Navigation – Plan du site

Fleurs de bagne

Photographies de tatoués dans l’entre-deux-guerres
Xavier Domino

Notes de la rédaction

Xavier Domino a rédigé en 2001 une maîtrise d’histoire de l’art intitulée : La Photographie et les stigmates de la délinquance (université de Paris I).

Texte intégral

L’auteur tient à remercier Michel Poivert et Gérard Lévy pour leurs précieux conseils, et Jean-Marie Fiquet pour son aide à l’École nationale supérieure de police.

Fig. 1. Laboratoire de police de Lyon, atelier de photographie, tatoué, papier au gélatino-bromure d’argent, v. 1930, fonds Edmond Locard, coll. de l’Ecole nationale supérieure de la police (ENSP), Saint-Cyr-au-Mont-d’Or.

  • 1 Voir à ce sujet Christian Phéline, “L’image accusatrice”, Les Cahiers de la photographie, n°17, 198 (...)
  • 2 Pour une analyse de l’émergence des conditions de possibilité épistémologiques de la criminologie, (...)

1Scellée comme de façon prophétique par la cession que, dès 1839, Niépce et Daguerre firent de leur procédé au ministère de l’Intérieur, symbolisée dans tous ses excès par le bertillonnage, l’alliance de la photographie et de la police (ou plus généralement, l’administration) est ancienne et bien connue1. L’album photographique de l’éminent professeur Locard, qui rassemble des clichés de tatoués arrêtés par la police lyonnaise pendant l’entre-deux-guerres pourrait de prime abord être analysé comme le fils, classique et prévisible, de cette alliance, révélatrice par l’image qu’elle donne des délinquants, d’un regard sur la délinquance. De fait, on sait comment la photographie a pu servir de support ou même de vecteur à des visions éminemment politiques de la délinquance, prétendant faire surgir l’image exacte et fidèle d’un corps délinquant marqué des stigmates d’un atavisme criminel. À défaut d’en toujours trouver l’utilité, on a voulu faire de la photographie de police une image à tout le moins repoussante. Du reste, ses praticiens ne méconnaissent pas non plus sa portée spectaculaire, qui fait de l’image de la délinquance une image à sensation, au léger parfum de soufre. La photographie de police n’a jamais été limitée à un usage strictement policier : la précision dite “mathématique” du procédé photographique a pu alors entrer dans un dispositif rhétorique à ambition scientifique qui regardait le criminel d’un œil nouveau, à la recherche de signes manifestes annonçant, ou dénonçant, sa déviance. Instrument technologique, malgré elle, d’un nouveau pouvoir, la photographie se trouve donc participer également de l’édification d’un nouveau savoir, ancêtre de la criminologie2, et qu’on appelle alors “anthropologie criminelle”. Mais si Locard est le digne héritier de ce réflexe photographique qui se répand alors dans l’administration, il reste que ses positions scientifiques ainsi que l’organisation même de son album font signe vers un incontestable délitement des pouvoirs dénonciateurs de l’image policière, et de sa progressive mutation en une image au statut bien différent, capable même, en dernier recours, de révéler – et de montrer – une beauté cueillie à même la peau.

  • 3 Pour Cesare Lombroso, voir essentiellement L’Homme criminel, Paris, F. Alcan, 1887 ; pour Alexandre (...)
  • 4 Lombroso est le chef de file de l’école italienne, qui défend l’idée du criminel-né et fait de la d (...)
  • 5 Voir les nombreux articles sur le tatouage dans les Archives d’anthropologie criminelle, A. Lacassa (...)
  • 6 Dépêche adressée aux préfets maritimes, 11.02.1820. Voir aussi les circulaires émanant du ministère (...)

2Dans leurs études, les deux figures de proue de cette nouvelle discipline qu’est alors la criminologie, le fameux médecin italien Cesare Lombroso et le français Alexandre Lacassagne, font une place toute particulière à la question des tatouages3. Par-delà les nettes divergences théoriques qui opposent les deux hommes4, une claire convergence de diagnostic apparaît au sujet des tatouages : pour des raisons différentes, Lacassagne et Lombroso font en effet du tatouage un signe objectif de délinquance, une « marque infamante » qui dénonce l’homme qui la porte. Cette réprobation scientifique qui se dégage de l’ensemble des recherches menées sur le sujet5 s’adosse à tout un arsenal de textes officiels qui recommandent de « renoncer au tatouage d’une manière absolue6 », à tout un imaginaire populaire qui fait du tatouage la marque évidente d’une dépravation ou certaine, ou prochaine. Ce qui étonne cependant, c’est un vide. Autant, en effet, la criminologie peut s’intéresser aux tatouages, autant ses apôtres usent de la photographie comme d’un moyen rhétorique qui fait argument, autant la photographie de tatouage est absente de leurs ouvrages : seuls des dessins, décalqués à même le sujet, viennent illustrer le propos, tandis que les seuls portraits se voient gratifiés des honneurs photographiques.

  • 7 Michel Foucault, op. cit., p. 218.

3Une photographie policière des tatouages, systématique, répertoriée « au ras des corps et des jours7 » existe pourtant bien, mais elle n’apparaît en réalité que plus tard, chez ce qu’on pourrait appeler la deuxième génération des criminologues, dont le docteur Edmond Locard est le plus intéressant représentant. C’est sur ce personnage et plus particulièrement sur sa collection photographique que nous voudrions nous arrêter, parce qu’elle est à même de constituer à elle seule un épisode nouveau de l’histoire des relations entre photographie et police, où la première ne serait plus un simple instrument pour la seconde, mais où les policiers apparaîtraient bien plus comme des (photographes) amateurs que comme des professionnels de la lutte contre le crime, ou de sa dénonciation.

  • 8 Edmond Locard, Mémoires d’un criminologiste, propos recueillis par R. Corvol, Paris, Fayard, 1957.

4Les précieux renseignements biographiques que nous fournissent Les Mémoires d’un criminologue8 sur le parcours de Locard permettent de mieux cerner les multiples facettes de son étonnante personnalité. Élève puis assistant d’Alexandre Lacassagne à Lyon, Locard devient au fil des ans l’un des plus proches collaborateurs de son maître, ce qui, assurément, le familiarise avec la question des tatouages. De plus, il effectue de nombreux stages pendant ses années d’études chez d’autres spécialistes de l’anthropologie criminelle : chez Bertillon, à Paris, chez Lombroso, à Turin, et chez Reiss, en Suisse, spécialiste de la question de la photographie judiciaire.

Fig. 2. Double page de l’album de photographies réalisé par le laboratoire de police de Lyon, atelier photographique, v. 1930, fonds Edmond Locard, coll. ENSP, Saint-Cyr-au-Mont-d’or.

  • 9 On ne peut que noter l’étonnante similitude entre la création du laboratoire de Locard à Lyon et ce (...)
  • 10 Laboratoire dont le photographe attitré fut un certain Grangeversannes.
  • 11 François Brunet, op. cit., p. 276.

5L’évocation de ces quelques noms parle d’elle-même : Locard, en parfait élève de la criminologie fait le tour de ses grands noms, et se voit ainsi sûrement plusieurs fois confronté et à la question des tatouages, et à celle de la photographie judiciaire. Il n’est dès lors pas surprenant de le voir, devenu lui-même criminologue émérite, installer au sein du laboratoire de police qu’il crée et aménage en 1910 dans les combles du palais de justice9 de Lyon, un atelier photographique10. L’une des principales activités de ce laboratoire sera la constitution d’un album photographique unique en son genre, répertoriant l’ensemble des tatoués interpellés dans l’agglomération. L’organisation de cet album est minutieuse : en regard de clichés visant à représenter les tatouages d’un prévenu de la façon la plus exhaustive possible, figure une biographie sommaire du personnage, agrémentée d’un résumé de ses méfaits et précédentes condamnations, et suivie d’une description précise et complète de ses tatouages (fig. 2). De prime abord, l’existence d’un tel album à cette époque, dans ce cadre ne peut ni ne doit surprendre : on peut légitimement l’analyser comme un document symptomatique du fait que « la photographie était devenue pour les institutions scientifiques une norme organisationnelle, responsable en tant que telle de l’accumulation prodigieuse d’archives ou de collections photographiques11». Archive parmi les archives, cette collection ne serait rien d’autre que le témoin de la vogue photographique que connaît alors l’administration française.

6Pourtant, à considérer de plus près les positions de Locard sur la signification anthropologique des tatouages, à examiner avec attention l’ensemble des pièces du musée de la Police créé par Locard qui concernent le tatouage, on ne peut que revenir sur cette première analyse, sinon pour la contredire, du moins pour la compléter de façon substantielle.

Fig. 3. Laboratoire de police de Lyon, atelier photographique, tatoué, papier au gélatino-bromure d’argent, v. 1930, fonds Edmond Locard, coll. ENSP, Saint-Cyr-au-Mont-d’or.

  • 12 E. Locard, Traité de criminalistique, t. III, Lyon, Joannès Desvignes et fils, 1934, p. 259.
  • 13 Ibid., p. 361.

7D’abord, s’il a pris en quelque sorte la suite de Lacassagne sur la question des tatouages, devenant à son tour le plus grand spécialiste français du sujet, Locard ne s’est pas contenté, loin de là, de se faire l’exégète de la parole de son maître : contrairement à lui, et contre toute la doxa de la criminologie d’alors, il affirme et réclame, dans le très long chapitre de son Traité de criminalistique qu’il consacre à la question : « Respectons le tatouage12! » Pour lui, « il n’y a aucune raison d’admettre qu’entre la criminalité et le tatouage, il y a une relation de cause à effet. Le tatouage ne représente plus que la manifestation d’un goût d’ornement, sans doute inférieur, mais comparable à ce que l’on observe ailleurs13 ». Locard soustrait donc quasiment le tatouage au regard scientifique, en disqualifiant toute démarche qui en ferait l’objet d’une étude criminologique, ou qui tenterait de donner à l’ornement de surface la profondeur d’un signe. Dès lors, quelle peut être la justification théorique (ou simplement pratique, professionnelle) présidant à la constitution d’un tel album ? Locard fournit une réponse qui n’en est pas une en affirmant que l’unique intérêt du tatouage réside dans son utilité identificatoire. Mais bien avant lui, ses maîtres avaient souligné les dangers d’une telle démarche, puisqu’un tatouage peut toujours être modifié, puisqu’il peut être, dans une certaine mesure, effacé. Comment croire du reste Locard, lorsqu’on sait qu’il doit sa célébrité à l’invention décisive de la dactyloscopie, l’identification par l’empreinte digitale, cent fois plus fiable et plus rapide que l’identification par le tatouage, ou par l’anthropométrie ? Il y aurait une incohérence logique indépassable à ce que celui qui a fait tomber les méthodes identificatoires de ses prédécesseurs en obsolescence en revienne à des pratiques rejetées par eux-mêmes au motif de leur imprécision.

8L’organisation de l’album vient elle-même contredire cette visée identificatoire. Si un aspect sériel se dégage en effet nettement de l’ensemble des clichés, si certains laissent clairement voir des signes d’un protocole photographique bien défini (fig. 3), il n’en reste pas moins que l’album est hétérogène. Au milieu de la longue litanie des biographies criminelles se trouvent en effet parsemées des photographies silencieuses. Ainsi, ces clichés d’un bourgeois, d’abord photographié en costume, puis nu, laissant apparaître ses tatouages ; ainsi, ces photographies de tatoueurs, tantôt prises dans leurs boutiques mêmes, tantôt effectuées en studio, où tatoueur et client prennent la pose, mimant l’exécution d’un tatouage (fig. 4). La visée identificatoire est encore contredite par la présence, à plusieurs années d’intervalle, de clichés représentant les mêmes sujets, récidivistes : aucun dossier complet n’est constitué à leur propos, ils repassent devant l’objectif, et l’album devient comme un journal retraçant l’évolution de leurs tatouages.

Fig. 4. Laboratoire de police de Lyon, atelier photographique, opération de tatouage, papier au gélatino-bromure d’argent, v. 1930, fonds Edmond Locard, coll. ENSP, Saint-Cyr-au-Mont-d’or.

9Il apparaît donc ici que la démarche qui a présidé à la constitution de cet album n’est pas une démarche synthétique, visant à recouper et à classer les informations sous des types : ni registre d’identification, ni tableau anthropologique, l’album du professeur Locard s’avère répondre à une logique de l’accumulation et de l’hétérogénéité qui le renvoie directement au statut de collection. C’est bien à une collection que l’on a affaire, une collection qui ne cherche à chaque fois rien d’autre que le spécimen de plus, le plus beau, le plus original possible. Pour Locard, on l’a dit, seule la surface de la peau compte, le tatouage n’a aucune profondeur sociologique ou anthropologique et s’il lui apparaît comme nécessaire en soi de fixer sur une surface sensible le plus possible de ces ornements, son projet n’a lui-même aucune profondeur, ni sociologique ni anthropologique. Quand Sander photographie un médecin ou un notaire, il cherche à saisir comment la médecine, comment le notariat percent et modèlent un corps, une silhouette ; quand Locard accumule ses clichés, il ne cherche rien d’autre qu’à saisir un autre tatoué, sans le ramener à une quelconque détermination.

Fig. 5. Laboratoire de police de Lyon, atelier photographique, tatoué, papier au gélatino-bromure d’argent, v. 1930, fonds Edmond Locard, coll. ENSP, Saint-Cyr-au-Mont-d’or.

  • 14 Les fonds de ce musée de la Police, depuis longtemps fermé, sont aujourd’hui conservés à l’ENSP, si (...)

10Outre l’album, le fonds de ce qui fut autrefois le musée de la Police14, créé par Locard pour proposer aux jeunes policiers une synthèse des avancées scientifiques utiles aux enquêtes criminelles, recèle bien d’autres pièces concernant le tatouage, qui vont toutes dans le sens de l’idée d’une collection. Jean Lacassagne, fils d’Alexandre, lui-même médecin et fort intéressé par la question des tatouages, a laissé de nombreuses pièces personnelles au musée de la Police, dont certaines sont pour le moins étranges. Ainsi, cette collection d’assiettes reproduisant, peints à la main, des tatouages trouvés sur certains clichés, ou encore ces bouts de peau tatouée, soigneusement conservés et tannés. L’intérêt des deux héritiers d’Alexandre Lacassagne, son fils et son successeur intellectuel, n’a plus rien à voir avec celui, hostile, froid et réprobateur des premiers temps de la criminologie : il s’apparente bien plus à la passion curieuse, voire à l’obsession. La photographie n’est dès lors plus l’outil d’une police au travail, elle devient l’outil de travail de collectionneurs passionnés.

Fig. 6. Laboratoire de police de Lyon, atelier photographique, tatoué, papier au gélatino-bromure d’argent, v. 1930, fonds Edmond Locard, coll. ENSP, Saint-Cyr-au-Mont-d’or.

11Débarrassée de sa fonction utilitaire, libérée d’une idéologie ou d’une morale qu’elle était jusque-là sommée de servir, cette pratique photographique acquiert une autonomie nouvelle, qui ordonne un nouveau regard sur ses productions, permettant de les voir non plus seulement comme des documents policiers indifférents aux qualités de l’image en elle-même mais comme des objets proprement esthétiques.

Fig. 7. Laboratoire de police de Lyon, atelier photographique, tatoué, papier au gélatino-bromure d’argent, v. 1930, fonds Edmond Locard, coll. ENSP, Saint-Cyr-au-Mont-d’or.

12Si donc les désirs et souhaits du collectionneur président souvent aux choix de composition, s’il s’agit plus de photographier des tatouages (objets) que des tatoués (sujets), et, partant, de se concentrer sur quelques “morceaux choisis” (fig. 5 et voir fig. 12), il reste que ces portraits de tatoués – non consentis, non travaillés – semblent souvent toucher à une certaine vérité, aménageant un déséquilibre permanent entre la force et le courage que les tatouages sont censés prouver, et la fragilité d’un corps exposé au regard photographique.

  • 15 Locard aborde la question de la solennité du moment où l’on montre son tatouage dans l’une des nouv (...)

13Que le sujet affronte l’objectif (fig. 6), ou qu’il feigne de l’ignorer (fig. 7), la mise à nu du corps et l’inscription de la surface de la peau sur la surface sensible apparaissent comme un moment empreint d’une solennité toute particulière15. Acte d’impudeur saisissant la trace d’un acte d’impudence, la photographie des tatouages apparaît comme un art du portrait particulièrement dramatique, puisqu’il fixe une double mise à nu : corps et âme du tatoué sont en même temps dévoilés, dans une remarquable économie d’effets.

  • 16 Le fait même que cet acte de provocation explicite soit accepté par le photographe et inclus dans l (...)

14Comment ne pas voir de plus une sorte de provocation dans ce tatoué posant au garde-à-vous (fig. 8 et 9), tandis que dans le haut de son dos, en caractère gothique, s’étale la mention « Martyr militaire16 » ? La photographie offre une surface d’inscription qui, comme celle de la peau, revêt un caractère d’immuabilité. Et comme certains dessins peuvent provoquer, actes de bravoure d’autant plus admirables pour le “milieu” qu’ils sont indélébiles, certaines poses veulent marquer les esprits. On pourrait donc dire que le tatoué est particulièrement sensible à l’acte photographique, dans la mesure où il a lui-même marqué dans sa chair son désir de la trace.

Fig. 8 et 9. Laboratoire de police de Lyon, atelier photographique, tatoué de face et de dos, papier au gélatino-bromure d’argent, v. 1930, fonds Edmond Locard, coll. ENSP, Saint-Cyr-au-Mont-d’or.

  • 17 Reiss est le seul à aborder directement dans ses écrits la question de la photographie des tatouage (...)

15Partant, le silence photographique qui, du temps des pionniers de l’anthropologie criminelle, entourait le tatouage, peut se comprendre. Dès lors en effet qu’une telle photographie donnait à voir un message à caractère explicitement antisocial assumé dans la chair même d’un corps, une telle image, outre les difficultés techniques qu’elle pouvait poser alors17, soulevait d’évidents problèmes moraux et idéologiques. Là où sur le visage d’un homme saisi par un Bertillon, les traits du criminel peuvent se déceler, par une analyse physiognomonique aussi peu scrupuleuse de sa légitimité qu’habile à se glisser dans les silences de l’image, le corps du tatoué crie sa différence, ou son individualité. Il interdit toute lecture déformée et jette à la face du spectateur (devenu voyeur) un message bien plus violent que ce dernier ne voudrait l’entendre. La rhétorique de la réprobation dans laquelle une photographie policière du tatouage aurait pu alors prendre place eût été comme submergée par la force subversive de l’objet même qu’elle entendait condamner. Autocensure.

  • 18 Cette collection est aujourd’hui détenue par monsieur Gérard Lévy, que nous tenons ici à remercier (...)

16Il n’est donc pas étonnant que ces images au trop fort parfum de scandale se retrouvent pour la première fois dans une aussi grande série, chez Locard, c’est-à-dire chez celui qui a définitivement décrispé la vision criminologique du tatouage. Mais il est tout de même frappant de voir que ce parcours (presque trop) logique trouve une résonance historique encore amplifiée dans l’existence d’une collection parallèle à celle de Locard, édifiée à la même époque et dans la même région (parfois d’ailleurs sur les mêmes sujets) par un autre dermatologue lyonnais18.

Fig. 10. Anon., hôpital Grande-Blanche, 14 septembre 1934, autochrome, 12 x 9 cm, coll. Gérard Lévy, Paris.

17Le statut et les buts de cette collection parallèle sont tout différents : ces autochromes, si elles sont prises également par un médecin, le sont dans un cadre personnel, et non professionnel, si peu justifiable fût-il. Le choix de la couleur, la présence de photographies de fleurs ou de paysages urbains à côté des portraits de tatoués, l’évident travail sur la composition et la lumière : tout fait signe vers une photographie d’artiste amateur (fig. 10). L’angle de la prise de vue, le jeu avec les ombres, la pose nonchalante (voire sensuelle) : tout dans cette photographie tend vers le véritable portrait d’un sujet, visant à capter l’ambiguë ou pathétique beauté d’un “dur”. Il ne s’agit plus ici d’enregistrer ou de montrer la laideur morale qui jaillit d’un corps, il s’agit avant tout de faire une image belle : le tatoué n’est plus photographié de force, il affronte pleinement et volontairement l’objectif et assume son corps, il est exempté de la fatalitas que représente la photographie de police et n’a plus affaire qu’à un photographe. Le souci du détail dans certains autres clichés (fig. 11) révèle un œil sensible à l’ornement, à la composition, à la façon dont les images se déploient sur la peau ou fleurissent sur la plaque.

Fig. 11. Anon., hôpital Saint-Pothin, 19 janvier 1934, autochrome, 12 x 9 cm, coll. Gérard Lévy, Paris.

18Cette extraordinaire collection, peut-être la première où le tatouage n’est plus l’objet d’une simple curiosité, mais où il est considéré comme un motif photographique à part entière, porte en elle un décrochage net et irrémédiable avec la photographie de police. Ce n’est plus le médecin des prisons qui est derrière l’appareil, ce n’est plus le passionné de tatouages, c’est un amateur, un collectionneur de photographies. La photographie n’est plus alors l’outil d’un travail de policier, ni même un outil de travail : elle devient le travail même. Tout se passe donc comme si le travail théorique et pratique de Locard sur la question des tatouages avait aménagé les conditions de possibilité épistémologiques de la production d’une belle image, à partir d’un sujet traditionnellement vu comme laid, à tout le moins moralement. C’est l’étonnante hyperactivité de tout un milieu scientifique à Lyon autour du tatouage qui fait éclore les conditions de possibilité d’une vision artistique du sujet. L’histoire de ces collections lyonnaises pourrait presque à elle seule résumer les affres et les déboires du rêve d’une photographie utile à la science. Une fois dissipés les espoirs soulevés par l’invention de la photographie, alimentés par un état d’esprit scientiste et positiviste, une fois constatée l’impasse théorique sur laquelle débouchait toute pratique policière de la photographie des tatouages, est apparue la réalité d’une pratique artistique aussi peu soucieuse d’exactitude que porteuse de beauté, fût-elle pathétique ou dérisoire : fleurs de bagne.

Fig. 12. Anon., hôpital Saint-Pothin, 19 janvier 1934, autochrome, 9 x 12 cm, coll. Lévy, Paris.

Notes

1 Voir à ce sujet Christian Phéline, “L’image accusatrice”, Les Cahiers de la photographie, n°17, 1985, et François Brunet, La Naissance de l’idée de photographie, Paris, P.U.F., 2000.

2 Pour une analyse de l’émergence des conditions de possibilité épistémologiques de la criminologie, on se reportera avec utilité à l’ouvrage de Michel Foucault, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975.

3 Pour Cesare Lombroso, voir essentiellement L’Homme criminel, Paris, F. Alcan, 1887 ; pour Alexandre Lacassagne, Les Tatouages, étude anthropologique et médico-légale, Paris, J.-B. Baillère, 1881 et l’article “Tatouage”, Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales, A. Dechambre (dir.), Paris, G. Masson, P. Asselin, 3e série, t. XVI, 1886.

4 Lombroso est le chef de file de l’école italienne, qui défend l’idée du criminel-né et fait de la délinquance un problème atavique, tandis que Lacassagne met l’accent sur l’importance du milieu et des paramètres sociaux pour expliquer la déviance criminelle.

5 Voir les nombreux articles sur le tatouage dans les Archives d’anthropologie criminelle, A. Lacassagne (dir.), Lyon, Sorck Rey, 1886-1915.

6 Dépêche adressée aux préfets maritimes, 11.02.1820. Voir aussi les circulaires émanant du ministère de l’Intérieur et datées du 23.10.1820 et du 26.08.1851.

7 Michel Foucault, op. cit., p. 218.

8 Edmond Locard, Mémoires d’un criminologiste, propos recueillis par R. Corvol, Paris, Fayard, 1957.

9 On ne peut que noter l’étonnante similitude entre la création du laboratoire de Locard à Lyon et celle, bien antérieure, qui fut l’œuvre de Bertillon dans les combles de la préfecture parisienne.

10 Laboratoire dont le photographe attitré fut un certain Grangeversannes.

11 François Brunet, op. cit., p. 276.

12 E. Locard, Traité de criminalistique, t. III, Lyon, Joannès Desvignes et fils, 1934, p. 259.

13 Ibid., p. 361.

14 Les fonds de ce musée de la Police, depuis longtemps fermé, sont aujourd’hui conservés à l’ENSP, située à Saint-Cyr-au-Mont d’Or.

15 Locard aborde la question de la solennité du moment où l’on montre son tatouage dans l’une des nouvelles de son recueil, intitulée “Violette”. Jouplane, un agrégé maussade, fait, par l’intermédiaire d’une fille, la connaissance de deux “gars du milieu”, M. Jules et Raoul. Ceux-ci en viennent à lui montrer leurs tatouages : « Les deux hommes, si gracieux tout à l’heure, avaient pris un air assez tragique. M. Jouplane perdit un peu de sa sérénité. M. Jules avait relevé haut sa manche gauche. », Confidences, souvenirs d’un policier, Lyon, éditions Lugdunum, 1942.

16 Le fait même que cet acte de provocation explicite soit accepté par le photographe et inclus dans l’album prouve une fois de plus combien la constitution de ce registre ne fut pas l’occasion d’une enquête à orientation ou à connotation morale ou politique.

17 Reiss est le seul à aborder directement dans ses écrits la question de la photographie des tatouages. Il en mentionne les difficultés, inhérentes à la précision, la taille et la couleur des motifs à saisir. A. R. Reiss, La Photographie judiciaire, Paris, C. Mendel, 1903.

18 Cette collection est aujourd’hui détenue par monsieur Gérard Lévy, que nous tenons ici à remercier chaleureusement pour nous en avoir permis la consultation et l’usage. Elle a fait l’objet d’une publication : Fleurs de peau, Munich, éd. Kehayoff, 1999.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Laboratoire de police de Lyon, atelier de photographie, tatoué, papier au gélatino-bromure d’argent, v. 1930, fonds Edmond Locard, coll. de l’Ecole nationale supérieure de la police (ENSP), Saint-Cyr-au-Mont-d’Or.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/273/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 2. Double page de l’album de photographies réalisé par le laboratoire de police de Lyon, atelier photographique, v. 1930, fonds Edmond Locard, coll. ENSP, Saint-Cyr-au-Mont-d’or.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/273/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 3. Laboratoire de police de Lyon, atelier photographique, tatoué, papier au gélatino-bromure d’argent, v. 1930, fonds Edmond Locard, coll. ENSP, Saint-Cyr-au-Mont-d’or.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/273/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 4. Laboratoire de police de Lyon, atelier photographique, opération de tatouage, papier au gélatino-bromure d’argent, v. 1930, fonds Edmond Locard, coll. ENSP, Saint-Cyr-au-Mont-d’or.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/273/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 5. Laboratoire de police de Lyon, atelier photographique, tatoué, papier au gélatino-bromure d’argent, v. 1930, fonds Edmond Locard, coll. ENSP, Saint-Cyr-au-Mont-d’or.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/273/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Fig. 6. Laboratoire de police de Lyon, atelier photographique, tatoué, papier au gélatino-bromure d’argent, v. 1930, fonds Edmond Locard, coll. ENSP, Saint-Cyr-au-Mont-d’or.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/273/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 7. Laboratoire de police de Lyon, atelier photographique, tatoué, papier au gélatino-bromure d’argent, v. 1930, fonds Edmond Locard, coll. ENSP, Saint-Cyr-au-Mont-d’or.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/273/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/273/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 8 et 9. Laboratoire de police de Lyon, atelier photographique, tatoué de face et de dos, papier au gélatino-bromure d’argent, v. 1930, fonds Edmond Locard, coll. ENSP, Saint-Cyr-au-Mont-d’or.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/273/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 10. Anon., hôpital Grande-Blanche, 14 septembre 1934, autochrome, 12 x 9 cm, coll. Gérard Lévy, Paris.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/273/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Légende Fig. 11. Anon., hôpital Saint-Pothin, 19 janvier 1934, autochrome, 12 x 9 cm, coll. Gérard Lévy, Paris.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/273/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Légende Fig. 12. Anon., hôpital Saint-Pothin, 19 janvier 1934, autochrome, 9 x 12 cm, coll. Lévy, Paris.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/273/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 373k

Pour citer cet article

Référence électronique

Xavier Domino, « Fleurs de bagne », Études photographiques, 11 | Mai 2002, [En ligne], mis en ligne le 15 septembre 2008. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/273. consulté le 28 mars 2017.

Auteur

Xavier Domino

ENS-Ulm

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle