Navigation – Plan du site

Texte intégral

1À l’occasion de la parution de quelques sommes particulièrement abouties, comme les volumes ayant accompagné les expositions “Étienne-Jules Marey”, “Paris en 3D” ou “Mémoire des camps”, il est permis de s’interroger sur le rôle occupé aujourd’hui par les ouvrages de ce type dans la pratique de la recherche1. Symptôme déjà ancien (le domaine photographique témoignant même en la matière de quelques longueurs d’avance2), le catalogue-essai constitue un élément désormais caractéristique de l’histoire des formes visuelles, où sa domination se renforce année après année. Ayant trouvé sur le terrain de l’histoire de l’art de nombreuses occasions de s’exprimer, les termes du débat sont bien connus, qui portent sur l’inadéquation des structures, des visées et des publics respectifs de la recherche et de l’institution muséale. D’où un certain nombre de limites, en termes de thématique, de rythme et de traitement : les choix bornés par l’état et la qualité du corpus iconographique disponible ; les aléas de la recherche encadrés par le calendrier figé de la préparation de la manifestation ; les possibilités de son exploitation éditoriale indexées sur les moyens de l’institution. Cela posé, on est en droit de souligner les aspects éminemment positifs de ces contributions, qui s’avèrent être non seulement un lieu idéal du dialogue des chercheurs et des conservateurs, mais aussi, par nature, celui d’une approche collective et pluridisciplinaire - objectif toujours revendiqué mais, il faut en convenir, rarement pratiqué dans l’espace universitaire.

2La relation d’un catalogue “de recherche” à l’exposition qu’il commente peut prendre divers aspects, en fonction des critères d’élaboration de la manifestation. Quand celle-ci (comme c’est le cas dans les exemples cités plus haut) est conçue dès l’origine sur la base des problématiques de la recherche, et fait du catalogue, non plus une extension documentaire ou une mémoire luxueuse, mais le lieu d’une réflexion préalable aux choix de l’accrochage et l’outil principal de son organisation, c’est alors l’exposition elle-même qui se transforme en espace d’expérimentation pour la recherche – forme dont on se réjouira qu’elle colonise les manifestations photographiques. Ainsi envisagées, de telles entreprises apportent au travail scientifique le profit irremplaçable de la confrontation directe du public avec les objets de la recherche, sans oublier la contrainte salutaire de la nécessité pédagogique.

3Quels que soient les bénéfices du système, il faut toutefois reconnaître que les chercheurs n’ont occupé ce terrain que par défaut - défaut, en photographie plus qu’ailleurs, d’un secteur éditorial vivace, qui serait à même d’accueillir leurs travaux. La mauvaise santé de l’édition spécialisée, non moins que la multiplication des droits revendiqués dans le domaine de l’image ont récemment contribué à alourdir des difficultés aussi anciennes que le livre illustré. Raison de plus pour saluer des choix courageux, comme ceux des éditions Léo Scheer, qui ont fait le pari de la qualité iconographique pour soutenir des essais autonomes. De telles tentatives sont indispensables pour que l’activité éditoriale institutionnelle ne devienne pas l’arbre qui cache l’absence de forêt, pour fournir à l’expression de la recherche son alternative nécessaire, seule à même de garantir contre une hégémonie dont on peut aujourd’hui observer les effets de l’autre côté de l’Atlantique. Non pour défendre une impossible rivalité, mais pour favoriser une vraie complémentarité: préserver l’espace du livre ou de la revue, c’est aussi préserver la séduction du catalogue, qui n’existera que tant qu’il ne sera pas devenu l’horizon inéluctable et comme obligatoire de l’écriture sur les formes visuelles.

Notes

1 Voir respectivement : Laurent Mannoni, Étienne-Jules Marey, la mémoire de l’oeil, Milan/Paris, Mazzotta/Cinémathèque française, 1999 ; Françoise Reynaud (dir.), Paris en 3d. De la stéréoscopie à la réalité virtuelle, 1850-2000, Paris, Paris-Musées/Booth-Clibborn Ed., 2000 ; Clément Chéroux (dir.), Mémoire des camps. Photographies des camps de concentration et d’extermination nazis, 1933-1999, Paris, Marval, 2001.
2 On se souvient qu’une des premières histoires modernes du médium, par Beaumont Newhall, était le catalogue d’une exposition du MoMA (Photography, 1839-1937, New York, MoMA, 1937).

Pour citer cet article

Référence électronique

« La recherche s’expose », Études photographiques, 9 | Mai 2001, [En ligne], mis en ligne le 15 mai 2001. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/293. consulté le 23 juin 2017.

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle