Navigation – Plan du site

Horacio Fernández, Fotografía pública (cat. exp.), Madrid, Museo nacional Centro de Arte Reina Sofía, Aldeasa, 1999, 271 p., 642 ill. coul., ind., 245 F.

Guillaume Le Gall

Texte intégral

1"La photographie qui, jusqu'à aujourd'hui, est la première et la seule importante contribution de la science à l'art, trouve sa raison d'être, comme tout média, dans l'entière singularité de ses moyens" (Photography, wich is the first and only important contribution thus far, of science to the arts, finds its raison d'être, like all media, in a complete uniqueness of means). Cette déclaration de Paul Strand écrite dans Camera Work en 1917 aurait pu ouvrir le catalogue de l'exposition "Fotografía Pública" qui s'est tenue en avril 1999 au Centre d'Art Reina Sofía. Riche de 642 illustrations, le catalogue propose de rendre compte de l'extraordinaire essor de la photographie imprimée entre 1919 et 1939. Durant cette période, le développement de la presse et l'effervescence autour des progrès de l'impression photomécanique (la rotogravure notamment) offrent aux photographes l'occasion d'expérimenter les qualités inhérentes à leur médium.

2Le texte du catalogue, signé par le conservateur espagnol Horacio Fernández, analyse la convergence de ces médias et souligne la relation entre l'art et l'industrie que permit une photographie débarrassée de toute accointance avec les arts du dessin et de la peinture. Dans cette optique, l'auteur inscrit ce phénomène dans le contexte des avant-gardes et choisit comme premier repère historique la grande coupure de 1918 entre le pictorialisme et la Straight Photography. En suivant une chronologie relativement bien détaillée, le texte évoque la naissance de la photographie moderne aux États-Unis (avec les photographies de Paul Strand publiées dans le dernier numéro de Camera Work), l'apport des collages dadaïstes de John Heartfield, Georg Grosz, Hannah Höch et Raoul Hausmann, l'inventivité des mises en page soviétiques de Alexandre Rodtchenko, El Lissitzky, Gustave Klutsis ou d'autres artistes moins connus et, enfin, la théorie du nouveau graphisme (la typo-photo) dont László Moholy-Nagy, Karel Teige et Jan Tschichold furent les principaux instigateurs.

3Malheureusement, fort de son parti pris chronologique, le texte évacue toute possibilité d'interroger les spécificités de chaque support et manque de préciser les différences constitutives entre un livre d'artiste, un magazine présentant des photographies d'auteur, une affiche ou un photomontage de couverture. Cette confusion se trouve redoublée dans le catalogue qui présente les artistes par ordre alphabétique, ignorant de fait les singularités géographiques qui auraient mérité d'être mieux analysées pour comprendre comment - on pense à l'effervescence artistique de Berlin - celles-ci ne cessent de se croiser et de s'alimenter. Enfin, on ne peut que regretter l'absence de reproduction de certains livres dont il est question dans le texte de présentation (Les Champs délicieux de Man, 1922, par exemple).

4Malgré tout, l'iconographie rare et précieuse rassemblée dans ce catalogue permet de disposer d'un outil irremplaçable dont l'une des qualités essentielles réside dans le choix de reproduire non pas des mises en page isolées, mais les supports dont celles-ci sont issues et qu'il s'agit d'appréhender comme des objets autonomes.

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Le Gall, « Horacio Fernández, Fotografía pública (cat. exp.), Madrid, Museo nacional Centro de Arte Reina Sofía, Aldeasa, 1999, 271 p., 642 ill. coul., ind., 245 F. », Études photographiques, 9 | Mai 2001, [En ligne], mis en ligne le 18 novembre 2002. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/253. consulté le 20 août 2017.

Auteur

Guillaume Le Gall

Articles du même auteur

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle