Navigation – Plan du site

La légende d’Auguste Bertsch

Infortunes de la photomicrographie
Carole Troufléau

Texte intégral

L’auteur tient à remercier Manuel del Cerro, Nicholas Graver, André Gunthert, Denis Lamy, Pau Maynes, Pierre Notte, Mark Osterman, Martin Scott, la Galerie Hans Kraus Jr., N. Y., pour leurs précieux conseils et informations.

Fig. 1. A. Bertsch, « Antennes de mouche volucelle », tirage sur papier albuminé, 18,9 x 15,1 cm, v. 1853-1857, coll. SFP.

  • 1 Cf. Josef Maria Eder, History of Photography, trad. par E. Epstean, New York, Dover Publication Inc (...)
  • 2 Cf. Auguste Bertsch, Photographie sur verre. Notice sur l’emploi du collodion rapide, Paris, Alexis (...)
  • 3 On compte aujourd’hui environ 200 photomicrographies de Bertsch : 73 épreuves à la SFP, dont 53 pho (...)

1Une référence cardinale de la première histoire de la photographie : tel apparaît Auguste Nicolas Bertsch (1813-1870), mentionné par tous les classiques de l’historiographie, de Eder à Frizot en passant par Lecuyer ou Gernsheim1, comme celui qui a donné ses lettres de noblesse à la photo­micrographie. Entre 1853 et 1870, cette spécialité ardue forme en effet le domaine de prédilection de l’un des amateurs photographes les plus actifs de la période, membre fondateur de la Société française de photographie, célébré en son temps pour ses nombreuses contributions procédurales, optiques ou mécaniques2. Quelque deux cents photomicrographies conservées témoignent de l’importance de sa production autant que de son indéniable qualité3. Pourtant, l’accueil enthousiaste réservé par les photographes à ses vues au microscope contraste avec un désintérêt flagrant de la part de la communauté scientifique. Aucun savant ne semble avoir fait usage du procédé Bertsch, qui demeure une curiosité photographique sans postérité. Sa renommée en la matière n’aurait-elle été qu’une légende à usage interne ?

Une preuve incontestable

2En 1853, Bertsch explique ainsi l’intérêt de son travail photomicrographique :

  • 4 Lettre manuscrite de Bertsch à Henri Milne-Edwards, 30 juin 1853, Bibliothèque centrale du Muséum n (...)

« Mon intention en me livrant aux études microscopiques a toujours été de publier un Atlas iconographique des deux règnes animal et végétal pouvant servir de complément aux principaux ouvrages sur l’histoire naturelle et la physiologie végétale. Mon désir serait de donner des moyens rigoureux d’étudier autrement que sur des planches gravées avec plus ou moins de fantaisie les mille détails visibles seulement au microscope et qui servent néanmoins à la classification ou à la connaissance des êtres4. »

  • 5 Le microscope solaire, en concentrant une forte quantité de lumière et en projetant une image de ta (...)
  • 6 Alfred Donné publia un Atlas d’anatomie microscopique en 1845 avec l’aide du physicien et daguerréo (...)

3À cette époque, la photomicrographie a déjà fait l’objet de plusieurs expérimentations, notamment au microscope solaire, par projection de préparations microscopiques (rondelle de bois, aile d’insecte, araignée5…). Quelques savants, comme le médecin Alfred Donné ou le diatomiste Alphonse de Brébisson, l’appliquent à leurs recherches6. Malgré des résultats encourageants (fig. 2), les procédés utilisés restent trop incertains. Dès 1851, Bertsch met en œuvre des moyens techniques qui lui permettent d’obtenir des photographies qui surclassent les tentatives de l’époque. Il est conscient d’intervenir dans un champ en effervescence.

Fig. 2. L. Foucault, « Levure de bière », daguerréotype, 9,5 x 12,7 cm, 1844, coll. SFP.

  • 7 L’invention du microscope composé remonte à la fin du xvie siècle, mais ce n’est qu’au début du xix(...)

4En 1850, le microscope est un instrument d’observation encore récent dans le laboratoire du savant, mais il est de plus en plus intégré à l’investigation scientifique. De même, la micrographie commence tout juste à être enseignée dans les facultés de sciences et de médecine ou les écoles de pharmacie7.

5La médecine a vu l’émergence de la biologie à la fin du xviiie siècle, accompagnée du développement de l’anatomie pathologique et de la physiologie. Avec l’établissement de la méthode systématique pour la classification des espèces animales et végétales, l’anatomie comparée, l’étude des protozoaires, la découverte de la cellule végétale et l’intérêt croissant pour les cryptogames (algues, champignons), les naturalistes commencent aussi à se préoccuper de la structure, des organes et des tissus des minuscules êtres vivants. La minéralogie moderne débute avec l’analyse des lois de symétrie et l’identification des systèmes cristallins au microscope. Les grandes révolutions n’ont pas encore eu lieu mais le terrain est favorable : Rudolph Virchow publiera sa théorie cellulaire en 1858 ; la controverse sur l’existence de la génération spontanée éclatera entre Pasteur et Pouchet en 1859. Le xixe siècle est bien un siècle de grande avancée pour le monde de l’infiniment petit.

6Depuis son invention, le microscope n’a pas toujours fait l’unanimité. Après avoir subi la défiance de la communauté scientifique, il fait l’objet d’un engouement tel que l’enthousiasme de savants négligents engendre des abus et discrédite leurs observations. En se voulant pédagogique et démonstratif, le dessinateur scientifique accentue certains détails et en omet d’autres, l’ensemble de la préparation étant fastidieuse à reproduire. Même l’usage du microscope à calquer, par l’ajout de la chambre claire ou de la chambre noire, ne peut prétendre à une représentation authentique du champ microscopique : il n’empêche ni la sélection de l’œil humain ni la stylisation du dessinateur en fonction des codes du moment. Les qualités d’objectivité de l’outil photographique apparaissent comme le moyen idéal de remédier à la fantaisie des dessinateurs-micrographes. La photomicrographie reproduit le champ microscopique dans son entier, ce qui présente de nombreux avantages, en comparaison avec la confusion des planches habituelles qui réunissent de nombreux détails (fig. 3). Elle atteste pour tous d’un fait observé, qui n’était auparavant visible que par une personne à la fois. Multipliable et permanente, par rapport aux préparations microscopiques exposées à toutes sortes de détériorations, elle facilite l’analyse, l’enseignement, les échanges d’informations. Plutôt qu’une simple illustration, elle est un outil d’enregistrement et donc d’étude, un document propre à dénouer les controverses et à faire avancer la science. C’est du moins ce qu’on attend d’elle et c’est ce que Bertsch se propose d’accomplir. Au regard des problèmes de l’iconographie micrographique, son projet de réaliser un album de référence apparaît justifié. Pour ce faire, il met à contribution ses connaissances en optique, chimie et histoire naturelle et produit des images que les militants photographes voient comme l’annonce d’une nouvelle ère de collaboration entre photographie et science. 

Fig. 3. C. G. Ehrenberg, « Volcania, t. IV » Die Infusionsthierchen als volkommene organismen, 1838, coll. du laboratoire de cryptogamie, Muséum national d’histoire naturelle.

Succès photographique,  désintérêt scientifique

Fig. 4. A. Bertsch, « Aiguillon d’abeille, vésicule du venin », tirage sur papier albuminé, 19,4 x 13,9 cm, v. 1853-1857, coll. SFP.

  • 8 La Lumière, 2e année, n°40, 25 sept. 1852, p. 158. Cf. R. Lecuyer, op. cit., p. 328 pour une reprod (...)

7En septembre 1852, quelques mois après l’arrivée du collodion anglais dans les officines parisiennes, Bertsch se fait connaître avec un collodion de son invention. Il est dans les premiers à proposer une amélioration de la sensibilité du procédé, visant à l’instantanéité. Léon Krafft, chimiste, explique dans les colonnes de La Lumière que Bertsch a conçu ce « collodion accélérateur » pour photographier les animalcules microscopiques doués d’une motilité excessive et pour remédier à toute sorte d’ébranlements qui viendraient perturber la prise de vue au microscope solaire. Pour étayer ses dires, il décrit quelques images : « Si l’on est émerveillé en analysant le mécanisme de la trachée du ver à soie et celui de la trompe d’un papillon, comptant les innombrables facettes d’un œil de mouche, on est si effrayé à la vue du dard de la guêpe, et à celle encore plus épouvantable des pattes et des mandibules de l’araignée, que l’œil se repose presque agréablement ensuite sur des puces, des pous et autres parasites de dix centimètres de long8. » C’est le réalisme des images de Bertsch qui impressionne Krafft. D’un point de vue technique, ces sujets représentent des difficultés photographiques soit par leur épaisseur et leur coloration, soit par leur transparence (fig. 4 à 6).

Fig. 5. A. Bertsch, « Pou de pubis », sur papier albuminé, 16,2 x 21,3 cm, v. 1853-1857, coll. SFP.

Fig. 6. A. Bertsch, « Peau de l’Acarus scabiei », tirage sur papier salé, 20,2 x 19,6 cm, v. 1853-1857, coll. SFP.

  • 9 Cf. A. Bertsch, Photographies sur verre, op. cit. L’utilisation du sulfate de fer au moment du déve (...)
  • 10 Cf. Alphonse Davanne, La Photographie appliquée aux sciences, Paris, Gauthier-Villars, 1881, p. 32.

8Suite à cette communication, le collodion Bertsch fera l’objet d’une polémique quant à l’effectivité des résultats annoncés. Bertsch dit obtenir ses clichés en moins d’un dixième de seconde, temps de pose discutable étant donné l’incertitude des mesures et de sa recette même9. Cependant, ce n’est pas impossible, au vu de certains sujets vivants qu’il a pu photographier, comme les Volvox globator. Ces microscopiques algues vertes phytoflagellées se meuvent avec une telle rapidité que vouloir les photographier est un réel défi, tout comme les spermatozoïdes de l’homme, légendés “vivants” malgré leur triste mine (fig. 7 et 8). Les trois étapes de la naissance d’un pou forment encore un triptyque saisissant (fig. 9 à 11) : véritable tour de force, cette série annonce la cinémicrographie avec plus d’un demi-siècle d’avance. Presque trente ans plus tard, lors de sa conférence sur la photographie appliquée aux sciences de 1881, Davanne la projettera comme un exemple à suivre10.

Fig. 7. A. Bertsch, « Volvox (globator) vivants », tirage sur papier albuminé, 414,4 x 12,7 cm, v. 1853-1857, coll. SFP.

Fig. 8. A. Bertsch, « Spermatosoaires vivants de l’homme [sic] », tirage sur papier albuminé, 13,8 x 11,8 cm, v. 1853-1857, coll. SFP.

  • 11 Lettre manuscrite d’A. Bertsch, op. cit.
  • 12 Cf. La Lumière, t. I, 3e année, n°26, 25 juin 1853, p. 103 ; B. M. Belin, L’Évolution de la techniq (...)
  • 13 Aucun de ses microscopes n’a été retrouvé à ce jour. Il est curieux de constater qu’au moins un exe (...)

9Bertsch construit aussi un microscope solaire, achromatisé avec « une moindre aberration de sphéricité et une absence complète de foyers chimiques dans les objectifs11 », précise-t-il. Il insiste sur la qualité de son éclairage et met un point d’honneur à utiliser la lumière parallèle. À cette époque, l’optique microscopique se perfectionne et les expériences vont bon train. Cependant ce n’est pas l’usage de la lumière parallèle, plus que celle convergente, qui lui permet d’obtenir une meilleure résolution. L’absence de foyer chimique qu’il indique est autrement plus intéressante. L’aberration chromatique, soit l’inégalité de réfraction des rayons lumineux due au spectre solaire, est un obstacle majeur en photomicrographie. Si l’on n’y prend garde, elle nuit à la pureté des images. Bertsch corrige ce foyer de manière mécanique et rationnelle : en le calculant d’avance, il construit un dispositif mû par des vis micrométriques qui permet d’ajuster la mise au point visuelle à celle déterminée par les rayons actiniques12. Cet appareil ne nous est, hélas, pas parvenu13.

Fig. 9 à 11. A Bertsch, « Naissance d’un pou », tirages sur papier albuminé, respectivement 15,1 x 13,3 cm, 19 x 16,6 cm, 16,2 x 13,3 cm, v. 1853-1857, coll. SFP.

  • 14 Cf. Compte-rendu des séances de l’Académie des sciences (ci-dessous : CRAS), t. 36, janvier-juin 18 (...)
  • 15 La Lumière, t. I, 3e année, n°26, 25 juin 1853, p. 103.
  • 16 Ibid.
  • 17 Cf. note 7. La Bibliothèque centrale du MNHN conserve aussi trente-quatre photomicrographies montée (...)
  • 18 Cf. CRAS, t. 36, janvier-juin 1853, p. 991.
  • 19 Cf. La Lumière, t. I, 3e année, n°24, 11 juin 1853, p. 94-95.
  • 20 Le désintérêt d’Henri Milne-Edwards est d’autant plus inexpliqué que l’opticien Nachet aurait effec (...)

10Le 20 juin 1853, Bertsch dispose donc de moyens techniques tels qu’il espère convaincre à son tour les académiciens des intérêts de la photomicrographie. Victor Regnault présente ses épreuves14 : une coupe horizontale de bois, le ricin du coq, des antennes de mouche volucelle, l’appareil phosphorescent du ver luisant… (voir fig. 12 et 13). Grossis de 50 à 200 fois, ces sujets de physiologie animale ou végétale illustrent une large gamme des possibilités du médium. Le chimiste souligne les exploits de Bertsch : il trouve ces images « très remarquables par la pureté des lignes, par la finesse des détails, et surtout par la perfection avec laquelle M. Bertsch est déjà parvenu à vaincre […] des difficultés presque insurmontables15 ». Le journaliste de La Lumière insiste aussi sur la valeur scientifique des « admirables travaux de l’éminent artiste » et conclut par un message optimiste : « Comme il existe une grande corrélation entre ces travaux et ceux de MM. L. Rousseau, Devéria et Bisson frères, il est probable que MM. les commissaires s’empresseront de présenter leur rapport. Nous espérons qu’il sera favorable à l’auteur ; que les célèbres savants […] reconnaîtront que la photographie mérite d’être admise au Muséum d’histoire naturelle16. » Reste à convaincre les deux autres commissaires, le baron Séguier, chimiste, et le zoologiste Henri Milne-Edwards, professeur au Muséum national d’histoire naturelle. À l’occasion de cet examen, Bertsch lui adresse une trentaine de tirages avec une lettre manuscrite qui explique son but et son procédé17. Malgré cet envoi et l’enthousiasme de Regnault, Milne-Edwards reste silencieux. Il s’était pourtant montré très favorable aux photographies zoologiques des frères Bisson, présentées le 14 mars 1853, pour le projet de reproduction des collections du Muséum mené par Louis Rousseau et Achille Devéria18. Dans son rapport, que l’Académie avait voté à l’unanimité, il avait même fait une demande de fonds à la Commission administrative pour les rembourser de leurs frais et les encourager19. Ses propos sont identiques à ceux de Bertsch, à savoir que l’application de la photographie aux sciences naturelles correspond mieux à la démarche scientifique que le dessin. Ce mutisme reste inexpliqué20.

  • 21 Ernest Lacan, Esquisses photographiques, à propos de l’Exposition universelle et de la guerre d’Ori (...)

11Bertsch ne se décourage pas pour autant et poursuit son projet. En 1855, il présente plusieurs photomicrographies à la première exposition de la SFP et à l’Exposition universelle où elles remportent un franc succès. Avec emphase, elles sont saluées comme des réussites exemplaires. Ernest Lacan les qualifie de « spécimens [à classer] parmi les productions les plus remarquables du nouvel art21 ».

Fig. 12. A. Bertsch, « Verveine » (coupe d’une tige) tirage sur papier salé, 18,7 x 18,5 cm, v. 1853-1857, coll. SFP.

Fig. 13. A. Bertsch, « Apparail phosphorescent du ver luisant » tirage sur papier albuminé, 14,2 x 13,5 cm, v. 1853-1857, coll. SFP.

Honneur et déception :  les signes de l’échec

  • 22 Cf. CRAS, t. 45, juil.-déc. 1857, p. 213-214 et BSFP, t. 3, 1857, p. 275, 315-316.

12Le 10 août 1857, huit épreuves de Bertsch sont de nouveau présentées à l’Académie des sciences. Chacune présente un intérêt particulier pour avoir été réalisée dans des conditions différentes d’achromatisme et d’éclairage à de forts grossissements, comme l’explique la note qui les accompagne22 : une diatomée du guano, de cinq cents diamètres, a été photographiée avec un objectif d’un demi-millimètre de distance focale, « ce qui donne une idée de la délicatesse de ces sortes d’expérience, et de la ténuité des vis micrométriques à construire » ; des navicules (algues microscopiques) et des spicules (squelettes siliceux ou calcaires de spongiaires) ont également été photographiées en lumière oblique afin de saisir les détails (structures et stries) des unes et l’épaisseur des autres (fig. 14) ; les globules du sang de l’homme, grossis 500 fois, indiquent nettement « l’espace annulaire et la dépression [qui les constituent] sur un champ plus vaste que ne le donnent les meilleurs microscopes » (fig. 15).

Fig. 14. A. Bertsch, « Navicules », R. Lecuyer, Histoire de la photographie 1945, coll. SFP.

Fig. 15. A. Bertsch, « Globules rouges du sang humain », tirage sur papier albuminé, 17 x 15,1 cm, 1857, coll. SFP.

  • 23 Cf. BSFP, t. 4, 1858, p. 337-338.

13Enfin, deux images de cristaux de salicine démontrent des avantages et des limites de la photographie (fig. 16). L’observation de ces cristaux en lumière polarisée est très populaire en raison de leurs vives couleurs. La comparaison des deux épreuves, l’une obtenue avec le rayon ordinaire, l’autre avec le rayon extraordinaire, amène à constater que « le ton complémentaire d’une couleur photographique n’exerce aucune action sur les substances sensibles ». Ce qui est intéressant pour la question de l’achromatisation et de la reproduction des tableaux23.

Fig. 16. A. Bertsch, « Cristaux de salicine (lumière polarisée) », tirage sur papier albuminé, 17 x 15,1 cm, 1857, coll. SFP.

14Ces quelques photomicrographies témoignent encore du savoir-faire technique de Bertsch. Elles tendent aussi à prouver que la photographie peut suppléer l’observation microscopique, la lumière oblique ou polarisée découvrant certains détails invisibles autrement.

  • 24 Cf. La Lumière, 7e année, n°33, 15 août 1857, p. 129 ; BSFP, t. 4, 1858, p. 142.
  • 25 Cf. Brevet d’invention n°36287, déposé par E. Hartnack pour le perfectionnement dans la constructio (...)
  • 26 Cf. Certificat d’addition au brevet n°36287 par A. Bertsch. Cf. ibid., p. 4-5. Selon son explicatio (...)
  • 27 Cf. Louis Figuier, La Photographie, textes et illustrations extraits du 3e volume des Merveilles de (...)
  • 28 Cf. BSFP, oct. 1857, p. 338-339.

15À cette époque, Bertsch travaille avec Edmund Hartnack, qui vient de s’associer à Paris avec son oncle, le fameux opticien et constructeur de microscopes Georges Oberhaüser24. Hartnack dépose un brevet le 21 avril 1858 pour améliorer l’éclairage des microscopes solaires destinés à faire de la photomicrographie25. Il conçoit un appareil pour les objets diaphanes et un pour les objets opaques (fig. 17). Bertsch apporte un certificat d’addition à ce brevet le 10 mai 1861 pour rendre le faisceau de lumière parallèle plus intense sans avoir recours à un plus grand instrument26. La description du dispositif de Bertsch que Louis Figuier donne en 1888 diffère de ce dernier. Elle rappelle cependant le microscope d’Hartnack dans une version légèrement modifiée27. Le microscope héliographique de Bertsch serait équipé d’un appareil de polarisation chromatique afin d’opérer en lumière homogène avec laquelle il travaille depuis 185728 (voir fig. 18). Le fait de rendre la lumière monochromatique tend à supprimer les rayons inactiniques, ne laissant passer que les rayons utiles à l’impression de la plaque sensible. L’instrument est fixé au volet d’une fenêtre avec un prisme à réflexion totale, à l’extérieur, qui renvoie, tel un miroir, les faisceaux lumineux du soleil sur un condensateur convergent. Un condensateur divergent placé après celui-ci convertit le cône lumineux en rayons parallèles, qui passent alors dans l’appareil de polarisation (en H) et viennent éclairer la préparation d’une lumière choisie permettant ainsi de confondre foyers actinique et physique des objectifs du microscope en un foyer unique. L’image se projette ensuite sur la plaque sensible de la chambre noire installée à l’extrémité de l’appareil.

  • 29 La polarisation chromatique fut découverte par François Arago en 1811. Il s’agit en fait de l’usage (...)
  • 30 BSFP, t. 14, février 1868, p. 35-36. « Quand il s’agit de reproduire des organes dont les diverses (...)
  • 31 Cf. B. M. Belin, op. cit., p. 25-32, BSFP, t. 3, oct. 1857, p. 337-338, t. 14, fév. 1868, p. 35-36.

16L’appareil de polarisation chromatique29 permet de sélectionner une zone colorée dans le spectre de Newton. Il donne « au champ la couleur convenable, depuis le rouge extrême jusqu’au violet30 », correspondant tour à tour aux différentes colorations de l’objet. Il opère alors comme un filtre interchangeable. Dans ce cas, Bertsch est obligé de prolonger l’impression. Cet appareil achromatise les objectifs du microscope comme dans le premier : Bertsch serait l’un des premiers en France à utiliser l’éclairage monochromatique par la sélection des longueurs d’ondes en photomicrographie31. L’interposition d’un verre bleu pour corriger les phénomènes d’aberration chromatique et réduire le temps de pose est d’un usage commun en photographie, mais il y a là quelques contradictions : comment Bertsch peut-il atteindre l’instantané avec un éclairage vert ou rouge et comment obtient-il une épreuve détaillée si le champ microscopique est de la même couleur que le spécimen ? Cependant, pas plus que la première, sa deuxième présentation à l’Académie n’engendre de réaction dans les milieux scientifiques.

Fig. 17. A. Bertsch, « Microscope héliographique » [1857-1867], L. Figuier, « La photographie », Les Merveilles de la science, t. III, 1888, coll. SFP.

  • 32 Cf. BSFP, t. 3, sept. 1857, p. 293-294, oct. 1857, p. 337.
  • 33 Cf. note 7.
  • 34 Le Moniteur universel, n°105, 15 avril 1858, p. 471.

17En 1857, Bertsch expose à la SFP et fait don de quelques épreuves32, puis il prend la décision d’attirer l’attention du gouvernement sur l’utilité de ses travaux. Le 27 octobre 1857, il soumet un Atlas d’Études d’histoire naturelle photographiées d’après nature au microscope au ministre de l’Instruction publique et des Cultes. Cet album contient une longue lettre d’introduction dans laquelle il défend ses recherches33. Il y explique que le rapport de Milne-Edwards censé se prononcer sur ses travaux de 1853 n’a toujours pas vu le jour, « ajourné sans doute par les occupations nombreuses du savant professeur ». L’empereur réagit et récompense le photographe par « un témoignage public » en le décorant de la Légion d’honneur le 14 avril 185834.

Fig. 18. Hartnack et A. Bertsch, « Microscope », planche du brevet d’invention n°36287 pour les perfectionnements dans la construction des microscopes (1851-1861), Descriptions des machines et procédés, 1867, coll. part.

  • 35 Cet atlas contenait vingt-deux planches, dont celles présentées à l’Académie des sciences en 1857. (...)

18Fin 1857, Bertsch regroupe quelques tirages et dresse un index de ses images alors disponibles sous la forme d’un portfolio intitulé Études d’histoire naturelle au microscope, soit 135 épreuves de sujets classés en sept groupes (acariens, parasites, insectes, infusoires, organes animaux, organes végétaux, minéraux et cristaux35).

  • 36 L. Figuier, La Photographie au Salon de 1859, Paris, Imprimerie de Ch. Lahure et Cie, 1860, p. 56-5 (...)
  • 37 Ibid.
  • 38 Cf. BSFP, t. 14, 1868, p. 220-221.

19En 1859, il participe à l’exposition de la SFP. Louis Figuier le considère comme « le créateur et le maître dans cette nouvelle branche de la photographie36 ». Il associe ses épreuves au seul progrès notable effectué dans cette application37, dans laquelle il « n’a pas encore trouvé beaucoup d’imitateurs ou de concurrents » (même si « Nachet, opticien, suit avec succès la même voie »). À la fin des années 1850, rares sont les photographes ou les savants qui s’essaient à cette spécialité. La décennie suivante compte quelques amateurs doués (Lackerbauer, Neyt, Jules Girard, Moitessier), mais les épreuves de Bertsch retiennent encore l’attention à l’Exposition universelle de 1867, surtout celles atteignant les 2500 diamètres, grossissement spectaculaire pour l’époque38.

  • 39 Cf. Revue des sociétés savantes des départements, Paris, 3e série, t. I, 1859 et 2e série, t. III, (...)

20Bien connu des cercles photographiques, Bertsch ne se tient pas pour autant à l’écart du corps scientifique. Outre les rencontres occasionnées par les séances mensuelles de la SFP, auxquelles il assiste avec assiduité, il fréquente botanistes, biologistes et chimistes, parmi lesquels Arthur Mangin, Georges Ville, Louis Pasteur, Alphonse Karr, les uns par l’intermédiaire du Musée des familles (pour lequel il écrit régulièrement dans la rubrique “Sciences” ou “Études d’histoire naturelle” de 1839 à 1868), les autres rencontrés lors des réunions du Comité impérial des travaux historiques et des sociétés savantes, dont il est membre en 1859-186039. Comment ce militant de la photographie, qui voit ses travaux couronnés de succès auprès de ses pairs, n’a-t-il pu convaincre un seul des scientifiques de son entourage ?

