Navigation – Plan du site

Véronique Gautherin, L'OEil et la Main. Bourdelle et la photographie (cat. exp.), Paris, Paris Musées/Éd. Éric Koehler, 2000, 256 p., 292 ill. NB et coul., 250 F.

Michel Poivert

Texte intégral

1Cet ouvrage, au format d'un beau livre, est aussi le catalogue de l'exposition qui s'est tenue au musée Bourdelle du 17 novembre 2000 au 18 février 2001, et dont le commissariat était assuré par l'auteur, Véronique Gautherin. Exposition particulièrement réussie, qui révélait pour la première fois l'envergure du fonds photographique de l'atelier du sculpteur, mais aussi les multiples usages qu'il fit du médium, et peut-être, avant tout, le réel talent de photographe de cet élève de Rodin. Depuis le colloque qui s'était tenu à Paris sous l'égide du Centre national de la photographie ("Photographie/ Sculpture", RMN, 1991) et les quelques articles et expositions pionniers autour de Rodin et la photographie, ainsi que l'événement que fut l'exposition Brancusi au musée national d'Art moderne - ou plus récemment encore l'exposition "Picasso-Brassaï" -, on peut dire que les rapports entre sculpture et photographie sont devenus un véritable genre en histoire de l'art. La contribution apportée par L'OEil et la Main est intéressante à plus d'un titre. D'abord parce que Bourdelle est resté dans une large mesure un sculpteur moins impliqué dans la "grande histoire" de la modernité, et qu'à ce titre, les révélations de sa pratique photographique contribueront à mieux faire apparaître sa capacité à se saisir de courants esthétiques qui, au tournant du siècle dernier, marquent tous ceux qui s'essaient à la photographie dans le milieu de l'art. En effet, c'est dans l'atelier de Rodin que Bourdelle découvre l'usage que le maître fait de l'image, avec Eugène Druet notamment, cette façon de représenter une sculpture non seulement aux fins d'informer tel commanditaire ou d'illustrer telle revue, mais aussi dans le même temps, en donnant une dimension supérieure à l'oeuvre par le traitement de la lumière, l'angle de prise de vue, bref le travail du photographe. Et c'est encore autour de Rodin que Bourdelle peut observer jusqu'à quel point une photographie peut opérer une interprétation de la sculpture, et principalement avec les épreuves du jeune pictorialiste américain Edward Steichen. La vogue pictorialiste des années 1900 forme en effet un des cadres majeurs de la culture artistique et photographique : esthétique du flou, de tirages pigmentaires conférant des matières à la surface des épreuves, compositions allégoriques : de tout cela, et non sans regarder aussi du côté d'Eugène Carrière - ce peintre de "l'imprécisisme" -, Bourdelle fait son miel. Que toute l'économie de l'atelier Bourdelle soit liée à la photographie (iconothèque, reproductions, modèles, etc.) n'est en soi pas très original, en revanche, et il faut y insister, sa production "personnelle" traduit une sensibilité au médium particulièrement intéressante. Du contexte pictorialiste, il ne retient finalement que quelques signes de l'air du temps, pour aller plus loin dans la compréhension de son oeuvre et de lui-même. Les séries d'autoportraits au miroir flous, ou plus encore les mises en scène où Bourdelle apparaît presque dissimulé dans les ensembles sculptés comme dans les Combattants sont admirables. Le corps même de l'artiste vient se fondre dans la matière sculptée par le jeu des flous, il s'en dégage une esthétique post-romantique, presque wagnérienne. Mais plus encore, les mises en scène nocturnes - qui font penser, comme le souligne l'auteur, à celles de Brassaï réalisées chez Picasso à Boisgeloup (1933) - sont l'occasion, grâce aux éclairages, de faire subir aux matériaux de véritables métamorphoses, passant du plâtre et de la pierre à des surfaces opalines et incandescentes. Disons-le en toute candeur : ces photographies donnent l'occasion de découvrir la sculpture de Bourdelle, et partant de l'apprécier au-delà de l'image un peu caricaturale d'oeuvre monumentale et expressionniste qu'elle véhicule. Pour qui en douterait, renvoyons au portrait photographique que Bourdelle fit de son Beethoven aux grands cheveux, retouché à l'encre et à la gouache, où la terribilita se conjugue admirablement en deux dimensions.

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Poivert, « Véronique Gautherin, L'OEil et la Main. Bourdelle et la photographie (cat. exp.), Paris, Paris Musées/Éd. Éric Koehler, 2000, 256 p., 292 ill. NB et coul., 250 F. », Études photographiques, 9 | Mai 2001, [En ligne], mis en ligne le 18 novembre 2002. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/255. consulté le 26 avril 2017.

Auteur

Michel Poivert

Articles du même auteur

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle