Navigation – Plan du site

Daniel Girardin et Christian Pirker (dir.), Controverses. Une histoire juridique et éthique de la photographie

Compte rendu par Arno Gisinger
Référence(s) :

Arles / Lausanne, Actes Sud / musée de l’Élysée, 2008, 320 pages, 22 x 28 cm, 45 €.

Texte intégral

1Controverses est un travail de vulgarisation dans le sens noble du terme, un livre ambitieux qui cache sous sa couverture reliée soixante-treize planches d’images bien reproduites et autant de textes monographiques. Cette publication, qui accompagne une exposition itinérante homonyme, aborde un sujet passionnant souvent délaissé ou méprisé par les historiens de la photographie : le pouvoir de l’image à travers sa contestation. Les deux auteurs, Daniel Girardin, historien de l’art et conservateur au musée de l’Élysée à Lausanne et Christian Pirker, juriste, diplômé de l’École du Louvre et collectionneur d’art contemporain, rassemblent en effet des images photographiques qui ont pour point commun d’avoir provoqué des controverses juridiques, politiques ou éthiques. Qu’il s’agisse de véritables icônes photographiques (qui ont justement acquis ce statut grâce à une querelle) ou de photographies anonymes moins célèbres, toutes les images sélectionnées ont eu un impact fort sur la société à un moment donné. Le succès de l’exposition, présentée d’abord au musée de l’Élysée à Lausanne et reprise en 2009 par la Bibliothèque nationale de France à Paris, semble donner raison à cette nouvelle histoire juridique et éthique de la photographie.

2L’exposition propose de façon chronologique une sélection de photographies controversées tout en expliquant leur contexte par des légendes exhaustives. Pourtant, le statut des images exposées, un mélange de tirages originaux et de retirages crédités « Collection musée de l’Élysée », s’avère ambigu : quel statut accorder à ces photographies qui se retrouvent ainsi aux cimaises pour illustrer un propos, épinglées comme des pièces à conviction lors d’un procès ? D’autant plus que les plaidoiries sont trop courtes et généralistes pour traiter de façon adéquate des affaires souvent très complexes. Conscients de cette lacune liée aux contraintes propres à une exposition, ses organisateurs renvoient au livre afin de permettre au lecteur d’appréhender chaque dossier dans sa complexité singulière.

3Ce qui est plus regrettable, tant dans l’exposition que dans son catalogue, c’est l’organisation du sujet à travers une simple chronologie historique. La période de production de l’image ne correspond pas forcément à celle de la querelle. Au contraire, certaines images provoquent des conflits d’intérêts bien plus tard, parce que le contexte a changé. L’on se demande alors pourquoi les auteurs n’ont pas envisagé plutôt un classement thématique des dossiers, par exemple d’après les raisons des controverses ? C’est d’autant plus dommage que Christian Pirker donne dans son introduction quelques pistes de réflexion dans ce sens en proposant une classification d’après quatre notions conflictuelles : le vrai, le domaine public, le bien et la preuve. Ainsi pourrait-on percevoir plus clairement l’évolution et l’historicité des différents contextes des jugements. Comment notamment le droit d’auteur a évolué depuis le xixe siècle ou comment les limites entre liberté d’expression et censure sont constamment renégociées. Car le grand mérite de Controverses réside bel et bien dans la sensibilisation du spectateur aux questions éthiques posées par l’image photographique.

4Le cas le plus frappant de ces dernières années en France est le conflit très violent entre Gérard Wajcman et Claude Lanzmann d’un côté et Georges Didi-Huberman de l’autre autour de quatre petites photographies prises clandestinement par un membre du Sonderkommando à Auschwitz-Birkenau en 1944. Les auteurs de Controverses publient deux de ces images (dont une recadrée) pour démontrer les positions opposées sur l’utilisation de la photographie comme source historique : « Alors que l’historien (Didi-Huberman) est condamné pour son fétichisme et son voyeurisme, Wajcman est traité d’iconoclaste, chacun accusant l’autre de donner trop d’importance à l’image. » (p. 121). Ironie de l’histoire : la publication des images est accompagnée d’une réserve légale de la part de l’Holocaust Memorial Museum qui montre bien que la lecture d’une image peut être tendancieuse. Dans cette logique, il n’est pas surprenant que Daniel Girardin et Christian Pirker n’aient pas obtenu l’autorisation de reproduire toutes les images qu’ils souhaitaient présenter dans le livre et l’exposition. Et l’on imagine facilement les controverses qu’ils ont disputées avec certains propriétaires de photographies. Car au final, la monstration est toujours liée au pouvoir et au droit du regard.

Pour citer cet article

Référence électronique

Arno Gisinger, « Daniel Girardin et Christian Pirker (dir.), Controverses. Une histoire juridique et éthique de la photographie », Études photographiques, Notes de lecture, Mai 2009, [En ligne], mis en ligne le 10 juin 2009. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/2607. consulté le 20 septembre 2017.

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle