Navigation – Plan du site

Jean-Pierre Montier, Liliane Louvel, Danièle Méaux et Philippe Ortel (dir.), Littérature et photographie

Compte rendu par François Brunet
Référence(s) :

Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Interférences », 2008, 572 p., 48 ill. coul. et NB, 23 €

Texte intégral

1Ce gros volume réunit une quarantaine de contributions issues du colloque tenu à Cerisy en 2007 dans une maquette soignée et pourvue d’un cahier central d’illustrations de belle facture ; il est accompagné d’un index fort utile. Il confirme l’investissement courageux et soutenu d’un éditeur universitaire – les Presses universitaires de Rennes – qui n’a pas craint dans la même année de sortir deux amples ouvrages consacrés à un champ naguère confidentiel (voir sur ce site la recension du livre de Paul Edwards, Soleil noir). Il témoigne du même coup de l’expansion rapide de ce champ – que l’on pourrait appeler, approximativement, “études littéraires sur la photographie” – dans la critique française, là où, comme le rappelle Jean-Pierre Montier en introduction, « jusque dans les années 1980, la critique littéraire dans son ensemble a superbement ignoré la photographie », et alors qu’il a fallu attendre les abords de l’an 2000 pour qu’elle s’en empare. On y retrouve logiquement la plupart des commentateurs français ou francophones qui ont marqué l’émergence de l’objet « photolittéraire » par leurs publications et leurs activités d’animation de la recherche : outre les directeurs de l’ouvrage, on citera entre autres Jean Arrouye, Jan Baetens, Daniel Grojnowski, Monique Sicard, Jérôme Thélot. On y découvre en outre un grand nombre de chercheurs plus jeunes ou plus récemment attirés par cet objet, dont les thèses et publications témoignent d’une recherche désormais foisonnante, particulièrement sur la présence du photographique dans la fiction, la poésie et l’écriture de soi françaises contemporaines. Ainsi ce recueil, qui nous conduit, au fil de cinq parties souplement définies, d’Alfred Tonnellé et du fac-similé à Sophie Calle et à l’Ouphopo, tend-il à épouser – en dépit d’un certain nombre de références attendues aux “classiques” (Baudelaire, Carroll, Zola, Evans) – le bourgeonnement polymorphe du photolittéraire contemporain. Devant une telle diversité, on devra se contenter ici de quelques remarques générales.

2La réflexion théorique est affichée en introduction comme l’un des enjeux de l’entreprise, et elle est mise en œuvre par plusieurs articles, à nos yeux les plus utiles du recueil, examinant en général tel ou tel des ancrages du lien entre littérature et photographie (Philippe Ortel sur la notion de dispositif, Monique Sicard sur « le récit des origines », Jan Baetens sur « la lecture narrative » de l’image [unique], ou encore Ronald Shusterman sur les ambiguïtés du réalisme en photographie). Elle est également reflétée par un grand nombre de monographies, le plus souvent consacrées à un texte ou un(e) écrivain(e), ou encore à la comparaison de deux ou trois auteurs (Mauriac, Zola, Carroll, Lively, Burgess, Guibert et Barthes, Ernaux et Le Clézio, Houellebecq et Sollers, Calle et Levé, Molina et Depardon, Michon, Echenoz et Bon, Maspéro et Frantz…), autour d’une notion critique, d’une convergence générique, d’un fonctionnement poétique (« la vision oblique » chez Anthony Burgess, pour Jean Arrouye ; « le silence photographique » chez la romancière canadienne Janice Williamson, pour Nancy Pedri ; l’épreuve comme miroir de l’écriture contemporaine, pour Danièle Méaux ; le fantastique de l’image chez Roland Barthes et Hervé Guibert, selon Anne-Cécile Guilbard ; etc.). Ce kaléidoscope de théorisations est empreint, au total, d’une certaine gravité, conformément à une lecture spectrale de l’image photographique largement popularisée depuis La Chambre claire : l’interaction entre littérature et photographie est volontiers présentée comme outil d’écriture de la mort, de la finitude, de l’inquiétante étrangeté, de la dissociation, et par-dessus tout d’un scepticisme dont l’image photographique est devenue peu ou prou l’emblème littéraire. Il confirme que c’est surtout en tant qu’objet théorique que la photographie ou le photographique a pénétré le champ des études littéraires françaises, en partie en écho à la pratique littéraire elle-même (volontiers théorisante au moins depuis le Nouveau Roman, de Robbe-Grillet à Annie Ernaux dans son Usage de la photo). Comme l’écrit Montier, la photographie a interrogé la littérature non seulement comme l’un des grands facteurs de la modernité, mais aussi comme son « analyseur ». L’explosion du photolittéraire depuis les années 1980 montre que l’avènement du numérique, suivi d’une nostalgie quasi immédiate de l’argentique, n’a en rien diminué le potentiel fictionnel et poétique de cette fonction d’analyse. Encore faut-il préciser qu’en France, la photolittérature est largement dominée, depuis Guibert, par l’autofiction et l’écriture de soi, comme si l’analyse photographique était d’abord vouée aux errements du regard postmoderne sur soi ; de sorte que bien des contributions se lisent comme des études de l’autobiographique autant que du photographique.

3Les limites de ce recueil sont, à mes yeux, inscrites dans ce point de vue étroitement littéraire et francocentrique. L’histoire des images ou du visuel, qu’elle soit conçue comme histoire de l’art ou comme histoire sociale et culturelle, est largement absente des objets (encore une fois, le contemporain est ici archidominant) mais aussi du cadre de référence des spécialistes réunis dans ce recueil. Fort peu de photographesy sont traités comme sujets d’étude, comme si le rapport littérature / photographie devait rester dominé par le regard du spectator ou, au plus large, le travail spéculaire de l’écrivain-photographe. Les pratiques de l’image n’émergent guère ici que dans la version hypostasiée qu’en donnent les théorisations littéraires et critiques. Si quelques auteurs étrangers apparaissent dans le panorama, beaucoup n’y figurent pas ou à peine (tel Sebald) ; quant à la bibliographie critique ici mobilisée, elle est – sauf chez une poignée de contributeurs – presque exclusivement française, ce qui ne manque pas d’étonner au vu de l’abondante production historiographique et critique en langue anglaise et allemande sur le sujet (ni Jane Rabb ni Bernd Stiegler ne figurent dans l’index, et on ne les rencontre quasiment pas dans les notes). Si, à en croire Paul Edwards, les différences nationales existent peu en matière de photolittérature (du moins à la fin du xixe siècle), le volume dans son ensemble ne permet pas de se faire une idée précise à ce sujet. Sans doute trouvera-t-on ces critiques injustes, dans la mesure où ce recueil affiche assez clairement son point de vue, sans prétendre faire de l’histoire ni proposer un panorama exhaustif. Son grand mérite est bien de concrétiser par une belle publication, faisant largement place à de jeunes chercheurs, le développement récent et vigoureux des études photolittéraires en France. Cependant, on ne saurait guère ambitionner « d’impulser l’essor d’un nouveau champ de recherche », selon le prière d’insérer, sans sonder plus vigoureusement les cloisons qui séparent encore trop souvent l’univers critique français de ses voisins, et, au sein de cet univers, la littérature de l’histoire.

Pour citer cet article

Référence électronique

François Brunet, « Jean-Pierre Montier, Liliane Louvel, Danièle Méaux et Philippe Ortel (dir.), Littérature et photographie », Études photographiques, Notes de lecture, Novembre 2009, [En ligne], mis en ligne le 09 novembre 2009. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/2893. consulté le 23 juin 2017.

Auteur

François Brunet

Articles du même auteur

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle