Navigation – Plan du site

Question de méthode

A Matter of Method
Thierry Gervais
p. 2-5
Traduction(s) :
A Matter of Method

Texte intégral

  • 1 Michael Fried, Why Photography Matters as Art as Never Before, New Haven / Londres, Yale University (...)

1Dans son ouvrage Why Photography Matters as Art as Never Before, Michael Fried propose une analyse de la photographie d’art depuis la fin des années 19701. Des premiers caissons lumineux du Canadien Jeff Wall aux récents travaux du Français Luc Delahaye – sans oublier les œuvres incontournables de l’Allemand Andreas Gursky –, Fried file sa lecture moderniste de l’art commencée dans les années 1960 pour y inclure des productions photographiques. Théâtralité, anti-théâtralité, place du spectateur ou « forme tableau » interviennent comme autant de paramètres pour analyser les travaux des artistes photographes, mais aussi pour alimenter et légitimer le discours du théoricien. S’il prenait soin de distinguer son travail de critique de celui d’historien dans son recueil d’articles paru en 1998, Fried prévient désormais le lecteur que les deux approches se rejoignent dans ce nouveau livre. Or, si l’éclairage théorique des œuvres peut s’avérer intéressant, le travail d’historien est discutable. En guise d’approche historique, l’auteur se plaît à reconnaître des compositions, des éclairages, des sujets ou des cadres de vie dans des productions qui n’ont en commun ni le siècle ni le support ni même les finalités, mais qui peuvent illustrer sa généalogie artificielle. L’ouvrage de Michael Fried est en soi un objet d’histoire qui témoigne d’une analyse du visuel d’un autre temps, négligeant les paramètres techniques, les données économiques et sociales de la production artistique ou encore le cadre institutionnel dans lequel les œuvres prennent place et se définissent.

  • 2 Nathalie Boulouch, “Les passeurs de couleur. 1976 et ses suites”, Études photographiques, no 21, dé (...)

2À la décharge de Michael Fried, il faut reconnaître que nous avons nous-mêmes peu publié d’analyses historiques sur la photographie artistique produite depuis les quarante dernières années. Parmi quelques autres, rappelons l’article de Nathalie Boulouch qui expliquait l’avènement de la photographie couleur dans le discours moderniste du Museum of Modern Art des années 1970 ou celui de Katia Schneller sur les usages postmodernes de la photographie dans l’œuvre de Robert Smithson. Sur des pratiques plus récentes, Marie Bottin a analysé la persistance d’une esthétique dite « trash » de l’œuvre de Nan Goldin dans la critique française et Gaëlle Morel les modes de production et les formes exploitées par Luc Delahaye selon les finalités de ses images2. Rappelons aussi, au sujet de ces deux dernières études, que les photographes ne nous avaient pas autorisé à publier leurs images, par désaccord ou par crainte d’un discours sur leur travail qui leur aurait échappé. Dans le domaine du visuel en général et dans celui de l’art en particulier, l’histoire du vivant reste un exercice délicat. C’est dommage.

3L’article d’Olivier Lugon que nous publions dans ce numéro le démontre. La « forme tableau » et la question des grands formats sur lesquelles s’appuient Jean-François Chevrier d’abord et Michael Fried ensuite ont une histoire passionnante. Une histoire dans laquelle des acteurs aussi différents que des architectes, des industriels et des photo­graphes prennent place, exploitant des technologies nouvelles et déplaçant les frontières entre mass media et pratique artistique. Autrement dit, une histoire de l’art que l’on comprend plutôt que l’on accepte. Dans cette dynamique, les articles de Dominique de Font-Réaulx et de Pauline Martin nous éclairent sur le travail de reconnaissance artistique de la photographie dans les institutions françaises des années 1950 ou encore sur la notion de flou que partage les peintres et les photographes du XIXe siècle. Dans cette histoire circonstanciée de l’art photographique, il reste encore beaucoup de travail. Les colonnes de cette revue sont prêtes à en diffuser les résultats.

Notes

1 Michael Fried, Why Photography Matters as Art as Never Before, New Haven / Londres, Yale University, 2008. Sur cet ouvrage, voir la note de lecture de Katia Schneller sur notre site, http://etudesphotographiques.revues.org/index3000.html; voir également Robin Kelsey, “Eye of the Beholder: Robin Kelsey on Michael Fried’s Why Photography Matters…”, Art Forum, vol. 47, no 5, janvier 2009, p. 53-54, 57-58.

2 Nathalie Boulouch, “Les passeurs de couleur. 1976 et ses suites”, Études photographiques, no 21, décembre 2007, p. 106-122; Katia Schneller, ”Sous l’emprise de l’Instamatic. Photo­graphie et contre-modernisme dans la pratique artistique de Robert Smithson”, Études photo­graphiques, no 19, décembre 2006, p. 68-95 ; Marie Bottin, ”La critique en dépendance. La réception de l’œuvre de Nan Goldin en France, 1987-2003”, Études photographiques, no 17, novembre 2005, p. 67-85; Gaëlle Morel, ”Esthétique de l’auteur. Signes subjectifs ou retrait documentaire ?”, Études photographiques, no 20, juin 2007, p. 134-147.

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Gervais, « Question de méthode », Études photographiques, 25 | mai 2010, [En ligne], mis en ligne le 05 mai 2010. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/3044. consulté le 19 novembre 2017.

Auteur

Thierry Gervais

THIERRY GERVAIS est l’auteur d’une thèse intitulée L’Illustration photographique. Naissance du spectacle de l’information (1843-1914). Il est actuellement accueilli en post-doctorat par l’université de Ryerson (Toronto, Canada), où il enseigne l’histoire de la photographie et travaille sur l’avènement de la figure du photoreporter. En 2007 et 2008, il a été commissaire d’expositions au Jeu de Paume (“L’événement. Les images comme acteur de l’histoire”) et au musée d’Orsay (“Léon Gimpel, 1873-1948. Les audaces d’un photographe”). Il a récemment publié avec Gaëlle Morel La Photographie. Histoire, techniques, art, presse, aux éditions Larousse (2008). Thierry Gervais is author of a dissertation entitled ‘L’Illustration photographique. Naissance du spectacle de l’information (1843–1914).’ He is currently pursuing postdoctoral research at Ryerson University (Toronto, Canada) where he teaches the history of photography and is exploring the emergence of the figure of the photoreporter. In 2007–2008, he curated exhibits in Paris at the Jeu de Paume (L’événement. Les images comme acteur de l’histoire)and the Musée d’Orsay (Léon Gimpel, 1873–1948. Les audaces d’un photographe). He recently published with Gaëlle Morel La Photographie. Histoire, techniques, art, presse (Larousse, 2008).

Articles du même auteur

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle