).

9Nordström fait également mention de la découverte récente d’un album, non daté, composé de quinze images. Les clichés ont été travaillés, remarque-t-elle, et certains sont légèrement estompés dans des tons nuancés de gris. Ces images bucoliques, qui rappellent Peter Henry Emerson, témoigneraient selon Nordström d’un traitement « artistique » de l’image. Autre découverte, la photographie du jeune Grec au Parthénon prise en 1918. La George Eastman House en possède neuf exemplaires, certains clairs, d’autres plus sombres, si bien que le soldat photographié devient une silhouette assez floue sur certains tirages. Ces documents inédits sont autant de nouvelles perspectives de recherches sur l’intérêt que Hine portait à la technique des tirages photographiques ; technique dont on lui a souvent reproché de ne pas se soucier.

10Le catalogue évoque cependant aussi la deuxième partie de la carrière de Lewis Hine, en montrant qu’après 1920, Hine travaille avec des industriels progressistes qui « partagent ses valeurs ». La présentation d’Alison Nordström demeure ici un peu vague, et son propos mérite d’être nuancé. À son retour d’Europe, lorsqu’il est engagé en mai 1918 par l’American Red Cross, Hine va passer d’une photographie « négative » à une photographie « positive » qu’il appellera interpretive photography, consistant, selon ses termes, à « dépeindre l’industrie sous l’angle humain » (« depicting industry from a human angle »). Hine fait la connaissance de Sidney Blumenthal, industriel influent et progressiste. En 1933, un portfolio comprenant vingt photographies, Through the Threads of Shelton Looms, remporte un succès artistique et commercial ; mais ce cas restera un peu exceptionnel. On doit souligner ici, d’une part, qu’à la différence des clichés pris à Ellis Island, tous les « reportages » des années 1920-1940 résultent de commandes ; d’autre part, que c’est pour Hine une période difficile, où les revenus se font de plus en plus maigres. Peter Seixas a montré qu’en choisissant Lewis Hine comme photographe, les éditeurs du journal d’entreprise Western Electric News voulaient un photographe capable de révéler aux ouvriers leur contribution à la marche de l’entreprise, leurs compétences, ainsi que le bonheur et la satisfaction que leur travail leur procurait. « à l’image des syndicats patronaux de l’époque, les photos devaient promouvoir la productivité et la loyauté des ouvriers en leur portant une reconnaissance dans un cadre complètement contrôlé par l’entreprise1. »

11En définitive, Alison Nordström nous invite, à juste titre, à regarder les photographies de Lewis Hine « en nous concentrant sur la singularité et l’originalité plutôt que de vouloir classer sa photographie » (p. 35). Le catalogue a le mérite d’offrir au lecteur tous les clichés présentés lors de l’exposition, de même que des documents rarement montrés – affiches, périodiques, mais aussi une fresque et un montage mural composés avec les photographies de Hine. Le choix des tirages, en lui-même, révèle bien la profondeur de l’œuvre du photographe. L’essai situe parfaitement Lewis Hine dans son temps, souligne les étapes importantes de sa carrière et propose une bonne synthèse de la critique. On aurait aimé un point de vue plus incisif sur la nature de la photographie de Lewis Hine, que l’on ne peut plus guère, en 2012, réduire à un dilemme très académique et passablement daté entre photographie « sociale » et « artistique ». Mais l’ouvrage offre néanmoins une compréhension approfondie de la photographie de Lewis Hine en s’intéressant à la personnalité de l’auteur.

Notes

1  Voir l’article de Peter Seixas, “From ‘Social’ to ‘Interpretive’ Photographer”, American Quarterly, vol. 39, no 3, automne 1987, p. 398-401.

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Perrier, « Alison Nordström, Elizabeth McCausland, Lewis Hine (1874-1940) », Études photographiques, Notes de lecture, Janvier 2013, [En ligne], mis en ligne le 29 janvier 2013. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/3304. consulté le 23 juillet 2017.

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle