Navigation – Plan du site

Anna Pegler-Gordon, In sight of America. Photography and the Development of U.S. Immigration Policy

Compte rendu par Jean-Philippe Dedieu
Référence(s) :

Berkeley, University of California Press, 2009, 344 p., 25 $.

Texte intégral

  • 1 Jane Caplan et John Torpey (dir.), Documenting Individual Identity : The Development of State Pract (...)
  • 2 George Anthony Peffer, “Forbidden Families : Emigration Experiences of Chinese Women Under the Page (...)
  • 3 Mae M. Ngai, “The Architecture of Race in American Immigration Law. A Re-examination of the Immigra (...)

1De récentes recherches historiographiques ont précisé l’influence de la photographie criminelle développée par Alphonse Bertillon sur l’identification des migrants et l’institutionnalisation des passeports à partir de la fin du xixe siècle1. Rédigée par l’historienne Anna Pegler-Gordon, In Sight of America prolonge ces travaux. Le dessein de l’auteur est en effet d’analyser les multiples usages de la photographie pour la construction des hiérarchies raciales et le contrôle des flux migratoires aux États-Unis. La période considérée est décisive. Elle débute avec la promulgation de l’une des premières lois restrictionnistes, le Page Act de 1875, qui cible spécifiquement les Chinois, notamment les femmes accusées d’être « immorales2 ». Elle s’achève avec l’Immigrant Act de 1924 qui ferme définitivement les frontières à la presque totalité des groupes nationaux par l’’instauration d’’un système prohibitif de quotas3. L’intérêt de l’ouvrage est d’entrelacer, dans une même trame analytique, l’histoire des pratiques photographiques et des politiques publiques en restituant aussi les stratégies de résistance des migrants à ces formes inédites de gouvernement des populations par l’image.

  • 4 . Anna Pegler-Gordon, In Sight of America. Photography and the Development of U.S. Immigration Poli (...)

2Les mesures prises à l’encontre des Asiatiques en Californie à la fin du xixe siècle ont constitué, selon Anna Pegler-Gordon, le modèle d’une « politique migratoire visuelle4 » qui s’’est progressivement étendue au xxe siècle à l’ensemble des migrants européens et mexicains. Comme le montre la première section de l’ouvrage, les Chinois se virent contraints, par des dispositions légales de plus en plus coercitives, d’être photographiés au motif qu’ils se ressemblaient tous et étaient sujets à des dispositions criminelles. La nature répressive de ces pratiques identificatoires, qui contrevenaient aux « portraits honorifiques » commandés alors aux États-Unis comme en Chine à des fins privées ou publiques de présentation de soi, les conduisit à entamer des actions en justice et décréter des boycotts. Les migrants clandestins contournèrent en outre ces obligations par la retouche des tirages originaux ou la falsification des noms apposés sur les photographies. Pour ces « identités de papier » que sont les passeports, ils créèrent ainsi, de toute pièce, des attaches familiales de papier, les paper sons, dont la fabrique illustre les résistances pratiques mais aussi théoriques pouvant être opposées au paradigme de l’image référentielle.

  • 5 Une centaine de ces clichés sont rassemblés dans Peter Mesenholler, Augustus F. Sherman. Ellis Isla (...)

3Ainsi que l’atteste le cœur de ce livre, cette régulation visuelle fut déployée à l’encontre des migrants européens, notamment au sein du centre d’immigration d’Ellis Island ouvert en 1892. Au début du xxe siècle, l’île devint progressivement un lieu touristique. Il était permis d’y observer depuis un balcon ces « nouveaux » arrivants d’Europe du Sud ou de l’Est, qui tranchaient avec la composition démographique des vagues migratoires précédentes et à l’entrée desquels s’opposaient les mouvements restrictionnistes de l’époque. Des agences mais aussi des photographes contribuèrent à diffuser auprès du public une représentation ethno-raciale de ces populations. Employé au Bureau de l’immigration, Augustus Sherman prit ainsi de nombreux clichés entre 1904 et 1924 qui furent reproduits dans la presse, certains rapports officiels, voire les pamphlets xénophobes de l’époque. La composition de ses portraits les apparentait à des ethno-types. Les migrants étaient photographiés individuellement ou en famille dans des lieux spécifiques de l’île, dont certains détails architecturaux ou paysagers étaient mis en valeur à dessein pour évoquer le « caractère » de leur région d’origine5. Si le travail documentaire de Lewis Hine, qui effectua des voyages réguliers sur Ellis Island entre 1905 et 1906, témoigne des conditions d’accueil et de vie de ces populations, ses images suggèrent également des formes plus neutres d’assignation identitaire.

