Navigation – Plan du site

Omission impossible

André Gunthert
p. 2-3

Texte intégral

1Certains pensent-ils que la photographie a joué un rôle important dans l'histoire culturelle du XXe siècle ? Exception faite de Salut les copains et des portraits de Jean-Marie Périer1, il est désormais possible d'affirmer que non. Telle est du moins l'impression déroutante qui demeure après la lecture de la somme dirigée par Jean-Pierre Rioux et Jean-François Sirinelli : La Culture de masse en France de la Belle Époque à aujourd'hui. Témoignage du renouvellement des approches historiennes contemporaines, cet ouvrage ambitieux se donne pour objet de "penser dans leur intégralité les processus de circulation des faits non matériels dans une société" et, en explorant les interactions des émotions collectives avec la presse, la publicité, la radio, le disque, le cinéma ou la télévision, fait surgir quelques traits dominants de la nouvelle "culture-monde", tout à la fois narcissique et démocratique. Pour les spécialistes de la photographie, l'intérêt de la démarche, la proximité des méthodes, la fécondité des conclusions ne font que rendre plus flagrante ce qui, davantage qu'une absence, est à proprement parler une lacune (comme l'admet Jean-Pierre Rioux en conclusion).

2Mais ne nous y trompons pas : avant d'être une pierre dans le jardin des contemporanéistes, l'omission de la photographie concerne au premier chef les historiens du médium. Ouvrage de synthèse qui réunit les résultats de recherches en cours depuis une dizaine d'années, La Culture de masse renvoie d'abord les spécialistes à leurs propres insuffisances. Un coup d'oeil aux publications récentes confirmera que la question qui continue de hanter l'histoire de la photographie reste celle de ses rapports avec les beaux-arts, beaucoup plus que l'interrogation de ses fonctions ou de ses usages sociaux. Attachés à établir la hiérarchie des grands maîtres ou la grammaire formelle des virtuoses du médium, les meilleurs spécialistes, reconnaissons-le, n'ont jusqu'à présent fourni que de maigres aliments à l'élaboration des repères de la culture de masse du XXe siècle2. Plus que le symptôme de l'indifférence des historiens pour la photographie, l'absence d'outils permettant de situer l'enregistrement argentique entre industrie du disque et télévision est d'abord la conséquence de notre médiocre intérêt pour les pratiques réputées mineures du médium.

3À défaut de remplir le programme qui remédierait à cette désaffection, le présent numéro livrera quelques indications susceptibles d'en suggérer l'ampleur. En s'interrogeant d'abord, avec François Cheval, sur les conditions de constitution de la muséographie spécialisée, noeud de déterminations tactiques, économiques et politiques qui confère à l'historiographie l'essentiel de sa dynamique. En examinant ensuite, avec Marin Dacos, le chapitre de l'introduction de la photographie dans les campagnes pendant la première moitié du XXe siècle, où l'on découvrira plusieurs éléments venant contredire la vulgate issue des travaux de Gisèle Freund ou Pierre Bourdieu, qui régit encore pour une large part l'appréciation du rôle social du médium. Dans ce chantier qui s'ouvre, l'une des pistes les plus fécondes paraît bien être l'analyse de l'appropriation et de l'usage du lexique formel comme outil de constitution de nouvelles formes sociales. Loin de contredire les acquis de l'histoire de l'art, cet angle de recherche témoigne de ses ressources pour une historiographie de la culture vivante, et illustre la possibilité concrète d'un dialogue entre spécialités. Un pont est jeté ­ qu'on y danse !

Notes

1 Cf. Jean-Pierre Rioux, Jean-François Sirinelli (dir.), La Culture de masse en France de la Belle Époque à aujourd'hui, Paris, Fayard, 2002, p. 137.
2 En cette matière, les colonnes d'Études photographiques ne sont guère plus fournies. On y retiendra toutefois les contributions de Dominique Gauthey ("Les archives de la reconstruction, 1945-1979", n° 3, novembre 1997, p. 102-120) ou de Gaëlle Morel ("Du peuple au populisme. Les couvertures du magazine communiste Regards", n° 9, mai 2001, p. 44-63).

Pour citer cet article

Référence électronique

André Gunthert, « Omission impossible », Études photographiques, 11 | Mai 2002, [En ligne], mis en ligne le 19 novembre 2002. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/292. consulté le 23 juin 2017.

Auteur

André Gunthert

Articles du même auteur

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle