Navigation – Plan du site

Jan BAETENS, Pour le roman-photo

Sophie Hedtmann
Référence(s) :

Bruxelles, Les impressions nouvelles, 2010, 240p. ,  illustrations noir et blanc, 22€

Texte intégral

  • 1  Laureline Meizel, “Entre ‘scénarisation du visuel’ et ‘visualisation du scenario’, le paradigme de (...)
  • 2  “La diffusion géographique et sociale du roman-photo : introduction théorique à l’étude du magazin (...)
  • 3  « […] livre fort ambitieux, mais également très décevant ; étudie le roman-photo par le biais d’un (...)
  • 4  Jan Baetens a publié de nombreux essais sur les rapports entre le texte et l’image, SLAM ! Poèmes (...)
  • 5  Dans un entretien publié dans le magazine belge Perspectives (29 janvier 2011), il explique briève (...)

1 Le roman-photo reste relativement peu étudié. Aucun historien de la photographie n’a pour l’instant consacré un doctorat à ce sujet, et on ne compte dans la discipline qu’un mémoire de master, celui de Laureline Meizel1. Il existe quelques thèses en lettres et en sociologie, qui datent désormais ; celle de Sylvette Giet reste cependant utile2. Or le roman-photo, loin d’être usé, résiste et évolue sous de multiples formes, et n’a en fait jamais cessé d’intriguer les « amateurs » ou les passionnés, y compris des chercheurs et des historiens. L’un des premiers ouvrages publiés sur le roman-photo est celui de Serge Saint-Michel, Le Roman-photo (Paris, Larousse, 1979). Jean-Claude Chirollet a ensuite tenté de s’approcher d’une définition du genre avec Esthétique du photoroman (Paris, Edilig, 1983) mais il s’est cantonné à une étude comparative avec le cinéma3. Depuis, aucun ouvrage de référence n’a été publié, sinon celui de Jan Baetens, professeur en sémiotique et études culturelles à l’Université catholique de Louvain4, qui situe dans ses lectures d’enfant l’origine de sa passion pour le roman-photo (« j’ai découvert Madame Bovary en roman-photo », déclare-t-il5) et qui n’en est pas moins l’un des rares spécialistes du genre. L’ouvrage paru en 2010, Pour le roman-photo, est une version revue et augmentée de Du roman-photo, qui, publié en 1993, constituait déjà une référence. Dans cette nouvelle version, Baetens enrichit son corpus, revient sur les principaux paramètres qui définissent le roman-photo et établit un constat sur l’avenir du genre.

2 Pour le roman-photo est divisé en six chapitres précédés d’une introduction. Celle-ci, intitulée « Entre sourire et silence », donne une définition du genre en partant de celle trouvée sur Wikipédia : « Un roman-photo ou photo-roman est une histoire, généralement sous une forme proche de la bande dessinée, composée de photos agrémentées de textes disposés dans des phylactères. Des journaux comme Nous Deux, Lancio ou Girls en France, ou comme Grand Hôtel en Italie, sont spécialisés dans la publication d’histoires en roman-photo, à connotation généralement sentimentale » (p. 7). Par ce choix d’une méthode « grand public », Baetens affirme d’emblée que le roman-photo est toujours d’actualité, ou que le genre est resté populaire.

3 Dans son premier chapitre, « Soixante ans de roman-photo », Baetens esquisse la question des origines du genre. C’est une question « à la fois floue et nette », qui est récurrente dans les études sur le roman-photo. Est cité d’abord Il Mio Sogno (« Mon rêve »), premier magazine italien à publier un roman-photo le 20 juillet 1947. Puis est évoqué le premier roman-photo français, Grand Hôtel, paru également en 1947. Dès lors, le terrain de l’étude est circonscrit autour du roman-photo italien et français. Baetens revient ensuite sur un point qui a fait débat : comment est né le roman-photo ? Est-ce, par exemple, un mélange de roman et de photographies ? Il s’agirait plutôt d’un genre polymorphe, dont les modèles sont multiples. Jan Baetens parle à ce sujet de « références » ; et, selon lui, le ciné-roman est l’une des « références » majeures. C’est la forme qui se rapproche du roman-photo de la manière la plus élémentaire, en tant que série de photographies. L’autre matrice est le roman dessiné ; or, selon Jan Baetens, « pour des raisons qui n’ont jamais été élucidées, c’est le roman-photo et non pas le roman dessiné qui suscitera l’enthousiasme des lecteurs » (p. 24). Jan Baetens introduit ici le « critère de la modernité », sur lequel il reviendra plus tard à propos des nouvelles formes du roman-photo (p. 93). En terminant ce premier chapitre par la section « Le roman-photo, un genre littéraire », Baetens annonce cependant clairement que son principal champ de référence est la littérature.

4 Le deuxième chapitre, « Du même à l’autre : roman-photo et bande dessinée », aborde une analyse formelle du roman-photo à travers une étude contrastive avec la bande dessinée. Cette comparaison, d’ailleurs courante, permet à Baetens de définir les spécificités de la forme roman-photo. Ainsi les deux genres s’opposent-ils fondamentalement, selon l’auteur, au sens où la bande dessinée serait analyse et production, tandis que le roman-photo serait synthèse et reproduction : « On s’en souvient : l’image dessinée produit un référent de façon analytique, trait par trait, couleur par couleur, mais c’est synthétiquement, par l’exposition intégrale d’un fragment de pellicule ou de surface photosensible, qu’une portion de réel est reproduite par le photographe » (p. 109). Cette répartition, précise Baetens, correspond « à une vérité non pas théorique mais pratique qui reflète nos idées actuelles sur la photographie » (p. 109). Les sections de ce chapitre examinent la création d’un roman-photo, en partant du scénario pour aller à sa « réalisation ». Sont évoquées à travers cette étude les questions du contenu, de l’image, de la photographie et de sa relation au réel. Dans la section « La photo comme indice », Baetens développe la question du numérique, qui bouleverse « nos idées traditionnelles sur la photographie » et sur notre rapport photographique au réel. On aurait aimé voir Baetens développer davantage son avant-dernière section, « Le mixte », qui analyse des œuvres mélangeant photographie et dessin.

  • 6  « Pour Henri Cartier-Bresson […] la photographie est la rencontre d’un état particulièrement inten (...)

5 Le troisième chapitre, « Un regard différent sur la photographie », est un point de vue sur l’histoire de la photographie et sur la place qu’y tient le roman-photo, où est notamment citée l’œuvre de Marie-Françoise Plissart, référence capitale pour l’auteur. En début de chapitre, Jan Baetens affirme que l’institution photographique, à travers ses normes héritées d’Henri-Cartier Bresson, récuse le roman-photo. Selon Henri-Cartier Bresson, la photographie relève du domaine de l’intuitif6. Ce qui conduit Jan Baetens à émettre l’hypothèse selon laquelle la différence entre roman-photo et photographie ne repose pas sur une question de forme, mais sur une question de narration. La photographie d’Henri Cartier-Bresson raconte une émotion, le roman-photo raconte une histoire.

6 Le quatrième chapitre, « Le langage, le texte, le livre » et le cinquième, « De l’image à l’image-séquence », sont le cœur de l’ouvrage, où Baetens développe, au-delà du roman-photo, une analyse formelle des rapports entre texte et image, qui sont l’un de ses sujets de prédilection. Quel sens va produire le rapprochement entre une image et un texte ? L’exemple principal est, ici encore, celui des essais de Marie-Françoise Plissart. Pour Baetens, « dans le roman-photo, l’essentiel est de lier ». Les images séquences du roman-photo sont les photographies de liaison, qui permettent au lecteur d’imaginer les images manquantes et de comprendre l’histoire. Ceci diffère radicalement de l’image selon Henri Cartier-Bresson qui « fixe un instant et un espace » (p. 191). Marie-Françoise Plissart dans son ouvrage Prague réalise ce que Jan Baetens appelle des formes simples. Un roman-photo composé d’images « unies » et qui n’ont aucun lien vers l’extérieur. L’autre exemple est donné par Droits de regards qui utilise des formes complexes, des photographies dites « multiples » qui renvoient à d’autres espaces et d’autres temps.

7 Le sixième et dernier chapitre, « Hier, aujourd’hui, demain ? », répète une question, ou un constat en forme de question, déjà énoncée auparavant par Jan Baetens : quel est l’avenir du roman-photo ? Le genre a, selon lui, un réel avenir. Que ce soit dans la parodie ou dans un registre plus poétique, beaucoup d’artistes s’y intéressent ; « la diversité et, souvent, les qualités esthétiques et narratives de ces productions sont réelles, ainsi que le montrent quelques exemples récents, qui chacun creuse un des aspects du genre » (p. 215).

8 Cette nouvelle version de l’ouvrage de Jan Baetens a toutes les chances de continuer à occuper le premier rang dans les études sur le roman-photo.Ses grandes forces sont de proposer une analyse « scientifique » ou sémiotique du genre et de chercher à le situer dans « la modernité », qu’elle soit celle des années 1970, 1980 ou celle d’aujourd’hui. Le corpus étudié a été notablement enrichi, même si, comme dans le précédent ouvrage, Jan Baetens accorde une grande place à l’étude de Marie-Françoise Plissart, dont les romans-photos ont été publiés dans les années 1980. Plusieurs nouvelles productions – depuis les années 1990 – sont évoquées dans le dernier chapitre : ainsi l’œuvre de Suky Best, Photo Love (Festermann Press,1995-1997) ou celle de David Depierraz, Muriel Nardin et Antonio Rodriguez, Le Dépôt des rêves (Paris, Jean-Michel Place, 2006). Jan Baetens nous laisse d’ailleurs penser que la prochaine publication sur le roman-photo sera consacrée aux publications du net, ou à une troisième voie vantée par lui, une forme mixte, « superposition du roman-photo et de la bande dessinée » (p. 115), dont il n’existe pour l’instant que peu d’exemples : Le Photographe d’Emmanuel Guibert, Didier Lefèvre et Frédéric Lemercier (Paris, Dupuis, 2003-2006), ou plus récemment Valse avec Bashir d’Avi Folman et David Polonsky (Avi Folman, 2008).

9 Sur le plan théorique, on note que Jan Baetens, fidèle à la méthode de la sémiotique, aborde la définition de son objet par la voie de la comparaison de formes – e roman-photo et le ciné-roman, le roman-photo et la bande dessinée – pour resserrer de plus en plus son champ d’étude et déterminer ce qui, selon lui, caractérise le roman-photo de manière intrinsèque : la narration visuelle. Cette méthode est d’une rigueur inattaquable. Néanmoins, pour caractériser le roman-photo, d’autres voies restent possibles, en particulier l’exploration de la diversité des genres et des médias auxquels il emprunte, le théâtre, le cinéma, la littérature, les séquences web.

10 L’ouvrage comporte une bibliographie sélective classiquement divisée en « créations » et « études », dans laquelle on pourrait souhaiter un découpage plus précis. Il manque aussi un index. Au chapitre des regrets, on notera surtout que la présente édition souffre d’un manque d’illustrations. Nous aurions aimé plus de reproductions, et surtout des reproductions en couleurs, comme par exemple pour les planches de Photo-Love, où Suky Best utilise des tonalités très acidulées, ou celles du Dépôt des rêves, aux tons plus feutrés. Par ailleurs, il eut peut-être fallu reproduire beaucoup plus de planches pour illustrer la grande diversité des différentes formes du roman-photo. Il n’existe par exemple aucune reproduction de War is Hell de Penny Allen, une œuvre pourtant visible sur internet (http://www.pennyallen.info/​frhell.htm). Mais, comme le souligne Jan Baetens, pour ce genre d’ouvrage illustré, il faudra sans doute attendre une autre maison d’édition : « Mon grand rêve est qu’une maison d’édition du type Taschen puisse sortir un jour un coffee table book sur le roman-photo, toutes époques et toutes langues confondues. »

Notes

1  Laureline Meizel, “Entre ‘scénarisation du visuel’ et ‘visualisation du scenario’, le paradigme de l’équilibriste dans les récits photographiques de Benoît Peeters et Marie-Françoise Plissart”, mémoire de master I d’histoire de l’art, Paris 1, 2006-2007.

2  “La diffusion géographique et sociale du roman-photo : introduction théorique à l’étude du magazine Nous Deux de 1947 à 1978”, thèse de troisième cycle de lettres, Tours, 1979. Voir Sylvette Giet, Nous Deux, 1947-1997 : apprendre la langue du cœur, Louvain / Paris, Peeters / Vrin, 1997.

3  « […] livre fort ambitieux, mais également très décevant ; étudie le roman-photo par le biais d’une comparaison systématique avec le cinéma ». Jan Baetens et Ana Gonzalez (dir.), Le Roman-photo, Actes du colloque de Calaceite (21-28 août 1993), Amsterdam / Atlanta, Rodopi, 1996, p. 218.

4  Jan Baetens a publié de nombreux essais sur les rapports entre le texte et l’image, SLAM ! Poèmes sur le basketball, Bruxelles, Les impressions nouvelles, coll. “Traverses”(2006), ou encore Hergé écrivain, Paris, Flammarion, coll. “Champs” (2006).

5  Dans un entretien publié dans le magazine belge Perspectives (29 janvier 2011), il explique brièvement comment il en est venu au roman-photo : « J’ai beaucoup lu de romans-photos quand j’étais enfant. Par exemple, j’ai découvert Madame Bovary en roman-photo. Avant cela, je n’avais jamais entendu parler de Flaubert. »

6  « Pour Henri Cartier-Bresson […] la photographie est la rencontre d’un état particulièrement intense et fugace du monde et de la patiente intuition d’un témoin sensible à la magie de l’instant […] » (p. 131).

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Hedtmann, « Jan BAETENS, Pour le roman-photo  », Études photographiques, Notes de lecture, Juillet 2011, [En ligne], mis en ligne le 02 décembre 2011. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/3202. consulté le 20 septembre 2017.

Droits d’auteur

© Etudes photographiques