4La mise en place de procédures d’identification visuelle à la frontière entre les États-Unis et le Mexique constitue la dernière partie de In Sight of America. L’usage de photographies d’identité y fut imposé au xxe siècle, les bureaux d’immigration d’El Paso, de Tucson ou de San Diego se dotant de leurs propres studios. Il était destiné à contrôler les migrants chinois et européens qui tentaient de passer par cette frontière terrestre. Il fut aussi utilisé en direction des travailleurs saisonniers mexicains qui, malgré leur importance capitale dans l’économie agricole américaine, devinrent l’objet des lois restrictionnistes avec la promulgation de l’Immigration Act de 1917. Ces procédures ont accompagné la racialisation progressive des « Chicanos », ultérieurement consacrée par l’instauration d’une catégorie censitaire spécifique, l’organisation de programmes de retours forcés et la création d’une patrouille de la frontière toujours en vigueur.

  • 6 Abdelmalek Sayad, “Tendances et courants des publications en sciences sociales sur l’immigration en (...)

5S’appuyant sur une riche iconographie et se fondant sur différents niveaux d’analyse, la perspective inédite adoptée par cet ouvrage doit être replacée dans le contexte de la reconnaissance institutionnelle qui est accordée aux visual studies dans les universités nord-américaines. Sa lecture souligne que le domaine scientifique des migrations est bien, selon l’expression d’Abdelmalek Sayad, un « colloque interdisciplinaire6 » s'enrichissant des multiples apports des études juridiques, historiques, sociologiques et —–  progressivement – photographiques.

Notes

1 Jane Caplan et John Torpey (dir.), Documenting Individual Identity : The Development of State Practices in the Modern World, Princeton, Princeton University Press, 2001 ; Pierre Piazza, Histoire de la carte nationale d’identité, Paris, Odile Jacob, 2004, p. 94-111 ; Ilsen About, “Identifier les étrangers. Genèses d’une police bureaucratique de l’immigration dans la France de l’entre-deux-guerres”, in Gérard Noiriel (dir.), L’Identification des personnes. Genèse d’un travail d’État, Paris, Belin, 2007, p. 125-160.

2 George Anthony Peffer, “Forbidden Families : Emigration Experiences of Chinese Women Under the Page Law, 1875-1882”, Journal of American Ethnic History, vol. 6, automne 1986, p. 28-46.

3 Mae M. Ngai, “The Architecture of Race in American Immigration Law. A Re-examination of the Immigration Act of 1924”, Journal of American History, vol. 86, juin 1999, p. 67-92.

4 . Anna Pegler-Gordon, In Sight of America. Photography and the Development of U.S. Immigration Policy, Berkeley, University of California Press, 2009, p. 9.

5 Une centaine de ces clichés sont rassemblés dans Peter Mesenholler, Augustus F. Sherman. Ellis Island Portraits, 1905-1920, New York, Aperture Foundation, 2005.

6 Abdelmalek Sayad, “Tendances et courants des publications en sciences sociales sur l’immigration en France depuis 1960”, Current Sociology, vol. 32, no 3, 1984, p. 225.

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Philippe Dedieu, « Anna Pegler-Gordon, In sight of America. Photography and the Development of U.S. Immigration Policy », Études photographiques, Notes de lecture, Avril 2010, [En ligne], mis en ligne le 27 avril 2010. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/3012. consulté le 23 juillet 2017.

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle