Navigation – Plan du site

La rectitude photojournalistique.

Codes de déontologie, éthique et définition morale de l’image de presse
Photojournalistic Integrity: Codes of Conduct, Professional Ethics, and the Moral Definition of Press Photography
Vincent Lavoie
p. -
Traduction(s) :
Photojournalistic Integrity

Résumés

Fer de lance des pratiques photo­graphiques de la véracité, le photojournalisme est depuis toujours l’objet de discours de légitimation éthique. À quoi cette fragilité éthique du photojournalisme tient-elle ? Quelle définition du photojournalisme la déontologie construit-elle ? Par l’examen de la genèse et du développement des codes de déontologie, cet article propose d’analyser certains des moments les plus déterminants de la construction éthique du photojournalisme. L’objectif est ici de jeter les bases d’une histoire morale de la photographie de presse, qu’il faudrait mettre aux côtés de toutes les autres (esthétiques, sociales, institutionnelles, culturelles) également constitutives de l’identité complexe du photojournalisme. Les recherches actuelles consacrées à l’esthétique, à l’histoire ou à la sémiotique de l’illustration photographique le démontrent : le photojournalisme est une catégorie fondamentalement instable et constamment reconfigurée par les discours. L’éthique de l’image de presse s’inscrit dans la perspective de ces reconfigurations historiques.

Texte intégral

1Honnêteté, responsabilité, exactitude, vérité, tels sont les maîtres mots des codes de déontologie du photojournalisme, ces textes à valeur juridique garants de la probité du domaine. Il suffit d’observer les sanctions imposées aux photojournalistes « fautifs » pour constater le caractère moral de ces documents normatifs. La moralité du photojournalisme est un concept instable dont les premiers signalements apparaissent à la fin du xixe siècle sous une forme non encore juridique. Des billets d’humeur publiés alors dans la presse photographique et généraliste condamnent les atteintes à la vie privée commises par les photoreporters amateurs. La pratique du reportage photographique se présente comme une activité licencieuse. L’essor du photojournalisme et la concurrence que se livrent les reporters dans les années 1930 entraînent la multiplication des cas litigieux. Le secteur prône une autorégulation. La littérature spécialisée se charge à l’époque de baliser la pratique en stipulant les bonnes comme les mauvaises conduites en matière de décence et de collecte d’informations. C’est toutefois aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale, à la faveur de la création de puissantes associations professionnelles, la National Press Photographers Association notamment, que les règles de la bonne morale photojournalistique sont axiomatisées sous la forme de codes. Avec l’instauration d’une déontologie de l’image de presse, c’est la probité journalistique de la photographie, plus que la décence du photographe, qui est de mise. La formalisation des préceptes moraux régulant la pratique de la photographie de presse connaît un sommet au début des années 1990, comme en témoignent les amendements divers balisant l’usage des technologies numériques dans le domaine du journalisme visuel. L’introduction des outils informatiques dans les rédactions a été identifiée à un changement paradigmatique mettant en péril comme jamais auparavant la probité journalistique de la photographie de presse. Or, cette inquiétude est en vérité la manifestation la plus récente d’une préoccupation éthique beaucoup plus ancienne. Dans cet article, nous proposons d’analyser certains des moments les plus déterminants de la construction éthique du photojournalisme. Fer de lance des pratiques photographiques de la véracité, le photojournalisme est depuis toujours l’objet de discours de légitimation éthique. À quoi cette fragilité éthique du photojournalisme tient-elle ? Quelle définition du photojournalisme la déontologie construit-elle ? Par l’examen de la genèse et du développement des codes de déontologie, nous souhaiterions jeter les bases d’une histoire morale de la photographie de presse, qu’il faudrait mettre aux côtés de toutes les autres (esthétiques, sociales, institutionnelles, culturelles) également constitutives de l’identité complexe du photojournalisme.

La genèse déontologique

  • 1 Monique Canto-Sperber, “Philosophie morale et éthique professionnelle”, in Marie-Anne Frison-Roche (...)
  • 2 Voir l’article “Déontologie”, in Monique Canto-Sperber (dir.), Dictionnaire d’éthique et de philoso (...)
  • 3 Gilbert Vincent, “Structure et fonction d’un code de déontologie”, Responsabilités professionnelles (...)

2 Les codes de déontologie ont pour fonction de définir et d’expliciter les règles et responsabilités des membres d’un ordre ou d’une catégorieprofessionnelle. Telles des chartes ou des encycliques, ils édictent les obligations et devoirs propres à chaque domaine. Les codes de déontologie ont une valeur normative en ce qu’ils formalisent les « conditions à respecter pour le maintien de l’intégrité d’une pratique1 ». Ils sont prescriptifs et stipulent, sous la forme de règles strictes, la nature des actions professionnelles admissibles. La déontologie, comme son nom l’indique, est une théorie du devoir2, dont l’application pratique est assurée par le code. L’énoncé précis des normes et principes régissant l’exercice des professions est perçu comme une contrainte nécessaire au bien commun. On reconnaît communément que la régulation des pratiques est une bonne chose, parce qu’elle confère une légitimité à la compétence du professionnel d’une part et assure l’usager que des sanctions seront appliquées en cas de dérive d’autre part. Ainsi, dans le domaine du journalisme notamment, le code de déontologie rassure le lecteur quant à l’intégrité et la fiabilité de l’information en même temps qu’il qualifie la valeur du travail journalistique. Que le lien moral unissant le lecteur au journal en soit renforcé, cela est bien probable. Nul ne contestera cependant que cette assurance morale apporte au journalisme des bénéfices symboliques et économiques essentiels à la viabilité du domaine. Comme le soutient Gilbert Vincent, « la codification propose donc une délimitation du domaine de l’intervention légitime, propre à légitimer en retour le praticien3 ».

  • 4 L’éthique professionnelle procède en ce sens de la régulation sociale. Voir Georges A. Legault, “Pr (...)

3La philosophie morale établit une distinction entre la déontologie codifiée et l’éthique professionnelle. La première, nous l’indiquions à l’instant, procède de la formalisation de devoirs intrinsèques aux domaines professionnels, dans le but déclaré de préserver la rectitude du secteur. Beaucoup moins prescriptive et adoptant des formes plus diffuses, l’éthique professionnelle dépasse le cadre restrictif du code pour s’intéresser au rôle social de la profession, à ses responsabilités et fonctions fondamentales. Les valeurs morales à vocation universelle telles que la loyauté, l’honnêteté ou le désintéressement habitent l’éthique professionnelle. Celle-ci engage en premier lieu la responsabilité du professionnel envers autrui4. C’est en vertu de semblable éthique que l’on veille aux intérêts et aux droits des individus non professionnels impliqués dans une pratique donnée. La décision de publier ou non dans la presse l’image d’une victime relève fondamentalement de l’éthique professionnelle.

  • 5 « […] the temptation to photograph anything or everything, regardless the approval or the wish of t (...)
  • 6 “The Casuistry of Photographic Ethics”, American Journal of Photography, vol. 19, 1899, p. 81-83.
  • 7 Les préoccupations éthiques du journalisme écrit se posent davantage en terme d’intégrité professio (...)

4Bien avant l’imposition dans les années 1940 des premiers codes de déontologie appliqués au photojournalisme, on observe dans la presse photographique, aux états-Unis et au Canada pour ce qui concerne cet article, les premiers signalements d’une préoccupation d’ordre éthique vis-à-vis de personnes photographiées. En 1890, dans un article intitulé “The Ethics of Hand Cameras”, Henry Harrison Suplee s’indigne contre la prolifération des photographes qui, sans autorisation aucune, enregistrent les faits et gestes des individus. Il déplore « la tentation de photographier tout et n’importe quoi, sans égard au consentement ou à la volonté du sujet, et dans plusieurs cas sans même l’informer qu’il a été photographié5 ». Le comportement jugé trop intrusif des photographes est également condamné par l’auteur d’un article paru en 1899 dans l’American Journal of Photography qui assimile à une atteinte à la vie privée la pratique de la photographie candide6. Dans ce petit traité des indécences photographiques, l’auteur, défenseur avant la lettre du droit à l’image, raconte avoir délibérément détruit un négatif montrant illicitement un couple dans un parc. Contemporains de l’essor de la photographie amateur et de la commercialisation des appareils portables, ces commentateurs posent en termes éthiques, et non point esthétiques comme le font au même moment les pictorialistes, le débat entourant la libéralisation de la pratique photographique7.

  • 8 «C’est, entre autres, le monde d’Aristote, qui nous recommande tout un art de vivre et pas seulemen (...)

5 Une moralisation de la pratique s’impose plus résolument encore dans les années 1930 avec la massification de la presse illustrée et l’intensification de l’activité photojournalistique. La vive concurrence que se livrent alors les principaux acteurs du domaine (photographes, éditeurs, propriétaires) est souvent cause d’excès, surtout en matière d’atteintes à la vie privée pour ce qui concerne le journalisme visuel. Aussi, la littérature spécialisée de l’époque, principale instance régulatrice de la pratique, s’empare-t-elle de la question. Rares sont en effet les parutions portant spécifiquement sur le journalisme visuel qui omettent de consacrer sinon un chapitre, du moins un passage substantiel aux problèmes éthiques posés par la représentation de la personne. Auteur de Press Photography with the Miniature Camera (1939), Duane Featherstonhaughexhorte le photographe de presse à s’abstenir de blesser moralement le sujet de la représentation. Suivant un code de déontologie non encore écrit (« unwritten code of ethics »), l’auteur énumère les situations les plus susceptibles de faire sourciller l’opinion publique et pour lesquelles il invite le photographe à procéder avec tact. Parmi celles-ci, on mentionne les images prises sur les lieux d’un accident, d’un incendie ou de désastres. La représentation du malheur d’autrui, on fournit l’exemple d’une mère pleurant son enfant mort, est décrite comme une opération délicate mais que le photographe est en droit d’effectuer. L’auteur estime que l’enregistrement de scènes tragiques constitue un droit inaltérable du photographe, dans la mesure où celles-ci surviennent dans un espace public. Les lois du marché invitent également les photographes à braver les interdits moraux. Un photographe qui renâclerait à la tâche de montrer la douleur des autres serait condamné à une bien brève carrière, estime Featherstonhaugh. Cette dernière observation met au jour une contradiction endémique au domaine et qui consiste à satisfaire les besoins irréconciliables des adeptes d’imageries sensationnelles d’une part, et des « maximalistes8 » moraux d’autre part, s’il fallait employer une terminologie plus actuelle. Les futurs codes de déontologies du photojournalisme ambitionneront de pondérer cette asymétrie des intérêts.

  • 9 Les auteurs sont Laura Vitray (Script Editor, U.S. Office of Education), John Mills Jr (Eastman Kod (...)
  • 10  Formulée en 1929 par l’éditeur de l’hebdomadaire illustré londonien Graphic pour qualifier les ima (...)

6S’ils n’ont pas encore de formes juridiques, les codes de déontologie du photojournalisme existent cependant en substance dans la littérature spécialisée des années 1930. Publié par un trio d’auteurs issus des domaines gouvernementaux, éditoriaux et académiques9, Pictorial Journalism (1939) ouvre la voie à la codification des conduites professionnelles en subordonnant la dimension éthique du photojournalisme à un ensemble de considérations de nature légale. Cet ouvrage est emblématique de la mutation progressive d’une éthique professionnelle en une déontologie. Dans le chapitre “Photography and the Law ; Libel ; Ethics ; Copyrighting”, les auteurs situent les problèmes d’éthique dans la perspective plus vaste d’une législation de la pratique photojournalistique. C’est ainsi que l’on invoque la loi du droit d’auteur (copyright) en décrivant par le menu la procédure d’enregistrement de la propriété des images, de même que les pénalités imposées en cas d’infraction. Ce passage fonde les prérogatives d’auteur du photographe de presse. On relate des cas de libelle, tous attribuables à des photographies mal identifiées ou légendées, pour souligner la malléabilité sémantique des images au regard du texte. Les images montrant des personnes caricaturées ou présentées sous un jour défavorable sont tout autant sujettes à litige. On cite en exemple une photographie peu flatteuse de Theodore Roosevelt prise lors de sa seconde campagne présidentielle. L’image le montre arborant l’attitude d’une personne subissant la défaite, une impression attribuable à la saisie photographique d’une expression passagère. Ce portrait du candidat à la Maison Blanche épouse en tous points les formes de la photographie candide, une pratique caractérisée par la saisie impromptue, voire indiscrète de poses et mimiques involontaires10.

  • 11 «If the published photograph is one which tends to hold him [the subject] up to scorn or ridicule a (...)
  • 12 «Only a few years ago newspaper ethics forbade the use of photos of corpses, whether accident or mu (...)
  • 13 Ce code de déontologie est disponible sur le site du Center for the Study of Ethics in the Professi (...)
  • 14 «A newspaper cannot escape conviction of insincerity if while professing high moral purpose it supp (...)
  • 15 « […] worst of our modern pleagues», R. Ellardet al., Pictorial Journalism, op.cit., p. 3.
  • 16 « There can be no greater duty to any news photographer », James C.Kinkaid, Press photography, Bost (...)

7Les auteurs de Pictorial Journalism dénoncent le caractère non éthique de ces images qu’ils assimilent à des injures visuelles11. Les images les plus condamnables demeurent celles qui, sans justification journalistique aucune, montrent des cadavres, des victimes de meurtre ou d’accident, des lynchages, pour reprendre les catégories ici énumérées. On se réjouit toutefois que depuis peu, l’éthique journalistique interdit le recours à de semblables images. Cela est identifié par les auteurs comme le signe d’une évolution des pratiques journalistiques et de la sensibilité du public12. Adopté en 1923, le code de déontologie de l’American Society of Newspaper Editors (ASNE) constitue alors pour le photojournalisme un modèle tutélaire à endosser13. S’il ne réfère pas explicitement aux images de presse, ce code introduit des préceptes moraux auxquels souscrivent volontiers les acteurs du journalisme visuel. C’est ainsi que l’article 7 du code de l’ASNE condamne l’insincérité de ceux qui, au nom de nobles valeurs morales, encouragent les viles conduites par la divulgation de détails sordides14. Les auteurs de Pictorial Journalism adhèrent à l’esprit de cet article consacré à la « décence » à travers leur condamnation des images d’horreur, lesquelles représentent, croient-ils, les « pires de nos plaies modernes15 ». James C. Kinkaid, auteur de Press Photography (1936), reproduit quant à lui l’intégralité du code de l’ANSE dans le chapitre qu’il consacre à l’éthique. La décence bien entendu, mais également la responsabilité, l’impartialité, la sincérité, l’indépendance, la liberté (de la presse) et le fair-play, sont déclinés comme autant de canons à observer : « Il ne peut y avoir plus grand devoir pour tout photographe d’actualité16. » Il apparaît impératif, selon Kinkaid, que le photojournalisme calque ces conduites sur celles de la presse écrite. Il en va de la probité éthique du photographe comme de celle de la profession elle-même.

La National Press Photographers Association et la question éthique

  • 17 « […] a professional society dedicated to the advancement of photojournalism, [that] acknowledges c (...)

8L’importation dans le domaine des images de presse d’un système de régulation issu de la presse écrite est symptomatique de deux ambitions : celle, d’une part, de légitimer la pratique photojournalistique en la soumettant aux mêmes exigences éthiques que l’écrit ; celle, d’autre part, de subordonner cette pratique à un système de régulation dûment constitué. C’est à la faveur de la création d’associations professionnelles de photojournalistes que s’exprime la nécessité de réglementer les conduites professionnelles. Fondée en 1945 afin de répondre aux besoins des nombreux photographes de guerre devant réintégrer la vie civile, la National Press Photographers Asssociation (NPPA) constitue un exemple probant de cette volonté d’arrimer la reconnaissance professionnelle et corporative à la question éthique. Les premières années d’activité de la NPPA sont essentiellement consacrées à l’affirmation du statut professionnel encore précaire du photographe de presse et à la défense de ses droits les plus variés. Pour la NPPA, l’éthique est intriquée à la question légale. Cela se vérifie dans l’acte de naissance même de l’association. Adoptée en février 1946, la constitution de la NPPA est assortie d’un code de déontologie, si bien que l’énoncé des droits et devoirs du photographe de presse apparaît pour partie fondateur de l’existence légale de l’association. Le code de déontologie de la NPPA expose en préambule le mandat de l’organisation, une «société professionnelle dédiée au progrès du photojournalisme et qui reconnaît les préoccupations et le respect pour le droit naturel du public à la liberté d’expression, cela par la recherche de la vérité et du droit d’être informé honnêtement et entièrement sur les événements publics et sur le monde dans lequel nous vivons17 ». Cette remarque introductive est suivie de huit articles où l’on rappelle les valeurs fondamentales du photojournalisme, les idéaux éthiques de la pratique, les responsabilités du photographe de presse envers le public, les engagements envers les collègues, les obligations légales et les devoirs moraux et civiques.

  • 18 Claude H. Cookman, A Voice is Born. The Founding and Early Years of the National Press Photographer (...)
  • 19 «You may have a fine code of ethics and live up to it. Your deportment may be above reproach. You m (...)

9Sous la plume complaisante de Claude Cookman, ancien photo editor de l’Associated Press et membre en règle de la NPPA, paraît en 1985 une histoire laudatrice des premières années de l’association qui offre un éventail assez complet des principales conquêtes légales et morales du secteur18. Instauration d’un comité sur la liberté d’information et les législations, implantation d’un programme d’assurance-vie, production de films éducatifs sur le rôle du photographe de presse dans les sociétés démocratiques, revendications contre la Règle 35 bannissant la prise de clichés dans les cours de justice, les multiples actions de la NPPA visent à réformer les cadres législatifs, les perceptions sociales et les structures professionnelles dans lesquels évoluent ses membres. Or, les devoirs des photoreporters y sont sinon tus, à tout le moins inféodés à une problématique de relations publiques, comme le suggère l’allocution de Bates Raney, industriel et ami de Joseph Costa, fondateur de la NPPA, à l’occasion de la convention annuelle de 1948 : « Vous pouvez avoir un excellent code de déontologie et vivre en accord avec celui-ci. Votre comportement peut être sans reproche. Vous pouvez être tout à fait conscient de tout cela. Mais ce n’est pas suffisant. Le public doit aussi le savoir19

  • 20 «News photographers and police officers have similar jobs […] They both gather and report informati (...)
  • 21 «In a strictly technical sense, the photojournalist has the legal right to photograph private indiv (...)

10Dans les années 1990 toutefois, l’association publie une série d’ouvrages et de fascicules où l’on se montre beaucoup plus disert sur les déterminations morales de la photographie de presse. Photojournalism and the Law (1996), un guide pratique sur les enjeux légaux de la photo­graphie de presse rédigé par Michael D.Sherer, professeur de journalisme à l’université du Nebraska et président du comité sur la liberté de l’information à la NPPA, touche aux aspects canoniques du droit photo­journalistique : protection des sources, invasion de la vie privée, cas de libelle. L’ambition de l’ouvrage est simple : fournir aux membres de la profession un abrégé des lois susceptibles d’interférer sur la production des images à forte valeur journalistique (« newsworthy images »). Telle une antienne cependant, on rappelle l’importance de la fonction sociale du photographe de presse en la comparant à celle du policier. «Photographes de presse et officiers de police ont des emplois semblables, soutient Sherer, […] tous deux recueillent et rapportent des informations20.» Quelques années auparavant, la NPPA avait produit un fascicule traitant spécifiquement des interactions entre photographes de presse et policiers, avec une attention particulière portée aux droits des victimes. Professeurs de journalisme, photo­graphes, policiers et même victimes, les auteurs de Police/Media Relations and Victim’s Rights (1991) militent pour une meilleure collaboration parmi les membres de ce quartet éthique, cela dans le respect de leurs prérogatives respectives. Comment, lors d’un accident de voiture avec blessés par exemple, concilier le pouvoir du policier, la dignité de la victime, la liberté de presse du photographe et le droit de savoir du public ? À ce type de questions, la section «Issues of Ethics and Privacy» apporte des réponses essentiellement juridiques21, comme si la complexe économie des intérêts en cause devait avoir pour scène principale la cour de justice.

  • 22 Accessible en ligne à l’adresse suivante : http://www.nppa.org/professional_development/business_pr (...)
  • 23 James C. Kinkaid, Press photography, op. cit., p. 266.

11Si le code de déontologie actuellement en vigueur respecte l’esprit et la lettre de la constitution de 1946, les évolutions économiques, juridiques et techniques touchant la pratique du photojournalisme ont conduit à l’introduction de nouveaux critères éthiques22. Les atteintes à la vie privée ou à l’intégrité morale des sujets représentés ont changé de nature. Elles reflètent désormais le pluralisme juridique des groupes constituant la société civile. Ainsi, on proscrit de recourir à des stéréotypes (ethniques, sexuels, religieux, etc.) dans la représentation photo­journalistique des individus et des communautés. La compassion envers les victimes est un sentiment que le photographe de presse est censé éprouver. Les personnes vulnérables doivent faire l’objet d’un traitement visuel empreint de respect et de dignité. Le photojournaliste est bel et bien devenu ce gentleman que décrivait déjà Kinkaid dans les années 193023. Le code de déontologie de la NPPA proscrit par ailleurs toutes formes d’actions visant à moduler ou altérer la représentation proprement dite. Toute forme d’intervention directe sur la réalité qui soit de nature à en modifier le caractère, de même que tout type de manipulation des contenus visuels effectué a posteriori font par conséquent l’objet d’interdictions formelles. La reconstitution et la mise en scène d’un sujet constituent en ce sens des fautes professionnelles, de même que toute action intentionnelle du photographe susceptible d’orienter le cours d’un événement. Les opérations techniques affectant la matérialité de l’image elle-même, soit les retouches et manipulations diverses, sont strictement interdites.

« We are under attack »

  • 24 Accessible en ligne à l’adresse suivante : http://www.nppa.org/professional_development/business_pr (...)

12Ce dernier point revêt un caractère particulier puisqu’il renvoie aux défis posés dès la fin des années 1980 par le développement des outils informatiques. Les conséquences de cette évolution technologique sur la crédibilité du photojournalisme paraissent alors si capitales qu’une déontologie spécifique à ces outils doit être créée. C’est ainsi qu’en 1991, le conseil d’administration de la NPPA formule un énoncé de principe sous le titre “Digital Manipulation Code of Ethics24” destiné à baliser l’usage de la retouche dans le domaine des pratiques numériques. La crédibilité de la représentation photographique devant impérativement être assortie d’une foi inébranlable en l’authenticité de celle-ci, la formulation de cet amendement déontologique fournit à l’organisation la parfaite occasion de réitérer ses valeurs fondamentales :

  • 25 «It is clear that the emerging electronic technologies provide new challenges to the integrity of p (...)

13« Il est évident que les technologies numériques émergentes posent de nouveaux défis à l’intégrité des images photographiques […] à la lumière de ceci, nous, la National Press Photographers Association, réaffirmons les fondements de notre déontologie : la représentation fidèle est la base de notre profession. […] Altérer le contenu éditorial […] est une atteinte aux normes éthiques reconnues par la NPPA25. »

  • 26 Accessible en ligne à l’adresse suivante : http://www.nppa.org/professional_development/self-traini (...)
  • 27 Les cas de sanction sont nombreux. Signalons toutefois cet exemple rapporté notamment par André Gun (...)
  • 28 Ce type de précaution est proposé par Fred Ritchin dans un article paru en 1990, alors que le débat (...)
  • 29 «In news we don’t approve but adverting and features [departments] do it »; « Manipulating news pho (...)

14« We are under attack. » C’est en ces termes que John Long, président de la NPPA au moment de l’adoption du “Digital Manipulation Code of Ethics”, résume la situation du journalisme visuel dans un article publié sur le site de l’association sous le titre “Ethics in the Age of Digital Photography26”. La crédibilité du photojournalisme et la confiance du public en cette dernière, toutes deux malmenées par les “mensonges visuels” de l’édition numérique, doivent impérativement être restaurées, cela par le rappel des fondements éthiques du photojournalisme. La fidélité de l’image de presse, cette qualité factuelle autant que morale qui a fait les beaux jours du photojournalisme, est réinstallée dans sa fonction de pierre angulaire d’une pratique aujourd’hui menacée de dévoiement. Comment ? En soumettant la pratique numérique à l’autorité du modèle analogique. La crédibilité du domaine sera en effet sauve si les seules manipulations informatiques autorisées sont celles que l’on accepte déjà dans le domaine de la photo­graphie analogique : correction des tonalités et des coloris, restauration d’une ligne ou d’une forme, élimination de la poussière, recadrage. Les opérations traditionnellement effectuées en chambre noire demeurant la référence absolue. Les codes de déontologie des principales agences et associations de journalistes, mentionnons la Society of Professional Journalists, la Canadian Association of Journalists, l’Associated Press, de même que ceux des grands quotidiens, le Washington Post, le Los Angeles Times, le New York Times, tous subordonnent les opérations de retouches numériques au modèle canonique de l’analogique. Il est ainsi permis de supprimer un élément de l’image en recadrant la scène, mais proscrit d’éliminer ce même élément au moyen d’une application informatique. L’omission de divulguer toute opération de cette nature constitue une faute professionnelle que l’on sanctionne parfois sévèrement27. Le photographe ou la rédaction sont en revanche exonérée de tout blâme si l’appellation « photo-illustration » accompagne le cliché. Cette mention vise à informer le lecteur que l’image reproduite résulte d’un travail infographique et qu’elle ne peut, du fait de cette déclaration, prétendre à l’authenticité28 . Celle-ci s’applique essentiellement aux images de mode ou de publicité, soit à des catégories de photographies soustraites à toute exigence de véracité. Les usages journalistiques démontrent que ces altérations ne touchent que les images à portée non objectives. Les images d’actualité, ultimes retranchements de la probité journalistique visuelle, demeurent des « intouchables ». Les acteurs du domaine sont sur ce point unanimes29 : « Dans l’actualité, nous n’approuvons pas, assure Jack Corn du Chicago Tribune au sujet de l’usage des technologies numériques, mais les départements de publicité et de reportage le font. » « Manipuler une photographie d’actualité est quelque chose que nous ne faisons pas », affirme Larry Nylund du USA Today. « C’est certain, pas la page des informations », atteste Gary Settle du Seattle Times.

Sous l’analogique, le documentaire

  • 30 «The bottom line is that documentary photojournalism is the last vestige of the real photography», (...)
  • 31 «The power of documentary photography is based on the fact that real moments are captured as they h (...)
  • 32 «When a photograph is altered or manipulated for illustrative purposes, the resulting image must be (...)
  • 33 «The spirit of the documentary photo is to be honest», “Code of Ethics and Professionalism”, 15mai (...)

15L’invocation de l’analogique, symbole de probité journalistique, recouvre une référence éthique encore plus cruciale au photojournalisme : la photographie documentaire. L’« attaque » des technologies numériques porte en réalité sur les racines documentaires du photojournalisme estimées par plusieurs comme garantes de ses plus nobles aspirations. Lorsque John Long, dans son article “Ethics in the Age of Digital Photography”, conclut que « Le fond du problème est que le photojournalisme documentaire est le dernier vestige de la véritable photographie30 », il revendique le rattachement de la photographie de presse à la tradition documentaire. Et il n’est pas le seul. L’adjectif « documentaire » est en effet largement employé dans les codes de déontologie actuels pour signifier la « moralité » de l’image de presse. « Le pouvoir de la photographie documentaire est fondé sur le fait que de réels instants sont capturés tels qu’ils surviennent. Quoi qu’on fasse qui altère le processus, que ce soit avant ou après l’enregistrement de l’image, réduit ce pouvoir et le transforme en mensonge », selon le Sarasota Herald-Tribune31. «Lorsqu’une photographie est altérée ou manipulée à des fins illustratives, l’image résultante doit être clairement identifiée comme ayant été retouchée et comme n’étant pas une photo­graphie documentaire d’actualité32 », stipule le San Francisco Chronicle. « L’esprit de la photographie documentaire est d’être honnête33», indique le Norfolk Virginian Pilot.

  • 34 Arthur Rothstein, Photojournalism : Pictures for Magazines and Newspapers, NewYork, American Photog (...)
  • 35 Wilson Hicks, Words and Pictures: An Introduction to Photojournalism, NewYork, Harper & Brothers, 1 (...)

16Le postulat d’un rapport filial entre le documentaire et la photographie de presse est récurrent dans l’historiographie du photojournalisme. Le photographe documentaire, soutient Arthur Rothstein, auteur de Photojourmalism (1956) et ancien collaborateur de la FSA, est investi d’une mission morale consistant à témoigner honnêtement des faits. Il soutient que le « photographe documentaire a apporté une contribution substantielle au photojournalisme34 » et que la persuasion, plus que la transcription littérale des faits, constitue le propre de la tradition documentaire. Cette moralisation de la pratique photographique est fondatrice du mandat éthique que l’on attribue toujours au photographe de presse. Dans Words and Pictures (1952), Wilson Hicks souligne l’utilité sociale des travaux de Jacob Riis et Lewis W. Hine qu’il situe dans la même perspective réformatrice. « De la photographie utile, de celle qui favorise les réformes35 », assure Hicks à propos de ces images qu’il rapproche des travaux de la FSA sur la base d’une propension commune à la critique sociale. Cette opinion est partagée par de nombreux auteurs qui cultivent à dessein cette filiation entre tradition documentaire et image de presse. Dans un article de 1959, Werner J. Severin établit on ne peut plus clairement cette honorable extraction :

  • 36 Werner J.Severin, “Photographic Documentation by the Farm Security Administration, 1935-1942. Camer (...)

« En 1935, la table était mise pour que la photographie documentaire puisse enregistrer la vie contemporaine à une échelle encore jamais vue. Les techniciens avaient mis au point les moyens permettant de reproduire des images en quantité. La presse illustrée, les services télégraphiques et les magazines étaient disponibles pour les diffuser à des millions de lecteurs. Fenton, Brady, Atget, Riis, Hine, le groupe “f.64” et les autres (Erich Salomon notamment) avaient montré la voie36. »

  • 37 Dans l’introduction au catalogue de l’exposition “Concerned Photographer”, Cornell Capa réfère just (...)
  • 38 Frank P.Hoy, “Lewis Hine: Conscience with a Camera”, Photojournalism. The Visual Approach, Englewoo (...)
  • 39 A.William Bluem, Documentary in American Television: Form, Function and Method, NewYork, Hastings H (...)
  • 40 Ibid.
  • 41 Ibid.

17Professeur à l’Arizona State University, Frank Hoy défend en des termes analogues la pertinence sociohistorique du photojournalisme lorsqu’il réfère aux travaux de Riis et de Hine, invariablement invoqués pour souligner les racines “militantes” du photojournalisme. Riis est décrit comme le pionnier des « concerned photographers », expression créée par Cornell Capa, fondateur en 1973 de l’International Center of Photography à New York, pour désigner les photographes engagés dans une mission sociale37, tandis que Hine est tenu pour le fer de lance du documentaire social américain38. La valorisation documentaire du photojournalisme est également manifeste dans les propos tenus par A. William Bluem, historien du documentaire télévisuel, selon lesquels « le photojournalisme épouse le mouvement documentaire en photographie39 ». Reprise par Clifton C. Edom, professeur à la School of Journalism de l’université de Columbia, cette assertion accrédite le caractère historique et inaliénable du lien unissant le photojournalisme et le documentaire. Que l’affirmation émane d’un spécialiste des médias électroniques est de nature à conforter la valeur informative du photojournalisme. Car, en la circonstance, le recours au modèle documentaire ne vise pas tant à caractériser le “style” des images de presse qu’à cautionner leur usage journalistique. Dans les années 1970, soit à une époque où l’avenir économique et médiatique du photojournalisme apparaît incertain, la quête de légitimité historique de ce secteur prend un nouveau tour. Le documentaire précède le photojournalisme, tel est l’avis de Gifford Hampshire, directeur de « Documerica », une mission photographique à vocation environnementale créée en 1971 sur le modèle de la FSA, selon laquelle « la photographie documentaire est la genèse du photojournalisme40 ». Il ajoute, devant les membres de la National Press Photographers Association réunis à l’occasion d’une conférence, que le « photojournalisme n’est excellent que si les photographes s’imposent la rigueur intellectuelle de la photographie documentaire41 ». Le documentaire confère au photojournalisme une « dignité », selon le mot de Clifton C. Edom.

  • 42 L’ensemble des proscriptions énoncées dans les codes de déontologie –mises en scène, corrections in (...)

18La refonte des codes déontologiques face aux nouveaux défis éthiques posés par la photographie numérique, la convocation d’une pratique en voie d’obsolescence – la photographie analogique – comme garde-fou éthique du photojournalisme, le recours au modèle tutélaire du documentaire, voilà autant de signalements de la déontologie actuelle du photojournalisme42. L’histoire de la photographie est truffée de ces repliements historiques provoqués par de nouvelles conjonctures techniques, culturelles ou symboliques. Cette moralité de l’analogique que les signataires des codes paraissent défendre contre l’incorrection du numérique est en vérité le symptôme d’une inquiétude encore plus profonde : celle de la perte des fondements éthiques du photojournalisme. Or, la déontologie du numérique n’est que la dernière expression d’une anxiété endémique à l’histoire du photo­journalisme. Que ce soit sous une forme non écrite ou au contraire dûment codifiée, l’éthique du photojournalisme procède de la construction morale d’une pratique en mal de définition stable. Les recherches actuelles consacrées à l’esthétique, à l’histoire ou à la sémiotique de l’illustration photographique le démontrent également : le photojournalisme est une catégorie fondamentalement instable et constamment reconfigurée par les discours. L’éthique de l’image de presse s’inscrit dans la perspective de ces reconfigurations historiques. La déontologie du photojournalisme est donc plutôt une ontologie, puisque c’est de l’essence même de cette pratique qu’il est encore question.

Notes

1 Monique Canto-Sperber, “Philosophie morale et éthique professionnelle”, in Marie-Anne Frison-Roche (dir.), Secrets professionnels, Paris, Éditions Autrement, 1999, p. 104.

2 Voir l’article “Déontologie”, in Monique Canto-Sperber (dir.), Dictionnaire d’éthique et de philosophie morale, Paris, PUF, coll. « Quadrige », 2001, t. I, p. 474-477.

3 Gilbert Vincent, “Structure et fonction d’un code de déontologie”, Responsabilités professionnelles et déontologie. Les limites éthiques de l’efficacité, Paris, L’Harmattan, coll. « Ouverture philosophique », 2002, p. 50.

4 L’éthique professionnelle procède en ce sens de la régulation sociale. Voir Georges A. Legault, “Professionnalisme avec ou sans profession”, in Ludivine Thiaw-Po-Une (dir.), Questions d’éthiques contemporaines, Paris, Éditions Stick, 2006, p. 603-625.

5 « […] the temptation to photograph anything or everything, regardless the approval or the wish of the subject, and in many cases without informing him of the fact that he has been photographed at all», Henry Harrison Suplee, “The Ethics of the Hand Cameras”, The Photographic Times, vol. XIX, no429, 6décembre 1889, p.608. Contemporaine de la commercialisation d’appareils photographiques portables destinés aux amateurs, la critique de Suplee se fait l’écho d’une insatisfaction causée par une libéralisation croissante de la pratique photographique.

6 “The Casuistry of Photographic Ethics”, American Journal of Photography, vol. 19, 1899, p. 81-83.

7 Les préoccupations éthiques du journalisme écrit se posent davantage en terme d’intégrité professionnelle et d’équité commerciale. C’est ce qui ressort de l’allocution de Melville E. Stone, directeur général de l’Associated Press, prononcée en 1909 devant les étudiants de l’université Columbia, futur siège du Prix Pulitzer, et rapportée dans le New York Times : « Mr. Stone laid down three rules of conduct which should be observed in the conduct of business end of a newspaper. A paper should not print advertising matter as news, he said, and news should be clearly distinguishable from advertising matter. As his second principle Mr. Stone said that advertisers should be correctly informed as to the circulation of a newspaper. And finally there should be no discrimination in the matter of advertising rates.» Voir “Newspaper Educate Here”, The New York Times, 15mai 1909.

8 «C’est, entre autres, le monde d’Aristote, qui nous recommande tout un art de vivre et pas seulement un code de bonne conduite en société, ou celui de Kant, pour qui nous avons des devoirs moraux à l’égard d’autrui, mais aussi de nous-mêmes. J’appelle “maximaliste” un tel monde.» Ruwen Ogien, L’éthique aujourd’hui. Maximalistes et minimalistes, Paris, Gallimard, coll. « Folio essais », 2007, p.12.

9 Les auteurs sont Laura Vitray (Script Editor, U.S. Office of Education), John Mills Jr (Eastman Kodak Company and formely Staff Photographer, The Washington Post) et Roscoe Ellard (Professor of Journalism, University of Missouri), Pictorial Journalism, New York, McGraw-Hill Book Company, Inc., 1939.

10  Formulée en 1929 par l’éditeur de l’hebdomadaire illustré londonien Graphic pour qualifier les images du photographe allemand Erich Salomon, l’expression « candid camera » désigne, comme le rappelle Tim Gidal, une forme de reportage photo­graphique réalisé à l’insu des personnages représentés. Voir Tim N. Gidal, Modern Photojournalism. Origin and Evolution, 1910-1933, New York, Macmillan, 1973, p.17.

11 «If the published photograph is one which tends to hold him [the subject] up to scorn or ridicule and thus injure him in his social or business relations, he may have ground for a civil libel suit against the newspaper», L. Vitray, J. Mills Jr et R. Ellard,Pictorial Journalism, op.cit., p.388.

12 «Only a few years ago newspaper ethics forbade the use of photos of corpses, whether accident or murder victims. Public feeling and newspaper practice in this respect have changed», ibid.

13 Ce code de déontologie est disponible sur le site du Center for the Study of Ethics in the Professions de l’Illinois Institute of Technology (Chicago) à l’adresse suivante : http://ethics.iit.edu/indexOfCodes-2.php?key=18_113_1262 .

14 «A newspaper cannot escape conviction of insincerity if while professing high moral purpose it supplies incentives to base conduct, such as are to be found in details of crime and vice, publication of which is not demonstrably for the general good.» La suite de l’article est péremptoire quant aux effets attendus de tout laxisme en la matière : «Lacking authority to enforce its canons the journalism here represented can but express the hope that deliberate pandering to vicious instincts will encounter effective public disapproval or yield to the influence of a preponderant professional condemnation», Canons of Journalism (1923), American Society of Newspaper Editors. Ibid.

15 « […] worst of our modern pleagues», R. Ellardet al., Pictorial Journalism, op.cit., p. 3.

16 « There can be no greater duty to any news photographer », James C.Kinkaid, Press photography, Boston, American Photographic Publishing Co., 1936, p.266. Kinkaid dresse un portrait laudateur du photographe de presse qu’il dépeint comme un personnage plein de civilités. Le photographe de presse serait selon lui devenu un gentleman.

17 « […] a professional society dedicated to the advancement of photojournalism, [that] acknowledges concern and respect for the public’s natural-law right to freedom in searching for the truth and the right to be informed truthfully and completely about public events and the world in which we live», Paul Martin Lester (dir.), NPPA Special Report : The Ethics of Photojournalism, Durham, National Press Photographers Association, 1990, p.98.

18 Claude H. Cookman, A Voice is Born. The Founding and Early Years of the National Press Photographers Association, Durham, The National Press Photographers Association, 1985.

19 «You may have a fine code of ethics and live up to it. Your deportment may be above reproach. You may be very conscious of all these things. But that is not enough. The public must know it, also», Bates Raney, “Atlantic City Annual Convention Speech (1948)”, cité par C. H.Cookman, A Voice is Born. The Founding and Early Years of the National Press Photo­graphers Association, op.cit., p.123.

20 «News photographers and police officers have similar jobs […] They both gather and report information.» Michael D.Sherer, Photojournalism and the Law. A Practical Guide to Legal Issues in News Photography, Durham, National Press Photographers Association, 1996, p.21.

21 «In a strictly technical sense, the photojournalist has the legal right to photograph private individuals caught in public interests events, even though those events may be embarrassing to those involved. This is because the courts consider such moments to be news worthy and of interest to the public.» Steve Haines (dir.), Police/Media Relations and Victim’s Rights, Durham, National Press Photographers Association, 1991, p. 20.

22 Accessible en ligne à l’adresse suivante : http://www.nppa.org/professional_development/business_practices/ethics.html

23 James C. Kinkaid, Press photography, op. cit., p. 266.

24 Accessible en ligne à l’adresse suivante : http://www.nppa.org/professional_development/business_practices/digitalethics.html

25 «It is clear that the emerging electronic technologies provide new challenges to the integrity of photographic images [...] in light of this, we the National Press Photographers Association, reaffirm the basis of our ethics : Accurate representation is the benchmark of our profession. […] Altering the editorial content […] is a breach of the ethical standards recognized by the NPPA.» Ibid.

26 Accessible en ligne à l’adresse suivante : http://www.nppa.org/professional_development/self-training_resources/eadp_report/

27 Les cas de sanction sont nombreux. Signalons toutefois cet exemple rapporté notamment par André Gunthert à propos d’une image d’Adnan Hajj prise lors d’un raid sur Beyrouth en août 2006. Mise en ligne le 5 août, cette photographie siglée Reuters montre une vue de la capitale libanaise où s’élève, à gauche, une colonne de fumée présentant un motif répétitif trahissant une retouche. Dans un communiqué du 7 août, Reuters, qui assure faire preuve « d’une tolérance zéro pour toute image retouchée », informe qu’elle a retiré les 920 photographies de Hajj de sa banque d’images, et qu’elle cesse toute relation avec lui. Voir André Gunthert, “L’affaire Adnan Hajj : première manipulation emblématique de l’ère numérique”, Archives de la recherche en histoire visuelle, Paris, École des hautes études en sciences sociales, 8 août 2006, www.arhv.lhivic.org/index.php/2006/08/08/204-laffaire-adnan-hajj. La science informatique a mis au point des techniques (« image forensics techniques ») permettant de détecter les « délictueuses » manipulations informatiques. Voir Hany Farid, “Photo Fakery and Forensics”, Advances in Computers, vol. 77, octobre 2009.

28 Ce type de précaution est proposé par Fred Ritchin dans un article paru en 1990, alors que le débat sur la question mobilise le milieu du photojournalisme. Voir “Photojournalism in the Age of Computers”, in Carol Squiers (dir.), The Critical Image, Seattle, Bay Press, 1990, p.28-37. Voir également, William J.Mitchell, The Reconfigured Eye: Visual Truth in the Post-Photographic, Cambridge, The MIT Press, 1992.

29 «In news we don’t approve but adverting and features [departments] do it »; « Manipulating news photo is something we do not do»; «For sure, not the news page». D’après des interviews réalisées par Shiela Reaves. Voir “Digital Retouching”, NPPA Special Report : The Ethics of Photojournalism, op.cit., p.45-46.

30 «The bottom line is that documentary photojournalism is the last vestige of the real photography», art. cit. : http://www.nppa.org/professional_development/self-training_resources/eadp_report/credibility.html

31 «The power of documentary photography is based on the fact that real moments are captured as they happen. Anything done to alter the process, before or after the image is recorded, diminishes that power and turns it into a lie», “Photo Manipulation Policy”, Sarasota Herald-Tribune, 25 septembre 2003. Accessible en ligne sur le site du Poynter Institute for Media Studies (St. Petersburg, Florida) : http://www.poynter.org/content/content_view.asp?id=47384

32 «When a photograph is altered or manipulated for illustrative purposes, the resulting image must be clearly labeled to indicate that it has been altered and is not a documentary news photograph.» “Ethical News Gathering”, San Francisco Chronicle, 17février 1999. Accessible en ligne sur le site de l’American Society of Newspaper Editors : http://asne.org/article_view/smid/ 370/articleid/289/reftab/57.aspx

33 «The spirit of the documentary photo is to be honest», “Code of Ethics and Professionalism”, 15mai 2002, Norfolk Virginian Pilot. Voir www.consumerweb watch.org/pdfs/photos_policies.pdf

34 Arthur Rothstein, Photojournalism : Pictures for Magazines and Newspapers, NewYork, American Photographic Book Publishing Co. Inc., (1956) 1979, p.35.

35 Wilson Hicks, Words and Pictures: An Introduction to Photojournalism, NewYork, Harper & Brothers, 1952, p.105.

36 Werner J.Severin, “Photographic Documentation by the Farm Security Administration, 1935-1942. Cameras with a Purpose”, mémoire de maîtrise, université du Missouri, 1959 ; cité par Clifton C. Edom, Photojournalism. Principles and Practices, Dubuque, W. C. Brown Company Publishers, 1976, p.46-47.

37 Dans l’introduction au catalogue de l’exposition “Concerned Photographer”, Cornell Capa réfère justement à Lewis W. Hine, qu’il qualifie d’« humanitaire-à-la-caméra », pour définir le sens de cette expression, en convoquant ses propres mots : « Il y a deux choses que je voulais faire. Je voulais montrer ce qui devait changer. Je voulais montrer ce qui devait être apprécié. » Voir Cornell Capa, The Concerned Photographer, NewYork, Grossman Publishers, 1968, n.p.

38 Frank P.Hoy, “Lewis Hine: Conscience with a Camera”, Photojournalism. The Visual Approach, Englewoods Cliffs, Prentice Hall Books, 1986, p.189-190.

39 A.William Bluem, Documentary in American Television: Form, Function and Method, NewYork, Hastings House, 1955; cité par C. C.Edom, Photojournalism. Principles and Practices, op.cit., p.50.

40 Ibid.

41 Ibid.

42 L’ensemble des proscriptions énoncées dans les codes de déontologie –mises en scène, corrections infographiques, reconstitutions, etc.– se retrouvent formulées dans les critères d’éligibilité des principaux concours (Pulitzer, World Press Photo, Eye of History Contest, etc.). Cela se vérifie par l’examen comparé des codes de déontologie d’une part, et des règlements des plus prestigieux concours de photojournalisme d’autre part : les critères de la belle image (valeur esthétique) sont calqués sur ceux de la bonne image (valeur éthique). Faut-il s’étonner que la référence au documentaire soit également de rigueur, non seulement dans l’appel à candidatures, mais au sein même des directives adressées aux membres du jury? La correspondance des préceptes éthiques et esthétiques apparaît totale. La règle épouse le règlement.

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Lavoie, « La rectitude photojournalistique. », Études photographiques, 26 | novembre 2010, [En ligne], mis en ligne le 08 juillet 2011. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/3123. consulté le 24 novembre 2017.

Auteur

Vincent Lavoie

VINCENT LAVOIE est professeur et directeur des études supérieures au département d’histoire de l’art de l’université du Québec à Montréal. Ses recherches portent sur les discours de valorisation éthique et esthétique du photojournalisme. Il est membre régulier de Figura, centre de recherche sur le texte et l’imaginaire (Montréal). Il vient de faire paraître Photojournalismes. Revoir les canons de l’image de presse (éditions Hazan, 2010). VINCENT LAVOIE is a professor and director of graduate studies in the Department of Art History at the Université du Québec à Montréal. The focus of his research is discursive strategies for the ethical and aesthetic valorization of photojournalism. He is a regular member of Figura, Centre de Recherche sur le Texte et l’Imaginaire (Research Center on Text and the Imaginary) in Montreal. He has just published Photojournalismes. Revoir les canons de l’image de presse (Éditions Hazan, Paris).

Articles du même auteur

Droits d’auteur

© Etudes photographiques