À qui la faute ?

  • 40 Cf. Albert Moitessier, La Photographie appliquée aux recherches micrographiques, Paris, J.-B. Baill (...)

21Les obstacles technologiques prodigués par le dispositif photomicrographique sont l’une des raisons majeures de cet échec. Technicien virtuose, Bertsch manipule avec habileté les instruments de précision qu’il a conçus. « D’un mécanisme rigoureusement irréprochable », selon Albert Moitessier, auteur du premier ouvrage de référence sur la photomicrographie en 1866, ils n’en restent pas moins d’une telle difficulté d’exécution, « qu’[ils] ne sauraient entrer régulièrement dans la pratique40. » La manipulation du microscope solaire, en soi peu complexe, le devient au moment de la prise de vue. La mise au point est fastidieuse, l’éclairage aléatoire. Si Bertsch pouvait prendre le temps d’accomoder l’appareil, de choisir ses préparations et ses séances de travail en fonction des conditions climatiques, il n’en est pas de même pour le chercheur, qui ne peut conditionner l’observation aux seules contraintes de l’enregistrement photographique.

22L’absence de réaction du monde savant peut laisser penser que ses photographies sont inexploitables, alors qu’elles ne sont qu’inadaptées. Appréciées au sein de la SFP, elles perdent de leur valeur quand elles sont confrontées au regard du scientifique. La diversité du corpus iconographique de Bertsch, constitué aussi bien d’objets typiques, disponibles chez tout vendeur de microscopes, que de sujets plus difficiles à reproduire, parce que vivants, très colorés ou incolores, épais ou d’une grande minutie, tend à démontrer que tout est photographiable (fig.19 et 20).

Fig. 19. A. Bertsch, « Larve de Cousin », tirage sur papier albuminé, 17 x 9,7 cm, v. 1853-1857, coll. SFP.

Fig. 20. A. Bertsch, « Spicules », tirage sur papier salé, 15,9 x 15,9 cm, v. 1853-1857, coll. SFP.

23Mais ce choix reflète plus le point de vue du photographe ou de l’opticien que celui du scientifique micrographe. Cette galerie de portraits microscopiques démontre le bon fonctionnement de ses procédés, elle a néanmoins le fâcheux désavantage de se limiter à un seul plan. Même ses épreuves de 1857, réalisées sous différents éclairages pour obtenir du relief et rendre visibles des détails imperceptibles, ne peuvent rivaliser avec l’expérience visuelle de la profondeur.

24La vérité objective de l’enregistrement mécanique s’avère finalement contraignante en regard de la liberté visuelle de l’observateur et du dessinateur micrographe qui, en manipulant la vis micrométrique, sont à même d’explorer les trois dimensions du sujet observé. Le dessinateur peut ainsi réunir plusieurs plans dans un croquis et mettre l’objet en relief, éliminant tout élément indésirable. Il peut aussi créer une figure composite idéale rassemblant les éléments caractéristiques de différents échantillons. Là encore, l’épreuve photographique a le défaut d’enregistrer sans distinction les inévitables imperfections de la préparation. Elle propose un autre régime du regard que la culture scientifique n’est pas en mesure d’accepter. La lecture de l’image photographique n’est pas aussi évidente que ses militants voudraient le faire penser. Le concours d’un savant et de son discours interprétatif aurait été nécessaire à de véritables applications scientifiques du travail de Bertsch.

  • 41 Sur la photographie à l’Institut Pasteur, voir C. Troufléau, Entre savoir et plaisir de l’œil..., o (...)

25Le troisième problème fondamental que rencontre Bertsch est celui de la collaboration. Il n’entretient pas de rapports privilégiés avec les scientifiques de son entourage et travaille seul. Les associations d’un photographe et d’un chercheur font alors figure d’exception. Outre Rousseau, Devéria et les frères Bisson, Pasteur eut aussi le mérite de solliciter les talents de photographe de son dessinateur Peter Lackerbauer à partir de 186541. Mais ce n’est pas, de toute évidence, l’outil que Pasteur aurait choisi pour contrecarrer Pouchet et prouver l’inexistence des générations spontanées.

  • 42 L’atlas de Donné de 1845 rassemble des gravures d’après daguerréotypes et n’eut pas de suite, contr (...)

26Les difficultés à publier la photographie sont un autre frein à l’usage du médium, la publication étant l’outil indispensable pour la diffusion des travaux scientifiques. Le dessin reste le moyen d’illustration le plus abordable. Le coût élevé des ouvrages de Donné ou de Rousseau et Devéria fut une entrave incontestable à leur développement42. Bertsch, lui, vend directement ses tirages, mais le budget d’institutions comme le Muséum était alors restreint.

  • 43 A. Moitessier, op. cit., p. 5.

27Moitessier résumait avec justesse l’état de l’application de la photographie au microscope dans les années 1850 : « Les reproductions de cette nature étaient regardées plutôt comme une difficulté vaincue que comme des œuvres d’une utilité sérieuse43. » En effet, ces fidèles reproductions ne présentent pas de réel intérêt en termes scientifiques. N’étant pas liée à l’avancement d’une recherche précise, la photographie ne s’intègre pas à la recherche et s’apparente plus à un document illustratif qu’à un outil d’étude et de découverte. Même en 1866, date de la publication du traité de Moitessier, la photomicrographie est encore loin d’être un moyen d’investigation.

28Réussite photographique, la photomicrographie de Bertsch est un échec sur le plan social, encore plus que sur le plan scientifique. Ce n’est pas un insuccès de la technique mais de son usage. L’absence de parti pris des cercles savants remet en cause le jugement de valeur exprimé par le milieu photographique. Les espoirs que fondent les militants de la photographie sur leur médium produisent un discours prometteur qui les enferme dans un paradoxe. Leurs résultats ne sont pas à la hauteur de leurs croyances ni des attentes des savants. Ces derniers se montrent réticents à la “cuisine” photographique. En observant le silence, ils font acte de résistance.

  • 44 Cf. L. Figuier, La Photographie, op. cit., Nadar, Quand j’étais photographe, Paris, L’École des loi (...)
  • 45 Cf. R. Lecuyer, op. cit.
  • 46 Quentin Bajac raconte les « faux départs de la photographie astronomique » entre 1840 et 1875, on p (...)
  • 47 Cf. C. Troufléau, Entre savoir et plaisir de l’œil..., op. cit.

29Les motifs ci-dessus décrits sont autant de symptômes manifestes des relations fragiles entre photographie et science au cours du xixe siècle. Le mythe de la photographie comme précieux auxiliaire pour la science naît avec elle. Du fameux discours d’Arago du 19 août 1839 à la célèbre expression de Jules Janssen définissant la photographie comme la « véritable rétine du savant » (1877), il n’a cessé de croître. En retenant les prouesses photographiques de Bertsch mais en négligeant son insuccès scientifique, l’histoire a créé une légende.  Si Figuier le prend encore comme la référence pour expliquer la technique photomicrographique en 1888, Nadar lui accorde la paternité de cette application en 190044 ! “Bertsch réinvente la photomicrographie”, titre Raymond Lecuyer quarante-cinq ans plus tard dans son Histoire de la photographie, en publiant sept de ses images45. Comme en attestent plusieurs travaux récents46, l’application de la photographie aux sciences s’avère très irrégulière en cette période. C’est seulement à partir des années 1880 que la photographie accède à une dignité scientifique et que son usage se généralise. Grâce à de nombreux perfectionnements, la photomicrographie intégrera peu à peu le protocole expérimental et deviendra un réel instrument de découverte, à la fin du xixe siècle, avec la lumière ultra-violette et l’ultramicroscopie47.

Fig. 21. A. Bertsch, “Pleurosigma [diatomée pleurosigma]”, tirage sur papier albuminé, 17,8 x 16,4 cm, v. 1853-1857, coll. SFP.

Fig. 22. Anon., « Auguste Bertsch », émail photographique de Lafond de Camarsac, 8,5 x 7 cm, 1867, coll. SFP.

Notes

1 Cf. Josef Maria Eder, History of Photography, trad. par E. Epstean, New York, Dover Publication Inc., Columbia University Press, 1972, p. 387 et 393 ; Raymond Lecuyer, Histoire de la photographie, Paris, SNEP-Illustration, 1945, p. 327-330 ; Helmut et Alison Gernsheim, A Concise History of Photography, London, Thames and Hudson, 1965, p. 45 ; Beaumont Newhall, L’Histoire de la photographie depuis 1839 et jusqu’à nos jours, trad. par A. Jammes, Paris, Bélier-Prisma, 1967, p. 173 ; Jean-Claude Lemagny, André Rouillé, Histoire de la photographie, Paris, Bordas, 1986, p. 47 ; Michel Frizot, Nouvelle Histoire de la photographie, Paris, Adam Biro/Bordas, 1994, p. 98-99, p. 277. « . »

2 Cf. Auguste Bertsch, Photographie sur verre. Notice sur l’emploi du collodion rapide, Paris, Alexis Gaudin et N.-B. Delahaye, 1852 ; Nouveaux Appareils photographiques de M. Bertsch pour l’agrandissement et le stéréoscope, Paris, Étienne Giraud, 1864. Bertsch déposa aussi plusieurs brevets d’invention entre 1852 et 1861 (n°14619, n°45755, n°52182). Pour ses essais d’agrandissement et d’instantané, voir mon mémoire de maîtrise : Les Prémices de l’agrandissement photographique au xixe siècle (1839-1880), maîtrise d’histoire de l’art (sous la dir. de J. Vovelle et M. Poivert), Paris I Panthéon-Sorbonne, 1997 et André Gunthert, La Conquête de l’instantané. Archéologie de l’imaginaire photographique en France (1841-1895), thèse de doctorat (sous la dir. de H. Damisch), EHESS, Paris, 1999. En termes de photographie scientifique, il s’essaye par deux fois à la photographie astronomique en 1856 et en 1860. Cf. Bulletin de la Société française de photographie (ci-dessous : BSFP), t. 2, oct. 1856, p. 304-305 ; t. 6, juillet 1860, p. 211. Pour de plus amples informations sur l’histoire de la photomicrographie, je me permets de renvoyer à mon mémoire de DEA : Entre savoir et plaisir de l’œil. Une contribution à l’histoire de l’image photomicrographique au xixe siècle (1839-1916), DEA d’histoire de l’art (sous la dir. de J. Vovelle et M. Poivert), Paris I Panthéon-Sorbonne, 1998.

3 On compte aujourd’hui environ 200 photomicrographies de Bertsch : 73 épreuves à la SFP, dont 53 photomicrographies, 109 photomicrographies à la Bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, 10 à la photothèque de l’Institut catholique de Paris, quelques-unes à la Royal Photographic Society et au National Museum of Photography, Film and Television à Bradford, plusieurs tirages sur le marché. Bertsch a réutilisé les mêmes négatifs (négatifs-verre au collodion humide) au cours des années, les tirant sur papier salé ou albuminé. De nombreuses épreuves portent aussi le timbre : « Bertsch et [Camille] d’Arnaud phot. » du temps de leur association entre 1854 et 1857.

4 Lettre manuscrite de Bertsch à Henri Milne-Edwards, 30 juin 1853, Bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, Paris. Plus tard, il citera l’Iconographie du règne animal du baron Georges Cuvier (Paris, J.-B. Baillière, 1829-1844) comme ouvrage à compléter photographiquement afin de rectifier les erreurs des dessins d’organes microscopiques. Cf. l’introduction de son album d’Études photographiées d’histoire naturelle de 1857 (collection privée). Je remercie le collectionneur de cet album de m’avoir fourni ces précieux renseignements.

5 Le microscope solaire, en concentrant une forte quantité de lumière et en projetant une image de taille réduite, convenait particulièrement à impressionner les premiers procédés photographiques peu sensibles. Wedgwood et Davy (fin xviiie siècle), Talbot (1835 et sq.), Andréas Gerber (1836), J. Bancroft Reade (1837), Daguerre, Donné (1839), Vincent Chevalier (1840) et d’autres s’y sont essayés.

6 Alfred Donné publia un Atlas d’anatomie microscopique en 1845 avec l’aide du physicien et daguerréotypiste Léon Foucault. Cf. Alfred Donné, Léon Foucault, Cours de microscopie complémentaire des études médicales. Anatomie microscopique et physiologique des fluides de l’économie. Atlas exécuté d’après nature au microscope daguerréotype, Paris, J.-B. Baillière, 1845. Dès 1849, Alphonse de Brébisson a recours à la photographie sur verre afin de faciliter ses échanges de spécimens rares avec ses collègues et de remédier à ses tremblements de main qui l’empêchent de dessiner. Cf. C. Troufléau, Entre savoir et plaisir de l’œil..., op. cit., p. 56-57.

7 L’invention du microscope composé remonte à la fin du xvie siècle, mais ce n’est qu’au début du xixe siècle que son usage tend à se développer. L’invention du microscope solaire de projection par Cuff (1739), l’application des théories d’Euler (1747) sur la construction des objectifs achromatiques, la confection de lentilles de verre de qualité et leur montage, l’obtention d’une meilleure définition de l’image avec les débuts de la correction de l’aberration de sphéricité et des lentilles à immersion sont autant de progrès techniques à l’origine de cet essor. Apparue au début du xixe siècle, la technique micrographique se perfectionne avec la découverte de réactifs et de colorants plus adaptés aux préparations.

8 La Lumière, 2e année, n°40, 25 sept. 1852, p. 158. Cf. R. Lecuyer, op. cit., p. 328 pour une reproduction de l’œil de mouche.

9 Cf. A. Bertsch, Photographies sur verre, op. cit. L’utilisation du sulfate de fer au moment du développement, à la place de l’acide pyrogallique, le rendrait en effet plus rapide que le collodion anglais. Mais Bertsch ne dit rien de la composition du collodion lui-même qui, selon la proportion d’iodure et de bromure, et selon l’ajout d’une plus grande quantité d’alcool que d’éther, détermine aussi la sensibilité du procédé. Je tiens à remercier Mark Osterman pour ces informations. En ce qui concerne les temps de pose, voir A. Gunthert, op. cit., p. 133-147.

10 Cf. Alphonse Davanne, La Photographie appliquée aux sciences, Paris, Gauthier-Villars, 1881, p. 32.

11 Lettre manuscrite d’A. Bertsch, op. cit.

12 Cf. La Lumière, t. I, 3e année, n°26, 25 juin 1853, p. 103 ; B. M. Belin, L’Évolution de la technique photomicrographique, Actualités scientifiques et industrielles 744, Paris, Hermann et Cie, 1938, p. 27-29.

13 Aucun de ses microscopes n’a été retrouvé à ce jour. Il est curieux de constater qu’au moins un exemplaire de ses autres appareils photographiques figure dans plusieurs collections (George Eastman House, Conservatoire national des arts et métiers, musée français de la Photographie de Bièvre), mais pas ceux-là.

14 Cf. Compte-rendu des séances de l’Académie des sciences (ci-dessous : CRAS), t. 36, janvier-juin 1853, p. 1092.

15 La Lumière, t. I, 3e année, n°26, 25 juin 1853, p. 103.

16 Ibid.

17 Cf. note 7. La Bibliothèque centrale du MNHN conserve aussi trente-quatre photomicrographies montées sur carton et un album de soixante-quinze épreuves.

18 Cf. CRAS, t. 36, janvier-juin 1853, p. 991.

19 Cf. La Lumière, t. I, 3e année, n°24, 11 juin 1853, p. 94-95.

20 Le désintérêt d’Henri Milne-Edwards est d’autant plus inexpliqué que l’opticien Nachet aurait effectué de nombreuses photomicrographies pour sa chaire au Muséum en 1856. Cf. F. Monpillard, La Microphotographie, Paris, Gauthier-Villars, 1899, p. 3-4. Et en 1879, c’est encore à son initiative que Davanne dispense le premier cours public de photographie à la Sorbonne. Cf. Denis Bernard, André Gunthert, L’Instant rêvé. Albert Londe, Nîmes/Laval, éd. Jacqueline Chambon/Trois, 1993, p. 70.

21 Ernest Lacan, Esquisses photographiques, à propos de l’Exposition universelle et de la guerre d’Orient, Paris, Grassart, 1856, p. 70-72.

22 Cf. CRAS, t. 45, juil.-déc. 1857, p. 213-214 et BSFP, t. 3, 1857, p. 275, 315-316.

23 Cf. BSFP, t. 4, 1858, p. 337-338.

24 Cf. La Lumière, 7e année, n°33, 15 août 1857, p. 129 ; BSFP, t. 4, 1858, p. 142.

25 Cf. Brevet d’invention n°36287, déposé par E. Hartnack pour le perfectionnement dans la construction des microscopes. Cf. Description des machines et procédés pour lesquels des brevets d’invention ont été déposés sous le régime de la loi du 5 juillet 1844, t. 68, Paris, Imprimerie impériale, 1869, p. 3-4.

26 Cf. Certificat d’addition au brevet n°36287 par A. Bertsch. Cf. ibid., p. 4-5. Selon son explication et son schéma, il transforme le microscope d’Hartnack en agrandisseur solaire remplaçant la préparation microscopique par un cliché photographique sur verre. Cet instrument ressemble fortement au mégascope héliographique qu’il présente à la SFP le 24 février 1860, soit plus d’un an avant.

27 Cf. Louis Figuier, La Photographie, textes et illustrations extraits du 3e volume des Merveilles de la science (1888), Marseille, Laffite Reprints, 1983, p. 167-169.

28 Cf. BSFP, oct. 1857, p. 338-339.

29 La polarisation chromatique fut découverte par François Arago en 1811. Il s’agit en fait de l’usage d’un polarisateur et de compensateurs (lames minces de cristaux bi­réfringents comme le mica) afin de varier les couleurs de l’objet observé selon le spectre de Newton. Cette méthode sert à affiner l’identification des cristaux en pétrographie.

30 BSFP, t. 14, février 1868, p. 35-36. « Quand il s’agit de reproduire des organes dont les diverses parties sont différemment actiniques, le champ devient un obstacle considérable à l’obtention de bonnes épreuves. […] Dans ces conditions, la couleur du champ étant appropriée à celle de l’objet, celui-ci peut s’imprimer lentement sans que le fond se trouve brûlé. »

31 Cf. B. M. Belin, op. cit., p. 25-32, BSFP, t. 3, oct. 1857, p. 337-338, t. 14, fév. 1868, p. 35-36.

32 Cf. BSFP, t. 3, sept. 1857, p. 293-294, oct. 1857, p. 337.

33 Cf. note 7.

34 Le Moniteur universel, n°105, 15 avril 1858, p. 471.

35 Cet atlas contenait vingt-deux planches, dont celles présentées à l’Académie des sciences en 1857. Il était disponible chez l’auteur, chez Bohué et Schultz, rue de Rivoli, chez M. Lenoir à Vienne, et à Londres. Je remercie Hans P. Kraus Jr. et Russell Isaacs de nous avoir fourni ces informations.

36 L. Figuier, La Photographie au Salon de 1859, Paris, Imprimerie de Ch. Lahure et Cie, 1860, p. 56-57.

37 Ibid.

38 Cf. BSFP, t. 14, 1868, p. 220-221.

39 Cf. Revue des sociétés savantes des départements, Paris, 3e série, t. I, 1859 et 2e série, t. III, 1860.

40 Cf. Albert Moitessier, La Photographie appliquée aux recherches micrographiques, Paris, J.-B. Baillière et Fils, 1866, p. 180.

41 Sur la photographie à l’Institut Pasteur, voir C. Troufléau, Entre savoir et plaisir de l’œil..., op. cit., p. 33-45.

42 L’atlas de Donné de 1845 rassemble des gravures d’après daguerréotypes et n’eut pas de suite, contrairement à ce qu’il avait laissé entendre. Cf. A. Donné, L. Foucault, op. cit., p. 14-15. Seules dix-huit planches gravées (selon le procédé de Niépce-de-Saint-Victor) de l’album de photographie zoologique de Rousseau et Devéria sont éditées sur les soixante prévues.

43 A. Moitessier, op. cit., p. 5.

44 Cf. L. Figuier, La Photographie, op. cit., Nadar, Quand j’étais photographe, Paris, L’École des loisirs/Le Seuil, 1994, p. 232.

45 Cf. R. Lecuyer, op. cit.

46 Quentin Bajac raconte les « faux départs de la photographie astronomique » entre 1840 et 1875, on pourrait en dire autant de la photomicrographie. Cf. Dans le champ des étoiles. Les photographes et le ciel, 1850-2000 (cat. d’exp.), Paris, RMN, 2000, p. 21. Cf. entre autres : D. Bernard, A. Gunthert, L’Instant rêvé, op. cit. ; A. Gunthert, “La rétine du savant. La fonction heuristique de la photographie”, Études photographiques, n°7, mai 2000, p. 28-48 ; Catherine Mathon (dir.), Duchenne de Boulogne 1806-1875 (cat. exp.), Paris, École nationale supérieure des beaux-arts, 1999 ; Ann Thomas (dir.), Photographie et Science. Une beauté à découvrir (cat. exp.), New Haven et Londres, Yale University Press, Ottawa, Musée des Beaux-Arts du Canada, 1997 ; Caroline Fieschi, Photographie et Botanique en France de 1839 à 1914, thèse pour le diplôme d’archiviste paléographe, École nationale des chartes, 1995.

47 Cf. C. Troufléau, Entre savoir et plaisir de l’œil..., op. cit.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. A. Bertsch, « Antennes de mouche volucelle », tirage sur papier albuminé, 18,9 x 15,1 cm, v. 1853-1857, coll. SFP.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/272/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 2. L. Foucault, « Levure de bière », daguerréotype, 9,5 x 12,7 cm, 1844, coll. SFP.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/272/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende Fig. 3. C. G. Ehrenberg, « Volcania, t. IV » Die Infusionsthierchen als volkommene organismen, 1838, coll. du laboratoire de cryptogamie, Muséum national d’histoire naturelle.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/272/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 4. A. Bertsch, « Aiguillon d’abeille, vésicule du venin », tirage sur papier albuminé, 19,4 x 13,9 cm, v. 1853-1857, coll. SFP.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/272/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 5. A. Bertsch, « Pou de pubis », sur papier albuminé, 16,2 x 21,3 cm, v. 1853-1857, coll. SFP.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/272/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 6. A. Bertsch, « Peau de l’Acarus scabiei », tirage sur papier salé, 20,2 x 19,6 cm, v. 1853-1857, coll. SFP.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/272/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Fig. 7. A. Bertsch, « Volvox (globator) vivants », tirage sur papier albuminé, 414,4 x 12,7 cm, v. 1853-1857, coll. SFP.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/272/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Fig. 8. A. Bertsch, « Spermatosoaires vivants de l’homme [sic] », tirage sur papier albuminé, 13,8 x 11,8 cm, v. 1853-1857, coll. SFP.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/272/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/272/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/272/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 9 à 11. A Bertsch, « Naissance d’un pou », tirages sur papier albuminé, respectivement 15,1 x 13,3 cm, 19 x 16,6 cm, 16,2 x 13,3 cm, v. 1853-1857, coll. SFP.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/272/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 12. A. Bertsch, « Verveine » (coupe d’une tige) tirage sur papier salé, 18,7 x 18,5 cm, v. 1853-1857, coll. SFP.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/272/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Légende Fig. 13. A. Bertsch, « Apparail phosphorescent du ver luisant » tirage sur papier albuminé, 14,2 x 13,5 cm, v. 1853-1857, coll. SFP.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/272/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende Fig. 14. A. Bertsch, « Navicules », R. Lecuyer, Histoire de la photographie 1945, coll. SFP.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/272/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Fig. 15. A. Bertsch, « Globules rouges du sang humain », tirage sur papier albuminé, 17 x 15,1 cm, 1857, coll. SFP.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/272/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig. 16. A. Bertsch, « Cristaux de salicine (lumière polarisée) », tirage sur papier albuminé, 17 x 15,1 cm, 1857, coll. SFP.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/272/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende Fig. 17. A. Bertsch, « Microscope héliographique » [1857-1867], L. Figuier, « La photographie », Les Merveilles de la science, t. III, 1888, coll. SFP.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/272/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 18. Hartnack et A. Bertsch, « Microscope », planche du brevet d’invention n°36287 pour les perfectionnements dans la construction des microscopes (1851-1861), Descriptions des machines et procédés, 1867, coll. part.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/272/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Fig. 19. A. Bertsch, « Larve de Cousin », tirage sur papier albuminé, 17 x 9,7 cm, v. 1853-1857, coll. SFP.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/272/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 20. A. Bertsch, « Spicules », tirage sur papier salé, 15,9 x 15,9 cm, v. 1853-1857, coll. SFP.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/272/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 21. A. Bertsch, “Pleurosigma [diatomée pleurosigma]”, tirage sur papier albuminé, 17,8 x 16,4 cm, v. 1853-1857, coll. SFP.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/272/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 22. Anon., « Auguste Bertsch », émail photographique de Lafond de Camarsac, 8,5 x 7 cm, 1867, coll. SFP.
URL http://etudesphotographiques.revues.org/docannexe/image/272/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 203k

Pour citer cet article

Référence électronique

Carole Troufléau, « La légende d’Auguste Bertsch », Études photographiques, 11 | Mai 2002, [En ligne], mis en ligne le 17 septembre 2008. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/272. consulté le 25 juillet 2017.

Auteur

Carole Troufléau

Assistante de Grant B. Romer pour The Advanced Residency Program in Photograph Conservation à la George Eastman House, Rochester, Carole Troufléau a rédigé en 1998 un DEA d’histoire de l’art consacré à la photomicrographie (université de Paris I).

Articles du même auteur

Droits d’auteur

© Etudes photographiques