Navigation – Plan du site

L’économie de la recherche

Thierry Gervais
Traduction(s) :
The Economics of Research

Texte intégral

1En 1997, alors que nous prenions la décision de mettre en ligne une sélection d’articles, nous nous en doutions : les ressources de l’internet allaient modifier le paysage de la recherche en histoire visuelle. Mais comment ? Historien de formation, il me semble une fois encore plus aisé d’analyser le passé que de prédire le futur.

  • 1 Gaby David, “Camera Phone Images, Videos and Live Streaming : a Contemporary Visual”, Visual Studie (...)
  • 2 André Gunthert, “L’image partagée. Comment internet a changé l’économie des images”, Études photogr (...)
  • 3 Voir http://hypotheses.org/  et http://culturevisuelle.org/

2En 2011, on peut donc constater le changement des objets, des outils et de la diffusion de la recherche. La production d’images au moyen de nouvelles technologies tels les camphones 1 ainsi que leur diffusion et leur partage sur les réseaux sociaux 2 constituent des exemples significatifs des récents sujets de recherche. Parmi les outils, l’accessibilité aux catalogues des collections et plus encore la possibilité de visualiser les documents à distance apparaissent comme un véritable bouleversement dans le travail du chercheur. Pouvions-nous imaginer, il y a encore cinq ans, que Google mettrait à notre disposition l’intégralité du magazine Life, si essentiel pour l’histoire de la photographie de presse ? Plus récemment, la création de blogs par les chercheurs a permis non seulement de poursuivre en ligne des réflexions initiées en séminaire, de créer du lien au sein de la communauté, mais aussi d’offrir à une revue comme la nôtre un réservoir précieux de travaux en cours, destinés à  être publiés 3.

3La diffusion de cette recherche enfin ne se fait plus comme avant. Rares sont les revues à ne pas avoir un site offrant une version électronique des articles validés par leur comité de rédaction et publiés dans leur version papier. Pour les chercheurs l’apport est précieux, offrant une bibliothèque en ligne, la possibilité de télécharger et de thésauriser les textes utiles ou encore d’exploiter les ressources du moteur de recherche pour naviguer rapidement dans les articles. Conscientes de ces apports, les bibliothèques investissent massivement dans ces nouvelles ressources, d’autant plus qu’elles leur épargnent la gestion des objets, leur entretien et leur archivage.

4Cette évolution récente de la recherche et de son marché ne nous permet plus de penser l’internet comme un simple outil de communication. Non seulement l’outil n’est plus suffisamment efficace, mais la baisse du nombre de nos abonnés réduit nos ressources financières qui nous permettent de produire un contenu libre d’accès – paradoxe que nous aimerions éviter. La recherche a un prix et il nous faut repenser notre économie pour en assurer le paiement.

  • 4 Marin Dacos, “OpenEdition Freemium”, mis en ligne le 18 janvier 2011, consulté le 18 mars 2011(http (...)

5Les revues récemment créées comme Photographies ou Photography andCulture sont soutenues par de gros distributeurs en ligne – Taylor & Francis et Berg. Rendus accessibles par la plupart des bibliothèques universitaires, l’offre de ces éditeurs comme les bouquets de revues proposées par Elsevier ou Jstor diffusent non seulement des textes, mais aussi des dispositifs qui facilitent la recherche. Etre en accès libre n’est plus suffisant, il faut donner aux lecteurs les moyens de trouver nos articles et de les exploiter. La plupart des revues illustrées demandent par ailleurs à leurs auteurs de prendre en charge les frais iconographiques. Ce n’est pas le cas d’Étudesphotographiques qui publie les chercheurs soutenus par leur institution, mais aussi les étudiants plus isolés. Enfin, nous tenons toujours à l’élégance de notre revue sur papier que nous aimons richement illustrée, imprimée en couleurs et sur un papier de qualité. C’est pourquoi nos articles seront désormais accessibles en ligne six mois après publication et que nous rejoignons les bouquets de revues ProQuest et OpenEdition 4 qui proposent des abonnements aux bibliothèques incluant le contenu toujours disponible sur notre site, mais aussi les textes au format PDF et Epub, et un ensemble d’outils auxquels chercheurs et étudiants auront accès gratuitement. Autrement dit, une communication adaptée à cette nouvelle ère de l’internet et une source de revenus. La prochaine étape sera de distribuer la version anglaise selon les mêmes conditions.

Notes

1 Gaby David, “Camera Phone Images, Videos and Live Streaming : a Contemporary Visual”, Visual Studies, no 1, vol. 25, 2010, p. 89-98.

2 André Gunthert, “L’image partagée. Comment internet a changé l’économie des images”, Études photographiques, no 24, novembre 2009, p. 182-198.

3 Voir http://hypotheses.org/  et http://culturevisuelle.org/

4 Marin Dacos, “OpenEdition Freemium”, mis en ligne le 18 janvier 2011, consulté le 18 mars 2011(http://www.openedition.org/8699 ).

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Gervais, « L’économie de la recherche », Études photographiques, 27 | mai 2011, [En ligne], mis en ligne le 27 juin 2011. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/3167. consulté le 28 mai 2017.

Auteur

Thierry Gervais

Articles du même auteur

Droits d’auteur

© Etudes photographiques