Navigation – Plan du site

Pierre Fournié, Laurent Gervereau, Regards sur le monde, Trésors photographiques du Quai d'Orsay, 1860-1914 (cat. exp.), Paris, Somogy, 2000, ill. NB et coul., 190 F.

Christine Barthe

Texte intégral

1Est-ce le sous-titre de l'exposition et ses trésors promis qui avaient trop bien lancé notre imagination ? L'exposition s'était révélée un peu décevante, avec une sélection qui alternait images témoins et grandes photographies. Le parti pris géographique de la présentation était un choix difficile, obligeant à trouver des images exceptionnelles sur chaque partie du monde. De fait, la salle consacrée à l'Amérique se distinguait nettement, grâce aux photographies de Marc Ferrez. Mais c'était la première exposition consacrée par le Quai d'Orsay à sa collection de photographies, et le genre panoramique était sans doute un passage obligé. Gageons que les expositions à venir offriront plus de liberté aux commissaires.

2Le livre qui accompagne l'exposition répond aux attentes, en fournissant des informations précises sur les contextes, les photographes, les donateurs, et offrant des reproductions d'excellente qualité.

3Pierre Fournié montre que le fonds photographique s'est constitué en fonction de situations conjoncturelles, d'initiatives personnelles et, plus rarement, de commandes officielles. La variété des utilisations différentes de la photographie produit une grande diversité des formes (portraits, collections d'albums, échanges de cartes de visite, témoignages visuels accompagnant les rapports écrits) que l'on perçoit bien dans le catalogue. La pluralité des attitudes des diplomates face à la photographie y est soulignée: confiance, fascination, méfiance. Certains donateurs ont contribué de façon très conséquente à la qualité de la collection que nous découvrons : Charles Wiener, Le Myre de Vilers ou le général Gouraud.

4Les commissaires ont souhaité dépasser le constat de l'usage social et mondain des portraits pour faire la part belle aux images qui soulignent un rapport ambigu avec l'étranger : de l'exotisme le plus spectaculaire (exécution de pirates à Canton, qui semble être l'image incontournable de tout photographe en Chine) à l'assimilation la plus naïve ("café de Marseille" sur les quais de Saigon ou "brasserie des Deux-Charentes" à Rabat).

5Enfin, signalons que le site France Diplomatie du Quai d'Orsay propose, sous la rubrique "Archives diplomatiques", une visite relativement complète de l'exposition, aujourd'hui terminée, avec la plupart des textes du catalogue, légèrement remaniés pour la circonstance.

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Barthe, « Pierre Fournié, Laurent Gervereau, Regards sur le monde, Trésors photographiques du Quai d'Orsay, 1860-1914 (cat. exp.), Paris, Somogy, 2000, ill. NB et coul., 190 F. », Études photographiques, 9 | Mai 2001, [En ligne], mis en ligne le 18 novembre 2002. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/254. consulté le 21 juillet 2017.

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle