Navigation – Plan du site

Stephen Bann, Parallel Lines. Printmakers, Painters and Photographers in Nineteenth-Century France, Yale University Press, New Haven, Londres, 2001.

Eric Darragon

Texte intégral

1Le phénomène visé par cette étude concerne la pratique de la reproduction d'oeuvres d'art au XIXe siècle par les graveurs, les photographes et les peintres, phénomène étroitement lié à une histoire de l'image dans ses aspects techniques, culturels et sociaux, en particulier en raison de liens étroits avec les principaux fondateurs d'une histoire de l'art dont Charles Blanc représente la figure exemplaire. Le sujet en lui-même concerne des problématiques diverses, d'autant plus que l'auteur n'ignore pas l'état actuel des questions techniques et esthétiques pour un art contemporain qui a accaparé l'idée de multiple, de répétition, de reproduction en brouillant les frontières entre les différents médiums. On s'attend à une confrontation avec l'hyperréalisme ou certains aspects de la photographie d'aujourd'hui, mais l'auteur, qui évoque Chuck Close, a beaucoup à faire car il lui faut d'abord légitimer son sujet par rapport à l'essai de Walter Benjamin et ses interprétations. Conscient de la difficulté posée par les interférences possibles avec le concept de modernisme, il a cherché à construire son objet en le considérant d'abord comme un domaine mal connu qui devait être constitué, voire isolé par rapport à des visées ou des idées esthétiques qui ont largement contribué à sa méconnaissance. La gravure de reproduction au burin, qui exige une élaboration lente et coûteuse, un haut niveau technique, est ici replacée au centre d'un examen où on voit apparaître, dans un débat lui aussi orienté par la problématique des origines ou des inventions de la photographie, l'émergence du processus de reproduction photographique, dans une dimension d'analyse critique, une dimension de paragone qui justifie l'idée du livre : établir, par l'examen des textes et des documents, une distinction, un parallélisme éclairant entre deux formes de reproductibilité perçues comme rivales et inégales. Il y a sans doute, dans cette analyse, un intérêt de méthode dans la mesure où l'historien maintient jusqu'au bout de son enquête une ambition de focalisation rapprochée, retardant ou excluant pour l'instant une autre forme d'examen qui viendrait interférer avec la forme de lucidité nécessaire pour concevoir l'entreprise d'Henriquel-Dupont livrant "l'esprit" de Delaroche, comme il a été dit, à une postérité aujourd'hui à l'oeuvre. Laquelle? Celle de nouveaux Blanc, Burty, Delaborde, Béraldi ou celle de Jeff Wall ou Gursky, sans parler de Malcolm Morley ou de Gerhard Richter? Cette disjonction pleinement reconquise fait le mérite d'une étude qui avance pas à pas de manière fascinante vers cette clôture qui est celle des historiens de l'époque, en particulier Béraldi dont l'ouvrage en douze volumes fut publié entre 1885 et 1892. Le livre s'ouvre sur les souvenirs de jeunesse de Charles Blanc, publiés en 1859 dans La Gazette des beaux-arts où ce dernier évoque vers 1835 l'atelier de Calamatta, les personnalités de Mercuri et des peintres Paul Delaroche, Ary Scheffer, Ingres, celles de George Sand ou Lamennais. Le processus de reproduction est ancien, mais l'auteur veut en saisir les contours et l'évolution à l'époque de la Restauration quand s'impose auprès des artistes le procédé de la lithographie. Il cherche à reconsidérer avec le maximum de précision les conditions d'utilisation des procédés de la taille-douce et du crayon lithographique en fonction de pratiques artistiques différentes. Le point de vue consiste à mesurer la logique des échanges entre peintres et graveurs, ce qu'il appelle un "troc", en se gardant de toute généralisation. On voit ainsi apparaître certaines stratégies liées à la valeur de répétitions autographes, notamment chez Ary Scheffer qui sera un des produits de la Maison Goupil, ou bien encore au sein de la famille Vernet. En étudiant des cas précis, la diversité des attitudes par rapport au burin conduit à spécifier l'oeuvre de certains comme Charlet et surtout Ingres dont la position en la matière révèle le souci constant, et classique, de variation. On apprend beaucoup, et encore une fois sur pièces, en fonction d'une démonstration, sur les personnalités de Bervic, Tardieu, Duplessi-Bertaux, Calamatta, Mercuri, avec des ouvertures comparatives sur l'estampe anglaise, et bien entendu sur Henriquel-Dupont qui boucle la boucle de cette histoire parallèle avec la photographie de Bingham, d'après l'Hémicycle des Beaux-Arts de Delaroche, montrée au palais des Champs-Elysées en avril 1859. L'étude se termine donc sur une date particulièrement symbolique quand tout recommence et il ne s'agit à vrai dire que d'un aspect de l'histoire de l'estampe, de la photographie, de la peinture; on ajoutera, de l'histoire de la critique et de la question des éditeurs-marchands, mais précisément il est assez explicite pour éclairer de manière neuve un processus d'invention qui devient la reproduction photographique. Un chapitre entier, au coeur de la démonstration, est consacré à la question de la réception par les peintres, essentiellement Delaroche et Vernet, du procédé de Daguerre, en attirant l'attention sur la personnalité de graveur d'Augustin-François Lemaître dans ses relations avec Niépce et Daguerre, sur le rôle du tableau de Prosper Lafaye en 1844, Conférence dans le salon de M. Irisson sur la découverte de la photographie en 1839, dans son rapport à l'aquarelle plus tardive, située vers 1878. Tout cela permet de revenir sur le récit de Tissandier en 1873, mais plus encore sur l'activité de Le Gray et surtout de Robert Jefferson Bingham en matière de reproduction. Le tryptique constitué par la Prise de la tour de Malakoff, 8 septembre 1855, par Horace Vernet, l'épreuve de Bingham et la photographie de Jean-Charles Langlois en novembre 1855, établit de manière décisive le point aveugle du paradigme photographique. Malgré ou plutôt grâce à son titre, l'auteur est entré dans une histoire de la divergence qui n'en finit pas de se reproduire. Horace Vernet aurait-il rencontré enfin son époque ?

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Darragon, « Stephen Bann, Parallel Lines. Printmakers, Painters and Photographers in Nineteenth-Century France, Yale University Press, New Haven, Londres, 2001. », Études photographiques, 11 | Mai 2002, [En ligne], mis en ligne le 18 novembre 2002. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/277. consulté le 29 avril 2017.

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle