Navigation – Plan du site

V. Goudinoux, M. Weemans (dir.), Reproductibilité et Irreproductibilité de l'oeuvre d'art, Bruxelles, La lettre volée, 2001, 256 p., ill. NB, 19,51 E.

Nathalie Boulouch

Texte intégral

1Faire de la reproductibilité - et de son corrélat - l'argument d'un colloque réunissant philosophes, historiens de l'art et historiens de la photographie est un projet pertinent tant cette notion est devenue un topos du discours théorique et critique dans le domaine de la photographie et plus encore de l'art contemporain. Si la formulation du terme convoque instantanément la référence au célèbre essai de Walter Benjamin L'OEuvre d'art à l'ère de sa reproductibilité technique (1936), l'ensemble des communications envisage cette notion au-delà de cette seule référence : " [...] la manière dont se pose aujourd'hui cette problématique est tributaire à la fois de la réflexion théorique de Benjamin et de l'oeuvre de Duchamp " (p. 17). De fait, s'il revient à Benjamin d'avoir théorisé cette notion, Duchamp, qui n'a cessé de jouer sur la dialectique de l'original et de sa reproduction, en a fait un opérateur essentiel de son oeuvre. Opérateur dont l'incidence a été cernée par F. M. Naumann (Marcel Duchamp : l'art à l'ère de la reproduction mécanisée, Paris, Hazan, 1999). Le ready-made Fountain, évoqué par plusieurs participants au colloque, est exemplaire de la résonance de cette question. Proposé au Salon des artistes indépendants en 1917 et non exposé, c'est en effet par la photographie réalisée par Stieglitz et reproduite dans la revue The Blind Man que l'urinoir - disparu - est passé à la postérité ; combinant la perte de l'original avec son accession au " statut d'icône de l'avant-garde " (T. de Duve, Voici, 100 ans d'art contemporain, Gand/Amsterdam, Ludion, 2000, p. 24) par sa reproduction.

2Seuls quelques auteurs traitent directement la question du point de vue de la photographie, mais celle-ci est présente en filigrane dans la plupart des textes. La lecture de l'ensemble des contributions apporte un éclairage intelligent et utile sur les différents enjeux de la reproductibilité que Benjamin avait cernés à propos du changement de la définition de l'oeuvre d'art apporté par sa reproduction mécanique, incarnée par la photographie; forçant à repenser les notions d'original et de copie, d'authenticité, de traduction et substituant une "valeur d'exposition" à l'ancienne "valeur cultuelle". Outre les effets sur la nature et la définition de l'oeuvre d'art, la question de la reproductibilité concerne les modes de production et de réception. Les analyses de la fonction et de la valeur de la photographie au sein des pratiques artistiques contemporaines (en particulier celles du land art, art conceptuel, arte povera ou plus récemment celles du remake) autant que des pratiques muséographiques, rendent cela manifeste. Enfin, si l'on a retenu en premier lieu l'argument esthétique du texte de Benjamin, ces actes rappellent à bon escient que la question de la reproductibilité technique recouvre historiquement d'autres enjeux : économiques (la guerre commerciale pour le contrôle du marché des reproductions d'oeuvres d'art qui oppose graveurs, lithographes et photographes entre 1850 et 1880), idéologiques (celle de la démocratisation de l'art).

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Boulouch, « V. Goudinoux, M. Weemans (dir.), Reproductibilité et Irreproductibilité de l'oeuvre d'art, Bruxelles, La lettre volée, 2001, 256 p., ill. NB, 19,51 E. », Études photographiques, 11 | Mai 2002, [En ligne], mis en ligne le 18 novembre 2002. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/280. consulté le 22 novembre 2017.

Auteur

Nathalie Boulouch

Articles du même auteur

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle