Navigation – Plan du site

Horacio Fernandez (dir.), Foto/Grafica. Les Livres de photographie d’Amérique latine   /   Éric Desachy, Guy Mandery (dir.), La Guilde du livre, les albums photographiques 1941-1977   /   Peter Pfunder (dir.), Martin Gasser, Sabine Münzenmaier, Livres de photographie suisses de 1927 à nos jours, une autre histoire de la photographie

Compte rendu par Danièle Méaux
Référence(s) :

RM Mexico/Aperture Foundation/Images en Manœuvre/Cosac Naify, 2011, 255 p., 400 ill.

ISBN : 978-2849952160, 59 €   /

Paris, Les Yeux ouverts, 2012.

ISBN : 978-2954064000, 39 €   /

Winterthur, Fotostiftung Schweiz / Baden, Lars Müller Publishers, 2012, 640 p. 700 ill.

ISBN : 978-3-03-778274-3, 71,25 €

Texte intégral

1 Un intérêt croissant pour le livre de photographie se manifeste aujourd’hui. Cette tendance témoigne d’un changement du regard porté sur le médium et son histoire. Les amateurs envisagent moins les images de manière isolée, en tant qu’œuvres autosuffisantes, mais tendent à les appréhender dans une relation au dispositif au sein duquel elles s’insèrent. Lorsque le livre n’est pas un simple catalogue ou une anthologie, les photographies valent pour autant qu’elles sont prises dans une relation avec d’autres images et avec des mots, conditionnées par un agencement typographique, reproduites sur des feuillets assemblés par une reliure, sur un papier dont la texture elle-même importe… Dès lors, le livre ne constitue pas un « support », mais un « moyen d’expression » à part entière, en vue duquel souvent les prises de vue sont effectuées.

2Dès 1982, le numéro 6 des Cahiers de la photographie était consacré au livre de photographie : Gilles Mora insistait sur la manière dont certains ouvrages pouvaient constituer l’aboutissement même du projet du photographe. Au fil des dix dernières années, l’intérêt pour cet objet s’accroît. En 2001, Shelley Rice distingue cent un livres de photographie majeurs du xxe siècle. Michèle Debat coordonne, deux ans plus tard, un ouvrage collectif centré sur les liens privilégiés de la photographie et du livre. En 2004 et 2006, Martin Parr et Gerry Badger publient, en deux tomes, une anthologie qui fait date par sa qualité iconographique et l’ampleur de sa documentation ; c’est pour ces deux auteurs l’occasion d’affirmer haut et clair l’affinité essentielle de l’image reproductible et du livre. En 2009, les Rencontres internationales de la photographie d’Arles rendent un hommage au travail éditorial de Robert Delpire, en 2012 c’est celui des éditions Contrejour qu’elles exposent. Parallèlement, depuis une décennie, le prix des livres de photographie, très prisés des collectionneurs, a bien augmenté. Les trois ouvrages publiés en 2011 et 2012 poursuivent et accentuent ce mouvement global.

3Les Livres de photographie d’Amérique latine a accompagné une exposition proposée au « Bal » à Paris de janvier à avril 2012 (celle-ci voyage actuellement en Amérique latine). L’ouvrage se présente comme une anthologie dont l’ambition est de manifester la richesse de la production sud-américaine, de 1930 à nos jours. Au paradigme de l’image isolée est opposé celui de la série, de l’essai ou du livre dont l’agencement peut servir les intentions du photographe. Il est signalé que l’exposition, moins maniable, plus éphémère, ne connaît pas la même diffusion. Et les auteurs de s’interroger : est-ce que la bibliothèque ne serait pas pour la photographie un meilleur mode de conservation que le musée ? Cent quinze livres de photographie sont en tout cas inventoriés et brièvement décrits. Ne sont retenus que les ouvrages dans la conception desquels le photographe est intervenu. Les livres sont répartis en neuf catégories dotées d’un titre : « Mot et image » annonce les travaux auxquels ont collaboré un photographe et un écrivain ; « Les oubliés », ceux dont le propos social est nettement affirmé ; une section traite des ouvrages en couleurs, tandis que la dernière division présente des livres « contemporains » ; les critères de regroupement sont donc alternativement thématiques, plastiques, chronologiques… Ce classement « à la Prévert » laisse un peu insatisfait. Reste toutefois l’attrait déclenché par la diversité des ouvrages exposés, souvent méconnus de l’amateur européen et servis par une iconographie abondante. C’est sans doute la raison pour laquelle Les Livres de photographie d’Amérique latine a obtenu le « prix du livre historique » cet été à Arles.

4La Guilde du livre, les albums photographiques 1941-1977 se présente comme un hommage au travail d’Albert Mermoud, fondateur de la Guilde du livre à Lausanne, en matière d’édition de livres de photographie. La maison diffuse l’histoire, les lettres, les arts. Le succès des ouvrages de photographie publiés tient à la qualité exceptionnelle de l’image imprimée par héliogravure et au prix modique pratiqué, grâce à un système d’abonnement. Parmi les quatre-vingt-quatre albums de photographie publiés par la Guilde figurent Paris des rêves de Izis (1950), La Banlieue de Paris de Robert Doisneau (1949), La France de profil de Paul Strand (1952), Instants volés, instants rêvés de Gothard Schuh (1956)… La collaboration d’écrivains de renom sert la promotion des albums. L’anthologie proposée, où les parutions se trouvent inventoriées par décennie, travaille à la reconnaissance des publications photographiques de la « Guilde » ; elle contribue aussi à la défense d’une conception du livre de photographie, formulée en 1955 par Claude Roy (qui collabora à plusieurs ouvrages de la « Guilde ») : « Un bon livre photographique n’est jamais l’addition d’un bon cliché avec un autre bon cliché. Le signe + n’est jamais une clé de l’œuvre d’art, ni l’accumulation sa définition. Les livres qui ont fait date dans l’histoire du livre illustré de photographies ne sont pas ceux où les documents, et les textes qui sont leur contrepoint, s’ajoutent mécaniquement les uns aux autres, mais ceux où ils se multiplient l’un par l’autre […]. » Les auteurs de La Guilde du livre, les albums photographiques 1941-1977, se centrant sur un travail éditorial circonscrit,remplissent bien la mission qu’ils s’étaient attribuée.

5Les Livres de photographie suisses de 1927 à nos jours, dirigé par Peter Pfunder, est sans aucun doute l’ouvrage le plus ambitieux des trois, par sa taille, mais aussi par l’objectif déclaré qui est d’offrir « une autre histoire de la photographie » en utilisant un nouvel angle d’attaque : celui du livre. Alternent des textes généraux, traitant de façon synthétique d’une période de l’histoire de la photographie suisse, et des fiches bien illustrées, consacrées à des livres de photographie parus pendant cette période. Il est appréciable que les commentaires de chacun des soixante-dix ouvrages envisagés ne soient pas de simples aperçus, mais des analyses approfondies. Plus qu’une simple anthologie, l’ouvrage se présente donc comme un véritable recueil d’études succinctes mais fouillées des différents livres recensés. Les textes introduisant chaque période sont également riches, toutefois ils ne permettent pas bien de constater en quoi le parti pris de départ (envisager l’évolution de la photographie par le biais du livre) aboutit à un réel renouvellement de l’histoire du médium…

6C’est sans doute dans l’ouvrage dirigé par Peter Pfunder que l’on peut lire la meilleure formulation des enjeux théoriques de l’attention portée actuellement au livre de photographie. À la fascination pour le tirage original, pour le vintage, qui a longtemps dominé, est opposé l’attrait pour le support imprimé qui ne néglige plus l’aptitude de la photographie à la diffusion de masse. Cette prise en compte tient sans doute à un souci plus général de saisir le fonctionnement des images en contexte. Mais, au fil du temps, la forme imprimée se présente bien comme un type de manifestation privilégié de la photographie et le livre, plus précisément, se donne souvent pour le praticien comme un mode d’expression autonome.

7L’intérêt pour le livre de photographie se développe – ce n’est pas un hasard non plus – au moment où les grands formats envahissent les musées, écrasant souvent le spectateur par leur taille et ménageant une autre relation aux images, au moment aussi où prolifèrent les vues sur le Web. Ces changements induisent certainement un besoin de réévaluation des formes et des usages. Cependant, le livre de photographie est loin d’appartenir au passé. Les photographes font de plus en plus de livres ; si ces derniers se vendent peu, ils permettent à leurs auteurs d’affirmer une vision personnelle et de se faire connaître. L’autoédition est ainsi florissante dans les écoles d’art. En raison du recul de la presse imprimée, le livre accueille également des travaux de reportage. Les récentes possibilités d’impression à la demande travaillent à créer de nouveaux développements. L’histoire du livre de photographie est donc encore devant nous.

Pour citer cet article

Référence électronique

Danièle Méaux, « Horacio Fernandez (dir.), Foto/Grafica. Les Livres de photographie d’Amérique latine   /   Éric Desachy, Guy Mandery (dir.), La Guilde du livre, les albums photographiques 1941-1977   /   Peter Pfunder (dir.), Martin Gasser, Sabine Münzenmaier, Livres de photographie suisses de 1927 à nos jours, une autre histoire de la photographie », Études photographiques, Notes de lecture, Janvier 2013, [En ligne], mis en ligne le 29 janvier 2013. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/3303. consulté le 23 juin 2017.

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle