Navigation – Plan du site

Vincent LAVOIE, Photojournalismes. Revoir les canons de l’image de presse

Compte rendu par Audrey Leblanc
Référence(s) :

Paris, Hazan, 2010, 240 p., ill. coul., 49 €

Texte intégral

1L’ouvrage Photojournalismes. Revoir les canons de l’image de presse de Vincent Lavoie remplit les promesses de son titre : l’une des qualités incontestables du livre est sa belle iconographie qui permet précisément de revoir nombreuses de ces images désormais canoniques du photojournalisme. Cent cinq illustrations sont ainsi proposées, souvent mises en valeur par un parti pris de maquette : certaines, en double page, bénéficient d’une présentation individualisée sous la forme d’un court texte qui en contextualise les enjeux et, dans une certaine mesure, les usages. Cette large iconographie explique très probablement le coût plutôt élevé de l’ouvrage qui se place ainsi à mi-chemin entre le format du beau livre de photographies et celui de l’ouvrage théorique d’historien de l’art.

2Mais plus encore, comme le souligne l’introduction détaillée, il s’agit de revoir les canons ou poncifs de l’historiographie de l’image de presse. Mettant en exergue cette question : « Qu’entend-on exactement par photojournalisme ? », l’ouvrage ne prétend cependant pas donner une définition de ce terme et de cette pratique. L’auteur insiste justement sur la difficulté de cerner une notion aux contours fuyants et aux réalisations extrêmement variées. Il propose une relecture de la doxa historiographique relative au photojournalisme, et de son élaboration, en ayant recours à la littérature spécialisée, à savoir « essentiellement des guides et méthodes conçus à l’attention des photographes, des conférences et des articles publiés dans des revues émanant d’organisations professionnelles » (p. 12). Cette révision de l’histoire du photojournalisme par la lecture attentive des récits que celui-ci produit de lui-même - puisés pour l’essentiel dans le corpus journalistique nord-américain - est tout à fait fondamentale. L’attention à la façon dont les professionnels écrivent leur propre histoire - qui permet de mesurer la perception qu’ils ont d’eux-mêmes - est ainsi l’un des grands plaisirs de cet ouvrage. Vincent Lavoie réexamine donc l’un des chapitres obligés de l’historiographie du photojournalisme – « Les années 30, “temps zéro” du photojournalisme » – pour distinguer la mise en place de deux narrations autour de ce thème : des historiens qui situent une origine de la photographie de presse dès les débuts de la photographie, d’une part, et des professionnels du photojournalisme, d’autre part, qui voient son avènement dans leur contemporanéité, dans le sillage des progrès techniques et médiatiques de leur époque, à savoir l’entre-deux-guerres. Dès lors, les tentatives préalables sont lues, selon le point de vue adopté, comme les prémices d’une pratique ou au contraire comme des échecs.

3À cette introduction détaillée succèdent cinq chapitres, à l’organisation globalement chronologique, autour de quatre thématiques traditionnelles (re)visitées à la lumière de la littérature professionnelle : « L’instant actualisé» ; « De l’essai photographique à la photocommunication » ; « éthique et morale de l’image » ; « Le mérite photojournalistique » ; pour conclure, en forme de « Coda »,sur un « protocole pour une photographie compassionnelle ». Cette traversée commence par rappeler que la rencontre progressive, au cours de la deuxième moitié du xixe siècle, du nouveau médium photographique avec les impératifs techniques de la presse illustrée heurte les habitudes formelles de la représentation visuelle. L’avènement de la photographie instantanée conduisant à l’industrialisation du procédé, les bases d’une nouvelle culture visuelle de masse sont jetées et la photographie s’affirme comme le mode de représentation dominant avec l’essor d’une presse illustrée qui s’appuiera de plus en plus sur elle. La presse en découvre les potentiels et construit de nouvelles formes de représentation : la valorisation de l’instant ; la séquence puis le récit photographique ; l’essai photographique élaboré par le photojournaliste et/ou l’éditeur de photographies… sont autant d’étapes de cette lente domestication culturelle. Chacune de ces étapes est racontée par l’auteur à l’aide des réactions et commentaires qu’elle suscite au sein des cercles professionnels, qui en viennent à défendre progressivement un processus d’autonomisation de l’image – c’est elle qui devient porteuse d’informations – et son affranchissement du texte. Tandis que sous l’influence, entre autres, de certains mouvements artistiques du début du xxe siècle, les éditeurs de photographies, directeurs artistiques et graphistes s’affirment comme des acteurs professionnels concourant à la mise en place de ces nouvelles mises en forme de l’information, le photojournaliste, qui fournit l’image photographique, reste pourtant, dans ces récits, l’acteur central et valorisé de cette élaboration. Le troisième chapitre revient ainsi sur la nécessité qu’a peu à peu ressentie la profession de définir et de mettre en place des critères déontologiques, dans un contexte où l’implicite d’une photographie documentaire sert de justification sociale – voire morale – au photojournalisme. Or, comme il est montré dans le chapitre 4, ce qui frappe le lecteur de la littérature professionnelle nord américaine, c’est justement la difficulté qu’éprouve la profession elle-même à conceptualiser ses propres critères d’évaluation de son travail – à expliciter, en somme, la norme que l’on a pu parfois trouver résumée par l’expression « la bonne photo ». On peut penser ici que cette difficulté à élaborer des critères fiables d’évaluation du travail photojournalistique relève sans doute de ce que sa qualité ne se joue pas seulement à l’échelle de la photographie mais aussi de son insertion dans un dispositif plus vaste – dispositif éditorial voire culturel –, auquel précisément les professionnels du photojournalisme peinent à donner une place, tout à la défense, et par voie de conséquence, à la survalorisation du photographe. Cet ultime point fait, en partie, l’objet du dernier chapitre qui choisit, cependant, d’insister surtout sur des questions formelles et la prescription d’une photographie compassionnelle. Compte tenu des difficultés – voire de l’échec – de la photographie à représenter la guerre alors même qu’elle excelle, au contraire, dans la représentation de ses victimes et de ses horreurs, la représentation compassionnelle, d’après Vincent Lavoie, s’affirme comme horizon plastique pour les professionnels du photojournalisme ; thèse que vient étayer ici le succès largement médiatisé du photographe James Natchwey.

4Ainsi, ces cinq chapitresse construisent chacun sur une dominante qui serait la caractéristique principale des différentes étapes de l’histoire du photojournalisme. Mais, dans ce cadre, « étape » n’est pas exactement synonyme « d’époque ». La relecture que propose Vincent Lavoie de la doxa historiographique à l’aune de la littérature spécialisée permet de faire entendre les acteurs du photojournalisme racontant eux-mêmes leur propre histoire. Elle est d’une grande richesse, nous l’avons souligné, mais toutefois elle partage aussi, peu ou prou, les fragilités de cette littérature : en particulier des bornes spatio-temporelles assez floues ou flottantes, car noyées dans une continuité narrative, ainsi que le principe du recours aux récits d’exemples. Pour les mêmes raisons – parce qu’elle choisit de se focaliser sur la strate du récit et de la mise en récit – cette traversée n’entre pas dans certains débats, les débats « oubliés » des professionnels. La confrontation de ces récits avec les usages effectifs des images dans les publications ; la circulation de ces images ; la problématique de la matérialité des images (conditions techniques des utilisations de la photographie dans la chaîne de fabrication de la presse, et leurs conséquences ; diffusion et échanges internationaux des images entre partenaires professionnels ; gestion des fonds d’agence, à l’ère de l’argentique comme à l’ère du numérique ; etc.) ne sont, par exemple, guère évoquées. Ces mises en perspective auraient, nous semble-t-il, encore accru la valeur de cet ouvrage, au demeurant riche d’enseignements.

Pour citer cet article

Référence électronique

Audrey Leblanc, « Vincent LAVOIE, Photojournalismes. Revoir les canons de l’image de presse », Études photographiques, Notes de lecture, Avril 2011, [En ligne], mis en ligne le 24 avril 2011. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/3150. consulté le 20 septembre 2017.

Auteur

Audrey Leblanc

Articles du même auteur

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle