Navigation – Plan du site

Dominique de Font-Réaulx et Thierry Gervais (dir.), Léon Gimpel (1873-1948). Les audaces d’un photographe

Compte rendu par Vincent Lavoie
Référence(s) :

cat. exp., Paris / Milan, musée d’Orsay / 5 Continents Editions, 2008, 190 p., 40 €.

Texte intégral

1Les photographies de Léon Gimpel, conservées par la Société française de photographie et récemment inventoriées, classées et reconditionnées, ne sont plus méconnues. Portée par l’ambition « d’installer Léon Gimpel au rang des grands photographes de son temps », l’exposition que le musée d’Orsay a consacrée à ce photographe français au printemps 2008, placée sous le commissariat de Thierry Gervais et Dominique de Font-Réaulx, révèle pour la première fois l’étendue de l’œuvre de cet amateur inventif de la Belle Époque. Le mérite de l’initiative est double : procéder à une étude historique et critique d’un corpus oublié ou ignoré d’une part, affiner les modèles interprétatifs applicables aux pratiques photographiques françaises de cette période. C’est ce dont témoigne le catalogue, fruit d’une enquête savante consacrée à un ensemble d’images qui inscrit l’œuvre de Gimpel dans la perspective plus vaste des évolutions technologiques, médiatiques ou scientifiques auxquelles la photographie s’associe en ce début de xxe siècle.

2Photographe autodidacte, auteur d’autochromes à vocation journalistique, observateur attentif des débuts de l’aéronautique, adepte de la photographie nocturne, Gimpel produit une œuvre en phase avec les réalisations et les imaginaires de l’époque. Si elle vaut comme symptôme d’une actualité de la pratique photographique, l’œuvre de Gimpel se singularise toutefois par la poursuite parfois obstinée de recherches touchant la photographie en couleurs et l’illustration photographique dans la presse. L’analyse de ces axes de recherche est menée par deux spécialistes de ces questions d’importance, Thierry Gervais pour ce qui concerne les formes visuelles de l’information et Nathalie Boulouch sur les usages scientifiques de l’autochrome. Pièce de résistance de l’ouvrage, le texte de Gervais s’intéresse plus particulièrement à la collaboration régulière (1897-1936) que noue Gimpel avec le journal L’Illustration, un hebdomadaire que le commissaire et historien connaît parfaitement pour y avoir consacré sa thèse de doctorat. L’auteur y expose les principales contributions de Gimpel en matière d’information visuelle. L’une de celles-ci tient à son approche expérimentale où l’exploit technique a souvent priorité sur le contenu de la représentation. Ses photographies en plongée réalisées depuis la nacelle du dirigeable Zodiac III (1909) en sont des exemples probants. Certes, la nature spectaculaire du sujet confère aux images une singularité. Mais ce sont davantage les solutions techniques ou logistiques adoptées par le photographe aux fins de son reportage qui surprennent. Le ballet aéronautique est spectaculaire, mais peut-être moins que les astuces trouvées pour le représenter. L’événement, c’est la genèse et la réussite de l’image. Thierry Gervais rappelle à juste titre ce principe fondamental de l’illustration photographique qu’il situe dans le cadre d’une économie médiatique alors en transformation. C’est en effet à la faveur de la mise place d’une nouvelle politique iconographique initiée en 1904 par René Baschet, le nouveau du directeur de L’Illustration, que Gimpel alimente cette publication en images aux formes audacieuses. À cette fin, il n’hésite pas à recourir à des appareils et des techniques du xixe siècle jugés désuets par ses pairs, notamment pour la réalisation d’autochromes, les premiers clichés en couleurs publiés dans la presse. L’emploi de moyens propres au xixe ne constitue donc aucunement un archaïsme. Il s’agit plutôt de la réponse technique la plus appropriée à la résolution d’un problème parfaitement actuel, la photographie en couleurs. C’est d’ailleurs le Gimpel autochromiste qui intéresse Nathalie Boulouch, auteur du deuxième article de fond de cet ouvrage aux reproductions impeccables. Plus particulièrement, ce sont les ensembles d’images en couleurs consacrés à des thématiques spécifiques – papillons, champignons, photomicrographies ou éclairages nocturnes parisiens – qui animent le propos de cette spécialiste de l’autochrome. Ces regroupements de clichés reposent, selon Nathalie Boulouch, sur des principes constitutifs propres à la série photographique, une procédure présente dans les applications scientifiques de la photographie, mais qui s’impose également à l’époque de l’entre-deux-guerres comme une esthétique de la photographie moderne. C’est en cela qu’il est pertinent, comme le propose Boulouch, d’interroger les signalements de cette esthétique dans l’œuvre de Gimpel, sinon les contributions de cette dernière à la modernité photographique.

3Ce travail de recherche, dont le présent ouvrage est la trace durable, ne constitue aucunement une réhabilitation laudatrice de l’œuvre de Gimpel, travers de bien des monographies pionnières. Cette recherche n’en est pas moins fondamentale. Elle apporte un éclairage inédit sur les images et les idées de ce photographe, comme en témoigne l’édition critique de ses écrits, Quarante ans de reportages photographiques (1944), dont de larges extraits sont reproduits dans ce livre magnifiquement réalisé. Outre la qualité de l’impression et l’élégance de la maquette, on notera le soin apporté à l’ordonnancement des images, toujours esthétiquement et conceptuellement fondé. Un ensemble d’annexes (index, bibliographie, liste des publications de Gimpel) complète cet ouvrage qui présente une lecture hautement informée des conditions d’émergence et de réception d’une œuvre importante de la production photographique de la Belle Époque.

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Lavoie, « Dominique de Font-Réaulx et Thierry Gervais (dir.), Léon Gimpel (1873-1948). Les audaces d’un photographe », Études photographiques, Notes de lecture, Mai 2009, [En ligne], mis en ligne le 09 juin 2009. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/2604. consulté le 25 novembre 2017.

Auteur

Vincent Lavoie

Articles du même auteur

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle