Navigation – Plan du site

Anne Cartier-Bresson et Jean-Pierre Montier (dir.), Revoir Henri Cartier-Bresson

Compte rendu par Julie Jones
Référence(s) :

Paris, Editions Textuel, collection « L’écriture photographique », 2009, 415 p., 25€

Texte intégral

1« Je suis un peu inquiet car je commence à voir Henri comme une auberge espagnole où tout le monde apporte son manger et fait sa réinterprétation ; j’ai le sentiment que, s’il était là, il hurlerait » (Gilles Peress, p. 395). On peut certes partager ce sentiment quasi instinctif à la vue de cet énième ouvrage consacré au célèbre Henri Cartier-Bresson. Ce recueil de textes est malgré tout un des plus beaux hommages rendus au photographe, tant il offre de nouveaux et passionnants éclairages non seulement sur son œuvre, mais également sur sa réception et sa postérité. Anne Cartier-Bresson et Jean-Pierre Montier ont ici réussi leur pari, faisant appel à des auteurs aux spécialités et aux connaissances multiples, sans oublier les incontournables qui ont directement participé à l’écriture de son histoire.

2Cet ouvrage fait apparaître avant tout la réussite et l’importance des projets entrepris par la Fondation Henri Cartier-Bresson pour la pratique de la conservation-restauration et plus largement pour l’histoire du médium photographique, projets dont les résultats dépassent de très loin un simple processus de glorification du photographe par l’institution. La découverte et la mise à disposition des archives permettent d’amorcer progressivement un renouvellement des approches esthétiques et historiques, comme le texte – et l’exposition actuelle au MoMA – de Peter Galassi en témoigne. De plus, les collaborations mises en place par la Fondation avec d’autres organismes de recherche tels que le Getty Conservation Institute (Los Angeles), l’Atelier de restauration et de conservation des photographies de la Ville de Paris, et le département des Restaurateurs de l’Institut national du patrimoine, ont donné naissance à des travaux inédits sur l’authentification des épreuves photographiques de Cartier-Bresson. S’inscrivant dans une période d’essor « sans précédent du marché de la photographie, et de l’installation de son corollaire, la discipline de la conservation-restauration des photographies » (Anne Cartier-Bresson,p. 141), ses soixante-dix années d’activité l’ont imposé comme un cas d’étude idéal pour la première application à grande échelle de la méthodologie scientifique d’identification des photographies développée par le Getty Conservation Institute depuis quelques années, méthodologie reposant sur la mise en place de signatures physiques et chimiques quantitatives (Dusan C. Stulik et Art Kaplan).

3Ce recueil tient également sa force dans la qualité des textes consacrés au rapport du photographe à l’événement historique, depuis les premiers reportages en Espagne (Françoise Denoyelle, Danielle Leenaerts), à son « détour par le film » lors de la guerre civile espagnole (Philippe-Alain Michaud), jusqu’aux reportages en couleur réalisés lors de ses voyages en Chine de 1948-1949 et 1958 (Anne Bertrand, Danièle Méaux). En filigrane de ces textes, éclairant dans leur ensemble la nature de son engagement politique, apparaît un Cartier-Bresson maître de l’à-côté, voire du détournement. On retient en particulier l’excellente analyse de Myriam Chermette,qui éclaire sa « perspective décalée », son refus d’une représentation spectaculaire et héroïque du réel qui aboutit à la production d’une « autre iconographie de l’événement », mais parfois, selon l’auteur, « pour des raisons indépendantes de sa volonté » Ce rapport dialectique entre regard et culture se trouve exprimé sous un angle différent dans l’étude de Laurent Aubagne,à partir de quatre photographies prises au Mexique (1934, 1963). Le regard du photographe, bien que libre dans la construction de l’image, aurait également été structuré à partir d’éléments et références implicites, propres à la culture méso-américaine dans laquelle il était alors immergé. Ces auteurs, en complexifiant l’apparente ingénuité de « l’instinct » du photographe, introduisent une notion développée par un autre ensemble de textes consacrés à la genèse et aux dérives de la notion de moment décisif, et par extension, du rapport complexe du photographe au surréalisme.

4Agnès Sire démontre comment cette notion s’est imposée comme norme, jusqu’à devenir « une sorte de définition de l’acte photographique pour certains photographes, qu’il faudra absolument détrôner par la suite »(p. 58). À cette expression qui a malheureusement « quelque peu détourné, en tout cas simplifié, la vision de l’œuvre de Cartier-Bresson » (p. 59), l’auteur privilégie plus justement celle de « l’art de l’accident poétique » ou encore celle de « tir photographique », notions exprimées à plusieurs reprises par le photographe. Clément Chéroux revient lui-même sur l’importance de la métaphore cynégétique, poncif de l’histoire de la photographie depuis ses origines. Il se base pour ce faire sur certains épisodes biographiques de Cartier-Bresson, notamment sur la pratique familiale de la chasse et sur son voyage initiatique en Afrique. L’auteur retrace l’évolution de cette métaphore dans la pratique du photographe, offrant de nouveaux points de vue sur son rapport à certaines attitudes surréalistes, liées quelques années plus tard chez Cartier-Bresson à la révélation de la pensée orientale, notamment suite à sa découverte de l’ouvrage d’Eugen Herrigel, Le Zen dans l’art chevaleresque du tir à l’arc (1948). Les nombreuses résonances surréalistes de cet ouvrage sont soulignées par Gérard Audinet, qui se donne, quant à lui, la délicate tâche d’analyser la relation de Cartier-Bresson à la « culture » surréaliste, à la suite de Jean Arrouye qui après avoir rappelé des similitudes de prédilection pour certains thèmes iconographiques, avait conclu son analyse en identifiant chez le photographe une fidélité « à la perception surréaliste du monde jusque dans ce qu’elle peut avoir d’insatisfaisant » (p. 284). Échappant avec succès « à la tentation d’établir une nouvelle généalogie de l’instant décisif dont l’enseignement de Lhote serait la clef de voûte » (p.214), Quentin Bajac revient pour sa part sur le rôle joué par ce dernier dans la conception de l’acte photographique chez Cartier-Bresson. Certains éléments de la théorie du peintre dérivés de son enseignement durant les années 1920, tels que « le primat de la composition rigoureuse », « l’application instinctive du rapport de la section d’or », ou encore l’importance de l’instinct dans la création –éléments dont l’auteur fait par ailleurs remarquer à juste titre certaines similitudes avec la pensée d’André Breton– semblent effectivement avoir été des piliers fondateurs pour la rédaction du texte introductif d’Images à la sauvette (1952) notamment. Cet ensemble de textes permet ainsi d’éclairer, selon les mots de G.Audinet, « le statut du surréalisme chez ce marginal du surréalisme […], comme un moyen de modéliser la photographie à travers une véritable philosophie du sujet photographiant » (p.300).

5Cette problématique d’un Cartier-Bresson « photographiant », comme modèle/ contre-modèle est explorée dans ce que l’on identifierait finalement dans un troisième ensemble de textes consacré à la réception et à la postérité de son œuvre. Le rapport du photographe français au monde photographique américain de sa génération est exploré par Jean-Pierre Montier qui consacre une étude à la maquette d’un livre finalement refusé, fruit de la collaboration entre Cartier-Bresson et l’écrivain John Malcom. Ce projet, commandé par Alexey Brodovitch et Carmel Snow d’Harpers’ Bazaar, avait amené les deux auteurs en Nouvelle-Orléans en 1946. Un dialogue entre Jean-François Chevrier et Peter Galassi confronte la nature des regards portés sur « L’Amérique » de Cartier-Bresson et de Walker Evans, entre 1929 et 1947, période cruciale pour le développement théorique et historique du médium aux états-Unis. Travail quelque peu ardu, les deux photographes s’étant rencontrés, mais n’ayant jamais véritablement dialogué. Cependant, les liens qui les unissent sont effectivement nombreux, parfois même dans leur divergence: rapport à la parole, au sujet, ou encore à l’Histoire et au monde moderne, mais également références littéraires, notion d’illustration... L’importance de la réception et de la diffusion de Cartier-Bresson par les États-Unis est analysée dans le texte de Sophie Triquet, qui s’attache à la réception critique du photographe par les élites intellectuelles en Espagne, réception influencée notamment par l’exposition new-yorkaise organisée par Julien Lévy en 1932. L’auteur insiste sur le rôle central de Guillermo de Torre, auteur de plusieurs articles sur les usages du médium en Espagne. Cartier-Bresson, dont Torre offre une lecture singulière également à la lumière de ses références littéraires, y apparaît comme modèle photographique essentiel pour l’élaboration d’un discours nouveau sur la pratique photographique. Enfin, Michel Poivert propose de substituer à une lecture de l’œuvre de Cartier-Bresson, « trop longtemps déterminée par la complaisance humaniste », une vision plus critique et appropriée aux complexités qu’offre l’œuvre et la vie du photographe, « par voie détournée de la photographie contemporaine » (p.390). Ainsi, tandis que les batailles contre une pratique et une esthétique de l’instantanéité menées par Jean-Marc Bustamante et Raymond Depardon permettent d’illustrer l’importance de Cartier-Bresson comme contre-modèle, les pratiques de Jeff Wall et Valérie Jouve rappellent quant à elles l’inclinaison similaire de Cartier-Bresson à « bâtir des images sur des références à l’histoire de l’art » (p.385).

6Placé à la fin de l’ouvrage, comme un refus revendiqué de conclusion, un entretien entre Raymond Depardon et Gilles Peress: il incarne à lui seul l’ensemble des positions parfois contradictoires offertes au lecteur par ce recueil, conséquence inévitable de l’éclectismedes sujets traités et des spécialités de ses auteurs, éclectisme qui ne fait que renforcer la richesse d’un débat sur l’œuvre de ce photographe qui continue, avec bonheur, à nous résister.

7Julie Jones, ATER Université Paris I Panthéon-Sorbonne

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Jones, « Anne Cartier-Bresson et Jean-Pierre Montier (dir.), Revoir Henri Cartier-Bresson », Études photographiques, Notes de lecture, Juillet 2010, [En ligne], mis en ligne le 11 juillet 2010. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/3070. consulté le 19 novembre 2017.

Auteur

Julie Jones

Articles du même auteur

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle